Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LE MONDE MINIATURE DE SASGARION
  • : Le monde miniature imaginaire de Sasgarion, qui vit depuis plus de trente ans. Tenté un moment par un diorama classique, une ville miniature au 1/87ème, je suis allé vers quelque chose de plus personnel, foisonnant, sans règles, toujours transformé et renouvelé, mais surtout moins cher ! Bon, c'est aussi, très clairement, une sorte de thérapie, de dérivatif, un moyen de survivre, sans doute...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Liens

25 juillet 2011 1 25 /07 /juillet /2011 09:54

DSCF0096s-copie-1.JPG

 

 DSCF0081s.JPG

 

Résumé de l’épisode précédent : L’expédition montvillienne dans la Baie d’Authie a mal tourné. Le Professeur Lodre a exigé de la production que l’on revoit son contrat à la hausse, en mettant le meilleur avocat du Sasgarion sur le coup. Une grève des techniciens de la zone de lancement 2 retarde les réparations et je suis en mesure, avec 4 semaines d’avance, puisque nous sommes le 27 juin, de vous annoncer le décès d’Amy Winehouse.

Et la base dunaire mobile a été attaquée par les mystérieux habitants de la baie, surnommés les Crépusculaires… Les responsables de la mission commencent sérieusement, après 2 semaines de galère, à ressentir une profonde lassitude… 

 

DSCF0082s.JPG

 

Lundi 27 juin - A bord du Sasgarion – 7h30

 

P1010036wg2.JPG

 

- Voix féminine : « Tnit-tnit » ! Bonjour, Commandant Hardy. Je vous informe qu’il est 7h30 et vous rappelle que vous prenez votre service maintenant.

- Hardy : Mmmmmmnooon…

 

P1010037wg2.JPG

 

- La voix : Quoi, non ?

- Hardy : Mmmmm… Laissez-moi tranquille, Mademoiselle… Je ne vais pas travailler ce matin… Je veux pas…

 

P1010040wg2.JPG

 

- La voix : …Comment ça, vous ne voulez pas ?...

- Hardy : Nooon ! Je sens que ça va encore être une journée de merdre, alors je reste couché. On va la laisser passer celle-là…

- La voix : Aaah, mais ce n’est pas possible. Je vous rappelle que vous pren…

- Hardy : Oooooh, ça va bien…

 

P1010040wg2.JPG

 

- La voix : Et pourquoi une journée de merde, d’abord ? Qu’est-ce que vous en savez ?

- Hardy : Hhh-hhhhhh…. Je sais que depuis 2 semaines, nous n’avons QUE des journées de merde. Y a pas de raison que celle-là soit tellement différente… Après ce qui s’est passé hier.

- La voix : Ah ! Oui, vous voulez parler de la disparition de l’expédition du Professeur Simon et de Gecko 4, du bombardement sur la base dunaire et des 3 morts de plus ! Qu’est-ce qui peut être pire ?!

 

P1010040wg2.JPG

 

- Hardy : …?... Quatre morts de plus…

- La voix : Oui, ben c’est ce qui arrivera si vous ne vous levez pas tout de suite pour reprendre les choses en main et prendre les décisions dont notre survie dépend !

- Hardy : Je ne veux pas ! Je ne PEUX pas !

- La voix : Rhâââ !! Mais vous allez arrêter de faire l’enfant, oui ? C’est quoi ce petit caprice ? Vous voulez que je vienne vous tirer du lit, hein, bon sang de bon sang, c’est ça que vous voulez ?

 

P1010042wg2.JPG

 

- Hardy : Mais… Mais enfin qui êtes-vous ?

- La voix : Pfff ! Si c’est pas malheureux… Commandant, vous avez un double appel.

- Voix du Professeur Chardonville : Hardy ? Je vous cherchais au Poste principal, mais vous n’y êtes pas…

- Hardy : Vous allez me lâcher, oui…

- Chardonville : L’Amiral Enondradel convoque une réunion du Comité à 8h00. La situation est grave…

- Hardy : Vous croyez que je ne le sais pas ? Pourquoi je resterais couché, sinon ?...

- La voix féminine : Il refuse de se lever ! Enfin, c’est incroyable !

- Chardonville : Un léger coup de mou, ce sont des choses qui arrivent…

- La voix : Commandant, vous avez un triple appel.

 

P1010043wg2.JPG

 

- Une voix masculine : Ici la Section technique, Ingénieur Pasglann Je voulais vous joindre au Poste principal, mais v…

- Hardy : Oui, ben j’y suis pas, désolé…

- La voix féminine : Ouiiii, soit disant que le Commandant a un léger coup de mou… Il s’écoute trop, oui ! Il refuse de quitter sa couchette !

- Hardy : Oui, ma couchette elle est sacrée, et j’aimerais qu’on m’y foute la paix ! Est-ce que je vérifie si vous y êtes, vous tous, dans votre couchette, pour vous rappeler à quelle heure vous allez au turbin ?

- Chardonville : Oh, moi, je découche souvent ces jours-ci…

- La voix féminine : Oui, ça c’est vrai. Très souvent. Je le vois bien quand c’est moi qui annonce le réveil. Bon, ben voilà, il a léger coup de mou… Alors on fait quoi ? Hein ?

  

 P1010042wg2.JPG

 

- Pasglann : Quel coup de mou ? A mon avis, c’est plus grave que ça. Et je comprends son désarroi : il est notre responsable et nous devons le soutenir moralement dans une période où il a le sentiment d’avoir tout raté.

- Hardy : …Je ne trouve pas ce genre de soutien très efficace ! Maintenant, je vous coupe, du balai ! « Tnit » !

 

P1010041wg2.JPG

 

« Tnit-tnit » !

- Hardy : La porte, maintenant !...

 

P1010050wg2.JPG

 

- Hardy : …Madame Ludnarwera… Bonjour.

- Madame Ludnarwera : Euh, je vous croyais en conférence chez vous… J’entendais des voix…

- Hardy : Vraiment ? Je ne peux rien pour vous.

- Madame Ludnarwera : Je vais chez l’Amiral, qui convoque…

- Hardy : Oui, je suis au courant. Je vous accompagne.

 

P1010049wg2.JPG

 

- Madame Ludnarwera : Est-ce que vous vous sentez bien ?

- Hardy : …Non… Tout va mal depuis quelques temps, nous sommes au bord de la catastrophe. Au moins, la base dunaire n’a pas connu de nouvelle attaque cette nuit… Il est clair que les menaces de ces gens n’étaient pas de l’esbroufe et qu’ils sont prêts à tout. Ils sont allés trop loin, et nous serons obligés d’y aller aussi.

- Madame Ludnarwera : Notre priorité est maintenant de ramener en vie l’expédition. Quelle marge de manœuvre avons-nous ? Nous n’allons pas lancer une opération militaire, quand même ?

 

P1010052wg2.JPG

 

- Hardy : La solution viendra des Grands. Il faut les faire intervenir sur le terrain, il n’y a pas d’autre choix.

- Madame Ludnarwera : Cela leur est interdit.

  

P1010053wg2.JPG

 

- Hardy : Sauf si l’urgence d’une évacuation massive est flagrante, que ces Crépusculaires le veuillent bien ou non ! Imaginez que des Grands soient venus se promener sur le site où ils ont bombardé la base… Jusqu’où a-t-on entendu la déflagration des bombes, même si pour les Grands c’était l’équivalent de pétards du 14 juillet ? C’est de la pure inconscience ! Nous allons envoyer des renforts à Frankel, mais en mission de défense, pas pour attaquer. Le temps de lancer une tentative de négociation, tout en préparant le retour de la base dunaire dès que les Grands seront prêts à entrer en scène.

- Madame Ludnarwera : Il y a eu des discussions diplomatiques cette nuit, avec les Grands. L’Amiral a peut-être des choses à nous dire qui vont dans votre sens…

  

 

La cité souterraine des Oyatsines – Planète Bédaoti – 9h00

 

P1010060wg2.JPG

 

- Le vieil homme  : Bonjour, amis Montvilliens. Avez-vous bien dormi ? Mon nom est Myrmécias, et je fais partie du Conseil des Archontes. Le Conseil m’a désigné pour vous endoctriner et vous convaincre, puisque votre séjour chez les Oyatsines est définitif, que vous allez vous plaire ici… Je vous le dis tout de suite, ils ont fait un mauvais choix.

- Simon : Pourquoi ?

- Myrmécias : Parce que je suis de ceux qui fondent très peu d’espoirs sur l’avenir de notre société dans ce pays. Je me suis souvent accroché à ce sujet avec notre Gardien en titre, Tellinos. Votre arrivée dans notre monde de l’illusion m’intéresse et j’y vois la sortie de cette impasse dans laquelle nous nous trouvons.

- Simon : Au moins, vous êtes franc… Mais le mal est fait. Notre base a été attaquée !

 

P1010062wg2.JPG

 

- Myrmécias : Oui, et nous avons capté des émissions radio assez pessimistes. Il y a eu des victimes, et je regrette profondément ce radicalisme dans notre attitude…

- Professeur Lodre : Pourtant, c’est vous qu’on envoie pour nous endoctriner… Ce n’est pas logique, si on écoute votre discours.

- Myrmécias : Pour Tellinos, Argousio et d’autres, ça doit l’être un peu… Je suis le plus vieil habitant de la cité, on ne m’a donné aucune escorte, je n’ai pour compagnie qu’un de mes plus proches serviteurs, alors ils doivent se dire qu’un accès de colère de votre part provoquerait facilement ma regrettable disparition. A ce propos, j’espère que vous n’avez pas l’intention de me tuer. En dehors du fait que ce serait indirectement un acte politique auquel je ne souscris pas, il me reste encore quelques mois, sinon quelques années, de vie et je voudrais les vivre intensément. 

  

P1010064wg2.JPG

 

- Simon : Le meurtre d’un Archonte serait une bonne raison de poursuivre et d’aggraver les hostilités, en effet. Je crois que nous ferons de notre mieux pour écarter cette option.   

- Myrmécias : Parfait. Promenons-nous un peu par ici… Comme on vous l’a dit, notre cité est entièrement souterraine. Ses ramifications occupent en gros l’équivalent de la surface d’un court de tennis des Géants.

- Madame Simon : Un quoi ?

- Myrmécias : Disons que c’est très grand. Notre fourmilière s’étend sous les pins et la végétation qui fixe le sable. Il y a parfois des effondrements ou des infiltrations, mais rien de dramatique depuis longtemps, depuis que les autres cités et villages ont été évacués pour rassembler la population ici : nous pouvons mieux surveiller et entretenir la ville, mais la plupart de nos gens vivent dans des conditions sanitaires difficiles. Et la chaleur de ces jours-ci est autant pénible dans le sol qu’au dehors. Vous savez sans doute que l’accès à la surface pendant quelques heures est « rationné », soumis à autorisations ? Ce n’est plus tenable. Notre peuple supporte ça stoïquement, à cause de la peur que lui inspire le monde extérieur. Mais les 400 esclaves calogiens actuellement en vie se révoltent souvent.  Accompagnez-moi, marchons un peu...

 

P1010068wg2.JPG

 

- Madame Simon : 400… Ils sont presque aussi nombreux que ceux qui vivent dehors, en liberté…

- Myrmécias : La plupart sont nés ici, mais ils rêvent tous d’évasion, ce qui est bien normal. Ce que je le trouve moins, normal, c’est qu’on les fasse encore travailler dans des secteurs très sensibles, comme la centrale à essence… Il faut dire que nos Oyatsines sont assez fiers et délicats, ils ne supportent pas les vapeurs d’essence. L’avantage, c’est que ces vapeurs, habilement diffusées dans les secteurs périphériques inhabités, font fuir aussi les insectes et les rongeurs… Voyez-vous, il est clair dans l’esprit de certains d’entre nous, même ceux qui ignorent la réalité du monde qui nous entoure, que nous sommes arrivés au bout de quelque chose. C’est le déclin. Et la chute et proche. Nous le sentons.

- Simon : Les Grands Protecteurs berckois ne vous connaissaient pas. Ils peuvent vous aider, vous déplacer dans une zone plus sûre, votre peuple tout comme les calogiens.

- Myrmécias : Alors il faut que vous nous aidiez, que vous intercédiez auprès d’eux. Ce conflit est absurde et j’espère que vos chefs auront la sagesse de voir au-delà quand ils connaîtront la taille de l’enjeu.

- Simon : Pour évacuer tout le monde, les Grands devront intervenir directement, ici.

 

P1010104vf.JPG

 

- Madame Simon : Où sommes-nous ? C’est immense !

- Myrmécias : La cité est née dans ces ruines, qui sont les fondations d’une cabane occupée autrefois par des pêcheurs Géants. Ici, ils avaient monté des murs en planches et en briques, coiffés de la coque renversée d’une grande barque. C’est ce qu’on appelait une « Caloge », ce qui a donné le premier nom de notre ruche de petits hommes et même, le nom des tribus qui ont choisi par la suite de vivre à l’extérieur. Le sable a tout recouvert, la forêt de pins a été plantée au dessus, mais ces structures ont laissé d’immenses volumes souterrains. C’est la partie la plus profonde de la cité. Le palais des Archontes, où vous étiez hier soir, est là haut. Les logements nobles aussi, de même que les fermes d’insectes et la centrale, un peu plus loin. Le fond est occupé par les usines et… Les pauvres.

 

P1010100vf.JPG

 

- Lodre : Il n’y a rien de nouveau sous le soleil, mais sous le sable non plus.

- Myrmécias : C’est l’évacuation générale, décidée il y a 6 ans, qui a détérioré nos conditions de vie. Comme d’habitude, la sécurité a primé sur toute autre considération… Et notre monde souffre de ce repli total qui fait passer la survie de la communauté avant la vraie vie des gens. Je pense que ça ne peut plus durer. Aidez-nous…

 

 

 P1010096vf.JPG

 

- Myrmécias : J’ai bien connu vos colonies de Sablonie, au nord de Berck… J’y avais été envoyé en 2002 comme observateur, avec quelques compagnons, à ma demande dois-je préciser… A cette époque, l’empire des colons hédoniens était en guerre contre les casteignans et les howlaks. Les hédoniens se battaient sur plusieurs fronts et leurs adversaires reculaient. A Canarleurre et dans le désert des Nudes, le vice-Empereur Merlimont utilisait les services des tribus mercenaires éléboranaises…

 

P1010071wg2.JPG

 

 P1010072wg2.JPG

 

P1010073wg2.JPG

 

…Et c’est là que j’ai connu un jeune chef prometteur, Réginar, avant qu’il fédère ces tribus et devienne lui aussi Empereur… Nous étions à ses côtés comme diplomates mercenaires, un concept que j’avais inventé…

 

P1010074wg2.JPG 

 

P1010076wg2.JPG

  

Je m’étais beaucoup attaché à ce jeune guerrier, intrépide, fabuleux organisateur, tacticien et stratège, et en même temps nourri par une grande idée nationale pour donner de la force, de la fierté et de l’indépendance à l’Eléborance, cantonnée dans des régions marécageuses autour du lac. Un génie, une sorte de mini-Napoléon, ce Réginar… Ambitieux, certes, un brin mégalo et colérique, mais pourtant d'un raffinement et d'une timidité surprenants.

 

P1010066sms.JPG

 

Il avait pris et occupé Canarleurre pendant 2 mois, mais l’arrivée des montviliens sur le front sud, fin octobre, avait changé le cours de la guerre. Au nord, les Howlaks avaient aussi, enfin, remporté une grande victoire le 24… Réginar comprit que le plan hédonien tombait à l’eau et que les renforts n’arriveraient jamais.

 

P1010070sms.JPG

 

P1010071sms.JPG

 

 P1010072sms.JPG

 

P1010074sms.JPG

 

P1010076sms.JPG

 

Il décida d’évacuer ses derniers soldats sur un bateau et brûla les autres dans le port, le soir du 2 novembre. Mais dans la nuit, un bateau montvillien nous intercepta et nous revînmes à Canarleurre en tant que prisonniers…

 

P1010077sms.JPG

 

 P1010079sms.JPG

 

 P1010082sms.JPG

 

 P1010083sms.JPG

 

- Simon : Et 2 jours plus tard, les hédoniens ont capitulé…

- Myrmécias : J'ai assisté à tout cela... Ce fut une belle aventure. Nous avons été récupérés par notre Géant, Monsieur Gilbert, dans les dunes, au printemps 2003. Mon rapport ne fit guère plaisir au Seigneur Tellinos et au Conseil, comme vous pouvez l’imaginer… Mon intérêt pour vos nations et vos péripéties fut considéré comme malsain et dangereux, c’est de là que date notre brouille. Puis les colons sont tous partis et Réginar a pu réaliser son projet de société mais pas ici, en Savoie, dans les Terres Protégées d’Aiguebelette.

     

P1010077wg2-copie-1.JPG

 

J’ai appris qu’il avait réussi à transformer l’Eléborance, à dominer les nations les plus belliqueuses et même à se faire des amis… Jusqu’à sa défaite finale en 2008 et son exil en Orchide… L’Eléborance est de nouveau divisée : une république, un royaume d’Onagrie, une fédération lacustrienne, un protectorat howlak… Mais il rebondira, j’en suis sûr !

- Madame Simon : Vous semblez très attiré par notre monde. Il n’est pas parfait, loin de là, mais il peut vous offrir des possibilités nouvelles. Il faut juste préparer le terrain et les esprits sans faire peur…

- Myrmécias : C’est bien mon intention. Demain matin, Tellinos réunit le Conseil des Archontes et des généraux, toutes les personnes dépositaires du secret de la réalité de Bédaoti. Il faut que de grandes et graves décisions sortent de cette réunion…

 

P1010101vf.JPG

 

- Simon : Vous pouvez nous aider aussi, de manière directe, Seigneur Myrmécias : Permettez-nous de communiquer avec notre base !

- Myrmécias : ...Ce serait de la haure trahison... Faut-il que j'aie vraiment confiance en vous pour oser imaginer faire cela... Eh bien... Votre appareil et le reste de votre équipe sont gardés sous le village abandonné, près de la station radio et de l'entrée que vous avez trouvés... Soit... Si c'est pour notre bien. Attendez de mes nouvelles demain matin. Et soyez sages. Ne tentez rien d'ici là.

- Simon : Merci. Vous avez toute notre gratitude. 

- Myrmécias : J'espère seulement que mon peuple aura la même gratitude quand nous aurons détruit son monde pour lui montrer le vrai... 

 

A bord du Sasgarion - Salle de conférence de l’Amral Enondradel

 

P1010054wg2.JPG

 

Amiral Enondradel : Le Commandant  Frankel m’a rappelé il y a 15 minutes. Il a préféré abandonner ses postes avancés, d’autant plus qu’ils sont presque tous en plein soleil et que ça va être intenable dans la journée, plus pour des raisons physiologiques que militaires… Il a également fait décoller Gecko 11 pour ramener à bord les 6 blessés de l’attaque d’hier. Aucun autre mouvement de l’ennemi n’a pu être observé depuis. Et personne ne répond à nos appels radio réguliers.

Commissaire Hampföld : Frankel estime qu’il doit néanmoins rester sur place, tant que qu’aucune preuve de vie de l’expédition ne nous sera pas parvenue. Et il demande des renforts.

 

P1010055wg2.JPG

 

- Professeur Greboren : C’est risqué, non ?

- Hardy : Frankel est encore le meilleur juge de sa situation sur place. Il doit penser aussi au fait que l’attaque aérienne a occasionné des pertes chez l’ennemi…

- Enondradel : Un seul hélicoptère sur 5…

- Hardy : …C’est suffisant pour montrer que la base dunaire est en capacité de se défendre efficacement, à présent que l’effet de surprise ne joue plus. Leur attaque était un moyen de pression. Mais si nous ne bougeons pas, ils seront bien obligés de nous contacter de nouveau, au moins pour évoquer le sort des époux Simon et de leur équipe...

- Chardonville : Oui, l’essentiel est d’arriver à renouer le dialogue.

- Enondradel : Pour ce que ça a servi jusque là…

 

P1010056wg2.JPG

 

- Hardy : Notre approche n’était peut-être pas la bonne. Nous n’avons parlé que de nous, alors qu’il aurait fallu mettre les Grands Protecteurs dans la balance. L’attitude des Crépusculaires montre qu’ils sont dangereux autant pour nous que pour eux-mêmes, pour l’ensemble des mondes miniatures et la discrétion qu’implique leur survie. C’est un cas où les Grands ont toute compétence pour intervenir…

- Chardonville : Hardy a raison : En voulant se protéger, ces gens se sont exposés inconsidérément. Cela démontre que leur société n’est pas en mesure de gérer seule sa survie dans un milieu qui n’est plus sécurisé. Il y a quelque chose qui cloche dans leur organisation politique…

- Greboren : Ne jugeons pas trop vite… Sommes-nous d’ailleurs en qualité de le faire ?

- Hardy : Oui, depuis que nous sommes attaqués malgré nos annonces préliminaires de paix ! Depuis que 14 des nôtres sont retenus prisonniers, ou déjà morts peut-être, en plus de ceux que nous avons déjà perdus…

- Hampföld : Donc… C’est votre conclusion… Faire entrer les Grands dans la danse… Amiral ?...

- Enondradel : Oui… Ils sont décidément au centre de toutes les discussions, en ce moment… Vous le savez tous, un Grand du réseau reçoit aujourd’hui les montvilliens évacués avec le général Diride. Ils sont arrivés en voiture à Stella… J’ai bien sûr émis une protestation au sujet de cette arrivée dans la région, en raison du fait que le Sasgarion a été victime, très récemment, d’une tentative de prise de contrôle à distance par le général. On m’a garanti que les 750 nouveaux venus, dont 330 soldats de l’armée régulière, seront installés le plus loin possible d’ici, sans moyens personnels de nous atteindre, c'est-à-dire pas d’engins volants… Le fait est que pour eux, c’est la fin du voyage. Et il se pourrait bien que pour nous aussi…

Je comprends votre étonnement à tous… Monsieur le Commissaire ?...

 

P1010057wg2.JPG

 

- Hampföld : Les nombreux et tristes événements actuels, nos graves pertes humaines et matérielles, nous renvoient à notre propre fragilité. Nous pouvons faire ce constat nous-mêmes, mais il est fait également par les Grands… Ce conflit imprévu dans la Baie d’Authie, avec une civilisation dont tout le monde ignorait tout, les inquiète. Notre mission commence à présenter trop de risques. Il est sans doute temps de penser concrètement à notre avenir, je dirais… Par la force des choses.

- Chardonville : Nous n’irons donc pas explorer la Normandie ?...

- Enondradel : Pas de cette façon, pas avec le Sasgarion. Voilà ce qui nous est proposé : Une famille de Grands met à notre disposition un agréable jardin et une remise prolongée par une véranda. C’est ici, à Groffliers, au lieu-dit "L'Arrochelle". Une centaine de colons casteignans y vivent déjà, depuis des années. C’est une région très calme, discrète et en même temps très proche de Berck ou de la Baie d’Authie. On peut facilement les rejoindre avec un simple Gecko.

- Madame Nedelkynn : C’était fatal. A force de venir ici et de passer pour des indigènes, il fallait bien qu’on s’y installe. Le Sasgarion étant lui-même une ville parfaitement autonome, nous avons déjà tout ce qu’il faut pour démarrer une vraie colonisation, comme c’était prévu. Et ces casteignans sont des agriculteurs, nous aurons besoin de leur savoir-faire.

 

 P1010056wg2.JPG

 

- Chardonville : Ce sera donc ici…

- Enondradel : Le Commissaire et moi-même rencontrons à nouveau la délégation des Grands cette nuit, dans le restaurant du Voltaire, après la fermeture. Madame Ludnarwera viendra pour évoquer l’aspect logistique et le Commandant Hardy pour les questions de sécurité. Il faut que le Comité soit unanimement d’accord, avant que l’annonce soit faite à tout le personnel civil et militaire… Je vous laisse réfléchir quelques minutes, le temps de prendre à part le Commandant dans mon bureau… Hardy ?...

- Hardy : Je vous suis.

 

 

P1010058wg2.JPG

 

- Enondradel : …Voilà la situation… Vous l’avez compris, les Grands ne nous laissent pas le choix.

- Hardy : Et ils ont bien raison. Nos imprudences risquent de leur donner une notoriété dont ils se passent très bien… Même faisant partie du Comité, je suis toujours un peu surpris d’être mis au courant des grandes choses avant tous les autres officiers plus gradés que moi…

- Enondradel : Vos fonctions sont lourdes et particulières… Elles vous pèsent souvent, surtout en ce moment, mais vous les assumez avec une efficacité inégalée dans le reste du corps des officiers. Vous avez bien le droit, de temps en temps, à un léger coup de mou, bien sûr…

 

P1010093wg2.JPG

 

- Hardy : Pardon !?...

- Enondradel : Oui, je me suis laissé dire que ce matin, disons… Bref, tout cela n’est pas bien grave…

- Hardy : …Je n’y crois pas !.... Chardonville a cafté ?

- Enondradel : Je ne vois pas qui mieux que vous pourrait assurer la sécurité du Sasgarion. La mésaventure dramatique de Monsieur Wilfrid nous rappelle que nous avons un devoir de confiance et de sérénité entre nous, et une obligation de nous ménager mutuellement, parce que nos forces morales et physiques ne sont pas illimitées…

- Hardy : Vous essayez de me demander quelque chose ?

- Enondradel : Oui. De vous rendre immédiatement sur la base dunaire pour tenter de parler avec les Crépusculaires, ou quelque soit leur vrai nom, les localiser, obtenir la libération des nôtres, faire le lien avec les Grands… Qui arriveront dans la Baie d’Authie demain matin, mardi. Il serait bon que tout soit réglé avant la fin de l’après-midi… La chaleur va atteindre un pic, mais le temps est annoncé orageux en fin de journée… Si une évacuation massive a lieu demain, il faut qu’elle soit terminée avant la pluie, c’est mieux…

 

P1010059wg2.JPG

 

 - Hardy : Comment les Grands vont-ils procéder ? Il y a sûrement des milliers de personnes, là-bas…

- Enondradel : Comme la marée sera haute, ils vont venir en bateau depuis Etaples. Avec des glacières, c’est très pratique. Vous les guiderez sur la zone où doit se trouver la cité principale qui doit être enfouie dans le sable, ils la dégageront sans demander l’avis de personne et ils ordonneront aux gens de monter dans ces… Véhicules. Ils en ramasseront autant que possible, quitte à revenir plus tard… Frankel s’occupera dès ce matin de rassembler les tribus calogiennes autour de la base dunaire. Les Grands vous emporteront aussi, en raison des vents forts qui risquent de se lever ce soir. Alors ?

- Hardy : J’accepte la mission. Je pars à 9h00 précises à bord de Gecko 8. Il est armé…      

- Enondradel : Bien… Bonne chance, mon ami. 

 

 

9h30 – Quelque part dans les dunes, revoilà le Colonel Fresnize… Mais que fait-il là ?...

 

 

DSCF0066s.JPG

 

- Colonel Fresnize : Messieurs, cette chaleur est oppressante, mais nous ne devons pas nous endormir ! Si nos éclaireurs sont moins cons qu’ils en ont l’air, nous avons bien devant nous une bande de guerriers hostiles…

 

DSCF0051s.JPG

 

…Et en effet, ils se cachent à tout juste 50 centimètres de là, derrière un repli sablonneux.

 

DSCF0053s.JPG

 

En quelques secondes, ils surgissent de chaque côté de la colonne montvillienne.

 

DSCF0054s.JPG

 

DSCF0055s.JPG

 

L’assaut est furieux et les hommes de Fresnize sont à deux pattes de mouche de perdre pied, mais la ligne tient bon malgré tout.

 

DSCF0058s.JPG

 

Fresnize, sans doute galvanisé par l’air marin, entraîne ses hommes dans une contre-attaque qui surprend les calogiens.

 

DSCF0061s.JPG

 

DSCF0062s.JPG

 

Les montvilliens reprennent le dessus. Ils ne reste plus qu’à capturer quelques indigènes pour les faire parler, soigner les soldats qui ont été assommés ou qui sont en train d’être avalés par le sable fin et brûlant, et fêter la toute première victoire du colonel Fresnize, après 11 ans de carrière d’officier... Mais qu’est-ce qu’il fout là ?...

 

 

 Berck-sur-Mer – 22 boulevard de Boulogne – 10h45

 

P1010078wg2.JPG

 

- Général Diride : …Et là, vous m’entendez ?... Allô !!... Lieutenant, allez-vous enfin régler ce haut-parleur ?!

- Le lieutenant : J’y viens, j’y viens, Mon Général…

- Diride : …Vous m’entendez, maintenant ?... 1, 2, 3, 4, 5 ?… Ba-bé-bi-bo-bu ?...

 

P1010079wg2.JPG

 

- Le Grand : Je vous entends, Général Diride.

- Diride : Ah ! Bon, c’est quand même mieux que d’avoir à crier !

Le Grand : Eh ben, ne criez pas, ce n’est plus la peine… En revanche, si vous ne voulez pas que je crie aussi, il va falloir être convaincant…

- Diride : Je ne comprends pas ! On me fait venir ici, on me convoque ! Je sais tout ce que je… Ce que nous devons au Réseau, mais j’espérais un minimum de considération !

 

P1010081wg2.JPG

 

- Le Grand : Vous êtes là parce que vous avez été obligés de quitter votre pays. Même dans les Serres d’Aiguebelette, on ne veut plus de vous… Votre éloignement était nécessaire. Je vous aurais bien laissé vous installer en paix à Stella Plage, mais dès votre arrivée, vous avez commencé par entortiller Monsieur Codevelle pour qu’il dépose hier soir, dans les dunes de la baie, très au sud de la ville, un contingent militaire… Je lui ai dit que c’était une erreur.

- Diride : Quel contingent ? C’est une expédition… Géographique !

 

P1010083wg2.JPG

 

- Le Grand : Vous les démarrez bien loin, vos expéditions ! Il s’agissait, disiez-vous, de porter secours à des colons oubliés là il y a quelques années…

- Diride : Je trouve que c’est très altruiste de ma part.

- Le Grand : Mais la vérité, c’est que vous cherchez la base dunaire des montvilliens, pour faire pression sur le Sasgarion, que vous tenez tant à récupérer. 

- Diride : Et c’est tout ce qu’il y a de plus normal et légal, Monsieur Asselin ! Vous n’avez pas à vous en mêler ! C’est une démarche intérieure miniature qui n’est pas de votre compétence politique. Les responsables de la Cité volante sont des séditieux. Ils l’ont détourné de son devoir, qui est de restaurer l’Etat en Montvillange, et l’Etat, c’est moi ! J’en suis la plus haute autorité !

 

P1010084wg2.JPG

 

- Le Grand : Plus maintenant… Les Opalonais ont été repoussés, l’Howlakie a renoncé à son attaque à cause du congrès des Etats d’Eléborance, qui a démarré à l’initiative du roi d’Onagrie, et il y a un gouvernement provisoire montvillien. Et vous n’y êtes pas…

- Diride : …Quoi ?...

- Le Grand : Par ailleurs, la situation est déjà bien assez compliquée dans la Baie d’Authie. Nous ne pouvons pas permettre que vous attaquiez vous aussi la base dunaire…

 

P1010085wg2.JPG

 

- Diride : Comment ça, « nous aussi » ?... Voilà autre chose… Pourquoi ne suis-je au courant de rien ? Il faut qu’on parle !

- Le Grand : Nous parlerons tant que vous voudrez de vos projets, tant qu’ils se cantonneront au jardin de Monsieur Codevelle à Stella. Pour le reste… Nous prenons les choses en main, avec l’aide de l’Amiral Enondradel… En qui nous avons toute confiance.

- Diride : …Je suis atterré… Alors vous êtes en train de me dire que je suis là en villégiature ! Je n’ai même plus de patrie, alors, je ne suis plus qu’un réfugié ?!

 

P1010088wg2.JPG

 

- Le Grand : Pourquoi est-ce un problème ? Vous allez vous plaire, ici… Ne pensez plus au Sasgarion, et ne parlons plus de « haute autorité », ni de « compétence politique ». Contentez-vous de cultiver sagement votre jardin… De toute façon, la question de la Baie d’Authie sera réglée demain et d’ici là, je ne veux plus d’esclandre.

 

P1010090wg2.JPG

 

- Diride : …Et vous, bon sang, est-ce que vous allez arrêter de bouffer ?!!

 

P1010091wg2.JPG

 

- Le lieutenant : Mon Général, j’ai une communication de notre station à Stella. Ils ont eu un contact avec le Colonel Fresnize, dans la Baie… Il semble qu’il ait dû engager la bataille, contre une tribu calogienne…

- Diride : …Encore ?...

- Le lieutenant : Oui, mais cette fois, il a gagné. Il… Mon Général, je suis désolé, mais… Fresnize a annoncé qu’il avait localisé la base dunaire montvillienne et qu’il allait l’investir dans l’après-midi… Le contact a été perdu à ce moment-là…

- Diride : …Pourquoi rien n’est jamais simple ?...

- Le Grand : …Sinon, nous avons aussi une riante petite colonie sur l’île d’Ouessant…

 

 

 

La Baie d'Atuthie garde encore ses secrets.

 

DSC00134 

 

Sous la surface bucolique, tout un monde se déploie, encore inconnu et toujours redoutable. Les montvilliens réussiront-ils à limiter la casse et le Commandant Hardy pourra-t-il enfin passer une bonne nuit ?

 

LA SUITE DANS : LA SUITE

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by SASGARION
commenter cet article

commentaires