Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LE MONDE MINIATURE DE SASGARION
  • : Le monde miniature imaginaire de Sasgarion, qui vit depuis plus de trente ans. Tenté un moment par un diorama classique, une ville miniature au 1/87ème, je suis allé vers quelque chose de plus personnel, foisonnant, sans règles, toujours transformé et renouvelé, mais surtout moins cher ! Bon, c'est aussi, très clairement, une sorte de thérapie, de dérivatif, un moyen de survivre, sans doute...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Liens

25 juillet 2011 1 25 /07 /juillet /2011 12:52

 

Résumé de l'épisode précédent : Le Commandant Hardy a repris du poil de la bête et on le voit sur tous les fronts. Il semble tout à coup infatigable. Mais une rumeur parle déjà de dopage...

Dans le secret des sables de la Baie d'Authie, Les époux Simon et leur équipe font connaissance avec le peuple des Oyatsines. Ils découvrent qu'ils n'ont pas que des ennemis. 

 

base2.jpg

 

 

  Mardi 28 juin - Base dunaire - 8h20

 

P1010109vf3.JPG

 

- Cdt Frankel : Vous voilà déjà de retour... La nuit a dû être courte.

- Hardy : Les discussions avec les Grands ont duré jusqu'à 4 heures du matin. Le constat de la gravité de la crise est général. Mais je veux poursuivre ma mission ici, en attendant que les Grands chargés de l'évacuation arrivent... Ils devraient être là vers 10h00. 

 

P1010107vf3.JPG

 

- Frankel : Toujours aucune réponse à nos appels. Mais l'analyse des photos que vous avez prises hier au-dessus du village montre bien la présence de Gecko 4 et de 2 hélicoptères ennemis, ainsi qu'une station radio enfouie dans le sable. Il doit y avoir une entrée de leur ville à proximité.

 

P1010105vf3.JPG

 

- Hardy : Il y a toutes les chances, oui. Je redécolle dans 5 minutes. Nious retournons voir de près ce village et chercher l'entrée de la ville. Le docteur Losleer prendra l'unité d'assistance médicale. J'emmène aussi les 10 hommes de renfort. Comment se présente l'évacuation ?

 

 P1010104vf3.JPG

 

- Frankel : Les Calogiens sont méfiants, mais ils comprennent vite. Une bonne centaine campe déjà dans la clairière voisine.  

- Docteur Losleer : Leur état sanitaire est bon. Mais ils sont angoissés.

- Hardy : Qui ne l'est pas, en ce moment... Faites monter à bord de Gecko 8 les hommes et le matériel.

 

 P1010094vf2.JPG

 

 

 P1010095vf2.JPG

 

 

 P1010096vf3.JPG

 

- Hardy : Nous sommes prêts ?

- Le pilote : Oui, Monsieur. Nous sommes bien chargés, c'est dangereux de voler dans cette région dans ces conditions-là.

 

IMAG0085.jpg

 

- Docteur Losleer : L'unité médicale Gecko 14 est prête. On part quand vous voulez.

 

 P1010097vf3.JPG

 

- Hardy : Nous n'allons pas bien loin... Vous volerez à basse altitude en faisant un détour le long de la grande dune qui s'enfonce dans la forêt et vous vous poserez près du village, derrière les palissades du côté nord... 

 

P1010100vf3.JPG

 

- Hardy : ...C'est une bonne position pour un débarquement. Mes hommes se déploieront en bas de la pente avec les mitrailleuses et remonterons à travers les mousses vers ce qui semble être une issue, entourée de pommes de pin.

- Frankel : Notre objectif reste d'établir un dialogue. Ils risquent de prendre assez mal une incursion armée.

- Hardy : Je ne l'oublie pas, et nous continuerons d'émettre pour leur demander ce dialogue. Mais si nous les voyons sortir en force, vous serez bien content d'avoir une permière ligne de défense sur place...

 

 

 

 Cité des Oyatsines - 8h30 

 

P1010077wg.JPG

 

"Ici la salle de contrôle de la centrale. Des esclaves calogiens refluent en force vers les corridors d'accès. Envoyez-nous des renforts !"

 

 

P1010079wg.JPG

 

"Ils sont là !! fermez les portes !!

- Impossible, le contrôle a distance est inopérant ! Elles sont bloquées !

- Vous sentez cette odeur ?... Détection de fuite, vite..."

 

P1010086wg.JPG

 

"C'est inutile ! On la voit très bien, ça vient sur nous !

- Ici le contrôle ! Répondez ! Mais que fait la police ?!"

 

 

Dans le palais des Archontes

 

P1010094vf4.JPG

 

- Tellinos : Nous devons être solides, forts et déterminés, Messieurs ! Je veux que nos ingénieurs réfléchissent dès maintenant à des méthodes de guerre plus efficaces. Je ne crains pas spécialement une offensive montvillienne, mais il vaut mieux être prêt. 

 

P1010096vf4.JPG

 

- Tellinos : Faites au mieux. Je dois me préparer à la réuinion du Conseil des Archontes. Le temps de faire un bisou à ma femme.

   

P1010099vf4.JPG 

 

- Tellinos : Chère Aspérulia,votre puissant mari s'apprête à sauver notre monde et à recueillir la confiance de ses pairs.

- Aspérulia : Deux belles illusions exprimées dans la même phrase... Mon cher époux, vous connaissez mes intuitions et elles vous été utiles dans votre conquête du pouvoir. Je vous supplie de les entendre à nouveau si vous souhaitez le garder... 

- Tellinos : Je n'entends que les bonnes nouvelles ! Je veux bien croire en vous, mais faites donc l'effort de croire un peu en moi... pour une fois.

- Aspérulia : Vous et vos prédecesseurs avez trop réduit dans notre peuple la perception du monde qui nous entoure, au point de réduire même votre propre imagination... Qui vous dit que les Géants ne reviendront pas avec ces montvilliens pour tout détruire et nous emmener de force ? Moi, en tout cas, c'est ce que je vois...

- Tellinos : Je respecte votre intuition et votre créativité, mais tout cela n'est pas crédible... Si les Géants doivent emmener des petits hommes, ce seront les montvilliens. Ce sont eux qui nous mettent tous en danger. Et les Géants non plus ne savent rien de nous. Voulez-vous qu'ils retournent les dunes pour nous traquer ? Cela n'a pas de sens... Ah ! Le Général Koxinell !

 

P1010100vf4.JPG 

 

- Général Koxinell : Seigneur Tellinos, j'ai 9 compagnies sur le pied de guerre aux portes de nos camps, à l'ouest de la cité. A peu près 180 hommes. Les seuls qui soient un peu habitués à circuler hors de la ville en plein jour et sur des distances excédant 15 grands-mètres... Pensez-vous que cela suffira ?...

- Tellinos : C'est vous, le général. C'est à vous de me le dire.

- Koxinell : Dans le contexte d'infantilisation et de déresponsabilisation qui règne ici depuis quelques années, je n'ose plus émettre un avis sans m'assurer d'abord qu'il sera politiquement compatible. Nous nous sommes habitués à vos incursions dans la chaîne de commandement militaire...

- Tellinos : ...Vous avez de la chance d'être mon meilleur officier, Koxinell... Mais je ne suis pas un tyran, sinon, je ne vous enverrais pas chercher la gloire au front. 

 

P1010101vf4.JPG

 

- Koxinell : Je ne sais pas si c'est la gloire que nous allons trouver, mais nous avons fait de notre mieux pour prévoir tous les scénarios possibles. Je demande que les 6 hélicoptères encore en état de marche soient eux aussi placés sous mon autorité.

- Tellinos : Ils le sont. Mais sous la mienne d'abord. Et je préfère les garder en réserve.

- Koxinell : Soit... 

- Tellinos : Et une réserve est faite pour servir au moment critique. Je ne vous laisse pas tomber. Allez !

 

P1010103vf4.JPG

 

- Le serviteu r : Madame Aspérulia, vous m'avez demandé ?

- Aspérulia : Sais-tu vous comment on rejoint les portes ouest ? Celles des  casernes.

- Le serviteur : Euh... Oui, bein sûr... Evidemment !...

- Aspérulia : Qoui, "évidemment " ?... Oui, ben je suis désolé, mon grand, mais moi je ne suis jamais sortie de la cité en 27 ans de vie... Ce serait très mal vu dans la bonne société.

- Le serviteur : Finalement, c'est triste une vie de noble... Vous êtes jeune et limitée, enfermée dans une sorte de carcan de devoirs compliqués et de respectabilité toute votre vie... C'est un peu con.

- Aspérulia : Je ne te le fais pas dire ! Eh bien, tu vas me conduire là-bas. On va lui donner un bon coup de canif au carcan ! Allons-y, fidèle... Euh... C'est quoi ton nom, déjà ?

 

 

 

P1010105vf4.JPG

 

-Tellinos : Ah. Chef Belledunas... Dites-moi, mon cher… Comment s’y prend-t-on avec vous pour avoir des informations fiables et immédiates ?!

-Le chef Belledunas : Je vous prie de me pardonner, Seigneur Tellinos… Les choses sont allées trop vite, trop fort et trop loin…

-Tellinos : Hâtons-nous, Belledunas. Le Conseil des Archontes se réunit dans 30 minutes.

 

P1010106vf4.JPG

 

-Le chef Belledunas : Seigneur Tellinos, ce n’est pas prudent ! Les esclaves sont encore très agités. Il y a eu des affrontements toute la nuit dans les fermes d’insectes. Les plus belliqueux se sont repliés sur la centrale à essence. C’est très grave !

-Tellinos : Et vous êtes mon chef de la police. Alors, que faites-vous encore là ? Ne paniquez pas, ils vont se fatiguer, comme d’habitude, et vous pourrez les cueillir et les punir à loisir, jusqu’à la prochaine fois.

-Le chef Belledunas : La centrale, Seigneur ! C’est la première fois qu’ils s’en prennent à elle ! On me dit qu’ils ont saboté les portes étanches pour empêcher la police de les encercler, et qu’ils ont déjà fait de gros dégâts. Ils ont ouvert les vannes du réservoir 7 et l’essence se répand dans les conduites de maintenance vers les fermes. Si elle atteint les forges, nous risquons un feu incontrôlable et le palais sera directement exposé. Je vous prie de différer votre réunion…

 

P1010107vf4.JPG

 

-Tellinos : C’est exclu ! Occupez-vous de régler cet inconvénient ! Le palais est protégé des risques d’incendie par un plafond de briques.

-Le chef Belledunas : S’il y a une explosion dans les souterrains qui sont au-dessus du palais , ça ne sera pas une grande protection... Ou au mieux, vous allez tous cuire comme sur une pierrade !…

 

P1010109vf4.JPG

 

 

-Tellinos : Tout cela ne peut pas être aussi grave !  Mais il faut régler cette question tant que le danger extérieur subsiste. Soyez sans pitié, Belledunas. Tuez-les tous ! Et… Liquidez aussi les prisonniers !

-Le chef Belledunas : C'est encore moins prudent, ça… Les montvilliens se sont livrés à d'étranges activités toute la journée d'hier. Ils semblent vouloir rassembler les tribus calogiennes pour les déplacer et un engin a survolé plussiuers fois le village de surface. Ils ont sûrement les moyens de détecter leur appareil que nous retenons, malgré le camouflage que nous avons fait... Ils ont l'air plus offensifs, et ils continuent de nous envoyer des messages radio… Faut-il leur répondre ?

 

P1010111vf4.JPG

 

-Tellinos : Notre réponse ne tardera pas… Ils n'oseront pas nous attaquer parce qu'ils savent rien de ce qu'il y a en face. Soyez prêt à toute éventualité dès midi, lorsque nous aurons lancé notre nouvelle assaut contre leur base…

 

 

P1010112vf4.JPG

 

- Tellinos : Ô, Lumineuse Bédaoti, fanal de note obscurité souterraine, luciole bienfaitrice de notre nature hostile, tu es notre Mère à tous ! Toi que nous avons inventée... Protège-nous ! Donne aux Oyatsines courage, union et obéissance ! Eloigne le mal de ton peuple, comme nous avons depuis de nombreuses générations éloigné le peuple du mal... Donne-moi tout à l'heure la force de conviction qui va sauver notre monde et le garder en paix...

 

P1010114vf4.JPG

 

- Tellinos : ...Et pour le reste, je m'en charge...

 

Un appartement du palais, où sont retenus 4 des membres de l'expédition montvillienne 

 

 

P1010123vf4.JPG

 

- Lodre : C'est quoi tout ce raffût ? On est en train de se foutre sur la gueule dans le monde parfait, on dirait... 

- Simon : Une révolte d'esclaves, j'imagine... Les gens d'ici semblent habitués... En revanche, je n'aime pas cette odeur d'essence qui devient plus forte...

   

P1010115vf4.JPG

 

- L'Oyatsine : Bonjour... Vous vous souvenez de moi ?

- Simon : Evidemment ! Vous le serviteur du Seigneur Myrmécias. Que se passe-t-il donc ?

- Le serviteur : Un nouveau soulèvement des esclaves calogiens, unis autour d'une revendication et qui ne sont pas contents de la qualité du dialogue social. La direction a choisi de jouer le pourrissement et cherche à les pousser à la faute pour faire déraper l'affaire sur le plan pénal. Mais cette fois, c'est beaucoup plus dur que d'habitude... Je ne suis pas là pour ça, en fait. Mon Maître l'Archonte Myrmécias veut vous aider à communiquer avec les vôtres et, éventuellement, si ça vous intéresse, à vous évader. 

    

P1010118vf4.JPG

 

- Simon : C'est magnifique ! Comment ?

- Le serviteur : Il a tracé un itinéraire à travers la cité, surveillé par de nombreux hommes et femmes à lui.

Vous pourrez accéder discrètement au lieu où se trouvent votre machine volante et vos camarades. La garde est réduite au minimum : l'armée prépare une opération importante à l'extérieur.

- Madame Simon : Nous pouvons imaginer laquelle...

- Le serviteur : Nous devons partir maintenant, pendant la réunion du Conseil, à laquelle mon maître participe. Il a dit vouloir approcher certains de ces collègues pour mettre Tellinos en minorité et ouvrir les négociations avec votre peuple... 

 

P1010122vf4.JPG

 

- Lodre : Les choses bougent, on dirait...

- Le pilote : Tant que nous bougeons aussi, c'est que nous sommes vivants. Pourvu que ça dure !

- Le serviteur : Cela n'est pas garanti ! Le Seigneur Tellinos a besoin de faire beaucoup de bruit et de dégâts autour de lui pour souder les oyatsines sous son autorité. Votre vie ne tient qu'à un fil d'araignée, mais celle de vos gens dans votre camp de base aussi.

- Simon : Il veut dire la base dunaire. "Nos gens" sauront se défendre... Mais il vaudrait mieux éviter d'en arriver là, si c'est encore possible...

 

 

A l'extérieur de la Cité 

 

P1010066vf44.JPG

 

- Aspérulia : Général !! Non, n’y allez pas !! Ou plutôt si, allez-y, mais allons-y tous !!

 

P1010067vf44.JPG 

 

- Koxinell : Madame… Madame de mon cœur… Toujours cette cruelle indécision qui me perce l’âme…

- Aspérulia : Il faut que j’appelle Obellia, pour qu’elle vienne avec ses tendres petits-cousins orphelins.

- Koxinell : Madame, nous partons à la guerre, nous allons attaquer le camp des montvilliens. C'est déjà assez pénible de devoir le faire aux heures les plus torrides... Je ne peux exposer au combat votre douce personne ni celle du troupeau de lardons de votre douce amie Obellia.

 

P1010068vf44.JPG 

 

- Aspérulia : Croyez-moi, Koxinell ! Il faut partir ! Je suis sûre que quelque chose de terrible s’avance…

Général, je ne croyais pas vous faire cet aveu un jour, mais toutes les protéines de mon être le réclament : Je crois que… Oui, j’en suis sûre à présent… Je sais que vous êtes un homme raisonnable !

 

P1010069vf44.JPG

  

- Koxinell : Madame ! On pourrait nous entendre… Vous connaissez mes sentiments et je voudrais hurler à la face du ciel contre cette injustice si cruelle de vous voir au bras du Seigneur Tellinos, qui ne vous mérite pas, et c’est comme si j’étais éventré par une  aiguille de pin ! Mais ne croyez-vous pas que nous sommes en train de brûler les étapes ? Nous n’étions même pas dans les épisodes précédents…  

- Aspérulia : « Brûler »… Oh, mon cher ami, ne prononcez pas ce mot ! Il agite un tourbillon d’images aveuglantes et de cris de souffrance dans ma tête enfiévrée ! 

- Koxinell : Mais j'ai une mission à remplir, cher trésor scintillant qui éblouit mes yeux, et je m'y dois, même si elle m'a été confiée par votre haïssable époux... Car je me dois avant tout à la survie de la Cité !

- Aspérulia : C'est justement de la survie de la Cité dont il est question ! C'est très excatement ce qui est en jeu ce matin ! Dans les minutes qui viennent, je vous l'assure !!!

 

 P1010070vf44.JPG

 

- Un soldat : Eh, les cocos… Hâtez-vous de conclure et on se casse d’ici fissa. Moi aussi je suis médium et le truc de la fièvre des images qui tourbillonnent, je l’ai aussi…

- Aspérulia : Ecoutez-moi ! Ecoutez-le ! Notre monde se meurt et nous n’avons déjà plus le temps ! Il faut sauver ce qui peut l’être !

- Koxinell : …Vous me jetez dans un désarroi sans bornes… Soldats, demi-tour ! Dispersez-vous dans le secteur ouest et faites sortir de la cité le plus de monde que vous pourrez !

- Un autre soldat : Tu es bien gentil, Général, mais on va d’abord chercher nos familles !

- Koxinell : Allez-y et faites au mieux ! Tous les célibataires avec moi !

- Un soldat : Moi je suis en concubinage, ça marche aussi ?

- Un soldat : Et moi j'ai mon petit copain qui travaille dans les cuisines du palais !

- Koxinell : Bon, sortent de la colonne aussi les hétérosexuels non mariés et en concubinage et les homosexuels en couple, mais tous à la condition que le ou la partenaire de vie figure dans leur dernier avis d'imposition.

- Un soldat : Moi, je suis veuf mais j'ai enfant à charge qui compte pour une demie part. J'ai le droit ?

- Un soldat : Et si je suis divorcé mais que mon ex-femme est restée ma meilleure amie, même après s'être remariée à un type qui n'est pas soldat dans une de ces compagnies ? C'est quand même ma meilleure amie !

Un soldat : Si je prétexte de retourner chercher mon ex-femme, dans quelle proportion j'aurais droit de faire semblant de la laisser crever par inadvertance, cette punaise ? Je veux dire, est-ce que sa famille peut porter plainte contre moi ? Si je sors de la colonne, ai-je dans ce cas une obligation de moyens ou de résultat ? 

- Un soldat : Et moi j'ai un crédit d'impôt de 60 % de la totalité des dons faits aux oeuvres de l'enfance oyatsine claustrophobe en détresse. Cela dit, je n'en connais aucun, de ces gosses. J'ai droit à quelque chose aussi ?

- Koxinell : Euh... La question est : As-tu quelqu'un à aller chercher en ville ? Si c'est non, tu auras moins de chance de crever quand la cité va brûler... C'est bien ça, hein ? Aspérulia ?   

 

P1010072vf44.JPG 

 

- Aspérulia : ...Mon amour de Koxinell...

- Koxinell : Madame !… Je vous aime ! Désormais vous êtes mienne ! Le voulez-vous ?!

- Aspérulia : Oui, Mon Général !

 

P1010074vf44.JPG

 

P1010077vf44.JPG

 

P1010080vf44.JPG

 

- Les soldats : Hourra ! Hourra !

 

 

 La salle du Conseil des Archontes - 9h10

 

P1010033wg.JPG 

 

- Tellinos : Messeigneurs ! Notre peuple est en alerte, tiraillé entre les ennemis de l'intérieur et ceux de l'extérieur ! Le moment est venu de nous demander ce que nous sommes prêts à faire pour assurer la pérennité de notre monde et maintenir l'idée merveilleuse de Bédaoti dans l'esprit de nos concitoyens ! 

 

P1010034wg.JPG

 

- Tellinos : Je vous l'avoue sans embarras aucun : l'attribution au Gardien des Oyats des pouvoirs spéciaux va être nécessaire pour prendre les décisions qui s'imposent ! 

 

P1010037wg.JPG

 

- Myrmécias : En réalité, les mesures ont déjà été décidées, les ordres donnés aux officiers. La mort pour les uns, la guerre contre les autres. Il veut la dictature, rien de moins... 

- Obellia : Je les ai vus, moi, ces étrangers. Ils ne paraissent pas si méchants...

- Argousio : Ne l'écoute pas, ma fille. Mon ami Myrmécias est toujours aussi médisant et rebelle. Et toujours aussi dangereusement fasciné par l'Autre monde... Va donc prendre toi-même la tête des esclaves calogiens révoltés, naïf progressiste !

- Myrmécias : Si on m'impose un choix, je préfère "prendre leur tête" tout en la laissant sur leurs épaules ! Ne vois-tu pas ce qui se passe ?

- Argousio : Et comment je le vois ! Mon fils aussi voit bien les choses. Comme il voit, par exemple, tes serviteurs dispersés dans la ville, mis en faction à attendre on ne sait quoi...

 

P1010039wg.JPG

 

- Myrmécias : Vraiment ? Voit-il aussi la pauvreté, le malheur, la détresse qui baignent les bas-fonds de la ville ? As-tu vu cela, brave Loupio ?

- Loupio : Si tu n'étais pas ami de mon père, Seigneur Myrmécias, je te les aurais déjà fait voir, les bas-fonds, du côté des prisons...

- Argousio : Prends ton mal en patience, Myrmécias. Ce n'est qu'une question de mois avant que tout s'arrange de ton point de vue.

- Myrmécias : Ce qui veut dire ?

- Argousio : Que tu vas bientôt laisser la place, naturellement, à une génération plus responsable, et que tu n'auras plus de motifs de plaintes... Ni de plaintes tout court. Aie la sagesse de patienter jusque là...

 

 P1010042wg.JPG

 

- Tellinos : Ce n'est pas le moment de mollir ! Les étrangers sont à nos portes avec leur armée ! Ils vont dévaster par mépris et ignorance une civilisation multicentenaire qui leur est de loin supérieure ! 

 

P1010044wg.JPG

 

Myrmécias : Mais c'est faux ! Ils essaient de nous contacter mais nous ne répondons jamais à leurs appels ! Je sais qu'un certain Commandant Hardy est arrivé dans la région, il veut discuter avec nous. Il est furieux, mais il veux comprendre. Oui, il a amené des renforts pour défendre leur base, mais ce n'est pas une armée ! Et notre civilisation supérieure a pompé toute sa technologie chez eux !

- Argousio : Assez ! Comment peux-tu être le seul ici à connaître le contenu des messages radio ? Avec quelles sortes d'"antennes" ? 

 

 P1010040wg.JPG

 

- Tellinos : Le choix est simple : Vaincre ou périr. Et pour vainctre, il faut me donner les moyens ! Je ne transigerai jamais avec la sécurité et la survie de notre peuple, et aucune force étrangère grande ou petite ne sapera toute notre oeuvre majestueuse et, je vous l'affirme, unique ! Unique ! Bédaoti est LE monde et il ne peut laisser la place à un autre ! S'il faut être forts, agressifs et violents contre nos ennemis, nous le serons ! La terreur que nous leur inspirerons sera notre arme, parce que ce sera ça ou la fin de ce monde !

 

P1010045wg.JPG

 

BANG !!!!!!!!!  

 

P1010047wg.JPG

 

"HAAAAAAAA !!!!!!!!"

 

P1010048wg.JPG

 

RE-BANG !!!!!!!!

 

P1010046wg.JPG

 

P1010054wg.JPG

 

P1010053wg.JPG

 

- Argousio : Loupio !! Obellia !!... Myrmécias !!

 

P1010059wg.JPG

 

P1010060wg.JPG

 

P1010062wg.JPG

 

P1010055wg.JPG

 

P1010056wg.JPG

 

P1010061wg.JPG

 

P1010068wg.JPG

 

- Loupio : Père ! Où êtes-vous ?!... Où avez-vous rangé votre testament ?!

 

P1010110vf3.JPG

 

- Docteur Simon : Mais arrêtez de vous battre, enfin ! Vous ne croyez pas qu'il y a mieux à faire ?!

 

P1010111vf3.JPG

 

  " Ceci est un appel général à tous les habitants de la Cité ! En raison d'une catastrophe incontrôlable qui suit son cours, et de la mort très probable de la totalité de notre gouvernement, nous vous invitons à vous rapprocher des sorties les plus proches... "

 

P1010074wg.JPG

 

" ...Et de faire la seule chose raisonnable qui rest à faire  : FOUTEZ LE CAMP !!! "

 

 

 

 

P1010078vf44-2e.JPG

 

- Un soldat : Bon... ça fait combien de temps, là ?...

 

P1010082vf44.JPG 

 

- Lodre : ...Bon d'accord, si vous voulez. Ces gens-là n'étaient peut-être pas très accueillants, mais ils n'ont pas mérité ce qui leur arrive ! Nous avons un devoir d'assistance envers eux...

- Un officier : Mais, qu'est-ce que ?... Halte !! Les prisonniers étrangers s'évadent !!

 

P1010084vf44.JPG

 

- L'officier : Où croyez-vous donc aller ?! Ramenez-les dans la Cité !!

- Le serviteur de Myrmécias : Il n'y a plus de Cité ! Une catastrophe vient d'avoir lieu, la ville et le peuple se meurent et vous restez là sans nous aider !

- L'officier : Que dis-tu là ?... 

 

P1010086vf44.JPG

 

- Simon : Il dit vrai. Le feu est en train de tout détruire. Nous pouvons vous aider, mais il va falloir cesser de nous regarder comme des ennemis.

- Aspérulia : Le feu !! Oh, non !!

- Koxinell : Vous l'aviez prédit, Chérie... Mais qui êtes-vous donc, Etrangers ? Vous prétendez nous sauver alors que vous vouliez nous détruire !

- Simon : Oubliez tout ce qu'on vous a appris ! Ne pensez qu'à l'urgence de la situation et ayez confiance ! Nous pouvons faire venir ici des dizaines de sauveteurs, de médecins, d'infirmiers... 

- Un soldat : Général, il y a de la fumée qui sort des puits d'aération !

- Koxinell : Camarades ! Courez tous vers la ville ! Portez secours à notre peuple !

 

P1010087vf44.JPG

 

- Koxinell : Qu'est ceci ?!

- Hardy : Que personne ne fasse de geste inconsidéré ! Nous sommes peu nombreux mais pas contents et bien armés !

- Simon : Hardy ! Ne tirez pas !

 

P1010088vf44.JPG

 

- Koxinell : Etes-vous venus donner le coup de grâce ?

- Hardy : Nous sommes venus libérer nos amis et leur appareil. Je veux que vous en donniez l'ordre !

- Simon : Hardy, tout fout le camp ! Un gros incendie s'est déclaré dans la cité souterraine et le sable est en train d'ensevelir des milliers de personnes. Intervenez ! Nous devons le faire !

- Hardy : Je vois... Sachez que nous serons plus efficaces dans quelques minutes : les Grands arrivent pour ouvrir et vider cette ville...

- Koxinell  : Les "Grands" ?!... Mais cest horrible ! Il ne faut pas !

- Simon : Tranquillisez-vous... Nos Géants sont la meilleure aide que vous puissiez espérer... 

- Koxinell : Mais alors... Notre monde est fini, c'est ça que ça veut dire...

- Simon : Votre monde était une illusion et vous le savez. Il est temps de CAHNGER le monde...   

 

 

A bord du Sasgarion - Zone de lancement 3 - 18h30

 

P1010106vf44.JPG

 

- Kovnic : Commandant, Docteur, heureux de vous voir revenir sains et saufs...

- Hardy : Merci. Les choses ont pris un tour dramatique, mais on voit peut-être enfin le bout de cette histoire... Où en êtes-vous ?

- Kovnic : J'ai pu faire un premier diagnostic de l'état de la base dunaire mobile. Elle a subi d'importants dégâts durant sa mission, aussi bien dans la structure que dans la mécanique et les nanocircuits. Comme nous sommes très sollicités par ailleurs, nous en aurons pour plusieurs semaines de travail. Et remplacer Monsieur Wilfrid n'est pas une mince affaire...

- Hardy : Prenez le tout temps dont vous avez besoin, et la base mobile restera dans son hangar le temps qu'il faudra. Il n'est plus nécessaire de travailler dans l'urgence et, de toute façon, il n'y aura pas de mission d'exploration avant 2 mois. Notre priorité est l'installation sur le site Arrochelle. 

 

P1010108vf44.JPG

 

- Kovnic : C'est donc vrai, alors... Nous allons nous fixer dans la région... Pendant votre absence, l'Amiral s'est fendu d'un nouveau discours très joli pour nous annoncer la décision.  

- Hardy : Et dire que j'ai manqué ça... Je vous verrai plus tard pour faire un point sur le parc des Geckos. Bon courage, Kovnic, vous faites du bon boulot.

 

P1010110vf44.JPG

 

 - Kovnic : Eh ben les gars, c'est pas encore maintenant les vacances !

 

 

Section médicale, unité d'urgence de la zone 3

   

P1010102vf44-1.JPG

 

- Myrmécias : Oh ! Mes amis ! Vous êtes là !

- Docteur Simon : Nous avons été bien surpris d'apprendre que vous étiez en vie et soigné à bord du Sasgarion.

- Myrmécias : Oui, je m'en suis sorti. Pas en m'évadant, comme à Canarleurre durant l'hiver 2003 - Au fait, je vous ai dit que j'étais le roi de l'évasion ? - mais grâce au fils et à la fille de mon ami Argousio... Nous sommes bien peu nombreux parmi les occupants du palais à avoir eu cette chance...

- Simon : Ces personnes, Loupio et Obellia, sont restées dans la cité pour participer à la recherche de survivants.

- Myrmécias : Quelle horreur... Nous avons détruit notre monde en voulant le sauver...

- Docteur Simon : Mais vous verrez votre nouveau monde, Myrmécias... 

 

P1010098vf44-2.JPG

 

- Myrmécias : Oui, c'est une bonne chose... Savez-vous où vos Géants vont nous emmener ? Notre peuple reste nombreux, vous le savez...

- Simon : C'est encore trop tôt pour le savoir. A mon avis, il y a 2 choix possibles : Le Cantal, sur les hauteurs près d'Aurillac, ou la Bretagne, dans la forêt de Brocéliande... Dans les 2 cas, c'en est fini du sable...

- Docteur Simon : La veuve de Tellinos, Dame Aspérulia, a formé un gouvernement provisoire, en association avec un général, Koxis... Koxinell...

- Simon : Oui, quand nous les avons vus ce matin, ils semblaient très associés !

- Myrmécias : Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! "En association" ! Je ne suis pas du tout étonné ! Dommage qu'il ait fallu ça... Ce sont des gens bien. Ils sauront conduire les Oyatsines avec plus de sagesse et de justice, et leur réapprendre ce qu'est la vie sur Terre.

 

P1010097vf44-3.JPG

 

- Docteur Simon : Vous serez le bienvenu ici, et sur notre nouveau site d'installation, vous et vos proches, qui nous ont aidés et qui le voudront bien. Ce sera plus calme...

- Myrmécias : Je me sens en pleine forme, intérieurement du moins. Puisse Bédaoti, notre Mère à tous, me prêter assez de vie pour voir les choses passionnantes qui vont arriver. J'apprécie votre offre et vous en remercie. Mais si je ne suis pas encore assez vaniteux pour croire que les Oyatsines ont besoin de moi, je sais au moins une chose : moi, j'ai besoin d'eux. Je partirai donc aussi... Après, bien sûr, que vous m'ayez fait visiter votre merveilleux vaisseau !... Si mon état le permet

- Simon (en montrant sa femme) : Demandez à votre médecin.  

 

 

Poste principal – 20h50

 

P1010094vf.JPG

 

- Docteur Losleer : …Nous avons le rapport final de l’opération conjointe sur… Bédaoti. L’incendie est resté contenu dans le sous-sol et ses effets n’ont pas été visibles de loin. Le sable, en s’infiltrant dans les cavités, l’a étouffé assez rapidement, mais des centaines des personnes ont dû être étouffées aussi, ou asphyxiées par les gaz, ou encore  brûlées par la combustion de l’oxygène…

 

P1010096vf2.JPG

 

- Hardy : Les détails ne sont pas nécessaires !

- Docteur Losleer : Nous n’avons aucune nouvelle du gouvernement et des Archontes, qui se trouvaient rassemblés dans une zone directement impactée par la catastrophe. L’armée oyatsine entreprend des recherches sur place, il y a sûrement encore de nombreuses personnes à trouver dans les ruines et les parties les plus profondes de la cité… L’évacuation a été un succès. 362 calogiens ont été regroupés et pris en charge par notre hébergeur de Groffliers. Il serait souhaitable, selon les autres membres du Comité, que ces gens restent avec nous dans notre prochaine installation… Il y a assez de place pour leur donner un territoire dans lequel ils pourront se réhabituer à un autre mode de vie…

 

P1010095vf.JPG

 

- Hardy : C’est une bonne idée, oui. Il doit en rester d’autres, non ?

- Chardonville : Des messages écrits ont déjà été laissés dans tous les lieux par lesquels ils transitent habituellement. La base dunaire a également ramassé ce matin les 42 hommes du Colonel Fresnize, qui étaient un peu… déphasés. Ils étaient ivres morts et chantaient « on a gagné, on a gagné »… Par chance, nous les avons trouvés avant les calogiens… Quant aux oyatsines, ils sont près de 10 000 d’après le dernier décompte. Ils sont déjà à Stella. Les recherches vont se poursuivre tout autour de la cité. Nous avons également admis à bord du Sasgarion 53 blessés, pour lesquels toutes les équipes de Madame Losleer sont mobilisées.  

 

P1010097vf.JPG

 

- Hardy : C’est parfait. Une estimation du nombre des victimes ?...

- Chardonville : Bien… Si on retire les évacués et les 1 700 oyatsines militaires et civils affectés aux recherches… Il y aurait à cette heure près de 3 000 personnes encore portées disparues… C’est assez difficile à évaluer en raison de la confusion qui régnait dans la cité ces dernières années : l’absence de tout recensement effectué depuis l’abandon des autres villes, le cloisonnement entre les classes sociales, et ne parlons pas des esclaves calogiens, dont personne ne sait combien ils étaient exactement avant ce désastre…

 

P1010099vf.JPG

 

- Hardy : …C’est horrible… Il ne faut pas lâcher… Si besoin est, nous laisserons des équipes de secours sur place en renfort pendant notre installation… Comment ça se présente de ce côté-là ?

- Chardonville : Oh ! Les études préliminaires et les prospectives sur le site de Groffliers sont excellentes ! Je vous ai préparé un condensé et quelques diagrammes…

 

P1010102vf.JPG

 

- Hardy : Merci… Euhmmm… Nous verrons ça demain… Je vous remercie… Tous… Je vous souhaite une bonne nuit…

- Chardonville : …Mais… J’avais des diagrammes à vous  projeter, là, sur le grand écran…

- Hardy : C’est gentil tout plein. J’adore vos diagrammes. Mais j’ai besoin de… De me retirer. Monsieur Gytring, quoi qu’il arrive cette nuit, vous prenez le commandement. Bonsoir. A demain.

 

P1010105vf-copie-1.JPG 

 

 P1010107vf.JPG

 

- Chardonville : Bon... Je ne serai pas étonné qu'il demande un congé... Ce serait une bonne idée, d'ailleurs. 

 

 

P1010109vf.JPG 

 

- Professeur Décalon : Remettons-nous au travail. Nous aussi, nous avons un nouveau monde à construire. Une termitière, comme dirait l'Amiral... Quand prévoyez-vous notre départ de cette chambre du Voltaire ?

- Gytring : Le décollage est prévu pour le 8 juillet. Essayons de profiter d'ici là de quelques bons moments. Ils peuvent nous passer si vote sous le nez !... Pour ce qui est des opérations de sauvetage, elles sont prévues pour durer toute la semaine. L'avantage du site Arrochelle, c'est qu'il est encore plus proche de la baie. Ainsi, nous pourrons mieux continuer nos observations dans le futur.

- Chardonville : Parfait. Quelqu'un veut dire le mot de la fin ?... Mmmm ?... Non... Je vois. Nous sommes tous bien fatigués, on dirait !

 

 

 

Oui, les aventuriers du Sasgarion ont bien mérité un peu de repos, mais pas  tout de suite. Il reste encore un épisode avant de conclure cette première saison de notre série-diaporama de science-fiction miniature. Et dans le bar du Voltaire, le barman assiste à l'arrivée, pour une nouvelle fois, des membres du réseau des Grands Protecteurs, qui ont entre leurs mains une foule de petits destins méconnus. Il reste encore de grandes décisions à prendre et qui sait si les problèmes ne font pas QUE commencer ?...

 

 

DSC00106 

 

 Il faut préciser que le barman dispose, caché sous le plan de travail et à côté du lave-vaisselle, d'un bouton d'alerte directement relié au Poste principal du Sasgarion. Il doit l'actionner et faire son rapport au Commandant Hardy dès qu'il entend un client parler, avec surexcitation, d'une étrange découverte dans le sable, en dehors des canettes de coca et des mâchoires humaines non datées...  Du genre un Grand qui aurait trouvé ou capturé des petits hommes...

Le cas ne s'est encore jamais présenté.

 

DSC00115

 

DSC00120

 

  A SUIVRE...

 

Partager cet article

Repost 0
Published by SASGARION
commenter cet article

commentaires