Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LE MONDE MINIATURE DE SASGARION
  • : Le monde miniature imaginaire de Sasgarion, qui vit depuis plus de trente ans. Tenté un moment par un diorama classique, une ville miniature au 1/87ème, je suis allé vers quelque chose de plus personnel, foisonnant, sans règles, toujours transformé et renouvelé, mais surtout moins cher ! Bon, c'est aussi, très clairement, une sorte de thérapie, de dérivatif, un moyen de survivre, sans doute...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Liens

4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 09:33

 

Le Mini-Docteur est de retour et il a l’air très occupé. Le monde des petites gens est paraît-il en danger et ça n’a rien à voir avec la crise financière et économique. 

 

Base dunaire mobile, dans la Baie d’Authie - Jeudi 1er septembre – 11h15

 

D90

 

D91

 

D92

 

D130.JPG

 

- Voix d’une fille du Poste de commandement : Le Docteur Simon est demandée au sas principal du niveau A.

- Simon : Tu as entendu ? C’est toi ou moi ?

- Docteur Simon : Je SUIS le Mini-Docteur !

 

D131.JPG

 

- Simon : Très drôle. Elle voulait peut-être dire « Professeur » et sa langue a fourché…

- La voix : J’ai dit « demandé-eu. »

- Simon : Oui, ben c’est pas français !

 

D132.JPG

 

D133.JPG

 

- Frankel : Professeur, c’est bien que vous soyez déjà revenu de votre exploration. Je vous présente, ou peut-être pas, le Colonel Sablinos, commandant de la base oyatsine dans l’ancienne cité du désert.

- Simon : On se connaît, je crois. Vous étiez responsable de notre détention dans la cité…

- Sablinos : Oui, c’était le bon temps. Nous avons voulu, nous aussi, inspecter cette mystérieuse colonie qui vit en contrebas de ces dunes, hier soir. Et nous l’avons trouvée. En fait, ces gens vous ont repérés aussi et ils montent vers vous.

 

D134.JPG

 

- Frankel : Le fait nouveau, c’est que cette tribu a demandé l’aide du Colonel pour transporter des malades. La base oyatsine a mobilisé ses 3 hélicoptères pour cette mission de sauvetage. J’ai accepté, pour gagner leur confiance, de les admettre dans notre unité médicale, mais je voudrais que vous les examiniez avant de les faire entrer. Il y en 5. Et vous Professeur, vous participerez aux discussions avec leur chef, qui est ici. Un certain Dunemahon.

- Docteur Simon : Bien, je vais les voir… « Tnit-tnit »… Unité médicale ?… Sissie ? Rassemblez l’équipe et préparez l’unité pour l’arrivée de 5 patients.

 

D143.JPG

 

- La sorcière : Je suis la sorcière de la tribu. On m’a obligée à consentir à l’idée que votre médecine prétentieuse était peut-être leur dernière chance.

- Docteur Simon : Euh… Quels sont les symptômes ?

- La sorcière : Ils tombent tout à coup, sans que rien ne l’annonce, en travaillant, en chassant, ou au milieu d’une phrase, et sont plongés dans une profonde léthargie. Ils sont en vie, le cœur bat normalement, mais ils sont coupés du réel. Ils roulent des yeux comme s’ils rêvaient.

- Docteur Simon : Combien de temps depuis l’apparition du premier cas ?

- La sorcière : Le premier est tombé malade il y a deux jours.

 

D144.JPG

 

- Frankel : Chef Dunemahon, il est important pour votre sécurité que nous entretenions de bonnes relations. Nous pouvons vous offrir un choix conséquent de conditions de vie moins précaires que celles que vous connaissez actuellement.

- Chef Dunemahon : Nous sommes satisfaits des conditions actuelles. Nous n’avons rien à voir avec ces oyatsines qui se montrèrent faibles et soumis.

- Sablinos : C’est vrai, nous fûmes longtemps faibles et soumis… Soumis à une absurde propagande.

- La sorcière : Vous blasphémez ! La vérité n’est pas dans ce que vous voyez, ou croyez voir, mais dans la sécurité qu’offre Bédaoti. Notre peuple s’est laissé abuser par des chefs qui ont fini par confondre l’enjeu suprême avec leur propre intérêt politique. C’est pour ça que nous avons quitté les cités il y a plus de 10 ans. Aujourd’hui, les signes ont là, le Néant se répand, comme les grandes marées dans le platier, et il commence à nous atteindre. La Pensée se meurt, mais seuls les fidèles de Bédaoti connaîtront la suite des Temps. Vous ne connaîtrez que leur fin.

 

D143.JPG

 

- Simon : Mmm ?... La Pensée ?... Que savez-vous de la Pensée ? Chef Dunemahon ?

- Chef Dunemahon : J’ai moi-même insisté pour qu’on soigne nos malades ici, au cas où ce mal serait anodin et indépendant des failles de la Pensée… Mais il reste vrai que le Néant vient sur nous. C’est inéluctable. La Pensée est notre source de vie et la source se tarit.

- Frankel : Oublions pour le moment les batailles théologiques. Chef Dunemahon, je veux vous assurer que nous prendrons soin de vos compagnons et feront tout pour les aider. Si vous le désirez, vous pourrez voir qu’ils sont bien traités, dans notre unité médicale. 

 

D145.JPG

 

D146.JPG

 

- Docteur Simon : Je ne décèle aucun signe d’infection, contagieuse ou pas, les malades n’étaient pas forcément en contact fréquents et réguliers entre eux… Ou alors ces gens sont tous porteurs de ce mal et il se déclare de façon diffuse et aléatoire… Il faut les admettre à bord. Dehors, je ne peux faire aucun examen sérieux.

- Frankel : Alors c’est d’accord. Prenez toutes les précautions d’usage et isolez votre unité. Je vais venir vous voir rapidement avec le Chef Dunemahon.

 

 

 

D135-copie-1.JPG

 

D136.JPG

  

- Sissie : Mettez-le sur le fauteuil d’examen… Merci. C’est le dernier ?

- L’infirmier : Oui, c’est le dernier.

 

D138.JPG

 

 

- Docteur Simon : Me v’là. Ils sont tous bien installés ?

- Sissie : On manque de place, mais ça ira. Par chance, ils ne sont pas très agités.

- Docteur Simon : Bien. Prise de sang et tensiomètre pour tous, électroencéphalogramme pour le premier cas déclaré, le plus jeune.

 

 

 

D139.JPG

 

- L’infirmier : Docteur !!!

- Docteur Simon : Mais ?!…

 

D140.JPG

 

- Sissie : Tous disparus !! Evanouis !!

 

D141.JPG 

 

- Frankel : Docteur ?...

- Chef Dunemahon : Où sont-ils ? Qu’en avez-vous fait ?!

- Docteur Simon : Mais je… Je ne comprends pas… Ils étaient là… Et en une fraction de seconde, ils ont disparu…

- Chef Dunemahon : Qu’avez-vous fait ?!!

- Frankel : Docteur Simon !!

- Le sorcier : Je vous l’avais dit ! Pour garantir leur sécurité, Ces fourbes méprisants tueront tous les malades ! Car nous ne sommes rien pour eux !! Vengeance !!

- Docteur Simon : Nooon !!

 

D142.JPG

 

- Chef Dunemahon : J’en ai assez vu, je vous remercie, Commandant ! Nous rejoignons les nôtres qui se rassemblent et vous paierez pour cette hérésie criminelle, par la volonté de Bédaoti !!

 

 

 

15h20 - Comme promis, la tribu de Dunemahon a gravi la pente de sable et s’apprête à attaquer la base mobile. Les soldats montvilliens, envoyés en renfort par Arrochelle, ont chargé leurs armes de munitions anesthésiantes. Mais les oyatsines prendront sans doute moins de précautions…

 

D15 

 

- Chef Dunemahon : Pour Bédaoti !! Sus aux hérétiques !! Sus !!

 

D16

 

- Tous : Sus ! Su-u-u-u-us ! Suuuuus ! Sus ! Su-u-su-uh...

 

D17

 

D18

 

- Simon : Colonel Sablinos, c’est votre peuple. Vous pourriez peut-être leur parler, les calmer un peu…

- Sablinos : Ils ne m’écouteront pas. Ce sont des fondamentalistes du culte de Bédaoti. En acceptant la vérité du monde, nous sommes devenus des traîtres, pour eux… Je ne les crois pas engagés dans une dynamique de compromis… Et puis surtout, il aurait fallu y penser plus tôt.

 

D19

 

- Le Lieutenant : Vous êtes les meilleurs fusils du 24ème ! Faites que ces sauvages s’en rendent compte ! (film : L’ « Ultime attaque », avec Peter O’Toole)

- Le soldat : Monsieur, ce que vous dites là n’est pas très correct, politiquement…

 

D20

 

 - Le Lieutenant : Premier rang... Feu ! Rechargez !

 

 D21

 

D22

 

D23

 

D24

 

D25

 

D26

 

- Le Mini-Docteur : Eh ben ?!... Mes acclamations ?! Mon enthousiasme ?!

 

D27

 

- Le Mini-Docteur : Bonjour… Bonjour… Bonjour… Bonjour… Bonjour… Bonjour… Bonjour…

 

D28

 

- Simon : Vos entrées sont toujours très remarquées…

- Le Mini-Docteur : Ce qui motive ma visite va encore plus exciter les imaginations… L’heure est grave, le monde part en couille mais vous, les petits hommes, vous faites comme les Grands, vous passez votre temps à vous castagner.

- Simon : En couille ?

- Le Mini-Docteur : Et le mot est faible. Nous allons avoir bientôt besoin des scientifiques et des techniciens de la base dunaire sur le Sasgarion. Et je dois maintenant y aller pour réunir le Comité. 

- Simon : Est-ce que cette crise a un rapport avec La Pensée, dont on entend beaucoup parler en ce moment ?

- Le Mini-Docteur : Oui, Monsieur Simon. Il s’agit bien de ça.

  

D29 

 

- Le Lieutenant : Bon… Ben… On remet ça à plus tard ?

- Le Chef Dunemahon : D’accord, ça marche. Faites quand même un semblant d’enquête sur ces disparitions, ce serais gentil, hein ?…

- Le Lieutenant : Ok. A la revoyure.

 

 

A bord du Sasgarion, 16 heures 30 

 

 D57  

 

- Le Mini-Docteur : Mesdames, Messieurs, je vous ai demandé de bien vouloir réunir le Comité ce soir parce que j’ai une chose déplaisante à vous annoncer. Et je vais essayer de faire tenir ça dans le minimum de mots possibles… Pour ne pas vous laisser le temps de réfléchir et de vous affoler. Voilà… Avez-vous déjà pensé à quel point l’existence clandestine au ras du sol d’êtres vivants et pensants dont l’échelle est comprise entre 1/72 et 1/87ème est absurde et incongrue ? Bien sûr, vous m'objecterez que toute espèce vivante qui rampe ou qui marche, et ce quelle que soit sa taille, du scolopendre à l'éléphant, vit par nature au ras du sol et ça n'a rien d'absurde, mais cessez de m'interrompre, je vous prie... La vérité, c’est que vous n’existez que parce qu’un Grand vous a imaginés si fort qu’il est parvenu, sans le savoir, a imprimer et fondre votre réalité dans la réalité globale. Vous tenez une grande place dans sa vie intime, et le résultat est que vous êtes vivants…

 

D58

 

- Tous : ?...........

- Le Mini-Docteur : …Je vous laisse quand même déglutir ça… C’est bon ? Je continue. Votre existence, issue d’une imagination débridée jusqu’à confiner à une forme de folie douce, ne tien qu’à un fil, celui de ce que nous appellerons la Pensée, la sienne, en l’occurrence. Or une Pensée peut être fragile et fugace, et en tout cas pas éternelle… Pour ce que j’en sais, et je suis loin de tout savoir et ce que je ne sais pas, je m’efforce de le ressentir et l’interpréter, la Pensée, celle qui est votre source de vie, est en voie d’extinction…

 

D59

 

- Le Mini-Docteur : Qui sait ce qui se passe dans la tête de votre créateur ? Une alerte subconsciente a été déclenchée par anticipation dans cette tête-là, et j’en suis l’émanation, la transposition directe dans votre monde, avec tout ce que cela comporte de bizarre, le FFI et tout ça…

- Chardonville : …Mais… Pourquoi la Pensée va-t-elle s’éteindre ?...

- Le Mini-Docteur : Je l’ignore. Votre créateur va-t-il mourir ? Ou perdre l’esprit ? Ou tout simplement, vous oublier et passer à autre chose ?... Mystère. Tout ce que je connais, c’est le moment, le point limite de la Pensée, qui est la limite de TOUT en ce qui vous concerne. Ce sera le 17 décembre 2011, à 21h38. Dans 3 mois et demi. 

- Gélagnac : Attendez…Vous dites qu’un Grand  nous a… suscités. Mais quand ? Quel âge a-t-il, étant donné que notre histoire remonte à 700 ans ?...

 

D60

 

- Le Mini-Docteur : Tout a commencé pour lui, et donc pour vous, en 1976. A partir de là, vous avez existé dans le passé et votre histoire a suivi un cours normal une fois fondue dans la réalité. Mais si le début est « projetable » dans le passé, la fin ne peut l’être dans l’avenir. C’est comme ça.

- Madame Ludnarwera : Alors nous allons tous mourir ? C’est ça, votre nouvelle « déplaisante » ?

- Le Mini-Docteur : Non, ce ne sera pas vraiment une mort. Ce sera une dissipation. Tout ce que vous êtes, ce que vous avez vécu, construit, vos nations, vos bases partout en France, et même certains des Grands qui n’avaient pas d’existence physique avant la Pensée, tout cela va purement et simplement s’effacer. A un moment, vous ne serez plus là et personne ne s’en apercevra. Vous ne laisserez aucun souvenir, ni trace tangible. Le truc a déjà commencé, les signes sont là… J’en ai noté un peu partout.

 

D61

 

- Hardy : Avec vous, ce qui est « simple » prend un tour assez monstrueux.

- Madame Ludnarwera : Vous rendez-vous compte que l’on parle de la vie de dizaines de milliers de mini-gens ?!

- Le Mini-Docteur : Sans la Pensée, la réalité va se rééquilibrer d’elle-même. Votre créateur ne possède qu’environ 3 000 petits personnages en plastique, dont vous êtes. Tous les autres retourneront au néant. Et vous, vous redeviendrez des choses minuscules, figées et posées dans un décor fait de plastique, de carton et de petits objets de récup’… Un mini-monde à l’échelle d’une chambre sous les toits à Paris, sans vie et sans conscience... Soyons clair : Il n’y a de votre part aucune mesure à prendre, aucun plan de sauvetage, aucune Arche à lancer dans les airs ou enfouir sous terre pour sauver « ce qui peut l’être ». La rupture de contact entre votre réalité et le vaste monde qui vous entoure sera froide et concrète, totalitaire, sans aucun sentiment…

 

  D58

 

- Le Mini-Docteur : …Sauf…

- Tous : Aaaaaah !.

- Le Mini-Docteur : …Et je suis là pour ça, si je vous aide à intervenir directement sur votre créateur. Nous pourrions bien sûr prendre un Gecko et aller le voir pour lui parler à l’oreille. Ce serait trop simple. La Pensée doit être sécurisée parce que nous sommes à un point où vous devez accéder à un autre niveau de conscience pour survivre. Pour ça, il faut désamorcer son subconscient et en transférer les données qui vous concernent.  

- Hardy : …Si nous sommes réels, ça ne dépend que de cet homme qui vit lui-même dans des réalités alternatives… Hallucinant. Vous avez un lien particulier avec lui, mais devrez-vous agir seul ?

 

D62

 

- Le Mini-Docteur : Nous avons une carte à jouer. Elle s’appelle Jemmo Wilfrid et c’est ce garçon, là, qui est présentement le dos au mur dans tous les sens du terme. Jemmo a été voulu et programmé pour être la représentation miniature idéale de votre créateur, son avatar si vous préférez. Cette démarche de transfert génère un lien psychologique que je pourrai exploiter avec le matériel adéquat. Et là j’aurai besoin de toutes les compétences techniques de votre personnel, Amiral. Oui, Mesdames et Messieurs. Je peux, dans le délai qui nous est imparti, fabriquer un Transmuteur de Pensée qui fera de Jemmo votre meilleure assurance-vie. Tout en prenant soin aussi, bien sûr, d’entrer en contact direct avec votre créateur, qui sera bien surpris d’apprendre toutes les choses merveilleuses dont il est à l’origine… Avec une légende aussi énorme et farfelue, Dame Lydia peut aller se rhabiller !

 

D63

 

- Le Mini-Docteur : L’avantage de votre situation aujourd’hui, c’est qu’elle rend techniquement possible ce qui ne devrait pas l’être… Et qui risque de ne plus l’être après le 17 décembre. Sans préjudice pour les autres mondes rendus réels par d’autres Grands, mais qui vous sont imperceptibles. Pour le moment. Mais si le transfert de la Pensée réussit, vous allez prendre une sérieuse avance.

- Le Comte de Carrière-Faisan (représentant des colons casteignans) : Vous parliez de signes… Entendez-vous aussi l’incident d’hier dans la baie, rapporté par le pilote du Gecko ? Et la disparition des malades dans la base dunaire ?

- Le Mini-Docteur : Oui, ça et d’autres choses. Dont vous avez été victime aussi, Commandant Hardy, sans que vous le sachiez… Et je parle d’une chose qui remonte à 2 mois, quand vous étiez en carafe dans ce jardin infesté de poules (voir épisode 14)… De curieuses rencontres ont eu lieu avec des Grands. Il est arrivé qu’ils ne puissent pas vous voir et inversement, parfois même vous étiez mutuellement invisibles ! Il se produit des failles locales et temporaires et votre réalité s’effrite, signe que la Pensée devient sérieusement paresseuse. Ces failles vont devenir graduellement plus longues et plus généralisées… Et concerner plus de monde. Jusqu’à ce que la Pensée s’éteigne tout à fait. Et avec elle, vous… Le Sasgarion… Même le jardin d’Arrochelle, que votre créateur n’a jamais vu, mais qu’il a choisi et imaginé parce qu’il avait repéré un endroit sympa sur Google Maps…

 

D64

 

- Le Comte de Carrière-Faisan : …Je suis atterré… Mini-Docteur… Nous vous croyons tous sans réserve, et nous comptons sur vous, car nous avons envie de continuer à vivre. Nous avons une raison d’être, un but… Nous sommes quand même suffisamment autonomes pour avoir la sensation d’exister.

- Le Mini-Docteur : Génial ! Le but de la manoeuvre va maintenant être de vous rendre indépendants ! Grâce à Jemmo Wilfrid ! C’est ça, le nouveau plan de conscience.

- Enondradel : Vous aurez tout ce dont vous avez besoin. Nous alerterons le réseau des Grands…

- Le Mini-Docteur : Non ! Cela est tout à fait dangereux et proscrit, il y a des implications que je ne mesure pas encore. Mais vous pouvez en revanche leur commander du matériel et les appeler à être vigilants sur ce qui peut se passer dans les autres sites miniatures… Allez !! Au boulot !! La première expérience aura lieu dans le hangar de la piste 1 ce soir, avec pour salle de contrôle le laboratoire du Professeur Gélagnac ! Je vous ai déjà bricolé quelque chose, trois fois rien…

 

 

Laboratoire du professeur Gélagnac, zone expérimentale 3, 20h00.

 

D101

 

- Le Mini-Docteur : Mesdames et Messieurs, ainsi que vous l’avez compris, il s’agit de tenter avec cet appareillage qui est dans le hangar, et dont mon FFI est le moteur, une expérience fabuleusement inédite. En bref, nous allons envoyer le jeune Jemmo, l’espace de quelques secondes, dans la tête de votre créateur.

- Chardonville : Bien. Pourquoi ?

 

D102 

 

- Le Mini-Docteur : Pour voir si c’est possible. Si la connexion psychique artificielle est réalisable entre votre créateur et l’une de ses créatures. Si l’expérience marche, nous aurons le champ libre pour construire le Transmuteur qui va restaurer et maintenir la Pensée dans la tête de Jemmo, à vie. 

 

D103

 

- Le Mini-Docteur : Les ondes électromagnétiques vont se répondre dans tout l’avant du vaisseau. C’est pourquoi j’ai demandé à une équipe de la section énergétique, que voici, de couper les systèmes non essentiels et non sécurisés, et de tout contrôler d’ici. Nous pourrons suivre le voyage intérieur de Jemmo sur l’écran de M.I.M.I., qui me servit un temps d’interface avec le Professeur Gélagnac et me permit d’apprendre tant de choses sur vous avant de me métérialiser… Bien pratique, quand même ! (voir épisode 9). Tout va bien Jemmo ? Tu es tout pâle.

- Jemmo : C’est… C’est la lumière…

- Le Mini-Docteur : Tu as raison. On va mettre plus de rouge…

 

D104

 

- Le Mini-Docteur : Nous sommes prêts. L’expérience sera lancée à 20h15 précises. Nous allons maintenant accompagner notre jeune cobaye, qui, je vous le rappelle, a le poids de votre monde sur les épaules, dans la salle de toruture. Je veux dire bien sûr le hangar, où j’ai monté la chambre de confinement qui canalisera l’énergie psychique et l’orientera vers le poste récepteur, c'est-à-dire le cerveau du créateur, que nous appellerons… On l’appellera plus tard !

 

D105

 

- Le Mini-Docteur : Voiaaaaalà. Il reste à installer le socle magnétique. La chambre de confinement descendra sur notre sujet par le palan du plafond et le contact sera mis à ce moment-là…

- Jemmo : Mini-Docteur, je comprends l’importance de tout ça… L’enjeu… Le "sujet" a quand même des appréhensions.

- Le Mini-Docteur : J’espère bien que tu as des appréhensions. Si tu n’en avais pas, je te demanderais pourquoi… Tu ne dois pas avoir peur Jemmo. Ce court transfert sera impressionnant, vu de l’intérieur, mais tu n’auras pas mal, rien ne sera changé en toi, pas plus qu’après le transfert de la Pensée, si nous le réussissons. Ton petit cerveau ne va pas exploser. Il s’agira simplement de télécharger un programme d’exécution, et non la totalité d’une base de données. Cette dernière restera complète et viable après la sauvegarde du premier… Mais tu resteras toi et tu auras une vie normale, sans aucune séquelle mentale… Tu as confiance en moi ?

- Jemmo : Euh…

- Le Mini-Docteur : Bonne réponse. J’aime enjoliver les choses, c’est vrai…

 

  D111

 

- Le Mini-Docteur : Nous y allons. Est-ce que quelqu’un parmi vous a une formule porte-bonheur ?... Non ?... Allez… On y croit.

 

D108

 

D106

 

D107

 

D112

 

D111

 

- Chardonville : La chambre de confinement est en place… Contact. Surveillez bien l'écran. Si nous avons de la chance, le film va être intéressant.

- Le Mini-Docteur : Le fait qu'il y ait un film sera déjà, en soi, intéressant ! 

 

D109

 

D110 

 

 

 

D300.JPG

 

D301.JPG

 

D303.JPG

 

 

 

...........................................................

 

D111

 

- Chardonville : ...Fascinant... Nous étions à Paris à travers les yeux d'un Grand...

- Le Mini-Docteur : Oui, pas en direct, c'était un léger différé de quelques heures, il y a encore des petites amliorations à apporter. Mais vous avez tous vu les images. L’expérience est une réussite ! La connexion psychique et possible et que Jemmo peut se substituer au créateur pour pérenniser la Pensée. Donc, je peux construire le transmuteur de Pensée ! Mais comme je vous l’ai dit, ce chantier sera long et nécessitera la mobilisation de ressources énormes. Les Grands devront être mis à contribution, sans qu’ils soient mis dans la confidence. Mais… Ah oui ! Je dois d’abord réconforter et féliciter le cobaye, avant la prochaine étape !

 

D113

 

- L’officier : Vous êtes vraiment sûr de réussir ce transfert dans les délais ?

- Le Mini-Docteur : Il y a deux questions en une, finalement… Techniquement, ce sera une grande première pour moi et le timing sera un peu juste, mais oui. Je suis persuadé d’être sûr. Ce qui n’est donc pas une garantie formelle de succès. Alors ne lambinons pas !

 

 

...La course contre la montre a commencé. Il reste un peu plus de 3 mois pour sauver (ou pas) le Monde miniature. La question de savoir si ça vaut le coup et si c'est utile ne se pose pas : Ce sont les habitants eux-mêmes qui le veulent et qui ont pris les choses en main... La suite dans l'épisode 17, "Le mini-monde le vaut bien".  

Partager cet article

Repost 0
Published by SASGARION
commenter cet article

commentaires