Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LE MONDE MINIATURE DE SASGARION
  • : Le monde miniature imaginaire de Sasgarion, qui vit depuis plus de trente ans. Tenté un moment par un diorama classique, une ville miniature au 1/87ème, je suis allé vers quelque chose de plus personnel, foisonnant, sans règles, toujours transformé et renouvelé, mais surtout moins cher ! Bon, c'est aussi, très clairement, une sorte de thérapie, de dérivatif, un moyen de survivre, sans doute...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Liens

18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 16:01

EPISODE 6

 

Le siège des délégations étrangères installées à Katapigone est en bonne voie, le situation dégénère à souhait.

Tant qu'ils le peuvent encore, Dimitri Ilparoski l'Hédonien et Bulotricia d'Argousiers l'Orchidienne batifolent dans la nature, tout à la joie des retrouvailles.

Mais un triste devoir va bientôt appeler le colonel de l'armée impériale. 

 

 

GASON6-1-copie-1.jpg

 

Dimitri, emporté par un élan de romantisme, n'hésite pas à donner de sa personne pour tracer l'émouvant sabloglyphe de leurs iniiales.

 

GASON6-2-copie-1.jpg

 

Mais le sol est légèrement en pente et Dimitri, toujours emporté par son élan, commence à avoir la tête qui tourne et à voir des petites étoiles.

 

GASON6-3-copie-1.jpg

 

 

GASON6-50.jpg

 

-      Gason : La présence de forces armées étrangères sur notre sol, et dans Katapigone même, pose problème. Votre douceur diplomatique ne dissimule pas la noirceur des projets de vos gouvernements respectifs. Il est avéré que vous avez, sous couvert d'une action humanitaire internationale, favorisé l'installation des Reulous à l'extrême nord du jardin, aux frontières de l'Orchide. L'effet bien prévisible a été de déstabiliser un bref moment le royaume, avant que les choses soient remis en ordre l'autre nuit. Je suis consterné par cette incursion qui a été le fruit d'une trahison interne et de complicités externes.

Et je suis navré d'avoir été obligé d'affirmer l'indépendance de l'Orchide par la force.  J'ignore pourquoi mon pays vous inquiète tant, ni quelles convoitises il peut bien exciter. Mais ces manoeuvres sont déplacées et elles doivent cesser. Messieurs, vous êtes invités à quitter le quartier actuel des délégations dans les 24 heures, en attendant que la situation soit clarifiée et qu'un nouveau site soit aménagé à notre frontière avec l'Eléborance. Pour l'instant, les échéances ne sont pas fixées, mais j'espère que ces complications seront de courte durée, pour le bien profond des relations entre nos Etats.

 

 

 

Hôtel de l'Oyat d'Or 

 

 

GASON6-72.jpg

 

-      L'ambassadeur howlak : Alors nous allons être obligés de suspendre toutes nos activités diplomatiques et commerciales sur le seul fait du prince et "pour le bien profond des relations entre nos Etats" !

-      L'ambassadeur montvillien : "Bien profond", c'est le cas de le dire... Mais si nos estimés confrères d'Howlakie et d'Hédonie n'avaient pas misé en free lance sur le mauvais cheval, nous n'en serions pas là ! Un coup d'état mené avec l'appui des barbares Reulous n'avait aucune chance de réussite. Gason a l'amour et le soutien du peuple et ceux de l'armée. Et la sanction tombe : disgrâce pour tous ! Nous voulions apprivoiser l'Orchide et c'est elle qui nous renvoie à la niche !

-      L'ambassadeur casteignan : Je constate qu'il se dégage un remarquable et inhabituel consensus sur cette question : sept voix pour le départ, c'est sept voix qui parlent d'une seule et c'est à noter dans les annales... Le royaume de Casteigne, pour sa part, est d'avis de rester. 

-      L'ambassadeur beljamien : Quelle est cette folie ?

-      L'ambassadeur howlak : Qu'avez-vous donc en tête ? Attendre de vous faire expulser par la force pour créer un casus belli ?

 

 

GASON6-73.jpg

 

-      L'ambassadeur casteignan : Seule, la Casteigne n'aurait aucune chance de montrer efficacement les dents. Nous sommes là parce que nous avons été invités dans la cadre d'une coopération conjointe et équilibrée. L'Orchide est encore assez primitive. La quitter maintenant, c'est abandonner un espace de neutralité et un potentiel économique qui sont à la fois un gage de modernité pour ce pays et une chance de travail en commun entre notre Etats. On peut forcer la main du roi et lui répondre avec la même fermeté, tout en exprimant des regrets sincères pour ce qui s'est passé. Mais il convient de rester unis, au moins pour ce qui concernent les délégations qui sont à la fois armées et ont des intérêts économiques à une colonisation du Nord. Ce qui exclut naturellement la Beljamique et Arrochelle, pays neutres dans tous nos conflits, les petits pays qui ne sont pas représentés ici...

-      L'ambassadeur éléboranais : ...Et l'Eléborance, alliée de l'Orchide, mais qui est aussi son seul partenaire naturellement privilégié.

-      L'ambassadeur hédonien : Ha ! Ha ! Jusqu'à quand ?!

 

 

GASON6-74.jpg

 

  -      L'ambassadeur montvillien : Il est certain que nous ne pouvons pas quitter la scène en laissant la porte ouverte à toute les perturbations susceptibles d'ébranler et de transformer les territoires du Nord à notre insu. Si l'Orchide veut être admise au sein du Comité des Mini-Nations, elle doit supporter de se moderniser vite ! Même s'il faut la guider un peu contre son gré, sans que cette prérogatiove soit laissée à un seul gouvernement. En bref, si la Casteigne reste parce qu'elle pense que ça sert à quelque chose, la Montvillange reste aussi !

-      L'ambassadeur hédonien : Idem pour l'Empire hédonien, Messieurs ! D'ailleurs, nous disposons du plus fort contingent. Vous ne pouvez pas vous en passer si les choses tournent au vinaigre.

-      L'ambassadeur beljamien : Si vous parlez de mettre le quartier des délégations en état de siège, c'est hors de question ! Nous partons dès ce soir !

-     L'ambassadeur howlak : La République d'Howlakie est d'accord, je vous l'affirme, pour tenter ce pari un peu fou et joindre ses troupes à celles des autres délégations. Mais qui risque de nous assailir ? Le peuple ? L'armée ? Là, ce serait une vraie déclaration de guerre ! Mais le quartier d'affaires est-il seulement défendable ? Demandons l'avis des militaires !

 

 

GASON6-59.jpg

 

-      L'ambassadeur hédonien : Ils ont l'air de bien s'entendre, ça rigole bien ici...

-      L'ambassadeur casteignan : Pensez donc ! Ils ont tous combattu les uns contre les autres au moins une fois : ils se racontent leurs meilleures anecdotes de guerre !

 

 

GASON6-60.jpg

 

-       L'ambassadeur casteignan : Messieurs les officiers, je vous informe que la Casteigne, l'Hédonie, la Montvillange et l'Howlakie ont décidé de maintenir leur ambassade à Katapigone. Vu le climat hostile qui prévaut, cela concerne aussi les troupes qui assurent la sécurité de ces délégations. Il est à craindre une radicalisation forte. En clair, si nous restons, nous serons en état de guerre. Nos questions sont celles-ci : 1 : Pouvez-vous faire croire aux Orchidiens que nous sommes assez forts pour ne pas avoir à nous défendre ? ; 2 : Pouvez-vous assurer notre défense si les Orchidiens ne nous croient pas ?

  -      L'officier casteignan : Messieurs, le Colonel Dimitri Ilparoski, de l'armée impériale hédonienne, est le plus haut gradé de notre groupe. Nous pensons que le commandement des opérations conjointes lui revient de fait.

-      L'ambassadeur casteignan : Dans le souci que j'ai d'instaurer une ambiance légère et apaisée et une franche collaboration avec l'ennemi héréditaire, la Casteigne y consent ! Nous vous écoutons, Colonel Ilparoski. 

 

 

GASON6-61.jpg

 

-      Colonel Ilparoski : Euh, nos conclusions sont moins légères, Votre Excellence. En bref, il est impossible de défendre le quartier des délégations dans sa configuration actuelle avec... Combien ça nous fait du coup ?... 

-      L'officier casteignan : Maintenant, 145. Mais ça nous fait pas gagner grand-chose...  

-      Colonel Ilparoski : ...Avec 145 hommes et quelques canons légers. A moins d'évacuer le secteur des entrepôts, après les avoir vidés de ce qui peut être utile, et de fortifier les rues qui sont à l'ouest et le long du lac. Ensuite, on se débrouillera, si nous sommes attaqués, mais... ça dépendra par qui et avec quels moyens... Donc, nous sommes défavorables à cette entreprise, mais nous restons aux ordres de Vos Excellences.  Juste un petit détail... Nous allons installer un rapport de force avec Gason pour lui couper l'herbe sous le pied et le ramener à la table des négociations. Cela suppose un soutien actif de nos gouvernements, et l'envoi de renforts si nous sommes attaqués. Or, les seules voies d'accès possibles sont par l'Eléborance ou par Arrochelle... Autant dire qu'elles sont impossibles. A moins de faire le grand tour par le Nord du Jardin... Combien de temps ça prendra, là est la question...

 

 

Dans les heures qui suivent, les militaires organisent la protection du quartier. Le message au roi Gason est clair : Les étrangers sont là par la volonté du pognon, ils n'en partiront qu'à la force des épées. 

 

 

GASON6-37.jpg 

 

GASON6-38.jpg

 

GASON6-39.jpg

 

GASON6-40.jpg

 

-      L'ambassadeur Casteignan : Du sucre ?...

-      Dimitri : Les Howlaks ont monté ce rempart en moins d'une heure avec ce que nous avons pu récupérer des entrepôts.

 

 

GASON6-41.jpg

 

-      L'ambassadeur Casteignan : ...Mouais... Pourvu qu'il ne pleuve pas...

-      Dimitri : Une partie du contingent hédonien sera affecté à ce mur avec les Howlaks. Le reste défendra l'entrée de l'avenue avec les montvilliens. Les Casteignans se chargeront de fortifier le secteur des banques et des résidences, qui sera notre position de repli.

 

 

GASON6-42.jpg

 

 

Ordre est donné aux civils de se mettre à l'abri dans la zone de défense.

 

 

GASON6-5.jpg

 

GASON6-4.jpg

 

GASON6-6.jpg

 

GASON6-7.jpg

 

GASON6-9.jpg

 

GASON6-8.jpg

 

 

Dimitri Ilparoski s'attend à ce que les orchidiens viennent tester la motivation des alliés. Il n'attend pas très longtemps... 

 

 

GASON6-10.jpg

 

-      Les voilà !

 

 

GASON6-11.jpg

 

GASON6-12.jpg

 

GASON6-13.jpg

 

GASON6-14.jpg

 

GASON6-15.jpg

 

GASON6-16.jpg

 

GASON6-17.jpg

 

-      L'ambassadeur casteignan : Félicitations, Messieurs ! Ils savent maintenant à quoi ils se frottent ! Et les choses sont bien claires...

-      Dimitri : Ce n'était qu'une escarmouche, Votre Ecxellence. Ils vont revenir en force demain.

 

 

Bulotricia s'était retrouvée du mauvais côté des murs lors de l'attaque. Les diplomates décident de la garder avec eux en tant qu'invitée et relais d'opinion entre eux et le roi... Et non comme prisonnière, du tout-du tout... De sa propre initiative, elle se rend utile à l'infirmerie.  

 

 

GASON6-79.jpg

 

 

Pendant ce temps, Gason cherche de l'aide...

 

 

GASON6-62.jpg

 

-      Gason : ...5 ...9 ...9 ...0 ...1...

-      Le favori : Point trop vite, Mon Seigneur, point trop vite !

 

 

GASON6-75.jpg

 

-      Gason : Bonjour, ici le roi Gason Premier d'Orchide, dans la Réalité numéro 75. Pourrais-je parler à Maître Antonitali, s'il vous plaît ?

-      La secrétaire : Je suis désolée, arf, si vous saviez, Monsieur ! Il est en déplacement, une mission je sais-pas-où, dans le Sud, je crois, enfin il a laissé un message avant-hier en disant "On dirait le Sud", mais depuis, je n'ai plus de nouvelles !! Le téléphone n'arrête pas de sonner, ici, c'est un foutoir pas possible, le Cristal d'Observation des Mondes s'est roulé en boule, je suis entourée de granules mais je ne sais plus lesquelles il faut prendre... Au secours !

 

 

GASON6-76.jpg

 

-      Gason : ...Euh... Pouvez-vous me passer son assistant, Pippot ?

-      La secrétaire : Il... Il est très occupé, là... Rappelez plus tard !!

 

 

Comme prévu, les Orchidiens attaquent de nouveau le lendemain. Cette fois en nombre et sur plusieurs fronts.

 

 

GASON6-18.jpg

 

GASON6-19.jpg

 

GASON6-20.jpg

 

GASON6-21.jpg

 

-      Dimitri : Ne reste pas là !!

-      Bulotricia : Quelle catastrophe ! MAIS QUELLE CATASTROPHE !! FAIS QUELQUE CHOSE !!

-      Dimitri : C'est fait, j'ai donné l'ordre de repli ! Viens !

 

 

GASON6-22.jpg

 

GASON6-23.jpg

 

GASON6-24.jpg

 

GASON6-25.jpg

 

GASON6-26.jpg

 

GASON6-27.jpg

 

GASON6-28.jpg

 

-      Dimitri : La position n'est plus tenable. Faites évacuer tout le monde vers la base de repli. Je vais voir sur le mur ouest comment les choses se présentent.

-      L'officier casteignan : Attendez, il me semble que nous pouvons les arrêter ici, Mon Colonel ! Cette redoute est solide, on ne peut pas la livrer comme ça !

-      Dimitri : Nous avons besoin du maximum de monde pour protéger le centre du dispositif. Que ferez-vous quand les Orchidiens amèneront leurs canons au bout de cette avenue? Que croyez-vous qu'il restera de votre redoute en paille ? Abandonnez la place, Capitaine ! Les Orchidiens se défouleront dessus, ça leur donnera un os à ronger pendant que nous ferons des choses utiles ailleurs.

-      L'officier : Bien, Mon Colonel...

 

 

GASON6-43.jpg

 

-      L'officier hédonien : Ah ! Colonel ! Nous avons un sérieux problème !

-      Dimitri : Un seul ? Lequel ?

 

 

GASON6-44.jpg

 

SPLASCHHHH !!!

 

-      L'officier : Celui-là ! Ces sagouins ont un canon à eau. Ils tentent de dissoudre le mur. Vite, une serviette pour le Colonel !! 

 

 

GASON6-45.jpg

 

-      Dimitri : Combien sont-ils en face ?

-      L'officier : Je dirais deux cents. Et nous, deux douzaines. Mais les Howlaks refusent de se replier ! Cela dit, nous avons de quoi décourager les Orchdiens, et avec un peu de tenacité...

-      Dimitri : Les Howlaks feront bien ce qu'on leur dit de faire, et vous aussi. Dès que le mur tombera, vous ferez mouvement vers la batterie du lieutenant Algue-des-Mollières qui couvrira votre retraite.

 

 

GASON6-46.jpg

 

GASON6-47.jpg

 

GASON6-48.jpg

 

GASON6-49.jpg

 

-      Dimitri : En arrière !! En arrière !! 

 

Le soir de ce deuxième jour du siège, les orchidiens sont déjà maîtres de la moitié du quartier des délégations. Ils laissent éclater leur joie en détruisant les ambassades.

 

 

GASON6-29.jpg

 

GASON6-30.jpg

 

GASON6-31.jpg

 

GASON6-32.jpg

 

GASON6-33.jpg

 

GASON6-34.jpg

 

GASON6-35.jpg

 

GASON6-36.jpg

 

 

Beaucoup d'habitants de Katapigone, effrayés par l'incendie, croient revivre le désastre de l'invasion barbare.

Le roi et ses plus fidèles conseillers ne semblent plus avoir le contrôle des événements...

 

 

1094003_575974595775109_1581993342_o.jpg

 

1048705_575974722441763_1243658041_o.jpg

 

1093806_575973939108508_747161275_o.jpg

 

Il assistent, affligés, au spectacle de ce qui est peut-être la nouvelle chute de l'Orchide...

 

 

1097170_575974295775139_959888829_o.jpg

 

 

Et le siège se poursuit. Les alliés tiennent bon, mais tout commence à leur manquer. Un nouveau matin se lève.

 

 

GASON6-63.jpg

 

-      Bulotricia : Quelle tristesse... Voilà presque deux jours et demi que ça dure, 55 heures déjà... Comment sortir de tout ceci ?

-      Dimitri : Nous pouvons tenir encore plusieurs jours, mais la fin est inévitable et elle sera dure. Les Orchidiens sont proches de la victoire totale, ils le savent. Et les nouvelles politiques ne sont pas bonnes non plus. Mais là, il y a sans doute une opportunité pour ton pays, et aussi pour les assiégés...

-      Bulotricia : J'y pensais. Dimitri, il faut qu'on aille voir le roi tous les deux ! Tu dois lui parler, le persuader de ne pas laisser la bataille finir comme elle est supposée finir ! Viens avec moi, je connais un souterrain qui mène au palais !

 

 

GASON6-64.jpg

 

-      Dimitri : Ah ? Cétait là ? Tu sais, moi, les souterrains, c'est pas trop mon truc... Je suis claustrophobe.

-      Bulotricia : T'inquiète. Là, ça devrait le faire... 

 

 

GASON6-65.jpg

 

 

 

GASON6-77.jpg

 

-      Gason : Les choses seront bientôt réglées... Le quartier des ambassades et ses habitants vont être liquidés sous peu. Yadêmokyblès peut se réjouir, il va avoir son triomphe sur les étrangers. L'honneur sera sauf ! Nous nous sentirons dignes, l'espace d'un court moment d'euphorie ! Mais ensuite ?... Au moins, nous ne combattons QUE quatre nations... Les autres ont quitté la ville dès que j'ai lancé l'ultimatum.

-      Chantalladçouss : Ne nous y trompons pas, mon neveu... Leurs gouvernements ne sont pas moins cupides que les autres, ils sont juste moins forts. Eux aussi auront un choix à faire, car il semble que le poison de la division menace déjà nos adversaires d'aujourd'hui. Le balancier de l'Histoire ne devrait pas tarder à repartir du bon côté...

 

 

GASON6-51.jpg

 

-      Bulotricia : Votre Majesté ! Nous devons vous parler !

-      Gason : Vous, Madame ?! Et avec le Colonel Ilparoski ? Vous venez offrir votre capitulation ?

-      Dimitri : Non, je suis venu en cachette, Votre Majesté ! Pas pour capituler, mais pour vous demander de faire grâce aux assiégés, en déposant vous-même les armes avant l'acte horrible et final de cette tragédie !    

 

 

GASON6-52.jpg

 

-      Gason : En cachette. Et vous êtes le commandant des forces alliées. Et en plus, vous me demandez à moi de me rendre alors que vous êtes à deux doigts d'être écrasés comme les coquillages blanchis au soleil le sont par les pieds prolétaires et lourdauds des estivants qui envahissent les plages berckoises aux beaux jours... Vous avez du courage, Monsieur. Et vous avez habilement défendu vos positions. Mais les ambassadeurs ont conspiré contre mon pays, ils doivent être châtiés pour ça !

-      Dimitri : Qui allez-vous châtier ? Quelques centaines de pékins qu'on a placé ici comme des pions ?... Ils peuvent facilement être sacrifiés par les gouvernements qui n'attendent qu'une belle erreur de votre part, pour meutrir encore plus votre pays et l'asservir.

-      Bulotricia : Chaque fois que c'était possible, le Colonel a fait replier ses hommes pour écourter les combats et épargner de nombreuses vies. Nous voulions gagner du temps, Votre Majesté. Il ne s'agit pas de vous rendre, mais de faire un geste grand et généreux, un geste royal. Accordez le pardon aux étrangers et faites cesser le combat pour leur offrir une reddition honorable et une retraite digne. Et laissez-les partir librement. Mettez la paix et le respect au-dessus de la violence et de la fierté. Ainsi, le pays évitera la vengeance des nations et une guerre épuisante. Vous serez en meilleure position pour discuter avec tout le monde parce qu'on vous craindra et on vous respectera. Déclarez aussi l'Orchide pays neutre et proposez aux autres nations d'y organiser les conférences internationales de paix. Avant tout, calmez le peuple et reprenez les commandes du jeu...

 

 

GASON6-53.jpg

 

-      Dimitri : Le temps joue en votre faveur. Au sud du jardin, le ton monte entre l'Empire hédonien et la Montvillange d'un côté et la Casteigne, la Dunisie et l'Howlakie de l'autre. L'Eléborance s'apprête à envahir la Gravière pour attaquer le Mahoning. La Beljamique et l'Opalogne seront au coeur de la zone de conflit. Arrochelle, Tourbières, Etangon et la Rumonaquie veulent former un troisième groupe. Aujourd'hui, nous nous battons ici tous ensemble, mais cette belle unité va vite voler en éclats. Tous les pays sont d'une manière ou d'une autre impliqués par le jeu des alliances. Tous sauf le vôtre...

-      Gason : ...Je vois tout ce qu'il y a de sensé dans ce que vous me dites... Nous pouvons sortir par le haut d'un drame sanglant qui aura duré 55 heures pour rien. Je suis responsable de ces 55 heures... Oui, je vais faire ce geste, Colonel, Madame... Et pour apaiser le courroux des mini-nations, je vais mettrre quelque chose de plus dans la balance : Moi ! Que l'on prépare ma voiture ! Attendez-moi là, mes amis, vous allez être surpris...

 

 

GASON6-54.jpg

 

LA CHANSON DU ROI GASON (d'après "Je suis venu te dire que je m'en vais", Serge Gainsbourg)

 

Je suis venu vous dire que je m'en vais

La couronne me pèse, je vous la rendrai

Je suis venu vous dire de faire la paix

Pour l'honneur et la gloire, il le faut, je le fais 

 

GASON6-55.jpg

 

Je suis venu vous dire merci et à jamais

Et ce n'est pas peu dire que j'y croyais

Déposez les armes et défaites les lanières

En souvenir des défaites et misères d'hier

 

GASON6-56.jpg

 

Il m'en faudra bien du temps,

Et être fort

Pour marcher seul face au vent

Sur le sable mou de  

Mes remords

 

Et je quittte mon palais

Faites-en ce qui vous plaît

Il n'a guère plus de sens

Qu'au temps de son absence

 

GASON6-57.jpg

 

Je suis venu vous dire que je m'en vais

Au nom de vous-mêmes, oui, faites donc la paix

Ne détruisez plus rien, ne brûlez plus

Laissez partir l'ennemi, ouvrez-lui nos rues 

 

 

GASON6-58.jpg

 

Je suis venu vous dire que j'ai échoué

Que l'Orchide fait peine à regarder

Je suis venu vous dire que la paix est là

Et ne discutez pas, c'est là mon choix

 

J'aurais voulu savoir

Par bonheur

Comment éviter l'autre soir

De si graves erreurs...

 

 

GASON6-66.jpg

 

Ce n'était pas pour moi 

Le pouvoir, j'en veux pas

Veni, Vidi, Mutavi

Et je me dis "Vis ta vie"...

 

 

GASON6-68.jpg

 

-      Les soldats :

La la la la la la

la la la la

La la la la la la

la la la la

 

 

GASON6-67.jpg

 

Les soldats étrangers sont interloqués par ce défilé royal. Tout le monde court aux barricades. Mais l'agitation qui règne dans les deux camps n'a déjà plus un goût de guerre...

 

 

GASON6-69.jpg

 

Le général Yadêmokyblès ne peut faire autrement que de se conformer à la décision de son frère. Il reccueille la reddition des alliés en leur garantissant la libre sortie du pays.

 

 

GASON6-70.jpg

 

-      Gason : Le magicien ?! Vous êtes donc revenu ?

-      Antonitali : Je ne suis jamais bien loin, sauf pour Pippot et ma secrétaire... Gason, je n'ai qu'une seule chose à vous dire : Restez. Quoiqu'il arrive, soyez là ! Allez, les gens, tous avec moi ! Vive le roi !!

 

 

GASON6-71.jpg

 

-      Vive le roi !! Vive le roi !! Vive le roi !!Iive le roi !!

 

 

Et le roi Gason révise son jugement et décide de rester. Sa mission : Ne jamais trop se décourager et rendre le doux pays d'Orchide plus beau et plus fort.

 

Mais en attendant,on ne songe qu'à célébrer la fin de ces terribles journées de la façon la plus digne qui soit !

 

 

GASON6-78-copie-1.jpg

 

0000000.jpg

 

 

Et comme prévu, dans la semaine qui suit, l'Empire Hédonien et le Royaume de Casteigne ouvrent le bal des hostilités qui va faire entrer dans la danse toutes les mini-nations civilisées du Sud du Jardin.

 

GASON6-80.jpg

 

GASON6-81.jpg

 

GASON6-82.jpg

 

GASON6-83.jpg

 

 

Quant au Colonel Dimitri Ilparoski, personne ne saura jamais quel double jeu il a joué dans cette crise, par amour pour Bulotricia. Reconnu comme un héros en Hédonie pour l'efficacité de la résistance des délégations et un habile compromis de cessez-le-feu, il est aussi admis parmi les proches du roi Gason. Le voilà même qui sympathise avec son adversaire, le général Yadêmokyblès.

 

 

GASON6-84.jpg

 

Il se voit offrir une maison en Orchide et la charge de représentant permanent de l'Empire auprès du roi. Un chef d'Etat qui choisit lui-même les ambassadeurs étrangers en poste dans son pays, c'est une grande innovation...

 

Et la vie suit son cours dans ce grand jardin situé près de Berck-sur-Mer, où prospère en secret un mini-monde au moins aussi agité que le grand...

 

 


FIN

Repost 0
Published by SASGARION
commenter cet article
6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 22:30

 

 

Proclamé roi d'Orchide par l'armée et le peuple, Gason Authienoüs veut redonner un peu de grandeur et de bling bling à l'Orchide en plein renouveau. Il lance la construction d'un nouveau palais.

 

DSCN2656--1280x960-.jpg

 

DSCN2658--1280x960-.jpg

 

La douce Orchide renaît peu à peu. Le peuple reprend confiance en l'avenir, le pays se réveille.

 

 

GASON5-30.jpg

 

GASON5-31.jpg

 

 

Gason Premier s'est entouré de personnes fiables et sages. Il a aussi fait entrer dans son gouvernement des proches, ce qui lui sera reproché plus tard... Enfin, pas plus tard que le jour même de leur nomination. Parmi eux, son frère, l'intrépide Yadêmokyblès, surnommé "Le mini-Lion Noir du Potager", bombardé Général en chef des Légions.

 

 

GASON5-32.jpg

 

 

Mais ce qui reste en travers de la gorge de certains membres de la haute noblesse, c'est que le jeune roi a très peu sollicité cette catégorie socio-professionnelle. Au Sénat, les plus virulents de ces frustrés font entendre leur voix.

 

 

GASON5-33.jpg

 

GASON5-34.jpg

 

-      Le sénateur Pourlecabl-Jêprynoos : Citoyens, Honorable Assemblée ! Depuis que le jeune Gason Authienoüs s'est cru déposé sur un trône imaginaire par la magie des vents divins, il s'est clairement pris un melon d'enfer. Cela pourrait être juste attendrissant et drôle si sa politique, parce que figurez-vous qu'il en a une, ne représentait un réel danger pour l'Orchide ! 

 

 

GASON5-35.jpg

 

-      Le sénateur Pourleucabl-Jêprynoos : Il entend, au nom de la modernité, ouvrir notre pays à nos puissants voisins du sud du Jardin. Ceux-ci ont flairé la bonne affaire et au prétexte d'un illusoire partenariat équilibré, ils nous envahissent et pervertissent notre société ! Ils pillent le pays ! Laisserons-nous l'Orchide se faire grignoter et digérer par ces étrangers ? Notre devoir, en temps que représentants de la haute noblesse, celle qui a mission de défendre le pays, est d'être vigilants et prêts à offrir une alternative crédible !

 

 

Quelques mois plus tard, Gason Premier voit avec satisfaction l'Orchide rebondir et se renforcer. Le Palais-Neuf est prêt à accueillir la Cour. Il symbolise la nouvelle floraison d'un pays fort meurtri il n'y a pas si longtemps...

 

 

GASON5-1.jpg

 

GASON5-2.jpg

 

GASON5-3.jpg

 

GASON5-4.jpg

 

GASON5-5.jpg

 

GASON5-6.jpg

 

GASON5-7.jpg

 

GASON5-8.jpg

 

GASON5-9.jpg

 

GASON5-10.jpg

 

GASON5-11.jpg

 

 

Le soir de l'inauguration, le roi met en scène le serment d'honneur et de fidélité des commandants des Quatre Légions d'Orchide.  On murmure que, en effet, il s'est bien pris un melon de taille XL... Gason a surtout compris l'importance de la communication, des cérémonies et du décorum institutionnel pour faire la promotion de sa politique.   

 

 

GASON5-12.jpg

 

GASON5-13.jpg

 

GASON5-14.jpg

 

GASON5-15.jpg

 

GASON5-16.jpg

 

-      Le maître de cérémonie : Debout, fière et douce Orchide, relève-toi et salue le rayonnement nouveau de l'astre du jour ! Grâce et hommage soient rendus au roi Gason ! Gloire à Gason Premier d'Orchide !

 

 

GASON5-17.jpg

 

GASON5-18.jpg

 

-      Le maître de cérémonie : Nous marchons dans tes pas avec joie, Ô Gason ! Gloire à celui qui nous a rendu la confiance... et la lumière !

 

 

GASON5-19.jpg

 

(et au mot "lumière", les flammes jaillissent comme par enchantement. En vérité, c'est l'oeuvre de grouillots habilement dissimulés et bien coordonnés)

 

GASON5-20.jpg

 

GASON5-21.jpg

 

GASON5-22.jpg

 

GASON5-23.jpg

 

GASON5-24.jpg

 

GASON5-25.jpg

 

GASON5-26.jpg

 

GASON5-27.jpg

 

GASON5-28.jpg

 

GASON5-29.jpg

 

 

Le roi ne fait pas que communiquer. De vraies relations commerciales ont été établies avec les Etats du sud du Jardin qui abrite le monde miniature, qui s'intéressaient peu jusque là aux régions du nord, jugées un peu floues et barbares. Pour conduire son programme économique, il a nommé la Comtesse Bulotricia d'Argousiers.

 

 

GASON5-56.jpg 

 

C'est une ressortissante de la haute noblesse, histoire de calmer les grognements du Sénat, mais surtout une jeune mini-personne assez rebelle à son milieu, une intellectuelle curieuse et aventurière, qui a beaucoup voyagé. Elle a en particulier séjourné plusieurs fois en Hédonie et en Casteigne, où se prirent les premiers contacts les plus utiles en vue d'un accord de co-développement avec certains Etats du Sud.

 

 

GASON5-57.jpg

 

 

Assez rapidement, les premiers signes concrets de cette coopération apparaissent. A commencer par le chemin de fer, la clé de voûte des futurs échanges commerciaux. 

 

 

GASON5-72.jpg

 

 

Mais si les craintes du Sénat sont sans doute exagérées, elles ne sont cependant pas infondées. De réelles motivations colonisatrices existent chez certains investisseurs étrangers. Dès leur arrivée, ils surent charmer et fidéliser le peuple d'Orchide en lui fournissant généreusement des produits courants dans le Sud, importés de la maison des Grands. Les Orchidiens manifestèrent surtout un amour spontané et violent pour les sucreries dont ils avaient longtemps été privés.  

 

 

GASON5-73.jpg

 

Chaque livraison déclenchait la liesse populaire. Les convois de fraises tagada durent être protégés par des soldats étrangers pour les soustraire à cette passion dévorante du peuple qui apprenait la gourmandise.

 

 

GASON5-36.jpg

 

On se livrait en groupe à la consommation hypnotique de ces friandises dans les thermes publics, devenus des tagadaseries. Ces établissements avaient une sinistre réputation auprès de ceux qui voulaient rester le coeur et le foie purs, et ils étaient un objets de mépris et de moqueries dans les sociétés voisines dites civilisées.

 

 

GASON5-37.jpg

 

La société orchidienne fut mise sous l'emprise de cette drogue, habilement entretenue par les puissances étrangères. Les gens devinrent paresseux et soupe-au-lait, dépourvus de toute autre envie ou perspective. Une image gluante et sordide de décadence et destruction se dégageait de tout ceci. La tagadaïnomanie allait-elle réussir là où les Reulous avaient échoué ?

 

 

GASON5-38.jpg

 

Pendant ce temps, juste derrière le mur et tapis dans la vapeur, ceux qui s'estiment les plus lucides, se reconnaissent et conspirent. 

 

 

Katapigone - Le quartier des délégations étrangères.

 

 

GASON5-66.jpg

 

Presque au coeur de la cité, à quelques dizaines de centimètres du palais royal, un peu plus de trois-cents étrangers venus de onze mini-nations mènent dans ce quartier une vie très active. Mais pour la moitié d'entre eux, ce sont des militaires. D'ailleurs, leur nombre, comme la qualité de leur armement, est une autre source d'émoi pour les sénateurs...

Hommes d'affaire, commerçants, banquiers, aventuriers, parfois avec leur famille, toute une faune opportuniste et d'inspiration néo-libérale peuple cet espace spécialement dédié, selon les termes d'une concession négociée entre l'Orchide et les puissances invitées. 

 

 

GASON5-67

 

GASON5-68.jpg

 

GASON5-69.jpg

 

GASON5-70.jpg

 

Un nouveau venu découvre Katapigone : Dimitri Ilparoski, colonel dans l'armée impériale hédonienne. Il vient prendre ses fonctions de commandant des forces de sécurité de l'ambassade.

 

 

GASON5-71.jpg

 

 

Hôtel de l'Oyat d'Or

 

 

GASON5-58.jpg

 

GASON5-59.jpg

 

-      L'ambassadeur hédonien : Ah, Colonel, vous voilà déjà ! malheureusement, je dois m'éclipser, je suis attendu pour une audience avec le roi. Vous avez tout le temps de vous installer, nous causerons ce soir, cher ami. Soyez le bienvenu en Orchide !

-      Dimitri Ilparoski : Merci, Votre Excellence. J'ai hâte de me mettre au travail !

 

 

GASON5-60.jpg

 

-      L'ambassadeur hédonien : Il me semble que vous connaissez déjà Madame la Comtesse d'Argousiers, ministre du roi. Je vous laisse en sa compagnie. Madame, prenez bien soin de notre précieux ami ! Si vous vouliez lui enseignez les usages de ce pays, je vous en rendrais mille grâces.

-      Bulotricia d'Argousiers : Votre compagnie en vaut déjà deux mille, cher ami.

 

 

GASON5-61.jpg

 

En effet, Bulotricia et Dimitri se connaissent bien...

 

 

GASON5-62.jpg

 

GASON5-63.jpg

 

GASON5-64.jpg

 

-      Dimitri : J'étais si impatient de te retrouver !

-      Bulotricia : Mais c'est la politique qui nous fait nous retrouver plus tôt que prévu, avant mon séjour à Sablonique... Pourquoi les gouvernements envoient-ils toujours plus de soldats et d'armes ici ? Parce qu'ils en veulent toujours plus. Parce qu'ils ont peur que les Orchidiens cessent d'être indolents et dociles... Mon cher amour... En somme, je travaille pour la paix, mais tu viens préparer la guerre...

-      Dimitri : Oh, ça ne me plaît pas plus qu'à toi. Mais l'Hédonie risque d'avoir bientôt d'autres chats à fouetter avec la Casteigne et l'Eléborance, les relations sont assez tendues... La guerre ici, on fera tout pour l'éviter...

 

 

GASON5-65.jpg

 

-      Bulotricia : Ah ? Tu feras tout pour éviter d'obéir aux ordres ?

-      Dimitri : ...  

 

 

Le soir même, le roi reçoit plusieurs ambassadeurs. Il sait bien qu'ils sont missionnés pour autre chose que de la politesse. Gason commence lui aussi à s'agacer de les voir demander toujours plus de droits, de privilèges et d'exceptions. Mais il tient à laisser toute sa chance à la diplomatie. Il pense encore que c'est l'intérêt de son royaume...

 

 

GASON5-39.jpg

 

GASON5-40.jpg

 

GASON5-41.jpg

 

GASON5-42.jpg

 

GASON5-43.jpg

 

GASON5-44.jpg

 

GASON5-45.jpg

 

GASON5-46.jpg

 

 

Une nuit, il se produit un événement terrible et troublant. Le sénateur Pourlecabl-Jêprynoos et quelques partisans qui s'étaient montés le bourrichon entre eux ont résolu de faire tomber le roi et de redonner le pouvoir au sénat. Ils n'hésitent pas à s'allier à la tribu des Reulous, qui voit là l'occasion de prendre sa revanche sur Gason. Les traîtres introduisent les ennemis jusque dans le palais.

 

 

GASON5-47.jpg

 

GASON5-48.jpg

 

Mais la Garde Royale ne se laisse pas prendre par surprise...

 

 

GASON5-49.jpg

 

GASON5-50.jpg

 

GASON5-51.jpg

 

GASON5-52.jpg

 

GASON5-53.jpg

 

GASON5-54.jpg

 

-      Gason : Arrêtez-les ! Qu'il soit connu de tous que nous avons terrassé nos ennemis, une fois de plus !

 

 

GASON5-55.jpg

 

 

GASON5-74.jpg

 

-      Yadêmokyblès : Les responsables de cet attentat immonde sont connus et aux arrêts. Mon Frère, tu dois te montrer d'une extrême sévérité. Mais ce n'est pas tout. Nous avons des preuves de l'implication de plusieurs ambassades dans cette affaire... Les Howlaks, les Hédoniens, les Opalonais... Tous complices ! Nous ne pouvons plus tolérer ces soit-disants diplomates qui nous tiennent un double langage ! Il faut expulser les ambassades et fermer les frontières !

-      Gason : Non. Même si les nations jouent pour elles seules habituellement, elles pourraient soudain trouver un intérêt commun à s'unir pour nous affronter si nous leur donnions des raisons de le faire. Cherchons plutôt à établir des liens de confiance là on l'on peut, pour mieux isoler les éléments indésirables.

 

 

GASON5-75.jpg

 

-      Yadêmokyblès : Les éléments indésirables ont été invités, comme les autres, et ils se se sont installés. Il leur semble que c'est définitif, Mon Frère ! Es-tu seulement sûr de savoir en qui on peut avoir confiance ? Les gentils accords commerciaux ne tiennent plus ! Assez d'hypocrisie ! Les gouvernements ne nous veulent pas du bien, et tu ne peux plus l'ignorer ou faire semblant. Nous devons appeler à un sursaut national et remettre les points sur les "i". Mais ça nous oblige à un minimum de fermeté...

-      Gason : Toute mesure de rétorsion sera vue comme une déclaration de guerre. Je te le demande, Mon Frère, Général : Sommes-nous de taille à faire la guerre à tout le Jardin ?... La guerre... Vous en parlez tous si simplement... Je vous en prie, quel autre choix avons-nous ?

 

 

GASON5-76.jpg

 

-      Le serviteur : La guerre ? O Mon Seigneur, il vaut peut-être mieux mettre le trésor du palais à l'abri ! Je m'occupe de rassembler l'argenterie !

-      Yadêmokyblès : Hein ?! Touche pas au grisbi, salope !! (Euh, oui, Georges Lautner, réalisateur des "Tontons flingueurs", est mort hier, 22 novembre 2013). On ne déménage rien du tout ! Imagine que ça se sache, ce serait du plus mauvais effet ! Enfin, Gason !...

-      Gason : Eh bin ? Comment tu parles à mon favori, toi ?... Qu'il en soit ainsi, Mon Frère... Les deux seigneurs félons seront bannis dès demain matin. Et je convoque les ambassadeurs à midi pour leur signifier notre ultimatum ! Que les légions disponibles se rassemblent ! Envoie la Quatrième à Mirakénèse pour surveiller la frontière nord. Le destin est en marche... Il ne restera peut-être que le vide après ça... Au moins, le vide, on sait ce que c'est, il ne déçoit pas...

 

 

Et c'est ainsi que Gason Authienoüs dut aller contre sa nature et s'engager dans une voie qui ne laissait que peu de place à l'humanité, grande ou petite...

 

Les sénateurs condamnés furent bannis du Jardin et abandonnés dans un champ. Il ne leur restait plus qu'à espérer survivre chichement, à la recherche des petits groupes de nomades et d'aventuriers apatrides qui errent dans les dunes de Baie d'Authie, à l'ouest, après bien des jours de marche et de fatigue...

 

 

GASON5-77.jpg

 

-      Le sénateur décalon : Et maintenant, cher ami, on fait quoi ? Vous avez sûrement une autre belle idée en stock, non ?

-      Le sénateur Pourlecabl-Jêprynoos : Oui, ça va, ça va... Je ne sais pas. On a tout le temps d'y réfléchir. Attendez que ma joie revienne... Vous entendez ce bruit ?... Ne dirait-on pas que le sol tremble ?

 

 

GASON5-78.jpg

 

 

A SUIVRE...

Dans l'épisode 6 :

"Les 55 heures pour rien"

 

Repost 0
Published by SASGARION
commenter cet article
10 octobre 2013 4 10 /10 /octobre /2013 21:18

 

La suite de "Gason et les Sablonautes, la Quête du Poisson d'Or", épisodes 1 et 2. Voici deux nouveaux épisodes.

 

 

GASON39.jpg

 

217362_547514388621130_1372732764_n.jpg

 

Au retour de sa Quête dans le désert infini des dunes berckoises, le jeune seigneur Gason Authienoüs avait retrouvé le doux pays d'Orchide dévasté et plongé dans un profond désarroi. Mais après avoir conjuré le mauvais sort porté par le Poisson d'Or sur le pays, il s'attira l'admiration et la reconnaissance du peuple et de l'armée.

Faute de successeurs capables de tenir la route après la chute du gouvernement des Archontes, les Sages décidèrent de nommer Gason à la tête de l'Orchide. A défaut de l'aimer très fort et de le respecter, les Sages avaient au moins besoin de lui...

Car le doux pays d'Orchide avait une nouvelle urgence à régler : une tribu de barbares du désert s'était fixée à une relative proximité de la frontière après le pillage de la citadelle.

Ces mini-gens avides et pas sympas avaient pour nom : Les Reulous.

 

Lors d'une plaisante garden party organisée sur son domaine, Gason se laissa convaincre par les Sages de repartir dans le désert pour les combattre. Cette fois, il partait en héros, et non plus en banni. Cette fois, il ne se lançait pas, le coeur brisé, dans une aventure incertaine et chimérique avec une petite bande de parents et de grouillots, mais il partait en campagne à la tête de l'armée.

 

GASON3-5.jpg

 

GASON3-6.jpg

 

Il était même le mieux placé pour commander une attaque dans ces contreés immenses et inhospitalières, qui rappelaient aux Orchidiens combien ils étaient petits, mais que Gason connaissait bien. Les Reulous avaient établi leur camp principal tout près de la vallée où la Communauté des Sablonautes avait enfoui dans le sable le malfaisant Poisson d'Or.

 

La grande confrontation entre Orchidiens et Reulous qui s'annonçait allait rester dans la légende sous le nom de : Bataille de San Pellegrino.

 

 

GASON3-7.jpg

 

(maison de Gason Authienoüs, dans le Jardin Secret du mini-monde, près de Berck-sur-Mer)

 

GASON3-8.jpg

 

SAS25-52

 

Le peuple d'Orchide fait la fête à l'occasion du départ de l'expédition. Ils peuvent être joyeux, les glandus : ils ne risquent rien, ce ne sont pas eux qui partent...

 

SAS25-53

 

SAS25-54BIS

 

SAS25-54TER

 

concours9

 

SAS29.6

 

Donc, par un beau matin d'octobre, l'armée orchidienne quitte la citadelle de Katapigone.

 

GASON3-9.jpg

 

GASON3-10.jpg

 

GASON3-11.jpg

 

GASON3-12.jpg

 

GASON3-13.jpg

 

GASON3-14.jpg

 

Gason Authienoüs salue les Sages. Ils lui répondent avec une politesse un peu forcée qui montre bien leur scepticisme. 

Mais le jeune Seigneur-guerrier part confiant, comme d'habitude. Il laisse derrière lui la serre du tranquille jardin secret pour une nouvelle et fantastique aventure. 

 

serre ancienne

 

En réalité, il ne sait pas bien ce qui l'attend. La tribu des Reulous est nombreuse et motivée. Et son roi, Ylêpartijuskapak, a déjà rallié les autres tribus du désert en prévision de l'ultime rencontre avec les Orchidiens.

 

GASON3-1.jpg

 

L'apparition du roi à ses troupes soulève un enthousiasme général, qui ne souffre d'ailleurs aucune contestation.

 

GASON3-2.jpg

 

Deux cents mini-poitrines scandent "Reulou ! Relou ! Relou ! Relou !" pendant que les armes frappent les boucliers.

 

GASON3-3.jpg

 

Ylêpartijuskapak, gonflé d'orgueil, sent l'heure de son triomphe toute proche.   

 

GASON3-4.jpg

 

 

Le long et difficile voyage commence pour les petites jambes des Orchidiens, à travers les étendues de sable fin et sec. La belle arrière-saison berckoise couve l'armée d'un soleil généreux, mais la marche est ardue dans ce sable trop fin et trop sec...

 

GASON3-00.jpg

 

GASON3-03.jpg

 

GASON3-16.jpg

 

GASON3-16BIS.jpg

 

GASON3-16TER.jpg

 

GASON3-16QUART.jpg

 

 

Pendant ce temps, la dimension secrète du Mage Antonitali est toujours aussi active.

 

GASON3-100.jpg

 

-      Antonitali : Cet Oeil-de-Faucon est parfait. Vous pouvez l'expédier. Faites-le livrer au même endroit que le saphir blanc et les améthystes d'hier.

-      Le savant : A ce propos, le Service Après-Vente reçoit beaucoup d'appels concernant le saphir blanc. Les gens se demandent à quoi il sert, quels sont ses vertus...

-      Antonitali : Ecoutez, le jour où nous-même nous le saurons... Nous les rappellerons.

 

 

GASON3-101-copie-1.jpg

 

-      GRRROAROUAFOUAFOUAFGGGGJJJJJJZZZZGGRRR !!!

-      Le technicien : Vilain, le quartz, vilain !

-      Antonitali : Laissez-le dans sa cage encore une journée, il va se calmer tout seul.

-      GGGRRRRRJJJJZZZZZZ !...

 

 

GASON3-102.jpg

 

-      Pippot : Maître, le Cristal d'Observation des Mondes nous parle.

-      Antonitali : Oui, je vois ça... Il se passe de grandes choses chez les Orchidiens, on dirait.

-      Pippot : Gason Authienoüs marche dans le désert à la tête de trois légions... Autant dire, pas de quoi casser trois pattes à un canard !

 

 

GASON3-103.jpg

 

-      Antonitali : Gason n'aura pas la partie facile contre les Reulous... Il faut se préparer à intervenir.

-      Pippot : Il ne tient pas en place, celui-là ! Bon, je vais voir à la ménagerie s'ils ont quelque chose de potable.

 

 

GASON3-104.jpg

 

GASON3-105.jpg

 

GASON3-106.jpg

 

GASON3-107.jpg

 

-      Pippot : Bonjour... J'aurais besoin d'un animal magique. Un un truc qui impressionne un peu mais qui ne mord pas la main qui le nourrit, pas comme les pingouins de la dernière fois !

 

 

Quelques jours plus tard, les Orchidiens atteignent le mausolée du Poisson d'Or. Ils découvrent horrifiés qu'il a été profané et que le maléfique poiscaille a été mis au jour par les Reulous. Mais Ylêpartijuskapak semble avoir voulu le laisser sur place, en vue de s'en servir plus tard. Ce qui monte qu'il a résolu d'étendre son empire jusqu'à cette vallée lointaine. Mais Gason Authienoüs et les siens ne trouvent aucune garnison ennemie dans les environs, pas même de guetteurs.

 

GASON3-17.jpg

 

Gason commence par enfouir à nouveau le Poisson d'Or, dans un caveau creusé dans le sol et soigneusement recouvert. Après quoi, il fait reconstruire la pyramide de sable à proximité, laissé comme leurre.

 

GASON3-18.jpg

 

Il faut reprendre la route. Gason choisit la plus inattendue, celle qui va lui faire contourner les territoires contrôlés par les Reulous, jusqu'à le rapprocher de la mer.

 

GASON3-19.jpg

 

En chemin, il rencontre à nouveau l'équipe de biologistes du Sasgarion, commandée par le Professeur Laoner. Ce dernier leur apprend qu'ils ont aperçu un étrange animal dans les dunes...   

 

GASON3-20.jpg

 

-      Gason : Une mini-panthère ? Euh, ça existe, ça ?

-      Laoner : Ce serait une découverte extraordinaire. Une autre espèce miniature que la nôtre, pensez donc ! Cela dit... Pourquoi une panthère et pourquoi ici ? Nous cherchons à comprendre... Déjà, il faut la retrouver. 

 

 

GASON3-21.jpg

 

-      Gason : Une panthère miniature... Comme c'est mignon !

-      Laoner : Nous avons encore peu d'indices... Mais pour aussi petite qu'elle soit, elle reste d'une taille tout à fait inquiétante pour nous ! Je ne me risquerais pas à lui chatouiller le museau...

 

Le lendemain soir, l'avant-garde orchidienne a la chance d'effectuer une observation très directe du phénomène...

 

GASON3-22.jpg

 

GASON3-23.jpg

 

GASON3-24.jpg

 

GASON3-25.jpg

 

GASON3-26.jpg

 

GASON3-27.jpg

 

GASON3-28.jpg

 

La bête s'est éloignée, entourée de mystère...

Gason ne sous-estime pas le danger. A la halte suivante, il fait fortifier son camp, avec les moyens du bord. 

 

GASON3-29.jpg

 

GASON3-30.jpg

 

GASON3-31.jpg

 

La journée s'achève sans autres incidents. La nature est belle et calme. Pas un seul Grand n'a été aperçu depuis le départ de l'armée. C'est la meilleure période pour aller faire la guerre loin de chez soi.

 

GASON3-34.jpg

 

GASON3-33.jpg

 

 

INTERLUDE

 

Et voici : Le poulet au Maroilles !

 

GASON3-32.jpg

 

C'était : L'INTERLUDE

Merci 

 

 

GASON4-75.jpg

 

GASON4-76.jpg

 

GASON4-77.jpg

 

GASON3-35.jpg

 

GASON3-38.jpg

 

GASON3-39.jpg

 

GASON3-40.jpg

 

GASON3-43.jpg

 

Le périple des Orchidiens les entraîne dans des contrées inconnues. Leur cheminement est encore plus pénible que prévu. Les mini guerriers doivent creuser des passages escarpés dans les falaises de sable.

 

GASON3-41.jpg

 

GASON3-42.jpg

 

GASON3-36.jpg

 

GASON3-37.jpg

 

Mais au bout de ces épreuves, la récompense : L'arrivée dans un pays un peu plus hospitalier, mais tout aussi méconnu.

 

GASON3-37BIS.jpg

 

GASON3-80.jpg

 

Il s'y trouve pourtant des habitants, essentiellement des nomades du désert. Mais pas des masses. Les gérants de ce plaisant troquet n'ont pas vu de clients depuis trois bonnes semaines...

 

GASON3-81.jpg

 

GSON3-82.jpg

 

Aussi sont-ils bien surpris quand un officier orchidien vient leur faire une réservation pour 98 personnes dans une heure environ.

 

GASON3-83.jpg

 

 

Un nouveau campement militaire est installé. L'armée vient d'entrer dans le pays fréquenté par les Reulous. La gouvernante de Gason, qui a tenu à faire le voyage pour s'occuper de son grand garçon, veut absolument lui faire prendre un bain pour qu'il soit présentable au cas où la bataille aurait lieu le lendemain.

 

GASON3-44.jpg

 

GASON3-45.jpg

 

Cette halte est bienvenue. Les orchidiens peuvent manger, se reposer. On leur avait dit "engagez-vous, vous verrez du pays et vous ferez du sport dans une ambiance de franche camaraderie". C'est bien beau, mais le pays, on le voit quand même mieux quand on s'arrête un peu. Ils s'arrêtent quatre jours pour reprendre des forces et collecter des informations sur l'importance et la localisation des forces ennemies.

Le moment de la rencontre est proche. L'heure de vérité aussi.

 

GASON4-62.jpg

 

GASON4-63.jpg

 

GASON4-64.jpg

 

GASON4-65.jpg

 

 

A SUIVRE CI-DESSOUS, L'EPISODE 4

Repost 0
Published by SASGARION
commenter cet article
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 13:21

 

Le matin est embrumé, les esprits des guerriers aussi... Les héros d'Orchide sont loin de chez eux, à la recherche des insaisissables Reulous.

Où sont-ils ?...  

 

 

GASON4-00.jpg

 

GASON4-01.jpg

 

GASON4-02.jpg

 

Gason Authienoüs fait entrer son armée dans une vallée appelée San pellegrino, à cause d'un de ces nombreux détritus abandonnés par des Grands sagouins et peu respectueux de l'environnement. Pour s'assurer une bonne position et couper la retraite aux Reulous, il prend la tête d'un de ses trois corps d'infanterie et monte à l'assaut d'une crête occupée par une tribu barbare vassale d'Ylêpartijuskapak.   

 

GASON4-1.jpg

 

GASON4-2.jpg

 

GASON4-3.jpg

 

Les barbares du désert fondent en masse confuse sur les lignes orchidiennes. Ce sont les premiers ennemis que les aventuriers ont en fasse d'eux.

 

GASON4-4.jpg

 

GASON4-5.jpg

 

GASON4-7.jpg

 

GASON4-8.jpg

 

L'assaut est rondement mené et conclu. Gason se lance à la poursuite des fuyards.

 

GASON4-9.jpg

 

GASON4-10.jpg

 

Mais au détour des argousiers et de quelques autres plantuches des sables, les Orchidiens ont une terrible vision de ce qui se passe en contrebas. Les Reulous sont là, en marche dans la vallée.

 

GASON4-11.jpg

 

GASON4-12.jpg

 

Ainsi donc, les Orchidiens ont débusqué l'armée des Reulous.

Ou bien est-ce le contraire...

 

 

GASON4-13.jpg

 

GASON4-14.jpg

 

Gason n'a pas d'autre choix que de déployer son armée et d'accepter la bataille.

 

GASON4-15.jpg

 

-      Yadêmokyblès : Mon frère, ils sont deux fois plus nombreux et le terrain les avantage.

-      Gason : Je sais... Nous devrons maintenir notre ligne lors du premier choc et assurer nos ailes, qu'ils vont essayer de déborder. Le moment venu, nous attaquerons au centre en nous rabattant sur la droite. Notre aile gauche devra se débrouiller seule et garder sur elle le maximum d'ennemis. Si notre offensive porte ses fruits, Kameronedias, tu te dégageras et tu rejoindras le corps principal. Nous reformerons la ligne dans le sens est-ouest pour éviter l'encerclement. Si nous perdons, tu as ordre de faire retraite en courant vers le campement où nous regrouperons nos forces... si c'est encore possible..

 

GASON4-16.jpg

 

"REULOU ! REULOU ! REULOU ! REULOU ! REULOU ! REULOU !"

 

La mélopéee sauvage des Reulous roule dans la vallée. Impressionnés, les Orchidiens commencent à douter.  

 

GASON4-17.jpg

 

GASON4-19.jpg

 

GASON4-18.jpg

 

Un autre cri donne le signal de l'assaut. Les orchidiens se mettent en position défensive pour contenir ce premier choc qui peut être fatal.

 

GASON4-20.jpg

 

GASON4-21.jpg

 

GASON4-22.jpg

 

GASON4-23.jpg

 

"REULOU ! REULOU ! REULOU ! REULOU !"

 

GASON4-24.jpg

 

GASON4-25.jpg

 

La mêlée s'engage.

 

GASON4-26.jpg

 

GASON4-27.jpg

 

GASON4-28.jpg

 

GASON4-29.jpg

 

En retrait, le roi Ylêpartijuskapak est déjà satisfait du tour que prend la bataille.

 

GASON4-30.jpg

 

GASON4-31.jpg

 

GASON4-32.jpg

 

-      Le soldat : Seigneur Gason, gardez-vous à gauche ! Seigneur Gason, gardez-vous à droite !

 

 

GASON4-33.jpg

 

GASON4-34.jpg

 

-      Yadêmokyblès : Reformez la ligne !!

 

 

GASON4-35.jpg

 

La ligne orchidienne tient bon, malgré l'acharnement des Reulous, qui tentent de contourner les ailes.

 

GASON4-36.jpg

 

GASON4-37.jpg

 

Mais il y a du nouveau, tout près de là. Deux yeux perçants et jaunes observent l'agitation des mini-gens.

 

GASON4-38.jpg

 

La panthère s'invite dans la mêlée, à la stupeur général.

 

GASON4-39.jpg

 

Fait extraordinaire, elle ne s'en prend qu'aux Reulous. Elle semble vouloir séparer les belligérants.

 

GASON4-40.jpg

 

GASON4-41.jpg

 

La peur saisit les Reulous. Les premiers à prendre la fuite, à un bout du front, incitent tous les autres à en faire autant.   

 

GASON4-42.jpg

 

GASON4-43.jpg

 

C'est la débandade dans les rangs barbares. En quelques instants décisifs, la bataille change de contours. Les Orchidiens se lancent à la poursuite des Reulous. 

 

GASON4-44.jpg

 

La bête marche droit vers le roi Ylêpartijuskapak.

 

GASON4-45.jpg

 

GASON4-46.jpg

 

GASON4-47.jpg

 

Gason Authienoüs arrive à point pour recevoir la capitulation d'Ylêpartijuskapak humilié et stupéfait. 

 

GASON4-48.jpg

 

Comme si elle avait rempli sa mission, la bête s'éloigne tranquillement. 

 

GASON4-49.jpg

 

GASON4-51.jpg

 

-      Pippot : Le boulot est fini. Allez, vient, on rentre !

 

 

Après ces incroyables événements, les orchidiens peuvent célébrer leur victoire. Mais, ils le font en silence, dans un étonnement sans limite...    

 

GASON4-52.jpg

 

GASON4-53.jpg

 

-      La gouvernante : Mais c'était quoi, cette mini-panthère ? Pourquoi nous a-t-elle aidés ?

-      Gason Authienoüs : Je crois bien que c'était de la magie... On veille sur nous, sur notre sauvegarde... Il ne faudra jamais l'oublier. 

 

 

GASON4-54.jpg

 

Les guerriers peuvent entamer le voyage du retour vers le doux pays d'Orchide.

Leurs ennemis sont repartis, la queue basse, dans leurs terres lointaines.

Les Sages de Katapigone vont devoir rendre un glorieux hommage à Gason Authienoüs, vainqueur des Reulous et protégé d'une mini-panthère magique... Ils ne vont pas aimer ça.  

 

GASON4-55.jpg

 

GASON4-60.jpg

 

En attendant, comme dans les histoires d'Astérix, la belle aventure finit par un joyeux banquet. 

 

GASON4-61.jpg

 

 

GASON4-100.jpg

 

GASON4-101.jpg

 

-      Les soldats orchidiens : Vive le roi !! Vive le roi Gason !! Vive le roi !!

 

 

GASON4-102.jpg

 

-      Gason Authienoüs : Mais... Que disent-ils ?!

-      Chantalladçouss : L'armée te proclame roi, mon neveu. C'est la fin du gouvernement des Archontes, on dirait... C'était pas prévu du tout, ça.

-      Gason Authienoüs : Mais je ne veux pas être roi ! Je ne suis pas l'homme providentiel !!

-      Chantalladçouss : Dans la confuse situation qui prévaut de nos jours, contente-toi d'être l'homme occasionnel ! Ton destin est maintenant lié à celui de l'Orchide. On verra bien comment ça tournera...

 

 

GASON4-103.jpg

 

-      Vive le roi !! Vive le roi Gason Premier d'Orchide !!

 

 

GASON4-104.jpg

 

-      Chantalladçouss : Honneur au roi Gason Premier, protégé du Monde Magique, de la Panthère des Sables et du Dieu Meuh !

 

 

GASON4-105.jpg

 

-      Gason : ...Bin v'là aut' chose...

 

 

GASON4-1O6.jpg

 

-      Les Sages : "Le roi Gason" ?! Qu'est-ce que c'est que cette connerie ?!

-      Gason : Euh, je crois qu'il va falloir vous y faire... Le temps d'ordonner un peu les choses, je vous ferai savoir mes décisions plus tard, honorables Citoyens du Conseil des Sages d'Orchide.

-      Les Sages : C'est un coup d'état ! Un coup de Gason ! C'est honteux !

 

 

GASON4-107.jpg

 

Les festivités en l'honneur de Gason Authienoüs se poursuivent toute la nuit. Tout le monde autour de lui l'incite a accepter une couronne qui n'existe pas encore et qui lui tombe dessus par surprise. Appelé par le Destin, par l'armée et par le peuple, Gason se laisse peu à peu convaincre. Au moment du dessert, il a même déjà formé un gouvernement parmi les nombreux et parfois tout nouveaux amis qui l'entourent...

 

 

GASON4-108.jpg

 

GASON4-109.jpg

 

Et c'est ainsi que le mini-homme qui ne voulait pas être roi... le devint.

 

 

GASON4-110.jpg

 

 

Pendant ce temps, dans la dimension magique d'Antonitali...

 

GASON4-112.jpg 

 

GASON4-113-copie-1.jpg

 

-      Antonitali : Euh, Pippot... Le bain aux herbes, c'était une bonne idée. Mais il faudrait un peu d'eau chaude, maintenant...

 

 

GASON4-66.jpg

 

GASON4-70.jpg

 

DSCN2587--1280x960-.jpg


 

 

FIN

Repost 0
Published by SASGARION
commenter cet article
14 septembre 2013 6 14 /09 /septembre /2013 08:36

Voici une histoire en trois épisodes (trois articles, donc, et pour une fois ils sont placés dans un ordre de lecture cohérent, c'est à dire de haut en bas). Comme d'habitude, le but du jeu est de réaliser les mises en scène les plus économiques possibles, qui donnent à toutes sortes de petits objets et autres bouts de machin un chance de connaître une deuxième vie... Bienvenue dans ce mini-monde imaginaire où la récup' et le recyclage sont rois !


La cité volante "Sasgarion" reprend ici du service.

Mais est-ce la dernière fois ?...

 

 

14 juillet 2022, Jardin d'Arrochelle à Groffliers, près de Berck, le plus important de ces jardins secrets qui abritent le monde miniature...

 

 

 

COT30.jpg

 

Danlo Hédrone

Danika Diroise

Jérôme Chardonville

Dydrar Diderot

 

dans

 

COT31.jpg

 

DERNIER VOL POUR LE COTENTIN

 

COT32.jpg

 

Avec la participation spéciale de

Clématitsia Mouettovna

Bernache Oyatoviche

Gustav Pims

Gason Authienoüs

Les Quatre Soeurs Yolanda Minilida

Antonitali

Pippot

Enguerrand d'Isigny de La Ferté-sous-Jouarre (le Tourteau)

La mini-poupée porte-bonheur guatémaltèque Maria Véronica

Eva Sasgarion

Et du Professeur Edmond Gélagnac

 

COT33.jpg

 

Ecrit et réalisé par

Daniel Bernardon 

...Et aussi le casting, les costumes, les décors, les lumières, les accessoires, etc... 

 

 

COT82.jpg

 

COT27.jpg

 

COT28.jpg

 

COT29.jpg

 

-      Danlo : Bien... Nous y voilà... Nous allons découvrir ce qu'on a fait de notre ancien navire. Le premier paquebot des airs du mini-monde, il fallait voir ça...

-      Danika : N'oublie pas de féliciter mon père pour son grand oeuvre, quand tu le verras. Il trouve que je ne suis pas assez enthousisate.

 

 

COT34.jpg

 

-      Professeur Simon : Au fond, nous avons tous mal supporté de quitter ce vaisseau où nous avons vécu plusieurs années et d'être mutés à droite et à gauche. J'ai croisé votre père en arrivant : il était excité comme une puce. Et je lui ai confirmé que vous veniez.

-      Danika : Je suis un peu fâchée avec lui. Dans son idée, j'aurais dû profiter du recyclage du "Sasgarion" pour abandonner notre vie aventureuse et me lover dans une planque cool dans les bureaux de l'Amirauté, consacrer mes journées à des mondanités et à me faire des relations plus utiles pour notre honorable famille. Depuis que Maman est décédée, il a tendance à se mêler un peu trop de ma vie.

 

 

COT35.jpg

 

-      Professeur Chardonville : Le nouveau croiseur d'exploration sera bientôt prêt. Dommage que je n'aie pas pu y trouver d'affectation... J'aime bien l'Université d'Arrochelle, mais une certaine forme d'inactivité me pèse un peu... 

-      Danlo : J'ai pourtant tout essayé pour choisir moi-même l'équipage du "Philippe Enondradel", mais on ne m'a rien accordé. Monsieur Diroise redoute plus que tout que je reconstitue mon équipe en y incluant sa fille.   

-      Chardonville : Vous avez finalement accepté l'invitation au voyage inaugural pour un dernier ballon d'essai, malgré la déception de perdre votre commandement sur le Sasgarion et tout ce qui peut être motif d'amertume en ce moment ?... Comme ce surprenant goût pour les affaires et l'argent qui devient à la mode ces temps-ci.

-      Danlo : Je ne viens ni par politesse, ni pour respirer une dernière fois l'atmosphère de ces lieux, et encore moins parce que Diroise y tient pour que le tableau soit joli. Je viens par pure curiosité.

 

 

COT36.jpg

 

-      Danlo : Notre cabine, Dydrar... Quel luxe insolent. C'étaient els labos de micro-physique, ici... Vous savez quoi ?

-      Simon : Oui : Vous voulez aller au Poste principal. Vous y retrouverez Gytring, qui a été votre second pendant 6 ans et demi...

-      Dydrar : J'en étais sûr : Tu ne pouvais pas t'en empêcher !

-      Madame Simon : Allez faire votre pèlerinage. On se retrouve au Grand Salon.

 

 

COT66.jpg

 

COT67.jpg

 

COT68.jpg

 

-      Garyegon : Oooh ! Commandant !? Heureux de vous revoir !

-      Danlo : Bonjour à tous !

 

 

COT69.jpg

 

-      Danlo : Bonjour, Joddel. 

-      Gytring : Danlo ! J'aurais cru que vous ne teniez pas tant que ça à répondre à l'invitation du nouveau propriétaire.

 

 

COT70.jpg

 

-      Danlo : J'aime les croisières gratuites. Rassurez-vous, je ne viens pas voir si vous vous débrouillez bien sans moi, Commandant Gytring. Enfin, vous l'avez, ma place ! Vous l'avez bien méritée. Bravo pour votre promotion.

-      Gytring : Merci. J'avoue que parfois, vous me manquez bien un peu...

-      Danlo : C'est notre passé qui nous manque... Il était normal que ce poste vous revienne après avoir été, en tant que civil, l'éternel Officier en Second du Sasgarion. Vous l'avez vu naître, ce vaisseau, vous aviez déjà le grade de Second six mois avant la fin de sa construction, avant qu'un commandant soit nommé !

 

 

COT71.jpg

 

-      Gytring : Vous allez le trouver bien changé, le vaisseau. Il n'a plus grand-chose de scientifique et de militaire, c'est un navire de croisière pour mini-gens snobs et bien lotis. Je ne vous imagine pas en touriste ici. Moi non plus, et pourtant c'est l'impression que j'ai. Et puis trop de gens que nous connaissons ont été dispersés dans le reste de la flotte ou ailleurs. Le gouvernement et l'Amirauté sont éblouis par la qualité et le travail de notre groupe, ils nous encensent, nous filent des promos et des augmentations, mais ils ont un peu peur de nous, je crois... Trimballer des passagers ne m'enchante pas, mais je suppose que les temps ont changé et qu'il faut s'y faire... Vous pourrez bientôt revoler, il me semble, non ?

 

 

COT72.jpg

 

-      Danlo : Dans deux semaines.  A priori, ce sera cool, sur l'Enondradel, je serai un peu dans ma bulle. Un peu à l'étroit aussi. Mais arrêtons de nous lamenter. Je cours vers la fosse aux lions.

-      Gytring : Le Grand Salon ? Oui, là, vous ne reconnaîtrez plus rien, c'est sûr : c'était l'ancien hangar principal des Geckos ! Ha ! Ha ! 

 

 

 

COT1.jpg

 

-      La journaliste : C'est une somptueuse soirée de gala qui débute. Nous venons de voir passer le Président de la République d'Arrochelle, Monsieur  John-Rose L'herbier, accompagné de son épouse Margarette. Parmi les invités de marque étrangers à cette croisière inaugurale, notons la présence de la Présidente Clématitsia Mouettovna, toujours entourée de ses éternels soupirants... Et j'aperçois maintenant, l'ancien Commandant du Sasgarion, Danlo Hédrone, dont les fabuleuses aventures nous ont faire rire et trembler tout le mini-monde ! 

 

 

COT2.jpg

 

-      La journaliste : Commandant Hédrone, un mot, s'il vous plaît ?... Commandant ?

-      Dydrar : On vous "a fait rire" ?...

 

 

COT3.jpg

 

-      Gason Authienoüs : Mademoiselle, il doit y avoir une erreur. J'avais demandé une cabine avec vue sur la mer...

-      La réceptionniste : Euh, est-ce que votre cabine donne sur l'extérieur ? Comporte-t-elle des fenêtres ?... 

-      Gason Authinoüs : Oui, en effet, mais...

-      La réceptionniste : C'est bien ça, Monsieur. Donc, vous aurez la vue sur la mer... Une fois que nous aurons décollé et que nous la survolerons...

 

 

COT4.jpg

 

-      Homère Diroise : Danlo ! Content de vous voir sortir de votre tanière pour honorer de votre présence.

-      Danlo : Vous avez été si gentil avec moi. J'aurais eu bien mauvaise grâce à ne pas assister à votre triomphe mérité. Sinon, ça va ? Il fait beau chez vous ? Bonsoir Madame l'Amiral.

-      Amiral Bonnesauge : Bonsoir Commandant. Je vous sens contracté ! Heureusement, vos vacances forcées s'achèvent bientôt. Votre nouveau vaisseau vous tend les bras.

-      Homère Diroise : Oui, j'en toucherai un mot, dans mon discours !

 

 

COT5.jpg

 

-      Homère Diroise : Vous allez trouver votre vieux vaisseau bien changé, mon ami !

-      Amiral Bonnesauge : Monsieur le Président, je voudrais vous présenter le Commandant Danlo Hédrone.

-      Danlo : "Vous allez trouver bien changé" est un formule à la mode, ce soir. Bonsoir Monsieur le Président. 

-      Le Président L'herbier : Ravi de vous rencontrer, Commandant, c'est un honneur. Vous êtes une légende vivante, vous le savez !

-      Danlo : Oui, c'est vrai ! Mais ça m'est égal ! 

 

 

COT6.jpg

 

-      Homère Diroise : Je vous en prie, John-Rose, Margarette, allons dans le Grand Salon

 

 

COT44.jpg

 

-      Homère Diroise : Ma fille, il serait bon que tu t'occupes de ton ami Danlo. Veille à ce qu'il ne décharge pas trop sa mauvaise humeur sur les invités, et surtout à ce qu'il ne croise pas à nouveau le Président !

-      Danika : Papa, je veux bien m'occuper de lui comme tu dis, sauf qu'il a déjà son mec pour ça. Mais je ne suis pas là pour le contrôler. Nous sommes peut-être des petits soldats, mais pas les tiens...

-      Homère Diroise : Tu feras un effort pour me faire plaisir, s'il te plaît. Je ne veux pas la moindre fausse note dans cette soirée importante pour la compagnie, donc pour toi et moi. C'est MA soirée, tu comprends ?!

-      Danika : Eh bien, allons-y, à TA soirée ! 

 

 

COT7.jpg

 

COT8.jpg

 

COT9.jpg

 

-      Stop ! In the name of love
Before you break my heart
Stop ! In the name of love
Before you break my heart
Think it over
Think it over

 

 

COT10.jpg

 

-      Danika : Ah, y a pas de doute, ça clinque, ici ! Gloire, paillettes et profit, sacré papa !

-      Chardonville : Et vous voudriez vous priver de tout ça, Danika ?

-      Danika : Si on me demandais de choisir entre une nuit de camping improvisé tous les quatre dans les dunes, à côté de l'épave d'un hélicoptère, à disputer des feuilles ou des racines à des insectes fouisseurs, et 10 ans de grignotages et de papotages dans ce salon, je n'hésiterais pas une seconde ! J'ai pas vraiment un mental de petite fille riche.

 

 

COT11.jpg

 

-      Danlo : ...Il faut reconnaître que ça en jette, quand même...

 

 

COT13.jpg

 

COT14.jpg

 

  -      Homère Diroise : Monsieur le Président de la République d'Arrochelle ; Madame l'Amiral de l'air ; Mesdames et Messieurs qui êtes invités à cette croisière exceptionnelle ; mes chers collègues, avec lesquels j'ai imaginé et mis en oeuvre ce merveilleux projet ; Mesdames et Messieurs les officiers et scientifiques qui composèrent naguère  l'équipage de cet héroïque vaisseau dans ses grandes heures et qui ont accepté de nous rejoindre ce soir... Je vous souhaite la bienvenue à bord du premier paquebot aérien miniature plus lourd que l'air, le "Sasgarion" nouveau ! Lequel est déjà plus grand, plus magnifique et confortable que les célèbres dirigeables de la colonie d'Aiguebelette ! 352 passagers, 207 membres d'équipage, sa capacité en fait un engin tout à fait hors norme.

 

 

COT12.jpg

 

-      Homère Diroise : Oui, je dois le dire, ce soir, je suis fier, très fier, même...

-      Danlo : Trop, beaucoup trop, même...

 

 

COT15.jpg

 

-      Homère Diroise : ...De vous accuellir à bord de la mythique Cité Volante qui fut à l'origine, voici onze ans, de la fondation de notre colonie berckoise. Aujourd'hui, notre Jardin secret est au centre du Monde Miniature en France ! Notre république compte 15 000 habitants, et avec ceux des autres mini-Etats, nous dépassons les 50 000 ! Il en vient de partout ! Des peuples entiers ont emménagé ici. Bien sûr, les aigris vous diront qu'ils ont emménagé avec leurs complications, leurs guerres, mais le mini-monde est ainsi fait et cela n'a pas altéré la fulgurante ascension de notre colonie, aujourd'hui la plus belle et la plus avancée !

 

 

COT16.jpg

 

-      Homère Diroise : On vient même d'autres réalités, n'est-ce pas les Yolanda Sisters ?!

-      Les Yolanda Sisters :  Youh !!!

-      Le public : Clap-clap-clap-clap-clap-clap-clap-clap !!! 

-      Homère Diroise : En janvier 2011, la Cité Volante montvillienne "Sasgarion" quittait la Savoie et fondait quelques mois plus tard cette colonie. Ce vaisseau était un fabuleux concentré de science et de technologies et tout au long de ses étonnantes et parfois terribles aventures, il a repoussé toujours plus loin les limites de nos connaissances, jusqu'à répondre à ces questions fondamentales : "Qui sommes-nous ?" et "D'où venons-nous ?". Il y en a une autre : "Où allons-nous ?"... Et bien je vous apporte ici la réponse ! Nous allons vers un horizon prospère, serein, sécurisé et toujours plus performant, et ce paquebot en est la parfaite illustration !

 

 

COT17.jpg

 

-      Homère Diroise : Etait-il cruel ou bien juste de constater que le Sasgarion avait fait son temps ? Qu'il était en quelque sorte dépassé par le résultat de ses propres recherches ? Que sa mission était terminée ?... Il est évident, de nos jours, que l'avenir de l'exploration miniature et de la défense de notre colonie appartient à des unités plus petites et plus légères : Deux grands-mètres de long, soit moins de la moitié du Sasgarion, une centaine de membres d'équipage, un effectif scientifique rationnalisé... Des vaisseaux certes moins polyvalents mais plus maniables et efficaces. Trois sont en service et un quatrième, construit avec des fonds privés, effectuera son premier vol d'essai dans deux semaines. Il sera la première vraie réalisation de la Compagnie de Navigation Aérienne Diroise. Vous êtes déjà tous invités à participer à cet événement. Il portera le nom d'un homme très estimable que j'ai bien connu, et qui a donné sa vie pour celle de l'équipage du Sasgarion, je veux parler de mon ami l'Amiral Philippe Enondradel...

-      Le public : Clap-clap-clap-clap-clap-clap-clap-clap !!! 

 

 

COT18.jpg

 

-      Homère Diroise : Les temps ont changé. Et la renaissance du Sasgarion incarne notre entrée dans ce monde si vaste avec assurance et fierté ! Merci à tous d'être là et de vivre cette croisière inaugurale qui marquera histoire d'Arrochelle ! Je peux vous révéler maintenant le trajet que nous allons effectuer, puisque c'était une surprise... Excepté bien sûr pour Monsieur le Président, pour des raisons évidentes de sécurité. Monsieur le Président n'aime pas les surprises (rires). Aujourd'hui, 14 juillet 2022, nous décollerons à 22heures30 pour nous diriger vers le littoral de la ville des Grands, à Berck. Nous survolerons la mer afin d'assister au feu d'artifice qui sera tiré sur la plage. Puis, nous reviendront à la base, aux environs de minuit, à la fin du dîner qui sera servi dans le restaurant, la salle voisine de ce grand salon que votre présence honore. Monsieur le Président, vous voudrez sans doute dire quelques mots...

 

 

COT19.jpg

 

-      Danlo : Quelques mots à la gloire d'Homère. Il n'attend que ça... Quel cabot.

-      Danika : Vas-y, comment tu parles de mon père, toi ?... Le pire, c'est que tu as raison. Et si on picorait les sucreries maintenant, avant le rush ?

 

 

COT21.jpg

 

-      Le Président : Cher Homère, mon ami, je vous félicite pour la réalisation de ce projet de reconversion magnifique et utile. Depuis un an, vous avez lutté et travaillé pour le faire aboutir et c'est une incontestable réussite. Ce navire n'est pas seulement destiné à la croisière. Il reliera par les airs les colonies de Berck, de Marquenterre, de Montville et de Jumièges de façon parfaitement autonome, sans l'aide des Grands. Il consacre l'indépendance des mini-peuples, avec, naturellement, les nécessaires garanties de sécurité. Les vols se dérouleront la nuit, en toute discrétion. 

 

 

COT22.jpg

 

-      Sandra Matizet : En toute discrétion ? Ce soir, le vaisseau est illuminé comme un sapin de Noël... Même les taupes pourraient nous voir passer depuis le sol.

-      Joddel Gytring : Ne discutez pas. Puisqu'il vous dit que c'est en toute discrétion, c'est que c'est en toute discrétion (rires).

 

COT23.jpg

 

-      Le Président : Mon très cher ami Homère De... Homère De... Diroise, pardonnez-moi, j'applaudis votre initiative et votre ingéniosité ! Et je souhaite longue vie et prospérité à votre nouvelle compagnie privée de navigation !

-      Le public : Bravo !! Clap-clap-clap-clap-clap-clap-clap-clap !!! 

 

 

COT24.jpg

 

COT25.jpg

 

-      Chardonville : Vos avez entendu le Président ? Notre mobilité nous fait gagner notre indépendance à l'égard des Grands... Il y a quelques années seulement, on nous a envoyé combattre le Colonel Von Bulot qui revendiquait la même chose... ("La Quête du Sasgarion - Mission to Selles sur Cher", épisodes 26 à 29)

-      Dydrar : "Les temps ont changé"... On bouffe ?

 

 

 

COT54.jpg 

 

-      Sandra Matizet : Commandant, je détecte du mouvement sur la plage, droit devant ! Des Grands, et il y en a neuf. Nous serons au-dessus d'eux dans moins de deux minutes ! L'ordinateur de veille médicale à distance nous apprend qu'ils sont assez fortement alcoolisés...

-      Galkyron : L'analyse de l'atmosphère révèle qu'ils ont fait griller des saucisses, mais leur feu est à présent éteint.

 

 

COT55.jpg

 

-      Gytring : Navigation, ici le Commandant ! Vous nous emmenez droit sur un groupe de Grands fêtards qui squattent la plage ! A tous les coups, ils vont nous voir, prenez de l'altitude !

 

 

COT56.jpg

 

-      Capitaine : Avec votre respect, Monsieur, je connais mon boulot... Je vais plutôt virer sur tribord en descente afin que nous soyons plus vite dissimulés par la crête des dunes. Une ouverture dans la forêt se présente justement dans quelques dizaines de secondes.

 

 

COT57.jpg

 

-      Gytring : Capitaine, on dit "Sauf votre respect", ou "avec mon respect"... Ce petit con me tape sur le système !

-      Sandra Matizet : Oui, il me rappelle vous quand vous étiez Second Officier...

-      Gytring : ...A ce point-là ?...

 

 

COT58.jpg

 

_      Capitaine : Parés à virer, 60 degrés sur tribord. Avant - 10, arrière + 5. 

 

 

 

COT26.jpg

 

-      OOOOOOOOOHHHHHH !!!

 

 

COT59.jpg

 

-      Gytring : Qu'est-ce que c'était ?!

-      Galkyron : Une fusée !! Une deuxième part du sol !!

 

 

COT60.jpg

 

-      Gytring : Ces andouilles sont en train de tirer un feu d'artifice et nous sommes en plein dans la zone dangereuse... Capitaine, sortez-nous de là !

 

 

COT63.jpg 

 

COT65.jpg

 

COT64.jpg

 

-      Homère Diroise : Allons, du calme, ce n'est qu'une petite fête de Grands vacanciers sur la plage ! Régalez-vous et profitons de ce spectacle impromptu !

 

 

COT61.jpg

 

-      Capitaine : Virez au maximum, vitesse + 30 !

 

 

 

COT62.jpg

 

-      Gytring : Qu'est-ce qu'il fout ?! Maintenant, on va toucher les arbres !! Sandra, alerte rouge pour les équipes de sécurité ! Fermeture des portes étanches sur tous les niveaux !    

 

 

COT83-copie-1.jpg

 

COT75.jpg

 

COT37.jpg

 

-      AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHH !!!!

 

 

COT76.jpg

 

COT77.jpg

 

COT38.jpg

 

COT39.jpg

 

COT40.jpg

 

COT41.jpg

 

COT42.jpg

 

COT43.jpg

 

COT45.jpg

 

COT46.jpg

 

-      Homère Diroise : Allons, mes amis, du calme ! Du calme !!... Monsieur le Président, donnez l'exemple.

 

 

COT47.jpg

 

COT59

 

-      Gytring : Que toutes les sections envoient un rapport des avaries !!

 

 

Section médicale, niveau B :

 

COT73.jpg

 

-      Docteur Ibüprofein : Allons, gardez votre calme ! Je ne sais pas ce qui se passe, mais il faut tout remettre en ordre pour accueillir les blessés !

-      Une infirmière : Docteur !...

 

 

COT74.jpg

 

-      Voix synthétique de l'OVMD : Tnit-tnit ! Tnit-tnit ! Technicienne Hannelor Durhin, Navigation, arrêt des fonctions vitales. Tnit-tnit ! Tnit-tnit ! Ingénieur Losleer Hilaire, Navigation, arrêt des fonctions vitales. Tnit-tnit ! Tnit-tnit ! Capitaine Kyron Laoner, Responsable Navigation, interruption des fonctions vitales de 47 secondes, état de mort cérébrale. Tnit-tnit ! Tnit-tnit ! Technicien Asmodée Sukub, Maintenance de la propulsion, arrêt des fonctions vitales. Tnit-tnit ! Tnit-tnit ! Technicien Norbert Hichon, Navigation, signes vitaux faibles, traumatisme crânien, fractures multiples, état d'inconscience. Tnit-tnit ! Tnit-tnit ! Technicienne Derdrie Neuchamp, Maintenance des systèmes énergétiques, arrêt des fonctions vitales. Tnit-tnit ! Tnit-tnit !  Passager Gidrildür Abjörnssen, aucun signal, bracelet OVMD défectueux ou personne projetée hors du vaisseau, portée de réception insuffisante. Tnit-tnit ! Tnit-tnit !...

 

 

COT47-copie-1.jpg

 

-      Qu'est-ce qui s'est passé ?

-      Oooooh !!

-      Où on est ?

-      C'était quoi, cette explosion ?

 

 

COT48.jpg

 

-      Homère Diroise : Danlo, qu'est-ce qui se passe ?

-      Danlo : On va demander ça au Poste principal.

 

 

COT49.jpg

 

COT50.jpg

 

-      Un homme : Les portes sont condamnées !!

-      Une femme : Regardez !! De la fumée !! 

 

COT51.jpg

 

-      Homère Diroise : Danlo, faites quelque chose !

 

 

COT52.jpg

 

COT53.jpg

 

-      Danlo : Mesdames, Messieurs, le vaisseau est toujours en vol et  c'est le plus important ! Il a retrouvé son assiette, je vous suggère de retrouver les vôtres ! Il semble qu'il y ait un incendie à bord. Nous sommes ici dans une zone qui était hautement sécurisée et, apparemment, elle l'est toujours... Ces portes sont là pour nous protéger ! Retournez tous dans le salon, s'il vous plaît, nous vous informerons immédiatement dès que nous en saurons plus !

 

 

(Petites inspirations cinématographiques :"L'aventure du Poséidon", 1972, et "La tour infernale", 1974. Et bien sûr, on est toujours un peu dans l'ambiance adaptée de ma série SF préférée "Cosmos 1999", 1974 aussi.)

 

A SUIVRE...

CI-DESSOUS. 

 

Repost 0
Published by SASGARION
commenter cet article
14 septembre 2013 6 14 /09 /septembre /2013 08:29

 

 

 

14 juillet 2022, 23h10

 

 

COT3.41.jpg 

 

COT2.10.jpg

 

COT2.11.jpg

 

COT2.12.jpg

 

COT2.13.jpg

 

COT2.14.jpg

 

COT2.15.jpg

 

COT2.16.jpg

 

COT2.17.jpg

 

-      Danlo : Gytring ? Vous allez bien ?

-      Voix de Gytring : Nous sommes tous indemnes ici, mais ce n'est pas le cas dans la Section Navigation et ailleurs... Nous avons pour l'instant 14 morts et disparus, plus 19 blessés, dont certains sont coincés dans des zones inaccessibles. Une fusée de feu d'artifice a percuté la tête du vaisseau et nous a privés de plusieurs systèmes essentiels. L'ordinateur de vol a pu transférer en partie les commandes au Poste principal, mais la connexion a été coupée en cours de chargement. Nous n'avons pas la main sur les manoeuvres... C'est aussi la conséquence regrettable des récentes transformations... C'est déjà un gros problème à régler rapidement. Pour l'instant, nous dérivons dans la nuit...

 

 

COT57

 

COT2.19.jpg

 

-      Gytring : La propulsion est opérationnelle, ainsi que la sustentation, nous conservons une altitude de 15 GM environ. Mais le choc nous a fait dévier vers la mer. Comment ça se passe de votre côté ?

-      Danlo : Pas terrible. On est au bord de la panique.

-      Gytring : L'OVMD localise 97 personnes dans le salon. Vous devez absolument y rester, Danlo... Tout l'avant du vaisseau est surchauffé, le feu est tout près de vous. Par ailleurs, en plus du gaz carbonique qui se répand, il y a aussi une fuite du ballast d'hélium n° 1. Mais si je ventile votre secteur, ça va créer un appel d'air et il va brûler avant que vous ayez le temps d'évacuer ! Toutes les sécurités de l'ancien hangar des Geckos ont été conservées, vous pouvez gagner un temps précieux. C'est encore dans le salon que vous avez les meilleures chances de survie.

 

 

COT2.18.jpg

 

-      Danlo : ...Je vois... Joddel, je suis le dernier à vouloir vous dire ce que vous devez faire, mais...

-      Voix de Gytring : Ne vous inquiétez pas, en la matière, nous avons les mêmes réflexes... Les pistes 2 et 3 sont utilisables. Toute la moitié avant du vaisseau est déjà vide, à part de votre côté. Dès que la Section médicale aura rassemblé les blessés, je lance l'évacuation avec les quatre Geckos disponibles. En tassant bien, on devrait pouvoir faire partir 120 personnes vers Arrochelle. Mais nous sommes près de 4OO rescapés à bord. L'alerte a été donnée là-bas. Si nous restons en l'air assez longtemps, la base pourra peut-être nous envoyer d'autres appareils. D'ici là, vous devez garder le contrôle de la situation dans le salon.   

-      Danlo : Bien... Je vous laisse travailler. Bonne chance.

-      Voix de Gytring : Désignez quelqu'un pour rester en contact. Vous serez informés de tout immédiatement. Bonne chance à vous...

 

 

COT2.20.jpg

 

-      Le Président : Le feu ? Et le navire est endommagé et en perdition au dessus de la mer ?... Mais vous comptez faire quoi ?

-      Homère Diroise : Nous avons un personnel efficace qui s'occupe de tout... Je crois... Je pense que avons des chances de nous tirer... Je n'en sais pas plus... Je suis désolé.

-      Le Président : Nous avons des chances ?! Nous sommes prisonniers dans cette cage, faits comme des rats, et vous êtes désolé ?... Bon sang, Homère, c'est VOTRE vaisseau !

 

 

 

15 juillet, 0h15.

 

 

COT2.21.jpg

 

COT2.22.jpg

 

-      Danika : Y a pas à dire, c'est beau la nuit... Vue d'assez loin.

-      Danlo : Les autres ont du nouveau. Allons voir.

 

 

COT2.23.jpg

 

-      Chardonville : Danlo, nous avons trouvé un moyen d'évacuer tous ces gens. Mais il faut descendre jusqu'au ventre du navire, dans la salle des machines des fusées ascensionnelles avant. 

-      Ernagels : C'est la seule voie d'évasion qui nous met à l'abri de l'incendie et de la chaleur. L'atmosphère est irrespirable, mais c'est une zone sécurisée : Depuis son centre de commande, on peut ventiler tout le secteur et créer la bulle d'air dont nous avons besoin. Ensuite, nous pourrons continuer vers l'arrière, passer dans le hangar des voitures de service, ce qui nous rapprochera considérablement des équipes de secours.

 

 

COT2.24.jpg

 

-      Danlo : Oui, ça a l'air bien. A condition que ce secteur n'ait pas été détruit.

-      Ernagels : D'après Gytring, les boosters avant tournent à faible régime, mais ils tournent. La zone semble intacte. On y accède par la trappe étanche qui est juste sous cet escalier, il faut ensuite descendre au niveau G.

-      Danika : De toute façon, on ne tiendra pas longtemps ici. Il faut aller voir.

 

 

COT2.25-copie-1.jpg

 

-      Danlo : Vous avez du matériel de survie ?

-      La femme : Oui, derrière la réception.

-      Le garde : Pour quatre personnes seulement. 

-      Danlo : Vous venez avec nous. Vous devez connaître tous les codes des accès sécurisés.

-      Le garde : Oui, bien sûr, Commandant.

 

 

COT2.26.jpg

 

-      Danlo : Amiral, je vous souhaite bien du courage pour maintenir le calme dans le groupe...

-      Amiral Bonnesauge : On fera de notre mieux. On compte sur vous, surtout.

-      Danlo : Dès que vous aurez le signal, commencez l'évacuation. Nous n'aurons pas de temps à perdre. A tout moment, l'incendie peut gagner la zone de lancement n° 1 et faire sauter le dépôt d'armes du niveau A. Et nous sommes juste en dessous.

-      Amiral Bonnesauge : Je n'aime pas quand vous dites des choses aussi tristes. Allez, bonne chance !

 

 

COT2.27.jpg

 

-      Homère Diroise : Bonne chance, Danlo. Quoi que vous fassiez, vous avez tout mon soutien... Après cette aventure, vous n'aurez pas de meilleur ami et bienfaiteur que moi.

-      Danlo : Euh, soutenez surtout l'autorité de Madame l'Amiral. S'il y a une panique, on est foutu !

-      Danika : On va faire manger les gens en continu, ça va les occuper.

 

 

 

COT2.28.jpg

 

COT2.29.jpg

 

-      Chardonville : On y est. Comme prévu, le niveau de CO2 est affolant.

 

 

COT2.30.jpg

 

COT2.31.jpg

 

COT2.32.jpg

 

-      Dydrar : Le malheureux a été asphyxié. Je ne le connais pas...

-      Danlo : Moi non plus. Sans doute un nouvel arrivant dans l'équipage... Pas de chance. Fais le tour du secteur pour voir s'il y a quelqu'un d'autre... L'OVMD signalerait deux autres corps...

-      Le garde : Je m'occupe de la ventilation.

 

 

COT2.33.jpg

 

-      Le garde : La porte est bloquée.

 

 

COT2.34.jpg

 

COT2.35.jpg

 

COT2.36.jpg

 

COT2.37.jpg

 

COT2.38.jpg

 

-      Danlo : Comment ça se présente ?

 

 

COT2.39.jpg

 

-      Chardonville : Il y a des déformations un peu partout dans les parois, sans doute dûes au choc initial. mais le matériel est intact, les câblages aussi. Je peux même lancer le programme de secours qui va donner au Poste principal le contrôle direct des boosters. Ce ne sera pas long... Ah, voilà ! L'air est respirable, on peut enlever les masques.

 

 

COT2.40.jpg

 

COT2.41.jpg

 

-      Dydrar : Oooh non...

 

 

COT2.42.jpg

 

-      Danlo : Le Professeur reste dans la salle de contrôle. Nous, on continue. Dydrar ?... ça va ?....

-      Dydrar : Non. Je viens de trouver les deux autres victimes dans le compartiment de repos : Ygerda Sesmär et Lydie je-ne-sais-pas-comment, une infirmière...

-      Danlo : Oui, je le savais...

-      Dydrar : ...Je l'ai croisée à bord pendant 7 ans, nous avons effectué des missions extérieures ensemble, elle m'a même soigné plusieurs fois... Et je ne connais pas son nom. Danlo, il n'y a pas de kits de survie, ici, nulle part. La centrale des sytèmes de soutien de vie du secteur était condamnée. ces gens n'avaient aucune chance.

 

 

COT2.43.jpg

 

-      Danlo : Courage... On a du travail.

 

 

COT2.45.jpg

 

-      Danlo : La salle des machines avant. Oui, ça fait plaisir de voir au moins un truc qui marche. 

 

 

COT2.01.jpg 

 

-      Dydrar : Voilà le hangar.

-      Le garde : Non, ça  a changé : C'est un autre restaurant, maintenant.

 

 

COT2.02.jpg

 

COT2.03.jpg

 

-      Dydrar : Oulah ! Accès direct à la mer, 15 GM plus bas ! Pas question de sortir par là !

-      Danlo : C'est ici que la structure ventrale du vaisseau s'est pliée. Il faut trouver un autre chemin.

 

 

COT2.O4.jpg

 

-      Le garde : Commandant, regardez là-haut ! La paroi en aluminium est fissurée. Les pompiers devraient pouvoir creuser une ouverture pour nous faire tous passer.

-      Danlo : C'est vrai. Où est la borne de communication ? Il faut en parler à Gytring. Vous, remontez au niveau C : Dites à tout le monde que l'évacuation commence immédiatement !

 

 

 

COT2.46.jpg 

 

-      Un homme : Je connais bien le vaisseau, je fais partie du consortium qui l'a transformé. Dans les sanitaires, il y a une vitre qui sert d'issue de secours et qui donne sur une passerelle extérieure ! On peut facilement se sauver vers l'arrière, en marchant en file indienne !

-      Une femme : Oui, faisons ça ! Je refuse de rester ici plus longtemps, c'est trop dangereux !

 

 

COT2.47.jpg

 

-      Homère Diroise : Mais enfin, Rolghir, vous n'y pensez pas ! Il fait nuit, il y a du vent, le navire tangue ! c'est encore plus dangereux de sortir ! Je suis certain qu'Hédrone et les autres vont trouver une solution !

 

 

COT2.48.jpg

 

-      L'Amiral Bonnesauge : Je vous en prie, n'y allez pas ! Vous devez rester ici ! Monsieur Oyatoviche, Monsieur Pims, aidez-moi, il faut les retenir !

-      Un homme : Laisse-nous passer, idiote ! Si tu veux crever ici façon grillade, c'est ton affaire !

-      Le Président L'Herbier : Vous êtes fous ! Ne faites pas ça ! Vous ne savez même pas s'il y a des issues praticables plus loin !

 

 

COT2.53.jpg

 

-      Sandra Matizet : Joddel, la chaleur atteint un niveau critique dans le secteur de la piste 1 ! 

 

 

COT2.54.jpg

 

-      Gytring : L'entrepôt de munitions... On n'y peut plus rien. Dites aux pompiers d'évacuer rapidement !

 

 

COT2.49.jpg

 

COT2.55.jpg

 

-      Le Président L'Herbier : Madame, revenez !

 

 

COT2.56.jpg

 

COT2.57.jpg

 

COT2.58.jpg

 

COT2.59.jpg

 

COT2.60.jpg

 

COT2.61.jpg

 

COT2.62.jpg

 

COT2.50.jpg

 

COT2.51.jpg

 

COT2.52.jpg

 

COT2.63.jpg

 

-      Bernache oyatoviche : On n'a rien pu faire... La passerelle s'est décrochée. J'espère au moins que ça va calmer les autres.

-      Madame L'Herbier : Mais... Où est mon mari ?...

 

 

COT2.64.jpg

 

-      Homère Diroise : C'est vrai ?! Où est passé le Président ?!     

 

 

COT2.65.jpg

 

COT2.66.jpg

 

-      Le Président : Au secours !! Aidez-moi !!

 

 

COT2.67.jpg

 

-      Le fils : Maman... Dehors... le Président !

-      La mère : Oui, mon chéri, ça fait deux ans qu'on essaie de le mettre dehors, le Président. Mais avec tout ce bordel, il risque bien de perdre les prochaines élections !

 

 

COT2.81.jpg

 

-      La mère : HIIIIIIIIIIIIIII !!!!

 

 

COT2.68.jpg

 

-      Ooooooooooohhh !!!

 

 

COT2.69.jpg

 

-      L'Amiral Bonnesauge : Homère, c'est horrible : L'Herbier s'est fait cueillir par une mouette !!

-      La mère : UN GOELAND !!! C'ETAIT UN GOELAND !!!

-      L'Amiral Bonnesauge : Calmez-vous, Madame... Homère ?!

 

 

COT2.70.jpg

 

COT2.71.jpg

 

-      Le barman : Sale soirée, hein ?

-      Homère Diroise : ...Mon paquebot est en perdition au-dessus de la haute mer, des centaines de gens vont sans doute mourir, moi, je m'en fous, la compagnie est ruinée, le Président de la République vient de se faire gober par un oiseau de mer... J'ai rêvé mieux.

-      Le barman : Qu'est-ce que je vous sers ?

-      Homère Diroise : Un truc fort. Et si c'est pas assez fort, faites moi un mélange de tous les trucs forts que vous avez.

 

 

COT2.72.jpg

 

-      Danika : Papa, reprends-toi ! C'est pas le moment de flancher ! Il y a des gens qui comptent sur toi, ici !

-      Homère Diroise : Et qui donc ? Pas toi, je le sais, je t'ai trop déçue... Laisse-moi, ma chérie. C'est MA soirée !...  

 

 

COT2.73.jpg

 

-      Clématitsia Mouettovna : C'est grave ?...

-      Enargels : Le navire part en lambeaux mais il maintient son cap, sa vitesse, son altitude... Disons que pour l'instant, ça pourrait être pire. En revanche, il va falloir vite quitter le salon.

-      Gason Authienoüs : Les portes ont l'air de tenir le coup.

-      Enargels : Oui, mais c'est pour les plafonds que je crains le plus à présent.

 

 

COT2.74.jpg

 

-      Le garde : Amiral, la voie est ouverte ! Il faut rassembler tous les gens maintenant et commencer à les descendre... A les faire descendre.

-      L'Amiral Bonnesauge : Maintenant, c'est certain ?

-      Le garde : Vous serez mieux en bas qu'ici, ça c'est certain !

-      Enargels : Il a raison ! La température monte dangereusement en flèche jsute au-dessus de nous !

 

 

COT2.75.jpg

 

-      Le mari de l'Amiral : Par ici, dans le calme s'il vous plaît !   

 

 

COT2.76-copie-1.jpg

 

COT2.77.jpg

 

COT2.78.jpg

 

COT2.79.jpg

 

COT2.05.jpg

 

COT2.06.jpg

 

COT2.07.jpg

 

COT2.08.jpg

 

COT2.09.jpg

 

COT2.80.jpg

 

-      Danika : Papa ! Viens !

-      Homère Diroise : Va devant. Je dois être le dernier à quitter ce lieu maudit...

-      Danika : Avance !!

 

 

A SUIVRE... 

 

Repost 0
Published by SASGARION
commenter cet article
29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 14:14

 

 

 

COT3.50.jpg 

 

COT3.30.jpg

 

COT3.31.jpg

 

COT3.32.jpg

 

COT3.1.jpg

 

COT3.2.jpg

 

COT3.3.jpg

 

-      Gytring : Bravo ! Vous nous avez épatés !

-      Danlo : Ce qui sera épatant, c'est si on s'en sort... Nous pouvons maintenant contrôler les fusées à air comprimé à l'avant, on peut augmenter ou réduire notre vitesse, mais pas de commandes de navigation, pas de gouvernail... Nos capacités de manoeuvre s'arrêtent là. Je ne sais pas où on va, mais on y va chichement.

 

 

COT3.4.jpg

 

-      Gytring : Nous volons en ligne droite, la vitesse est stable. Au rythme actuel et si les vents sont cléments, nous devrions atteindre le rivage nord-est du Cotentin dans moins de 48 heures. Même décapité, le Sasgarion se comporte mieux qu'on pouvait l'espérer.  Dans quelques heures, nous serons hors de portée des Geckos, une fois que les trois qui viennent d'arriver seront repartis, avec de nouveaux passagers, et que nous aurons récupéré nos quatre appareils. Le vaisseau le plus proche est "Le Normandie", mais il se trouve... En Normandie. Il ne pourra pas nous rejoindre avant demain midi. A ce moment-là, nous serons au-dessus de la manche, plus éloignés de toute terre que nous ne l'avons jamais été. Nous sommes seuls. Au moins, l'incendie commence à diminuer en intensité et la température à l'avant a beaucoup baissé.Les soucis sont concentrés sur le niveau A, ce qui est un progrès.

-      Danlo : Combien de personnes à bord après ce dernier départ ?

-      Gytring : J'ai mis les passagers et les employés qui étaient dans le salon en priorité sur la liste, mais il n'y a pas encore assez de place pour tout le monde. En tout, nous serons 171, dont 149 personnes des sections Technique, Médicale et Sécurité. C'est l'effectif minimum pour continuer à faire fonctionner le Sasgarion dans son état actuel.

 

 

COT3.5.jpg

 

-      Chardonville : Que dit la météo des prochains jours ?

-      Sandra Matizet : C'est assez calme, avec des vents de sud-ouest de 15 à 30 km/h.

-      Chardonville : 15 à 30 km/h, à cette distance de la cible, c'est suffisant pour nous faire rater le Cotentin, si nous ne parvenons pas à corriger la dérive. Et après, il n'y aura plus de terre à l'horizon...

 

 

COT3.6.jpg

 

-      Gytring : Il y a un moyen de compenser : Incliner le vaisseau de quelques degrés sur bâbord pour exploiter la poussée des boosters ventraux. On devrait pouvoir maintenir notre trajectoire. Et si le vent tourne, eh bien on fera comme d'habitude, on s'adaptera... Ce ne sera pas très confortable, mais le temps qu'on arrive à connecter toutes les commandes au Poste principal, je ne vois rien d'autre... Danlo, vous en dites quoi ?

-      Danlo : C'est un excellent plan. Je suis à votre disposition si vous avez une affectation pour moi.

 

 

COT3.7.jpg

 

-      Gytring : Oui... Je vous donne une équipe de pompiers et de techniciens. Puisque le centre de contrôle des machines n° 1 du niveau G est de nouveau accessible et opérationnel, vous pourriez prendre la direction des opérations et des travaux à l'avant. Tout est sans doute détruit, mais vous trouverez peut-être des choses récupérables et des bonnes nouvelles pour notre sauvetage...

 

 

 

15 juillet, 3h20.

 

 

COT3.33.jpg

 

-      Le pilote : ici Gecko 9, embarquement terminé, prêt au décollage.

-      Voix de Sandra Matizet : Vous avez l'autorisation, Gecko 9. Bon voyage.

-      Le pilote : Bien reçu. Bon courage à vous tous.

 

 

COT3.34.jpg

 

-      Chardonville : Le vôtre, c'est Gecko 21. Le dernier départ pour Arrochelle. Ne le ratez pas.

-      Professeur Gélagnac : Les appareils du vaisseau vont bientôt rentrer. Vous devriez évacuer aussi.

 

 

COT3.35.jpg

 

-      Chardonville : Ils ne seront pas suffisants. Et puis les faire revenir était déjà très risqué. Vous faire décoller aussi, d'ailleurs. D'habitude, on ne fait pas voler ce genre d'engins de nuit, au-dessus de la mer et sur une si longue distance. Nous avons déjà largement dépassé les limites de sécurité.

-      Danika : Il vaut mieux les garder ici en réserve, comme ultime secours.

-      Eva : L'ultime secours, c'est peut-être maintenant. A tout moment, le vaisseau peut tomber en piqué dans la mer, il sera impossible d'amener les Geckos sur les pistes. Et pourtant, vous avez tous l'air de vouloir rester sur le Sasgarion... Qu'est-ce que vous avez derrière la tête ? Vous voulez le sauver ? Parce que vous avez laissé trop de vous-même, de votre vie, de vos émotions ici ? Ce n'est pas raisonnable... Mais j'ai le sentiment que vous allez réussir. 

 

 

COT3.36.jpg 

 

-      Chardonville : Je crois qu'il n'y a encore rien de bien défini... Nous verrons bien. Tant qu'on pourra essayer de faire quelque chose, tant que nous aurons ce pouvoir, nous essaierons.

 

 

 

16 juillet 2022, 4h20 du matin. Cabine du Commandant Danlo Hédrone et du Lieutenant Dydrar Diderot, section résidentielle des officiers, niveau B, corridor 18.

 

 

COT3.16.jpg  

 

COT3.17.jpg

 

-      C'est vrai que j'ai l'accent qui roule
des chansons qui roucoulent
C'est vrai, c'est vrai

-      Danlo : Aaaah !!

 

 

COT3.18.jpg

 

-      C'est vrai que je suis italienne
de naissance égyptienne
C'est vrai, c'est vrai
Mais j'préfère Joséphine à Cléopatre
Ménilmontant aux caves du Vatican

-      Danlo : Saloperie de radio-réveil ! Lumière !!

 

 

COT3.19.jpg

 

-      Comme le disait la Mistinguett
je suis comme le Bon Dieu m'a faite
et c'est très bien comme ça

-      Danlo : Il s'éteint pas ! Je sais : je vais le jeter dans les toilettes !

 

 

COT3.20.jpg

 

-      On dit depuis bientôt plus de vingt ans
que je ne passerai pas le printemps
On peut bien dire ce qu'on voudra
je ne serai pas Dalida si j'n'étais pas comme ça

 

 

COT3.21.jpg

 

-      Danlo : Euh... C'est pas ma salle de bain, ça... Mince ! Une des soeurs Yolanda Minilida !? Qu'est-ce que vous faites sur le mur ? Vous êtes rentrée à Arrochelle ! Qu'est-ce qui se passe ici ?!

-      Yolanda Minilida  : Je ne suis pas vraiment là. Vous êtes en train de rêver ! Moi aussi, d'ailleurs ! Tiens, essayez, c'est facile.

 

 

COT3.22.jpg

 

-      Yolanda Minilida : On m'a envoyée sur le plan astral pour vous délivrer un message : "Laissez Joddel Gytring prendre votre place".

-      Danlo : Quoi ?

-      Yolanda Minilida : C'est ça, le message. "Laissez Joddel Gytring prendre votre place" ! Il paraît que c'est important pour l'avenir. Oui, parce que, logiquement, vous devriez en avoir un, d'avenir. Enfin, c'est pas moi qui le dit.

 

 

COT3.23.jpg

 

-      Danlo : Mais... C'est idiot ! Joddel est déjà commandant du Sasgarion, enfin, ce qu'il en reste. Et il s'en sort très bien, je ne suis pas jaloux ! Je n'ai aucune intention de le virer, ni maintenant, ni plus tard si on s'en sort ! Je ne serais pas Danlo Hédrone si j'étais comme ça !

-      Yolanda Minilida : Ne pinaillez pas, moi je fais la livraison, c'est tout ! Vous devez aider Gytring, ou lui foutre la paix, j'en sais fichtre rien... C'est bon pour la suite, c'est tout ce que je sais. Vous savez, ce genre de message, c'est jamais très clair, ni très précis ! Bon, je dois repartir. Vais pas rarder à me réveiller pour aller pisser.

 

 

COT3.26.jpg

 

COT3.27.jpg

 

-      Antonitali : Continuez ! On aura bientôt besoin de vous ! Rien ne finit dans le Cotentin... Au contraire, tout commence...

 

 

COT3.25.jpg

 

-      Le crabe : Ne vous découragez pas ! La mer, vous n'avez pas fini de la voir, oooh non !

 

 

COT3.28.jpg

 

"Je ne me souviens plus du tout des circonstances
Mais vous m'avez dit
Tu as eu de la chance, de la chance
La mort à marché si près de moi
Que j'ai même fait un petit pas
Vers l'autre bord
J'ai ouvert les yeux tiens la vie recommence
J'ai eu dans les yeux d'un coup le ciel immense
De la chance

 

Je suis amoureuse de la vie
Et c'est bon d'embrasser la vie
Chaque minute de ma vie
Je fais l'amour avec la vie
Puisque rien de rien dans la vie
N'est plus important que la vie
Que la vie"

 

 

COT3.29.jpg

 

"Et quand je mets une nouvelle robe
Je mets vraiment une nouvelle robe
Et quand je croque une pomme
Je croque vraiment une pomme
Puisqu'aujourd'hui...

Je suis amoureuse de la vie
Et c'est bon d'embrasser la vie
Chaque minute de ma vie
Je fais l'amour avec la vie
Moi qui sombrait vers l'infini
Je suis là et c'est Dieu merci
Pour t'aimer et danser
Toute la vie."

 

 

 

COT3.80.jpg

 

COT3.78.jpg

 

COT3.79.jpg

 

-      "Le dormeur doit se réveiller."

 

 

COT3.24.jpg

 

-      Danlo : ...?!...

 

 

16 juillet, 10 heures

 

 

COT3.42.jpg

 

COT3.43.jpg

 

-      Amiral Bonnesauge : Selon nos traditions, nous rendons les corps de nos amis aux éléments de la nature. Que la mer les reçoive et soit leur ultime repos.

 

 

 

COT3.44.jpg

 

COT3.45.jpg

 

 

COT3.37.jpg

 

-      Gytring : La bonne nouvelle, c'est que la moitié avant est certes dévastée, il manque même des morceaux, mais elle est entièrement refroidie. On peut maintenant accéder à tous les périmètres détruits, quand ils sont accessibles.

 

 

DSCN2043--1024x768-.jpg

 

COT3.38.jpg 

 

-      Sandra Matizet : Messieurs les Commandants, le Normandie arrive enfin à notre hauteur. Il a fait décoller ses deux Geckos pour commencer l'évacuation du navire. La nouvelle liste comporte 68 noms.

-      Gytring : Bien... Appelez ces personnes au rassemblement aux pistes 2 et 3. Répartissez-les par ordre alphabétique.

 

 

  16 juillet, 18 heures.

 

 

COT3.39.jpg

 

-      Gytring : Voilà, il reste une centaine de personnes à bord... Il fait très beau, la mer est calme, lisse comme un linceul... Et nous sommes encore à 5 heures de l'objectif. Les réparations sont presque au point mort, nous avons fait tout ce qui était possible... Alors il reste une grave décision que nous n'avons pas encore prise. Soit on refait deux voyages avec nos Geckos, on abandonne le navire et on le laisse s'abimer en mer après avoir fait sauter les machines... Soit on continue et on s'écrase avec lui sur la plage...

-      Danlo : On peut aussi ne pas s'écraser. Et gagner cette partie. Une fois de plus.

 

 

COT3.40.jpg

 

-      Gytring : Vous savez... J'ai envie de le sauver, le Sasgarion. Comme si c'était ma maison. D'ailleurs, je ne me suis jamais senti davantage chez moi ailleurs qu'ici...

-      Danlo : Nous sommes d'accord. Mais il faut demander l'avis du personnel. Si nous restons avec un effectif suffisant, nous pourrons tenter d'échouer le navire sur le rivage, là où il sera récupérable par les Grands. Joddel, on va le sauver, le Sasgarion, il le mérite ! Si sa toute dernière mission c'est de se sauver lui-même, et donc nous aussi, on va la réussir, la mission !

 

 

A bord du "Normandie".

 

 

COT3.57.jpg 

 

-      Le Commandant Dermont : ...Quoi ?! Ils sont volontaires ?!

-      Le lieutenant : Oui. L'équipage du Sasgarion veut rester à son poste pour amener le navire à la côte. L'Amiral a décidé de rester aussi... Les Grands sont en route pour les attendre au point de rendez-vous prévu. Le Commandant Gytring vous demande de l'escorter jusqu'à... Jusqu'à l'atterrissage...

 

 

COT3.58.jpg

 

-      Dermont : Evidemment on va l'escorter !! Ils sont tous malades !! On galope pour les rejoindre et les sauver, et eux, ils nous disent "oh bin, finalement, non" ! Insensé ! On dirait que cette histoire les passionne !

 

 

COT3.59.jpg

 

-      Garyegon : Nous avons installé des branchements vers les fusées latérales tribord, et ça marche. Nous pouvons corriger notre dérive et cibler plus facilement un lieu en particulier... Il tient le coup, le Sasgarion ! Personne n'aurait parié là-dessus, sauf nous, bien sûr !

 

 

COT3.60.jpg  

 

-      Gytring : Le Cotentin, Messieurs !... C'est la côte est, dans la zone qui nous intéresse. Les Grands nous conseillent la plage de Brévy, près de Maltot, au sud de Barfleur... Elle est facilement accessible en voiture. D'ailleurs, le camion qui doit récupérer l'épave est déjà sur place. Nous allons y arriver de nuit, ce qui est une bonne chose, maintenant que les radars remarchent. L'idéal serait de se poser ici, entre minuit et 3 heures, ce sera évidemment plus discret...

-      Danlo : C'est un peu curieux de dire ça... mais, là, pour le coup, nous allons trop vite. Il faut ralentir et retarder notre sauvetage si nous voulons tenter la manoeuvre dans ce créneau. A condition de ne pas avoir de nouvelles avaries.

-      Garyegon : Le navire tiendra, je vous le garantis. Il n'est pas encore une épave ! Nos équipes ont accompli des prouesses depuis deux jours.

 

 

16 juillet, 23 heures 30.

 

 

COT3.51.jpg

 

COT3.62.jpg

 

-      Gytring : On y est presque... On voit super bien les lumières sur la côte...

-      Chardonville : Le vaisseau répond bien, mais l'atterrissage va être très délicat.

 

 

COT3.63.jpg 

 

-      Gytring : Ici le Commandant, je m'adresse à tout le personnel !

 

 

COT3.63BIS.jpg  

 

-      Gytring : C'est le moment de vérité. A 23h50, le Poste principal commencera les manoeuvres d'approche vers le site qui a été choisi.

 

 

COT3.64.jpg 

 

COT3.65.jpg

 

-      Gytring : Je suis le premier à être étonné de faire cette annonce, 48 heures après la catastrophe qui nous a projetés au-dessus de la Manche... La Cité Volante s'en est sortie jusque là grâce au courage, à la cohésion, à l'ingéniosité, au sang-froid et à la solidarité de son équipage. Je compte bien que nous soyons récompensés de tous nos efforts...

 

 

COT3.67.jpg

 

COT3.68.jpg

 

-      Gytring : A 0h15, vous gagnerez les 6 compartiments qui serviront d'abris, et qui vont apparaître sur votre écran. Les niveaux de C à H devront être évacués, ainsi que les saspods de l'arrière. Les portes étanches seront fermées à 0h30. L'atterrissage, ou l'échouage, c'est selon, devrait se faire dans les dix à quinze minutes suivantes. Nous ferons tout pour maintenir l'assiette du vaisseau pour que, en cas d'urgence, l'équipage puisse atteindre les Geckos et décoller rapidement.Les équipes de sécurité se tiendront prêtes à intervenir dès que nous aurons touché le sol. Gecko 1 décollera dans 5 minutes pour accompagner notre descente et observer les environs. C'est ce que fera aussi le Normandie. Ce dernier nous signale que les Grands sont là, ils nous attendent. Tout se présente pour le mieux.

 

 

COT3.66.jpg  

 

COT3.69.jpg

 

-      Gytring : Voilà... Je veux tous vous féliciter, et féliciter aussi, en pensée, ceux de nos amis qui ont beaucoup travaillé au sauvetage du Sasgarion et qui sont déjà à l'abri loin d'ici. Et qui espèrent nous revoir... Nous les reverrons très bientôt. Bonne chance à tous.

 

 

17 juillet, 0h35.

 

 

COT3.70.jpg

 

-      Garyegon : Le vaisseau répond bien. Le radar d'atterrisssage ne détecte pas d'obstacles pour le moment.

 

 

COT3.71.jpg

 

-      Danlo : Si je peux me permettre... Nous descendons un peu vite.

-      Gytring : Je trouve aussi. Redressez un peu à l'avant.

 

 

COT3.72.jpg

 

-      Sandra Matizet : Contact avec la plage dans... 20... 19... 18...

-      Garyegon : Il y a un obstacle ! Un tas de sable par bâbord avant !

-      Gytring : Trop tard. Redressez encore et coupez la propulsion arrière ! Approche verticale d'urgence !

-      Sandra Matizet : 11... 10... 9...

 

 

COT3.52.jpg

 

COT3.53.jpg

 

COT3.73.jpg

 

COT3.54.jpg

 

COT3.74.jpg

 

-      Gytring : ...Voilà... C'est fait. Presque vertical...

 

 

COT3.75.jpg

 

-      Gytring : Sandra, on a des rapports ?

-      Sandra Matizet : Non, Commandant, je vous ai dit que j'ai quelqu'un.

-      Gytring : ...Des rapports d'avarie, Sandra...

-      Sandra Matizet : Ah ! Non, aucune alerte automatique. Appel à toutes les sections : le vaisseau est au sol et stabilisé. Rendez compte de votre situation.

 

 

COT3.76.jpg

 

-      Danlo : On a réussi, Jérôme !!

-      Chardonville : Ouiii !!... Euh, ça m'étonne, entre nous...

 

 

 

20 minutes plus tard...

 

 

COT3.77.jpg

 

COT3.8.jpg

 

COT3.9.jpg

 

COT3.10.jpg

 

COT3.11.jpg

 

COT3.12.jpg

 

-      Danika : Je savais que je te trouverai là...

-      Homère Diroise : Quel échec... Mon paquebot de luxe a tué 30 personnes.

-      Danika : Euh... Mais il en aussi sauvé douze fois plus. Aucun autre vaisseau n'aurait tenu dans ces conditions...

 

 

COT3.13.jpg

 

-      Homère Diroise : J'ai voulu brûler les étapes, encouragé en cela, dans cette terrible illusion, par le volontarisme du gouvernement... Il nous fallait grandir un peu, nous sentir indépendants et libres dans ce monde qui n'est pas à notre échelle ; il nous fallait trouver des choses pour flatter notre orgueil... Nous avions tort ! Nous n'étions pas prêts...Toute notre technologie et notre belle assurance ne nous ont pas protégés, et nous avons vécu la catastrophe la plus stupide de notre histoire... Nous sommes décidément trop petits et trop fragiles.

 

 


 COT3.14.jpg 

 

-      Danika : Papa... Je retourne au Poste principal. Les Grands vont s'occuper de la récupération et du transport du vaisseau... Déjà, ils ne seront pas trop de huit pour le soulever et le porter vers la route... L'équipage reste à bord et on va faire le voyage en camion jusqu'à Berck. Ce sera très reposant, pour une fois.Reste avec moi...

 

 

COT3.15.jpg

 

-      Homère Diroise : Et tous les autres ?

-      Danika : Ils sont déjà en route pour Arrochelle, dans la voiture de Madame Lormier. Pauvres Grands !... On leur coûte cher en bonne volonté et en essence !

 

 

EPILOGUE

 

 

 

COT3.46.jpg

 

-      Amiral Bonnesauge : Messieurs... Vous allez pouvoir vous reposer un peu après vos exploits. Vous faites une très bonne équipe, tous les deux, c'est une évidence. Nous aurions dû davantage être attentifs à cela ces dernières années... Je commence tout juste à me glisser dans la peau de mon regrétté predescesseur, qui, de bureaucrate endurci s'est changé en aventurier intrépide avec le temps.

 

 

COT3.47.jpg

 

-      Gytring : Madame, vous aurez une décision à prendre au sujet du Sasgarion. Allez-vous le démanteler, ou conserver ce qui reste pour en faire un immeuble scientifique, un musée ou un hôtel dans la serre ?...

 

 

COT3.48.jpg  

 

-      Amiral Bonnesauge : Je sais qu'il a fallu deux ans pour le construire... Vos scientifiques, ainsi que les Grands, m'assurent qu'en moins de six mois les parties détruites peuvent être remplacées, le vaisseau restauré et rééquipé... Pour l'instant, je pars du principe que le Sasgarion fait toujours partie de la flotte arrochellienne... Danlo, êtes-vous toujours aussi peu enthousiaste à l'dée de prendre le commandement de l'Enondradel ?

-      Danlo : Absolument, Madame. Mais c'est parce que je ne sais pas ce que je veux dans la vie. 

 

 

COT3.49.jpg

 

-      Amiral Bonnesauge : Alors vous m'assisterez à l'Amirauté, et superviserez la reconstruction de la Cité Volante. Vous, Joddel, pour les six prochains mois, je vais vous arracher au Sasgarion et vous commanderez ce nouveau croiseur d'exploration... Oubliez le rôle d'équipage qui a déjà été constitué par mes services : vous composerez vous-même votre personnel. Je ne serai pas surprise quand je verrai les noms sur la liste... Le lancement sera retardé le temps qu'il faudra. Voilà, Messieurs... Comme d'habitude, je compte sur vous.    

 

 

COT3.49BIS.jpg

 

-      Danlo : ..."Laissez Joddel Gytring prendre votre place"... "C'est important pour l'avenir"... Je vois. 

-      Dydrar : Tu dis quoi ? 

-      Danlo : I had a dream... 

-      Dydrar : Et ça parlait de quoi ? 

 

 

COT3.55.jpg

 

-      Danlo : De la suite de nos aventures, sans doute... Puisque le Cotentin n'est pas la fin de tout... Au contraire, c'est là que tout commence ! NOTRE vaisseau n'est pas fini, lui non plus ! 

 

 

COT3.56.jpg

 

-      Danlo : Viens avec moi, on retourne dans le Grand Salon. Il paraît que le stock de fraises Tagada n'a pas été trop esquinté.

-      Dydrar : Une chance ! J'ai toujours détesté ces longs voyages en camion. On a plusieurs heures de route à faire, il faut s'occuper et reprendre des forces !

 

 

FIN 

 

 

DSCN1607--1024x768-.jpg

 

DSCN1609--1024x768-.jpg

Repost 0
Published by SASGARION
commenter cet article
15 août 2013 4 15 /08 /août /2013 20:13

 

Résumé des épisodes précédents :


...Euh, en fait, il n'y en a pas, puisque cette petite histoire est née tout à coup de l'envie de faire des mini-Dalida et d'une petite chaussure bleue et or achetée dans une boutique du Marché aux Fleurs. Faisons simplement un petit rappel général de la situation :

Au début du XXIème siècle, la civilisation miniature se porte très bien, elle est même bien plus avancée que la nôtre dans bien des domaines. Près de 200 000 mini-gens répartis en cinquante nations vivent dans une vingtaine de colonies à travers la France. Ces colonies sont sous la garde des Grands Protecteurs, une confrérie de gens de notre taille qui ont la garde du grand secret depuis des siècles, et qui apportent aussi une aide logistique souvent nécessaire à ces créatures si petites... 


En 2011, alors que la Cité Volante Miniature "Sasgarion", venue de Savoie, fonde la colonie d'Arrochelle, près de Berck-sur-Mer, le mini-monde fait une découverte accablante : il n'existe pas. Les mini-gens sont les rêves d'un Grand qui se sont imprimés de manière bien fragile dans la réalité. Ils découvrent aussi qu'il existe d'autres réalités, d'autres rêves et donc d'autres civilisations miniatures, parfois étranges ou redoutales.

Les scientifiques du Sasgarion tentent d'apprivoiser ces forces subtiles de l'imagination créatrice, qu'ils appellent "La Pensée", afin d'entrer en contact avec d'autres mini-mondes... Avant d'y renoncer. La partie était trop dangereuse, un moratoire fut décidé. Les choses purent reprendre un cours normal.

 

291710_267294076643164_1524686572_n.jpg


Et pour surveiller que toutes ces dimensions ne s'entrechoquent pas trop, il y a, depuis quelques années, une entité magique et fantasque qui s'appelle : Le Mini-Docteur (Série "La Quête du Sasgarion", saison 2, "La Pensée s'éteint").

 

Nous sommes dans le Jardin d'Arrochelle, le 17 août 2019.

Et le Mini-Docteur veille au grain, car un grain approche... Notre mini-héros revient, à bord de sa célèbre Traction interdimensionnelle. 

 

 

DALI76.jpg

 

DALI77.jpg

 

Zzzjjz... Zjzuijjjzzzv... Jjjizz.juvizzzi...

-      Le crabe : ?...

 

 

DALI78-copie-1.jpg

 

DALI79.jpg

 

-      Le Mini-Docteur : Bonjour-bonjour !! Oulah !! Je crois que je me suis trompé : Ce n'est ni le bon endroit, ni la bonne heure. Mais ça par exemple, j'ignorais qu'il y avait des crabes aussi gros dans la Baie d'Authie !

-      Le crabe : Qu'est-ce que vous croyez ? La journée, on se cache.

-      Le Mini-Docteur : Je vais vous laisser, pardonnez-moi de vous avoir dérangé, Monsieur !

-      Le crabe : Non... Mademoiselle.

 

 

DALI80.jpg

 

DALI81.jpg

 

DALI82.jpg

 

DALI83.jpg

 

-      Le Mini-Docteur : Bonjour-bonjour !! Professeur Jérôme Chardonville, je présume ? Le responsable de la Section scientifique du Sasgarion, votre merveilleuse Cité Volante ! Heureux de vous rencontrer enfin !

-      Chardonville : Mais... Vous êtes le Mini-Docteur, n'est-ce pas ?! Cela fait pas mal d'années qu'on n'entendait plus parler de vous ?!

-      Le Mini-Docteur : En effet. J'ai été très occupé ces temps-ci dans des mondes miniatures très tourmentés et je n'ai pu suivre que de loin vos étonnantes et dramatiques aventures... Mais je savais que vous alliez vous en sortir ! On se repose à la campagne, je vois !

 

 

DALI84.jpg

 

-      Chardonville : Le Sasgarion est au garage dans la serre, pour sa révision annuelle. Nous sommes tous en vacances forcées... Qu'est-ce qui vous amène ? Forcément quelque chose de grave...

-      Le Mini-Docteur : Je ne sais pas encore. Mais j'ai dans l'idée que je vais avoir du boulot pour vous ! En attendant, cher Professeur, que diriez-vous de sortir en ville ce soir ?... Juste tous les deux... Je vous invite à un spectacle qui devrait être instructif.

 

 

Le soir venu...

 

 

SERRE-AROCHELLE.jpg

 

HANGAR-SASGARION.jpg

 

(Serre du jardin d'Arrochelle, qui abrite la principale ville miniature de la colonie, prolongée par le hangar du "Sasgarion")

 

DSCN1447--1024x768-.jpg

 

-      Chardonville : ...Yolanda Minilida... Oui, elle commence à se faire un nom ici, depuis un mois ou deux... Qu'est-ce qu'on fait là ? Pourquoi cette jeune chanteuse venue du fin fond de la Casteigne vous intéresse-t-elle ?

-      Le Mini-Docteur : Ces derniers temps, il se produit d'étranges vibrations dans votre jardin secret. L'épicentre semble être la serre, et plus précisément les abords de ce théâtre.    

-      Chardonville : Et ça a un rapport avec la Pensée, j'imagine... Un monde jusque là parallèle qui nous aurait soudain rejoints ?

 

 

DSCN1449--1024x768-.jpg

 

-      Le Mini-Docteur : Il faudra que je fasse quelques vérifications cette nuit, mais oui, ça se pourrait bien...

 

DSCN1450--1024x768-.jpg

 

-      Le Mini-Docteur : Mais ne nous embêtons pas tout de suite avec ce qui est compliqué et profitons du spectacle !

 

 

DSCN1453--1024x768-.jpg

 

-      Yvette Mini-Leglaire : Public adoré, je vous l'avais promis ! Elle revient pour vous, ce soir, dans le "Petit Grand Théâtre d'Yvette" ! Accueillons la sublime Yolanda Minilida !

 

 

DSCN1456--1024x768-.jpg

 

DSCN1457--1024x768-.jpg

 

"Je t'écoute parler
je te regarde vivre
Moi qui te connaît bien
Je te reconnais plus
Dieu que tu as changé
Depuis qu'il vient chez nous"

 

DSCN1460--1024x768-.jpg

 

"Ça fait bientôt 10 ans
Que nous vivons ensemble
Toi qui me disait tout
Tu te caches de moi
Dieu que tu as changé

Depuis qu'il vient chez nous

Tu n'as plus la même tête
Des que tu entends sa voix
Tu te troubles et tu t'inquiètes
Quand il s'approche de moi

Si sa fantaisie m'amuse
Toi tu cherches des excuses
Pour rester quelques secondes seul avec lui,
Si sa jeunesse t'attire
Pourquoi ne pas me le dire
Est-ce déjà trop tard aujourd'hui"

 

DSCN1461--1024x768-.jpg

 

DSCN1462--1024x768-.jpg

 

 "Gigi in Paradisco ! Gigi in paradisco !
Gigi, Gigi entra au paradis
déconcerté, pas sûr de lui
fallait-il seulement qu'il sourit
les anges étaient fous de Gigi

il donna des galas gratuits
les saints ont chanté toute la nuit
il leur parla de ses amis qui
un jour allaient rejoindre Gigi in Paradisco
Gigi in Paradisco"

 

 

DSCN1463--1024x768-.jpg

 

"va Gigi fais-nous un coin au paradis
une petite place qui ressemble à l'Italie
Gigi visita toutes les planètes
fît de Vénus sa discothèque
prît les étoiles comme projecteurs

chaque soir c'était le malheur
Gigi, il chante il danse jusqu'au matin
du disco à ses vieux refrains
il est enfin devenu star"

 

 

DSCN1465--1024x768-.jpg

 

"Femme
Comme vous moi je suis femme
Pour des riens mon cœur s'enflamme
Quand je suis amoureuse
Je deviens femme heureuse

Prête à toutes les folies
Tout quitter en pleine nuit
Pour aller suivre à tout prix
Ma chance"

 

 

DSCN1466--1024x768-.jpg

 

"Femme
Comme vous moi je suis femme
Mélodie ou mélodrame
Quelquefois indocile mais souvent femme fragile
Si parfois mon cœur s'ennuie

Entre ses bras je revis
Alors simplement je suis
Sa femme à lui"

 

 

DSCN1468--1024x768-.jpg

 

" Julien tendresse, Julien carresse
Julien rêveur, Julien moqueur
Qui ne tient jamais ses promesses
Julien ma joie et mon enfer
Julien ma paix, Julien ma guerre

Julien mon paradis perdu
Julien à moi

Julien sauvage, Julien voyage
Julien s'en va, Julien revient
Tenant ma vie entre ses mains
Julien ma soif, Julien ma faim
Ma maison mon pain et mon vin
Julien ma seule raison de vivre
Julien à moi"

 

 

DSCN1471--1024x768-.jpg

 

"Julien tristesse, Julien détresse
Julien trop de fois revenu
Et trop de fois tu m'as déçu
Julien ma soif, Julien ma faim
Ma maison mon pain et mon vin

Julien trop tard, Julien ce soir
Tout est fini
Julien c'est la dernière fois
Non je ne suis pas tout pour toi
Julien ne pleure pas comme ça
Julien reviens"

 

 

DSCN1472--1024x768-.jpg

 

  Le public : Bravo !!! Clap-clap-clap-clap-clap-clap !!!Lduo !! Le duo !! Le duo !!

 

DSCN1474--1024x768-.jpg

 

-      Chardonville : Bon... Je rafole du disco et des bluettes au miel, mais c'est pas tout ça... Vous avez appris quelque chose ?

-      Le Mini-Docteur : Oui, ça se précise... Il vaudrait mieux que vous soyez à bord du Sasgarion demain, cher Professeur, ainsi que votre commandant et quelques utiles compagnons de la technique et de la sécurité...

 

 

DSCN1475--1024x768-.jpg

 

-      Yvette Mini-Leglaire : Eh bien c'est d'accord, allons-y pour le duo !

-      Yolanda Minilida : Avec grand plaisir.

-      Yvette Mini-Leglaire : Nous donnons tout à notre public, chère Yolanda. C'est le final, mes chéris et après, je vous en supplie, sortez d'ici et reprenez une vie normale... JUSQU'A DEMAIN SOIR !!

 

 

DSCN1478--1024x768-.jpg

 

 "Moi, je vis d'amour et de danse
Je vis comme si j'étais en vacances
Je vis comme si j'étais éternelle
Comme si les nouvelles étaient sans problèmes
Moi, je vis d'amour et de rire

Je vis comme si y avait rien à dire
J'ai tout le temps d'écrire mes mémoires
D'écrire mon histoire à l'encre bleue

Laissez-moi danser laissez-moi
Laissez-moi danser chanter en liberté tout l'été
Laissez-moi danser laissez-moi
Aller jusqu'au bout du rêve

Moi, je vis d'amour et de risque
Quand ça n'va pas je tourne le disque
Je vais, je viens j'ai appris à vivre
Comme si j'étais libre et en équilibre
Moi, je vis d'amour et de rire
Je vis comme si y avait rien à dire
J'ai tout le temps d'écrire mes mémoires
D'écrire mon histoire à l'encre bleue"

 

 

Un peu plus tard, dans la loge.

 

DALI40.jpg 

 

-      Le Mini-Docteur : Mademoiselle Yolanda, j'ai piétiné ou plaqué au sol tous vos danseurs pour accéder à vous et vous exprimer ma joie, mon plaisir et mon admiration !

-      Yolanda : Je suis heureuse de vous avoir offert ce spectacle, Monsieur, vous en faites un peu trop, mais ça me ravit.

-      Le Mini-Docteur : J'étais comme... transporté dans une autre dimension ! J'ai peine à croire qu'autant de talent puisse habiter une seule personne ! C'était magnifique ! J'espère que vous resterez longtemps parmi nous, pour notre plaisir !    

 

 

DALI41.jpg

 

-      Yolanda : ...Euh... Monsieur, je ne puis vous dire... Je crois qu'il arrivera ce qui doit arriver... J'y crois très fort, et je ne serais pas Yolanda si je n'étais pas comme ça... Je vous remercie de tout coeur et je vous demanderai de me laisser un peu d'intimité, maintenant, s'il vous plaît. Merci encore, je vois que vous avez aimé le spectacle et ça me fait plaisir.

-      Le Mini-Docteur : Je vous laisse, Mademoiselle. Avec vous-même... Vous voyez aussi ce que je veux dire ? Il y a tant de choses qui ne se voient pas... Bonne nuit, Mademoiselle.

 

 

Le lendemain matin, à bord du Sasgarion. Poste principal et bureau du Commandant Danlo Hédrone.

 

DALI42.jpg

 

-      Danlo : Donc... Vous me dites que la célèbre chanteuse Yolanda Minilida n'est pas de notre monde, qu'elle est venue ici en repérage et qu'elle fomente un odieux complot pour s'emparer de ce vaisseau...

-      Le Mini-Docteur : Vous n'en voyez toujours qu'une, mais elles sont quatre, elles savent se rendre invisibles et c'est bien pratique pour la mission qu'elles ont à remplir... Oui, Commandant, elles sont quatre, quatre soeurs ayant de grands pouvoirs ensemble. Je m'étonne de votre étonnement, vous avez déjà vu des trucs plus bizarres que ça ! J'ai fait un  peu de tourisme dans leur monde, très discrètement, vous me connaissez, et je sais à peu près ce qui se passe. Les quatre soeurs ont été attirées ici parce que, dans le passé, vous avez trop joué avec la Pensée et la technologie des voyages interdimensionnels. Il en résulte que le Sasgarion est fortement chargé en énergie résiduelle qui est détectable... Par ceux qui savent la détecter.

-      Danlo : Mais... Capturer le vaisseau ne leur servira à rien ! Il est à quai dans la serre, incapable de voler, il n'y a pas 40 personnes à bord et, de plus, le matériel dont vous parlez n'existe plus depuis des années.      

 

 

DALI43.jpg

 

-      Le Mini-Docteur : Elles ne le savent pas... Elles perçoivent seulement l'énergie cinétique de la Pensée, elles en ont un besoin impérieux, c'est ce qu'elles cherchent depuis longtemps... Et il est certain que mon intervention d'hier soir au cabaret va les pousser à agir vite... 

 

DALI44.jpg

 

-      Le Mini-Docteur : Tiens... Qu'est-ce que je vous disais...

-      Yolanda Minilida : Bonjour, public bien-aimé ! Nous sommes navrées de devoir vous annoncer que nous prenons le contrôle du vaisseau ! 

 

 

DALI45.jpg

 

DALI46.jpg

 

DALI47.jpg

 

DALI49.jpg

 

-      Yolanda Minilida : En ce moment même, les circuits d'urgence sont activés. Les accès au vaisseau sont condamnés. Restez calmes, je vous en prie, et tout se passera bien.

-      Le Mini-Docteur : Vous faites une grosse erreur, Mademoiselle. Mais par chance, je suis là et je peux vous aider !        

 

DALI51-copie-1.jpg

 

-      Le Mini-Docteur : Ne tirez pas !! 

 

 

DALI52.jpg

 

-      Yolanda Minilida : Commandant, vos armes sont vaines contre nous ! Nos pouvoirs nous assurent une excellente défense, mais il ne s'agit encore QUE de défense : Ne nous forcez pas à autre chose !

-      Danlo : Je veux bien savoir ce que vous voulez, mais il hors de question de discuter sous la contrainte, ce n'est pas dans nos habitudes ! Vous n'aurez pas le Sasgarion, nous vous résisterons !

-       Le Mini-Docteur : Ah, je vois que c'est à moi d'intervenir ! Pour détendre l'atmoshère, Mademoiselle, je vais devoir vous mettre au vert ! 

 

 

DALI53.jpg

 

-      Yolanda Minilida : Aaaah !!! Sortez-moi de là !!!

-      Danika : Wow ! Comment vous faites ça ?

-      Le Mini-Docteur : Moi aussi j'ai bien travaillé mes pouvoirs de self-défense ces dernières années ! Si tout va bien, les autres Yolanda sont elles aussi prisonnières de leur champ de force ! Vous devriez envoyervos gardes les cueillr !

 

 

DALI50.jpg

 

DALI54.jpg

 

DALI55.jpg

 

DALI56.jpg 

 

DALI57.jpg

 

-      Docteur Losleer : Ici la Section médicale ! Qu'est-ce qui se passe ? Euh... La célèbre chanteuse Yolanda Minilida est apparue ici comme par enchantement, puis elle s'est carapatée après nous avoir fauché une arme ! 

 

 

DALI67.jpg 

 

-      Le Mini-Docteur : Mince, il y en a une qui m'a échappé ! J'ai encore des progrès à faire !

 

 

DALI58.jpg

 

DALI59.jpg

 

DALI60.jpg

 

DALI61.jpg

 

DALI68.jpg

 

-      Sandra Matizet : Commandant ! On signale une agression sur le parking du Saspod 4. Une femme en rouge a assommé un homme et volé une voiture. Elle a déjà quitté la serre en direction du Potager.

-      Danlo : Demandez à la police d'identifier la balise de cette voiture et essayez de la tracer. Toutes les voitures du jardin peuvent émettre un signal de détresse particulier au cas où elles se perdraient dans la végétation, ou seraient attaquées par un chat. Faites aussi décoller un Gecko pour une recherche aérienne.   

 

 

DALI69.jpg

 

-      Danlo : Sécurité, ici le Commandant ! Rassemblez tous les hommes disponibles dans le hangar des voitures de service !... Bien, en route !  

 

 

 

DSCN1515--1024x768-.jpg

 

DSCN1489--1024x768-.jpg

 

DSCN1480--1024x768-.jpg

 

DALI70.jpg

 

-      Sandra Matizet : Commandant, la voiture a été repérée au nord-ouest du potager, dans une clairière sur la route secondaire 8. La fugitive a passé la frontière et elle est en Casteigne. Gecko 5 n'a pas encore pu établir un contact visuel.  

 

DSCN1481--1024x768-.jpg

 

  -      Danlo : Je n'aime pas intervenir en territoire étranger, mais nous n'avons pas le choix. Cela dit, nous sommes à l'extrême limite du jardin et la frontière n'est pas gardée dans ce secteur très inhospitalier : même les soldats ont peur de rester là...

 

 

DSCN1492--1024x768-.jpg

 

DSCN1493--1024x768-.jpg

 

  -      Les gardes : HALTE !! RENDEZ-VOUS!!

 

DSCN1495--1024x768-.jpg

 

DSCN1496--1024x768-.jpg

 

DSCN1498--1024x768-.jpg

 

DSCN1517--1024x768-.jpg

 

DSCN1519--1024x768-.jpg

 

DSCN1499--1024x768-.jpg

 

DSCN1509--1024x768-.jpg

 

-      Chardonville : Alors là, dans le genre bizarre, c'est pas mal non plus...

-      Danlo : Cette chaussure volante est partie du mauvais pied, je vous garantis qu'elle n'ira pas loin !

 

 

SAS23-30.JPG

 

DALI71.jpg 

 

-      Le pilote : Commandant, ici Gecko 5. J'ai le... la... l'objet en ligne de mire.

-      Voix de Danlo : C'est à vous de jouer, Gecko 5. Puissance du laser au minimum, je veux juste que vous la forciez à atterrir !

 

 

DSCN1511--1024x768-.jpg

 

DSCN1512--1024x768-.jpg

 

 

Une heure plus tard, à bord du Sasgarion, zone de haute sécurité du niveau A.

 

SAS27-50.jpg

 

DALI62.jpg

 

DALI63.jpg

 

-      Une Yolanda : ...Vous l'avez compris, nous venons d'une autre réalité, nous sommes issues d'un autre rêve... celui d'un artiste qui possédait son propre cabaret dans un pays lointain que nous appelons : Le Morbihan.

-      Danlo : ...Euh, oui, nous l'appelons comme çà aussi...

-      La Yolanda : Hélas, il y a huit ans de cela, notre Grand Protecteur est mort alors qu'il interprétait une chanson de Dalida, "Mourir sur scène"... Pas de chance. Depuis, mon peuple est seul et la maison, perdue dans la campagne, est abandonnée et elle tombe en ruine. Nous redoutons qu'elle soit démolie bientôt. Mes soeurs et moi avons reçu la mission d'explorer d'autres réalités pour en trouver une suscpetible de nous accueillir.

-       Danika : Mais pourquoi rester dans cette maison ? Il aurait été plus simple de chercher un endroit plus sûr dans lels environs...

 

 

DALI64.jpg

 

-      Le Mini-Docteur : Parce que votre cabaret breton en ruine est une zone fortement impreignée de la Pensée et que cela permet d'ouvrir un corridor vers d'autres réalités. C'est encore votre meilleure porte de sortie, à condition de tomber juste.

-      La Yolanda : C'est exact. Mais mes soeurs et moi ne sommes pas assez puissantes pour en ouvrir un lien capable de déménager 800 persones et leurs bagages. Vous avez vu quels engins nous utilisons... Mais nous avons détecté votre colonie et votre cité volante, qui est elle aussi un fabuleux catalyseur de la Pensée. C'est la meilleure chance qui se soit offerte à nous depuis le début de nos recherches. Nous avons donc passé ces dernières semaines à étudier votre monde et tenter d'en apprendre plus sur le Sasgarion.

-      Danlo : Notre équipement de voyage interdimensionnel n'est plus en fonction, l'avez-vous compris ?

-      La Yolanda : Nous savons que vous avez compensé vos lacunes en magie par une très grande avancée technologique. Et cela vous a posé des problèmes, et vous y avez renoncé... Cependant, l'énergie que dégage encore votre vaisseau est largement suffisante pour évacuer notre peuple.

 

 

DALI65.jpg

 

-      La Yolanda : Nous avons tenté ce coup de force ce matin par désespoir. Je vous prie de nous pardonner. Si vous avez encore l'envie de nous proposer une solution, nous sommes preneuses...

-      Le Mini-Docteur : Et pour ça, Commandant, je peux vous aider. Le Sasgarion est en capacité d'ouvrir une liaison avec ce monde et permettre le passage de tous ces gens. Vous pouvez intercéder auprès de votre gouvernement pour qu'un bon accueil leur soit réservé, ici, ou dans une autre colonie spécialement créée pour eux. Vous avez la chance d'être la seule réalité qui bénéficie d'un réseau de Grands si large et efficace...

-      Danlo : ...Après ce qui s'est passé, je devrais être méfiant, vous ne croyez pas ? Et sommes-nous sûrs que nos deux peuples sont compatibles, qu'ils pourront coexister dans la même réalité, sans risque de choc en retour ? Je préfèrerais éviter les drames que nous avons déjà connus dans un passé récent.

 

DALI66.jpg

 

-      Le Mini-Docteur : J'ai déjà vérifié cela, vous pensez bien ! Vous êtes parfaitement compatibles ! Et vous, Professeur Chardonville, allez pouvoir reprendre les travaux sur les voyages interdimensionnels dans de bien meilleures conditions !

-      Danlo : ...Alors... Pourquoi ne pas essayer ?... C'est d'accord, Mesdemoiselles les magiciennes. Nous superviserons ensemble le transfert, nous vous aiderons à vous installer. Après tout, c'est note mission d'origine, de rencontrer d'autres civilisations miniatures... Mais qu'il soit entendu qu'à bord, vous vous conformerez à toutes nos règles, et bien sûr à l'autorité des officiers !

-      La Yolanda : Soyez mille et une fois remercié, Commandant !! Je vous promets que nous serons sages !

 

 

EPILOGUE 

 

Dans le "Petit Grand Théâtre d'Yvette", le lendemain soir.

 

DALI72.jpg

 

 

DALI73.jpg

 

 

DALI74.jpg

 

-      Yvette Mini-Leglaire : C'est original, le public est ravi ! Au départ, j'avais signé un contrat avec une chanteuse et je me retrouve à en payer quatre ! J'espère qu'elles ne vont pas partir...

-      Danlo : Leur communauté va s'installer à Montville, en Normandie. Mais les quatre Yolanda vont rester à Arrochelle et travailler avec nos équipes scientifiques. Votre cabaret n'est pas prêt de perdre sa principale attraction !... Enfin, la principale après vous, bien sûr !

 

 

DALI75.jpg

 

-      Danika : Au fait... Pourquoi ont-elles choisi comme couverture, pendant leurs observations dans notre jardin, ce rôle de chanteuses dans ce théâtre ?

-      Chardonville : Sans doute parce qu'elles ont ça dans le sang. Elles sont nées là-dedans... c'est un truc qui ne s'oublie pas et ça devait leur manquer.

-      Le Mini-Docteur : Décidément, votre colonie berckoise devient un refuge et un secours pour des mini-civilisations bien surprenantes ! (voir "La Bulle d'Orkêmyone", épisodes 30 et 31) Et ce n'est pas fini, c'est le Mini-Docteur qui vous le dit !

 

 

FIN

 

313485_256839567688615_582620203_n.jpg

Repost 0
Published by SASGARION
commenter cet article
11 juillet 2013 4 11 /07 /juillet /2013 11:32

 

 

Résumé de l'épisode 1 de Gason et les sablonautes : 

 

Pour avoir aimé et épousé en secret (donc, sans dot !) un garçon de la haute noblesse orchidienne, Gason Authienoüs est banni astucieusement, de façon à ce que ça ne fasse pas de vagues. Il est supposé parcourir l'immensité des dunes de la Baie de l'Authie pour retrouver le légendaire Poisson d'Or, qui doit protéger la cité de ses ennemis en marche. Une quête à priori illusoire, impossible, mais Gason en fait un enjeu très personnel, au nom de l'amour.

Et voilà qu'il le trouve, le fameux poiscaille ! Mais est-il vraiment magique ?

Et si oui, de quelle sorte de magie est-il fait ?

Un léger doute s'installe dans la Communauté des Sablonautes, nos mini-aventuriers orchidiens...

 

DSCN0608 (1280x960)

 

Une fois la chose identifiée et prise en charge, se posa la difficile question du retour. Ils avaient tant et tant erré pendant cinq semaines, qu'ils ne savaient plus par quel chemin retourner vers le doux jardin qui abritait le paisible pays d'Orchide, là bas, vers l'infini, à Groffliers.

Gason et son frère Yadêmokyblès organisèrent des patrouilles de reconnaissance pour découvrir la route à suivre.

En vérité, partout où ils allaient, les mini-gens ne reconnaissaient plus rien. C'était à se demander même s'ils étaient encore sur la Côte d'Opale...

 

GASON205.jpg

 

GASON206.jpg

 

GASON207.jpg

 

GASON91.jpg

 

GASON90--1024x768-.jpg

 

GASON92.jpg

 

Des épreuves périlleuses les attendaient. Certains n'y survécurent pas.

 

GASON93.jpg

 

GASON94.jpg

 

GASON95.jpg

 

GASON96.jpg

 

 

Et puis, par un beau matin très chaud, et en réalité très orageux, ils débouchèrent sur une clairière où les attendait cette fois un bien curieux prodige...

 

 

GASON130.jpg

 

GASON131.jpg

 

-      Yadêmokyblès : Prends garde, mon frère ! Un étrange animal est devant nous !! Par la Déesse Authiemahon, il est monstrueux !!

 

GASON132.jpg

 

GASON133.jpg

 

-      Yadêmokyblès : Orchidiens, à moi !! Formation de la chenille qui redémarre !!

-      Gason : ...Euh...

 

 

GASON134.jpg

 

GASON135.jpg

 

-      Yadêmokyblès : La créature ne semble pas être vivante. Ou bien elle dort...

-      Gason : Sans blague... Dites donc, les cerbères, vous ne croyez pas que vous en faites un peu trop ?

 

 

GASON136.jpg

 

-      Yadêmokyblès : Et ça, c'est quoi ?

-      Gason : Encore un de ces déchets laissés par des sagouins de Grands... En même temps, l'orage approche et cet objet nous assure un abri.

 

 

GASON137.jpg

 

-      Un orchidien : Beuark ! Il en reste ! On va coller...

-      Gason : J'aime mieux coller dedans que d'être dehors quand la grêle tombera... Allez, on entre !

 

 

GASON139.jpg

 

-      Voix d'un orchidien : Oooh ! Il y a de la lumière au fond !

 

 

GASON141.jpg

 

GASON142-copie-2.jpg 

 

-      Yadêmokyblès : Bin mince, alors... C'est quoi, ce truc ?

 

 

GASON143-copie-1.jpg

 

-      Gason : La canette de soda est une porte vers un autre monde...

-      Yadêmokyblès : C'est un peu idiot, non ?...

-      Gason : Non... Euh, ça doit être de la magie...

 

 

GASON144.jpg

 

GASON145.jpg

 

-      Gason : Prenez garde ! Quelque chose est en train d'apparaître !

 

 

GASON146.jpg

 

GASON147.jpg

 

-      L'individu : Voilà donc les présomptueuses petites personnes de la lointaine Orchide, les "Aventuriers" ! Peuh ! Qu'ils sont donc laids et sales ! Vous êtes de gauche, hein ? Qui croyez-vous être pour oser mendier les faveurs du divin Antonitali ? En êtes-vous dignes, seulement ? Le méritez-vous ? Je ne vois que des pouilleux saisis d'une pesanteur moite, des asticots qui exhalent l'inculture crasse et l'immaturité fière ! Petits lourdauds bâtards, orgueilleux et suffisants que vous êtes !!

 

 

GASON148.jpg

 

-      Antonitali : Assez, Pippot ! Laisse-nous !...  N'ayez pas peur, il vous teste. Soyez les bienvenus dans cette dimension intermédiaire, mes amis. Je suis Antonitali, mais je n'ai rien de divin. Je suis l'Elu de ce petit monde secret, dont vous avez si bien su trouver l'entrée.

-      Gason : C'était pas bien difficile. Si on pouvait entrer dans tous les mondes secrets comme ça...

-      Antonitali : Ne croyez pas que les choses soient aussi simples ! Je sais qui vous êtes, Gason Authienoüs, et c'est le Destin qui vous a amenés ici, vous et vos gens. 

 

 

GASON149.jpg

 

-      Gason : Vraiment ? Tout ce que nous demandons au Destin, c'est de nous aider à rentrer chez nous...

-      Antonitali : Ouiii ! Avec cette petite saloperie de Poisson d'Or ? Je suis au courant ! C'est mon boulot de tout savoir.

 

 

GASON150.jpg

 

-      Gason : Que savez-vous du Poisson d'Or ?!? 

-      Antonitali : C'est un leurre, un faux-semblant, qui ne protègera pas votre cité. Et d'ailleurs... Je dois vous apprendre quelque chose... Disons, pour faire simple, que votre jeune amant Amnésiaque, que vous connaissiez si mal, a révélé il y a de cela deux jours l'aspect le plus tourmenté et le plus instable de son âme : A la tête d'une bande de jeunes bourgeois ivres et désoeuvrés, Il a foutu le feu à votre belle cité et en a ouvert les portes aux barbares.

 

 

GASON190.jpg 

 

GASON161.jpg

 

-      Antonitali : La panique s'est emparée des habitants qui ont fui dans les mini-Etats voisins. Rien n'a pu arrêter cette folie collective. Les destructions et les pertes sont immenses. Votre belle Orchide est morte, mon ami. Brûlée, investie, pillée et abandonnée.

 

GASON201.jpg

 

GASON202.jpg

 

GASON203.jpg

 

GASON204.jpg

 

GASON162.jpg

 

GASON163.jpg

 

GASON191.jpg

 

GASON192.jpg

 

GASON166.jpg

 

GASON194.jpg

 

GASON193.jpg

 

GASON195.jpg

 

GASON196.jpg

 

GASON167.jpg

 

GASON168.jpg

 

GASON169.jpg

 

GASON164.jpg

 

GASON165.jpg

 

-      L'Archonte Pouffias : Aaargh ! Toi aussi, mon fils !...

-      Amnésiaque : Ne m'en veuillez pas ! Tout cela na jamais existé !

 

 

GASON178-.jpg

 

GASON160.jpg

 

 

GASON151.jpg

 

-      Gason : ...Euh... Mais... Mais c'est horrible, ce que vous nous dites là...

-      Yadêmokyblès : Nous n'avons plus de cité ?!...

 

 

GASON152.jpg

 

-      Antonitali :

Amis errants et misérables, comme je vous plains !

Tout ce courage et cette volonté déployés en vain !

Ces souffrances qui ne laissent que du vide dans vos mains !

Et vous tombez de haut, trompés par un sort malin !

Votre Poisson d'Or était une illusion perfide héritée d'âges anciens ; 

Mais son énergie latente n'attendait qu'un meilleur lendemain...

 

Attention, vous marchez sur mon nuage, là...

 

 

GASON153.jpg

 

-      Antonitali : Croyez m'en, il faut vous en débarrasser. Annulez le sort en cachant l'objet de la lumière de l'astre rayonnant du jour qui fait éclore la vie, et dont les différents aspects avec les autres planètes permettent d’avoir une indication sur les facilités et les difficultés que l’être humain a pour intégrer sa personnalité.

-      Gason : Le soleil ?...

-      Antonitali : Le ?... Oui, c'est ça. Excusez du peu, mais votre aventure a du sens, un sens très profond. Vous trouverez ici, si vous le désirez, un refuge sûr pour vous aider à le comprendre au fond de votre noble coeur. Oubliez ce mauvais symbole et son funeste prodige. Je vous fais visiter ? 

 

 

GASON157.jpg

 

-      Antonitali : Entre autres choses merveilleuses, je voudrais vous montrer notre laboratoire. Ici, nous étudions les vertus des plantes et en tirons toutes sortes de médecines nouvelles et douces. Les plantes, chers amis, ont beaucoup à nous dire !

 

 

GASON158.jpg

 

-      La plante : Je veux pas ! Non ! Non ! Non !

-      Antonitali : ...Bon, celle-ci appartient à une espèce un peu butée... Elle agit sur la constance et la force du caractère et aide à y voir clair pour la prise de décisions. Eh bien voyons, rattrapez-là !

 

 

GASON159.jpg

 

-      Antonitali : ...Comme vous le voyez, nous travaillons pour le bien de tous. En même temps, la demande est forte dans tous les mini-mondes et ça nous arrange bien : Ici, ça a beau être une dimension enchantée, les loyers sont chers !

 

 

GASON154.jpg

 

-      Gason : Tout cela est bien joli, mais ce qu'il faut, c'est un autre symbole, capable de remotiver mon peuple et de l'aider à avoir confiance, pour tout reconstruire !

-      Antonitali : Je vous y aiderai. Votre volonté est d'abord de retourner là-bas, je vous approuve. Notre soutien vous est acquis, Gason Authienoüs. Et sachez qu'à l'instant où vous le désirerez, où que vous serez, une canette de soda magique apparaîtra pour vous mener jusqu'ici. 

 

 

GASON155.jpg

 

-      Antonitali : J'ai confiance. Vous saurez trouver un chemin et, au bout de ce chemin, une place dans ce monde trop vaste. Commencez à faire le tri, débarrassez-vous de ce qui vous pèse dans votre ancienne vie comme on enlève une vieille peau. Et votre nouvelle peau vous aidera à mieux appréhender le cours des choses. Je sais, vous auriez préféré un avenir cool dans le silence et le refoulement, plutôt que pas d'avenir du tout, mais ce n'est pas cela qui vous est promis... D'autres mondes vous attendent, et une autre sorte de gloire bien plus utile et durable...

-      Gason : Pourquoi tant de désastres ? Pourquoi tant de douleurs ?

-      Antonitali : Parce qu'il fallait en passer par là. Maintenant, filez, et faites votre office. Nous nous reparlerons bientôt en amis francs et sincères.

 

 

GASON156.jpg

 

-      Antonitali : Bonne chance à vous tous !

-      Pippot : C'est ça, barrez-vous.

 

Gason Authienoüs et ses compagnons ne savaient plus quoi faire. Rentrer pour retrouver des ruines ? Pourquoi pas, si la volonté de tout reconstruire pouvait les animer... Et puis les familles, les amis, ou ce qu'il en restait, les attendaient.

Par chance, ou peut-être par la discrète et magique entremise d'Antonitali, ils rencontrèrent à nouveau les Arrochelliens. Le retour en serait donc facilité puisqu'il se ferait par les airs. 

 

GASON175.jpg

 

Au cours de leur dernière nuit dans le désert marin, les mini-gens dormirent peu, trop occupés qu'ils étaient à réfléchir au sens de leur aventure, si jamais il y en avait un. La conclusion du sage tonton Chantalladçouss était sans appel :

 

-      Chantalladçouss : Il faut suivre le conseil de ton hôte le magicien, mon neveu. Tu dois te débarrasser du Poisson d'Or pour nous aider à tourner cette page noire. La magie, tu vois, quand ça commence à partir en sucette, il vaut mieux pas se péter les noyaux avec et vite passer à autre chose. 

-      Gason : Ainsi sera fait. Dès demain et je sais déjà où. Et avec votre aide, Professeur, si vous le voulez bien...

 

 

GASON6O.jpg

 

GASON61.jpg

 

GASON-62.jpg

 

GASON63-.jpg

 

GASON65.jpg

 

-      Gason : Trois mai, trois juin, trois juillet, voici les trois dates essentielles de cette belle histoire qui n'a pas de début ni de fin, et dont le souvenir incrédule et douloureux doit être livré aux aléas de la nature... Allez-y, les larbins, tirez sur la corde et conjurons ce mauvais sort !

 

 

GASON64.jpg

 

GASON66.jpg

 

GASON67.jpg

 

GASON68.jpg

 

Le mausolée fut abandonné au silence et à la vie sauvage. Mais ce n'était pas aussi simple et Gason Authienoüs n'avait pas choisi ce lieu, connu de lui et de ses compagnons seuls, par hasard. Ils pouvaient garder, et pour longtemps, un oeil discret et vigilant sur cette vallée et ce qu'elle contenait.

 

GASON69.jpg

 

GASON70-.jpg

 

 

 

GASON170.jpg

 

-      Antonitali : Le Poisson d'Or est déchargé de son influence néfaste, je le sens... Le vent du Sud, celui qui caresse les falaises normandes et les marais du Marquenterre, me murmure que Gason Authienoüs nous reviendra bientôt, une fois qu'il aura restauré l'espoir en Orchide. Pippot, tu prépareras 37 chambres et tu appelleras le traiteur.

 

 

GASON171.jpg

 

-      Pippot : Maître, les candidats au poste de documentaliste sont arrivés. Ils sont quatre.

-      Antonitali : Parfait ! Justement, je me disais que, vu les 130 ans d'arriérés que nous avons accumulés dans notre gestion documentaire, on ferait mieux de les embaucher tous !

 

 

GASON176.jpg

 

GASON177.jpg

 

 

Une forme vie continue sa route et propère au ras du sol, sur ces rivages riches de tant d'aventures insoupçonnées, au sud de Berck-sur-Mer, là où des petits êtres se disent tous les jours "Il faut bien qu'on vive, il faut bien qu'on boive, il faut bien qu'on aime, il faut bien qu'on meure"...

Si nous, les Grands, nous arrivons à prendre le temps de voir et d'écouter, nous les verrons peut-être un jour. Et cela vaut pour tous les mondes, ceux qui sont à l'air libre, ou ceux qui sont en nous. 

 

DSC00115.jpg

 

DSC00120.jpg

 

DSC00124.jpg

 

volt2.jpg

 

BLOK5.JPG

 

blok1.JPG

 

blok3fauteuil.JPG

 

BLOK4.JPG

 

FIN

Repost 0
Published by SASGARION
commenter cet article
17 juin 2013 1 17 /06 /juin /2013 11:29

 

 

EPISODE 4 

 

Résumé de l'épisode précédent : Dans ce jardin secret situé près de Berck-sur-Mer, la guerre entre le mini-royaume de Casteigne et le mini-empire hédonien a pris une dimension inédite jusque là. Le dictateur casteignan, Bernache Oyatoviche Calogine, a tenté de reprendre les choses en main lors du long siège de Lombricbourg. Il est de plus en plus invivable et sa compagne, Clématitsia Mouettovna n'en peut plus, elle se demande vraiment ce qu'elle fout à ses côtés. Elle s'autorise donc, presque par accident, une pause sur le palier d'en face, chez un jeune officier hédonien. Alors que, la bataille perdue, les Casteignans se replient, on déplore la disparition de Bernache Oyatoviche dans l'effondrement d'un souterrain. 

Clématitsia Mouettovna, libre mais sceptique, décide de rentrer à Roncecour, capitale du royaume, où elle est aussitôt mise au placard par le roi Flaive, enfin libéré de l'emprise de son incontrôlable ministre... 

 

La jeune femme a raison de se méfier... Bernache Oyatoviche, même mort, reste imprévisible.  

 

Deux jours après ces tristes événements, la population casteignane constate que sa disparition ne signifie pas la paix. Au contraire, les Hédoniens rassemblent leurs forces et les font marcher vers Roncecour, où doit se dérouler la bataille décisive. 

 

CLEMAT413.jpg

 

Sur les sentiers du jardin secret, entre les carrés de pelouses, les massifs de fleurs, les arbres et les fraisiers, des centaines de gens marchent tristement vers le sud... Et parmi eux, à peine reconnaissable, il y a...

 

 

CLEMAT414.jpg

 

CLEMAT415.jpg

 

-      La femme blonde : Je vous en supplie, Monsieur, prenez les enfants ! S'il vous plaît, prenez-les et bonne chance à vous !

-      Bernache Oyatoviche : ...Mais, Madame... Tout va bien, vous n'êtes même pas blessée et nous sommes presque arrivés à Roncecour... Pourquoi voulez-vous abandonner vos enfants ?

-      La femme : Ah mais ce ne sont pas mes enfants, je ne sais pas à qui ils sont ! Mais ils m'encombrent ! Je n'ai pas d'enfants et je n'en ai jamais voulu ! Prenez-les donc !

 

 

CLEMAT416.jpg

 

-      La petite fille : T'es qui, toi ?

-      Bernache Oyatoviche : Je suis Bernache Oyatoviche Calogine, le chef absolu de la Casteigne. Je vais reprendre le pouvoir et la tête de l'armée pour sauver la ville et le royaume. Et vous ?

-      La petite fille : ...Ah ouais... Ok. Eh bin moi, tu vois, je suis Gloria Gaynor et mon frère, c'est les Village People !

-      Le petit garçon : Pipi ! 

 

 

CLEMAT417.jpg

 

-      Les gens : Qu'est-ce qui se passe, encore ? Pourquoi on s'arrête ?

 

CLEMAT418.jpg

 

-      Le chauffeur du camion : C'est un poste de contrôle des Hédoniens.

-      Bernache Oyatoviche : Foutre-belette ! Ils sont déjà là ?!... Les chiards, vous restez avec moi. Essaie de faire pleurer ton petit frère, s'il te plaît. 

 

 

CLEMAT419.jpg

 

CLEMAT420.jpg

 

"Passez... Passez... C'est bon, passez..." 

 

 

CLEMAT421.jpg

 

-      Bernache Oyatoviche : J'ai des enfants, ils n'ont plus que moi au monde, ils ont faim, ils ont fr...

-      Le soldat : Oui, oui, c'est bon, allez-y ! 

 

CLEMAT422.jpg

 

-      Un officier : Lieutenant Pims, nous avons capturé 6 soldats de plus. Mais il y a aussi beaucoup de civils.

-      Gustav Pims : Formez un convoi pour les prisonniers, et laissez les civils continuer. 

 

CLEMAT423.jpg

 

Bernache Oyatoviche se retourna. Il lui avait semblé, après coup, apercevoir Gustav Pims, son ennemi et rival, qui lui avait fauché sa future épouse pendant 10 jours... Mais le flot des réfugiés continuait de le pousser vers les portes de la ville, et il n'était plus très sûr de ce qu'il avait vu...

 

Et voilà comment le dictateur Bernache Oyatoviche parvint à rentrer clandestinement dans Roncecour assiégée, et à passer les contrôles hédoniens en se faisant passer pour un bon père de famille.

 

Dans l'après-midi, ils atteignirent enfin le palais. Mais les abords en étaient anormalement calmes. Tout cela avait un petit air de fin du monde ou presque. 

 

CLEMAT424.jpg

 

CLEMAT425.jpg

 

-      La petite fille : Tu habites vraiment là ? Dans le palais du roi ?

-      Bernache Oyatoviche : Oui, ma petite. Mais j'habite pas tout seul, tu sais. Il y aussi une vingtaine de gardes, normalement, mais ils ne sont pas là ! Ooooh !... Ils auront intérêt à savoir m'expliquer ça, d'ailleurs... Les petits canaillous... 

 

CLEMAT426.jpg

 

CLEMAT427.jpg

 

CLEMAT428.jpg

 

CLEMAT429.jpg

 

 

CLEMAT430

 

-      Un officier : 6ème compagnie de Fortgusagne en F9... 4ème de Sablonique en B1... La route de Houxières au sud est coupée. 3ème Division Hédonienne sur G4 à 8 depuis 15h30.

-      Général Fédor Potjevleeschowski : Contactez la 9ème et mettez-là en B3 et A2. Faites évacuer le sud de la zone F, repli sur le quartier de la gare.

 

CLEMAT431.jpg

 

-      Général Potjevleeschowski : Stanislas Insérélaviche, en tant que Ministre de l'Intérieur, tu dois décréter l'évacuation des civils de la capitale !

-      Stanislas Insérélaviche : Tu sais bien que je n'ai pas ce pouvoir, Fédor Potjevleeschowski ! Le roi et le Marquis m'ont laissé ici soit-disant pour assurer la continuité gouvernementale, mais au fond c'était juste pour isoler les anciens amis de Bernache Oyatoviche dans une ville qu'ils croient déjà perdue ! Ils ne valideront jamais un tel ordre. Seule l'armée peut le faire, et c'est toi, l'armée, Fédor Potjevleeschowski.

  

 

CLEMAT432.jpg

 

-      Bernache Oyatoviche : Ha ! Ha ! Qu'entends-je ? Mes anciens amis ?... Parce que vous ne l'êtes plus ? Vous en ai-je donné l'ordre ? 

 

 

CLEMAT433.jpg

 

-      Stanislas Insérélaviche : Bernache Oyatoviche ! On te croyait mort !

-      Bernache Oyatoviche : Je vais mieux. Quelle est la situation ?

-      Général Potjevleeschowski : Le gouvernement et la Cour se sont barrés à Souchebelle et nous restons seuls ici. La pression ennemie est forte, mais nous résistons bien.

-      Stanislas Insérélaviche : D'ailleurs, nous avons même réussi à faire une saillie au nord-est !

-      Général Potjevleeschowski : Un saillant, Stanislas Insérélaviche. On appelle ça un saillant.

-      Bernache Oyatoviche : Retirez-vous en douceur. Vous allez vous épuiser inutilement.

 

 

CLEMAT434.jpg

 

-       Bernache Oyatoviche : Nous allons commencer par remotiver les troupes et les habitants. Demain, rassemblement militaire à 10h00 au StollenFestGarten et défilé triomphal jusqu'au palais. Distribuez au moins 200 drapeaux sur le parcours pour décorer les fenêtres et rameutez les journalistes étrangers. Tout le monde doit savoir que je suis revenu et que les choses vont changer radicalement... Désormais, les seuls ordres que suivront la ville seront les miens. Arrêtez tous ceux qui couinent, et si le roi repointe son nez, enfermez-le ici... Pour sa sécurité. Vous me confirmez que ma future épouse n'a pas quitté sa maison ?... Très bien. Conférence avec tous les officiers ici même à 18h00. Puis, je me rendrai chez Madame Clématitsia Mouettovna à 20h40... Ah ! Et aussi, ouvrez un appartement de la Cour pour les... là, les...

-      Stanislas Insérélaviche : ...Les enfants ?

-      Bernache Oyatoviche : Oui. Tu vas faire un recensement précis de tous les réfugiés. On y trouvera peut-être leur famille. Au boulot, mes amis ! Nous avons une patrie à sauver ! 

 

 

 

A l'heure dite, Bernache Oyatoviche avait établi sa stratégie pour la défense de la ville assiégée et quitté la conférence pour se rendre chez Clématitsia Mouettovna. L'Etat-major semblait convaincu et le ministre avait en quelques heures remis l'armée dans sa main. Le roi et le Premier ministre seraient rapidement informés et ça allait pétocher grave du côté de Souchebelle...

 

Quant à la jeune femme, elle allait avoir une sacrée surprise. Du moins, c'était ce qu'il pensait.

 

CLEMAT441.jpg 

 

CLEMAT442.jpg

 

  -      La dame de compagnie, Madame Liseron : Madame Clématitsia Mouettovna vous attends, Votre Excellence.

  -      Bernache Oyatoviche : ...Ah ?

 

CLEMAT442BIS.jpg

 

CLEMAT443.jpg

 

-      Bernache Oyatoviche : Alors, comme ça, vous êtes revenue, vous aussi ! Le mal du pays, peut-être ? Il paraît que vous avez bien batifolé avec un sergent de la Garde Impériale ? Une boniche veuve si terne et si sérieuse que vous, rhôôô, enfin, vous n'avez pas honte ?

-      Madame Liseron : Oui... Oui... Oui, Votre Excellence... J'ai bien batifolé...

 

CLEMAT444.jpg

 

-      Clématitsia Mouettovna : ...J'en étais sûre, mon ami... Même la mort, c'est déjà trop long pour vous si ça dépasse deux jours...

 

CLEMAT445.jpg

 

-      Bernache Oyatoviche : Vous persiflez, Madame ?... Quelle cruelle ingratitude alors que je viens vous redire, mon cher amour, que nos destins sont indéfectiblement liés !

-      Clématitsia Mouettovna : Je n'ai pas dit le contraire...

 

CLEMAT446.jpg

 

-      Bernache Oyatoviche : Non, mais vous continuez à vous goinfrer de ces sucreries infâmes. Que dois-je penser de ce trouble qui semble vous habiter en permanence, Madame ?

-      Clématitsia Mouettovna : Ah ? Vous avez enfin remarqué ? Les gâteaux au chocolat ont l'avantage d'être là et ils m'apaisent. Ils calent mes fringales psychologiques, mais ils ne vous remplacent pas. 

 

CLEMAT447.jpg

 

-      Bernache Oyatoviche : Et ce jeune officier hédonien, Pims, il me remplace, lui ?! Quelles fringales apaise-t-il donc ? Qu'est-ce qu'il vous cale, celui-là ?!

-      Clématitisia Mouettovna : Ne soyez pas grossier, Monsieur ! C'est pour avoir voulu vous rejoindre au coeur de la bataille à Lombricbourg que je me suis retrouvée sous sa protection, par le fait du hasard.

-      Bernache Oyatoviche : Et le hasard a voulu aussi que vous restiez chez lui pendant dix jours sans penser à me donner des nouvelles ! Comme tout cela est charmant et hasardeux ! 

 

CLEMAT448.jpg

 

-      Bernache Oyatoviche : J'ignore si vous doutez de moi, si même vous m'aimez encore... Mais je saurai vous reconquérir aussi sûrement que je vais gagner cette guerre ! Les jours meilleurs arrivent, Madame, et je gage que vous saurez accueillir les bonnes choses qui arriveront avec eux sans angoisses ni dérivatifs. Je vous promets que, bientôt, nos coeurs pourront se lier avec confiance et apaisement ! En attendant, je vous demanderai de ne point courir de risques inconsidérés et de point sortir de chez vous seule. L'ennemi est proche. Le capitaine Blattenko va installer le poste de commandement de ses unités ici-même, vous serez gentille de pourvoir à son logement et à celui d'environ 120 hommes. Mes respects éternels, Madame ! 

 

 

CLEMAT440.jpg

 

Sitôt rentré au palais, Bernache Oyatoviche organisa un apéro pour quelques intimes. Ce n'est qu'en arrivant dans la salle qu'il réalisa une chose : il avait oublié d'emmener sa future femme... 

 

 

Le lendemain matin, Bernache Oyatoviche parla devant les hommes qui n'étaient pas mobilisés sur le front. Il leur promit la victoire, mais seulement s'ils le valaient bien. 

 

CLEMAT400.jpg

 

CLEMAT401.jpg

 

CLEMAT402.jpg

 

Et ce fut l'heure de la parade en ville, pour tâter la motivation et la confiance des gens.

 

CLEMAT403.jpg

 

-      Bernache Oyatoviche : Nous roulerons doucement. Je veux que tout le monde puisse me voir et soit rassuré !

 

CLEMAT404.jpg

 

-      Clématitsia Mouettovna : ...Et voilà... ça recommence...

-      Docteur Quatre-Cèdres : Oh ouichhh !! C'est tellement émouvant !

 

CLEMAT405.jpg

 

La curiosité avait fait sortir les gens de chez eux sur le trajet emprunté par le cortège. Mais la voiture du ministre passait au ralenti dans un silence assez pesant.

 

CLEMAT406.jpg

 

-      Bernache Oyatoviche : Eh bin ?!... Mon enthousisame ?... Mes acclamations ?...

-      Le chauffeur : Je crois qu'il n'ont pas encore bien digéré la nouvelle, Votre Excellence. Avec un peu de temps...

 

CLEMAT407.jpg

 

CLEMAT408.jpg

 

-      Bernache Oyatoviche : Bonjour... Bonjour... Oui, c'est à vous que je parle ! Bonjour !!

 

 

CLEMAT409.jpg

 

CLEMAT410.jpg

 

Sitôt la voiture passée, il y eut quelques bruissements de contestation, vite réprimés par les soldats.

 

CLEMAT411.jpg

 

-      Bernache Oyatoviche : Je suis trrrrèèèès déçu ! Ils ont vu que j'étais en vie, contrairement aux nouvelles officielles, et pourtant j'ai l'impression d'assister à mon propre cortège funèbre !

-      L'officier : Ils n'ont peut-être pas encore bien digéré la n....

-      Bernache Oyatoviche : Assez !! On roule vers le palais et plus vite que ça !!

 

CLEMAT412.jpg

 

CLEMAT412BIS.jpg

 

 

Un peu plus tard dans la journée, Clématitsia Mouettovna s'était affairée à une tâche mystérieuse. L'officier qui la "gardait" n'attendait qu'une chose : qu'elle lui fasse signe... Ce moment vint enfin, vers 16 heures.   

 

CLEMAT456.jpg

 

-      Clématitsia Mouettovna : Capitaine Blattenko, je crois que c'est le moment de parler tous les deux... Si vous êtes avec moi.

-      Capitaine Blattenko : Madame, qu'est-ce que je ne ferais pas pour vous !? 

 

 

CLEMAT457.jpg

 

-      Clématitsia Mouettovna : Ne me dites pas des trucs comme ça, voyons ! Ha ! Ha ! C'est déjà assez pittoresque et compliqué comme ça !

-      Capitaine Blattenko : LOL ! Oui, certainement, Madame. Je suis avec vous.  

 

 

La journée avait été difficile pour les défenseurs de Roncecour, mais ils tenaient bon. Dans la soirée, la ville avait perdu ce qu'il lui restait d'optimisme et chacun ou presque restait calfeutré chez soi, pendant que la bataille continuait par intermittence. 

 

CLEMAT440BIS.jpg

 

CLEMAT449.jpg

 

-      Le serveur : Rentrez bien, faites attention à vous ! 

 

 

CLEMAT458.jpg

 

-      Feu !!

 

CLEMAT460.jpg

 

CLEMAT450.jpg

 

SchhhhhHHHHHHHHHHHHH

-      A terre !!

 

CLEMAT451.jpg

 

CLEMAT459.jpg

 

CLEMAT452.jpg

 

CLEMAT453.jpg

 

CLEMAT454.jpg

 

-      Bernache Oyatoviche : Fédor Potjevleeschowski, d'où viennent ces tirs ?? 

 

CLEMAT455.jpg

 

-      Général Potjevleeschowski : La situation est un peu confuse, Bernache Oyatoviche. Pour ce que j'en sais, la route de Houxières est libérée et l'ennemi bat en retraite dans le quartier de la gare. Mais il progresse au nord et les tirs de l'artillerie atteignent maintenant le centre-ville. Les Hédoniens aurait installé des pièces de gros calibre autour du magasin Minikéa.

-      Bernache Oyatoviche : Ce n'est pas possible ! Je dois donc tout faire moi-même ?! Secoue-toi un peu, Fédor Potjevleeschowski !! Appelle le PC du 6ème bataillon ! Qu'ils se préparent à une contre-attaque cette nuit à 3 heures ! J'irai les rejoindre là-bas. En attendant, je vais dormir quarante minutes. Qu'on me prévienne dès qu'il y a du nouveau ! 

-      Général Potjevleeschowski : ...Oui, Bernache Oyatoviche...

 

 

Pendant ce temps, à Houxières, ou plus exactement dans une station de communication mobile installée par l'ambassade arrochellienne, le roi Flaive était en ligne avec une certaine personne...   

 

 

CLEMAT467.jpg

 

-      Le roi Flaive : ...C'est vraiment ce que vous voulez ?...

-      La voix : Oui. Il le faut, n'est-ce pas ? Pour la paix et pour le bien de tous. Mais vous connaissez les conditions.

-      Le roi Flaive : Je les connais. Et je suis d'accord pour en discuter avec l'Empereur... Perdu pour perdu, faisons donc ça...

 

 

CLEMAT468.jpg

 

-      Le roi Flaive : Monsieur le Marquis, faites les valises ! Nous allons bientôt rentrer chez nous !

 

 

Dans la ville dévastée et recroquevillée sur elle-même, seuls les cabarets avaient encore de la lumière et de l'animation. Les officiers et soldats se mêlaient aux civils pour de frénétiques plaisirs de beuverie ou pour se chercher mutuellement querelle, pendant que les artistes s'échinaientà faire le boulot.

 

CLEMAT461-copie-1.jpg

 

-      Yvette Mini-Leglaire : Je reviendrai ! Je reviendrai ! Je reviendrai même à genoux, à chacun de nos rendez-vous ! Si vous m'êtes toujours fidèles, même si je suis un peu moins belle, j'ai de beaux restes...

 

 

CLEMAT462-copie-1.jpg

 

CLEMAT463.jpg

 

CLEMAT464.jpg

 

SchhhhhhhhHHHHHHHHHHHHHHH

 

CLEMAT465.jpg

 

-      HAAAAAAAAAAA !!!

 

CLEMAT466.jpg

 

-      Yvette Mini-Leglaire : Cette fois, je crois que la fête est bien finie...

 

Quelle sera l'issue de ce drame ? Vous le saurez dans le dernier épisode, ci-dessous...

 

 

Repost 0
Published by SASGARION
commenter cet article