Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LE MONDE MINIATURE DE SASGARION
  • : Le monde miniature imaginaire de Sasgarion, qui vit depuis plus de trente ans. Tenté un moment par un diorama classique, une ville miniature au 1/87ème, je suis allé vers quelque chose de plus personnel, foisonnant, sans règles, toujours transformé et renouvelé, mais surtout moins cher ! Bon, c'est aussi, très clairement, une sorte de thérapie, de dérivatif, un moyen de survivre, sans doute...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Liens

21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 11:47

 

Dimanche 26 juin - 7h50

 

DSCF0075s.JPG

 

DSCF0076s.JPG

 

La météo des Grands annonce au moins 3 jours de fortes chaleurs qui feront baver d’envie les juilletistes pataugeant dans leurs campings dans quelques semaines.

Même sur les plages du Pas-de-Calais, on s’attend à ce que le sable fin brûle les pieds dès la mi-journée.

 

  DSCF0048s.JPG

 

  DSCF0050s.JPG

   

Une belle lumière baigne déjà les toits berckois encore vierges de touristes négligés et de leur marmaille pleurnicharde.

 

DSCF0047s.JPG

 

A bord du Sasgarion, les travailleurs les plus matinaux prennent leur deuxième petit déjeuner ensemble dans les zones de loisirs, en regardant par la verrière le grand écran de la chambre 313, Celle-Qui-n’Existait-Pas.

La dame dans la télé : « …Je crois que le président de la République est totalement pénétré de sa fonction, qu’il remplit de façon apaisée et avec la discrétion nécessaire, à l’appui d’un excellent bilan dont les français commencent à voir les effets bénéfiques pour la France… »

 

P1010089wg.JPG 

 

Les gens : « Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! »

 

 

Le matin est clair et calme. C’est la bonne heure pour commencer une mission délicate avec tout l’optimisme que l’on peut encore mobiliser malgré la série d’événements catastrophiques de ces derniers jours.

 

DSCF0080s.JPG

 

P1010012kkk.JPG

 

P10100380bPHOTO HARDY

 

- Commandant Hardy :  Base dunaire Gecko 12, ici le Sasgarion. Etes-vous prêts pour la reconnaissance de terrain ?

 

P1010049sm.JPG

 

- Commandant Frankel : Oui, Commandant. Les procédures de sécurité sont au maximum, les connexions OVMD sont confirmées, le professeur Simon est à mes côtés et il vous fait des bisous.

- Hardy : Merci, Professeur. On me dit que votre femme vous accompagne dans cette expédition… Ce n’est pas très conventionnel de partir en mission en famille.

 

P1010050sm.JPG

 

- Simon : Nous sommes 15, j’emmène près du tiers de notre effectif. Je trouvais assez raisonnable d’inclure dans l’équipe notre médecin. Et puis je n’ai pas pu lui dire non.

- Hardy : Bien. Bonne chance à vous tous. Soyez prudents.

- Simon : Mais oui, comme d’habitude.

- Hardy : …Alors, non : pas comme d’habitude.

 

P1010052sm.JPG

 

- Frankel : Je reste en liaison permanente avec eux.

 

P1010053sm.JPG

 

- Le pilote : Quel est le programme, Professeur ?

- Simon : Le vol de reconnaissance nous indique que le terrain est dégagé à proximité du village abandonné. Nous y avons détecté une structure à demi enfouie dans le sable et qui n’a rien de calogien.

- Le pilote : Sans doute un de ces nombreux détritus laissés par des Grands peu respectueux de leur environnement, comme ces bouteilles en plastique que l’on trouve un peu partout…

 

DSCF0041s.JPG

 

  DSCF0042sgecko4-en-approche.JPG

 

- Simon : Nous ne le saurons qu’en y allant. Nous ferons notre approche en survolant ces ruines, dans le creux des dunes. Si j’étais un Crépusculaire équipé d’engins volants, comme nous en avons eu la preuve cette nuit, ces amas de briques feraient un bon poste avancé, vous ne trouvez pas ?

- Professeur Lodre (chef du service de mini-anthropologie du Sasgarion) : Mais qu’est-ce que c’est ?

- Le pilote : Les ruines d’un blockhaus, souvenir de la grande guerre mondiale des Grands. Il y a de nombreuses autres ruines très imposantes qui sortent de plus en plus du sable à chaque marée. Quand j’étais venu en mission ici il y a 6 ans, il n’y avait rien de visible. Le paysage change très vite ici.

 

P1010054sm.JPG

 

- Simon : Nous décollons dès que Frankel nous donne l’autorisation. Si ces Crépusculaires vivent sous le sable, j’aimerais les trouver et nous faire inviter chez eux avant les heures chaudes… ici Gecko 4, nous sommes prêts.

 

 

  DSCF0014s1.JPG

 

P1010057sm.JPG

 

DSCF0016s3.JPG

  

Et l’expédition, après avoir atterri près du village, découvre le passionnant et mystérieux désert calogien. Les aventuriers progressent difficilement dans le sable, autour des traces gigantesques laissées par un Grand qui avait dû passer là quelques minutes auparavant sans se faire repérer, ce qui n’est pas vraiment à la gloire du service de sécurité de la base dunaire. Ou alors, c’était seulement moi.

 

  DSCF0017s4.JPG

 

DSCF0030s.JPG

 

DSCF0033s.JPG

 

 

DSCF0024s.JPG 

 

La forme ronde, blanche et bleue est rapidement retrouvée et investie. Par une porte démontée, les montvilliens pénètrent dans une salle…

 

P1010055sm.JPG 

 

- Madame Simon : Mais… Je connais cet endroit !

- Le pilote : Ben oui, y a pas à tortiller : ça ressemble furieusement à une station mobile d’observation du milieu ambiant montvillienne… C’est même l’ingénieur Wilfrid qui avait conçu ces modèles compacts en les adaptant à d’anciennes boîtes de crème grasse pour la peau utilisées par les Grands…

- Simon : …On n’en fait plus depuis 10 ans. La technologie des Geckos les a remplacées…

- Le pilote : Celle-ci fonctionnait encore récemment, mais il n’y a plus d’énergie. Mais l’intérieur est bien entretenu malgré la porte cassée

- Simon : cela ne prouve rien, la dernière pile est peut-être morte depuis des années et n’importe qui a pu entrer dans la station seulement pour s’abriter. Communiquez son matricule à la base, pour qu’on fasse des recherches.

- Madame Simon : Ory a trouvé un autre bâtiment près de l’arche d’entrée du village.

- Simon : Allons voir ça. « Tnit-tnit » Ory ? Où êtes-vous ?

- Voix d’Ory : Il y a une entrée cachée derrière les pommes de pin. Elle donne sur un tuyau en plastique qui descend en pente douce dans le sol !... C’est un couloir !... Ooh… Mais…

- Simon : Attendez-nous ! 

- Voix d’un garde : « Tnit-tnit » Monsieur ! Vous devez venir voir ça !

 

DSCF0018s.JPG 

 

- Le pilote : Ben, v’là autre chose…

- Un garde : Ce truc ressemble à un de nos hélicoptères !

- Simon : Une version modifiée, je dirais. Il y a des réservoirs sur les côtés, sans doute une motorisation à l’essence ou à l’alcool.

 

DSCF0020s.JPG

 

- Le pilote : En tout cas, celui-là semble en parfait état de marche !

- Simon : Ne nous faisons pas repérer… Signalez à la base et allons voir ce tuyau.

 

 

P1010080sm.JPG

 

- Madame Simon : C’est très joli, ici… On se croirait dans un château.

- Lodre : En tout cas, ce « château » a de l’énergie, lui, il doit être très habité…

 

  P1010081sm.JPG

 

- Simon : Allons-y doucement. Si on rencontre quelqu’un, on sourit et on fait coucou, les gardes aussi, s’il vous plaît.

 

P1010082sm.JPG

 

- Simon : C’est grand… Sécurisez la première salle, nous continuons.

 

P1010085sm.JPG 

 

- Lodre : Toujours personne. Et si on trouve les habitants, qu’est-ce qu’on va bien pouvoir leur dire ?

- Madame Simon : N’ayons seulement pas trop l’air provincial.

- Lodre : A quoi peuvent bien ressembler es Crépusculaires ? Sont-ils blancs et translucides comme les poissons des rivières souterraines ?

 

P1010087sm.JPG

 

- La jeune femme : C’était donc vrai ?! Des étrangers !!

- Simon : Euh… Mademoiselle, n’ayez pas d’inquiétude, nous ne sommes pas dangereux. Enfin, je ne crois pas. Je veux dire, pas toujours, ça dépend des circonstances… 

 

P1010088sm.JPG

 

- La jeune femme : Mais… C’est impossible ! Les étrangers, ça n’existe pas ! D’où venez-vous donc ? De la Lune ? Ou d’une autre planète ? C’est incroyable ! Dément ! Comme je suis heureuse de vous rencontrer ! Des êtres venus d’ailleurs ! Depuis combien de temps êtes-vous sur notre planète ? Comment faites-vous pour voler dans la soupe de poussières froides de l’espace ?

- Simon (aux autres) : Alors là, je suis perplexe… En effet, je ne sais pas quoi dire…

- Madame Simon : Mademoiselle, il y a peut-être un malentendu, les choses sont sûrement plus simples qu’il n’y paraît… Je m’appelle Hylina Simon, et je suis montvillienne. N’ayez aucunement peur de nous.

- La jeune femme : Oh, mais je n’ai pas peur ! Je suis juste fascinée !

- Madame Simon : Et… Et lui ? 

- La jeune femme : Oh, mon esclave aussi est fasciné ! Mon nom est Obellia, je suis la fille du conseiller Argousio. C’est tellement excitant ! A ma connaissance, il n’est rien arrivé de tel dans notre monde depuis d’innombrables générations !

- Lodre : Une folle. On est tombé sur une folle. Elle croit qu’on vient de la Lune…

- Le pilote : Et si on se tirait d’ici ?

- Madame Simon : Attendez… S’il vous plaît, Obellia… Nous arrivons de Berck, d’une des bases de nos Grands Protecteurs…

- Obellia : Non. C’est impossible. Un ?... Un « Grand » ?... Vous voulez dire, un Géant ? Il n’y avait qu’un seul Géant Pourvoyeur et il est mort.

 

  P1010090sm.JPG

 

- L’infirmier : Euh… ici le groupe 1. Nous avons trouvé les indigènes… Nous établissons le contact.

- L’homme en rouge : Quelle horreur !! Mon fils, rassemble toute la maisonnée pour traquer ces créatures !! Avec moi, mes gens, Sus !

 

P1010088sm.JPG

 

- Obellia : … J’ai un peu de mal à vous suivre… Vous dites venir d’ailleurs, mais pas de l’espace… De quelle autre partie du monde, alors ?

- Madame Simon : Obellia… parlez-moi du monde…

- Obellia : De tous temps, la planète Bedaoti a été partagée entre les petits hommes des Sables, les Oyatsines, et les Géants de l’Eau. Bédaoti est notre mère nourricière et elle a séparé le continent en deux pays de chaque côté des forêts sombres où il ne faut pas aller et ils ne doivent jamais se rencontrer, sinon, c’est la fin du peuple oyatsine ! Vous devriez savoir ça… Il faut faire très attention aux Géants qui viennent parfois ici, ils ne doivent pas nous voir, jamais !

- Madame Simon : Oui, ça c’est vrai… Mais savez-vous ce qu’il y a autour ?

- Obellia : Autour ? Autour c’est l’espace infini, le soleil qui nous réchauffe mais aussi qui nous brûle mortellement, les étoiles qui sont d’autres soleils pour d’autres planètes, très loin de Bédaoti…

- Madame Simon : Mais le monde, celui-ci est bien plus vaste que v…

 

P1010092sm.JPG

 

- Le jeune homme : Obellia !! Ecarte-toi d’eux !!  

- Obellia : Ciel ! Mon frère !

- Simon : Ah ! Bonjour, Monsieur… Je suis le Pr…

 

P1010095sm.JPG

 

- Le jeune homme : Capturez-les !

- Simon : Bon, ben… On va vous laisser !

- Voix de l’Officier scientifique Ory (spécialisé dans la génétique et le dressage des blattes) : « Tnit-tnit » ! Les hélicoptères ont décollé et font mouvement vers le village !

 

P1010093sms.JPG

 

- Simon : C’est un traquenard… Simon appelle Gecko 4 ! Soyez parés à un décollage d’urgence, nous courons vers vous !

- Voix du co-pilote : Eh bien courez de toute la force de vos petites jambes ! Essayez même de courir plus vitre que la meute de soldats inconnus qui dévale la dune vers nous !

 

P1010096sm.JPG

 

- Un serviteur : Attention, Seigneur Argousio ! Vous allez vous faire du mal !

- Argousio : Mais non, je jouis !! Assommez-les proprement, je ne veux pas de sang sur le tapis ! Qu’on les emmène au palais, devant Tellinos !

 

  P1010062sm.JPG

 

Avant que les montvilliens aient pu mettre au point un brainstorming pour examiner leur situation, les voilà entourés par des inconnus armés, au teint farouche et hâlé par la vie au grand air. Le combat est bref.

 

P1010061sm.JPG

 

Un des gardes montvilliens est soudain comme aspiré par le sable mou et disparaît en se débattant désespérément, devant les yeux impuissants et les bras écarquillés de Madame Simon... Quelques secondes plus tard, une transmission de l’Ordinateur de Veille Médicale à Distance annonce à la base dunaire et au Sasgarion un nouveau décès… 

 

P1010063sm.JPG

 

 

Quelque part dans la Baie d'Authie - 16h30

 

  DSCF0096s.JPG

 

DSCF0029s.JPG 

 

DSCF0080s-copie-1.JPG 

 

DSCF0039s.JPG

 

Poste de pilotage de la base dunaire - 16h31

 

P1010111sm.JPG

 

Toujours aucune nouvelle de Gecko 4 depuis l'alerte lancée à 10h07. La base dunaire voit son inquiétude grandir...

 

 

P1010064sm.JPG

 

- Simon : Eh ben voilà, nous sommes leurs prisonniers… J’imagine qu’ils ont aussi pris Gecko 4 et que nous sommes coupés du monde… Enfin, le nôtre… Qu’est-ce que tu as compris de tout ça, toi ? Comment une fille qui semble être de la bonne société peut-elle être aussi naïve et ignorante ?

- Madame Simon : Justement, j’ai l’impression que ce n’est pas une question d’ignorance mais bien d’éducation… Une éducation très filtrée.

- Lodre : Vous voulez dire que ces chimères sur Bédaoti et la soupe de poussières froides, c’est un élément de leur culture ?

- Madame Simon : C’est passionnant. Nous avons là un parfait exemple d’une société dominée par la prudence et la peur, et qui a vécu longtemps en vase clos au point de perdre la connaissance de la réalité de ce qui l’entoure… Regardez cette carte…

 

P1010045sm.JPG

 

…Les Oyatsines croient vraiment qu’ils vivent sur une petite planète qui doit faire 20 Gkm de circonférence à tout casser… Leur culture est même parvenue à nier l’existence de la Terre, qui est trop vaste pour leur perception, l’existence de la diversité et du nombre des Grands, celle des autres peuples miniatures, tout cela sans doute pour des raisons sécuritaires. Ce nom même de « Bédaoti » défini tout leur univers… La Baie d’Authie… On a inculqué à ce peuple une peur panique de tout le milieu environnant, pour le contraindre à une quasi-immobilité dans cette partie du désert protégé par d’épais buissons. Les menaces sont partout et il faut dissuader les Oyatsines de les affronter : la chaleur du soleil, le sable, la mer, les animaux, les Géants… Seule la nuit les rassurait un peu… Oui, c’est passionnant…

 

  P1010067sm.JPG

 

- Le pilote : Moi je trouve ça effrayant. Nous non plus, nous n’existons pas dans leur conception de l’univers. Ils pourraient bien marquer le coup et concrétiser notre inexistence…

- Lodre : Il est clair que ce peuple est manipulé par une élite, une caste de décideurs et de guerriers qui connaît bien, elle, la réalité du monde. Ils nous ont parlé, ils nous ont vus dans le passé, ils recyclent même nos technologies ! C’est de l’obscurantisme, une dictature qui n’a pas les mêmes interdits moraux que nous. Et les tribus calogiennes qui vivent à l’extérieur en sont les premières victimes depuis longtemps.

- Madame Simon : Bien sûr, nous sommes libres d’estimer que c’est cruel. Nos ancêtres ont eux aussi été confrontés à la nécessité de survivre dans la nature et cela a occasionné bien d’autres coutumes aussi inacceptables de nos jours…

 

P1010068sm.JPG 

 

- Simon : Nous savons que les Oyatsines sont prêts à tuer pour protéger l’équilibre de leur société et la maintenir dans un horizon limité et vide. Je comprends leur souci de préservation, mais là, nous sommes du mauvais côté du manche. Tout est fait pour que nous ne puissions pas provoquer de révolution, je vous le dis. Les Oyatsines n’ont aucune intention de remettre en cause leurs dogmes, puisque tous les dangers qui les entourent sont vrais… Comment pourraient-ils émettre un jugement sur ce qu’ils ne voient pas et peut donc se passer d’explications et même d’existence ?...

 

P1010071sm.JPG

 

- Lodre : Malgré leurs précautions, je pense que leur monde est en déclin… Cela peut les rendre d’autant plus agressifs. Ils reprochent déjà aux calogiens leur vie au grand air qui risque d’attirer le malheur sur eux, et ils les chassent pour ça. Ils ne sont sûrement pas prêts à écouter notre proposition d’alliance et d’évacuation vers un jardin berckois protégé.

 

 P1010072sm.JPG

   

- L’officier Oyatsine : Misérables étrangers ! Voici le Premier Conseiller Tellinos ! Merci de lui faire bon accueil !

- Tellinos : …Voici donc les redoutables intrus qui nous apportent la destruction…

- Simon : Comme vous y allez… Nous sommes une équipe de scientifiques de très haut niveau. On ne détruit pas, on se contente de disséquer.

 

P1010073sm.JPG

 

- Tellinos : C’est peut-être ce que je me propose de faire aussi… Donc, je suis le Conseiller Suprême et Seigneur Gardien des Oyats en titre Otimahon Blokos Tellinos. Mais je vous autorise à m’appeler simplement Tellinos.

- Simon : Je suis le Professeur Deneker Simon. Mais ne m’appelez pas.

- Tellinos : Je suis bien conscient qu’une telle rencontre était inévitable, et qu’elle surviendrait tôt ou tard. J’ai tout tenté pour la retarder. En vain. Vous n’êtes d’une obstination dangereuse !

- Simon : Peut-être, mais nous ne sommes pas hostiles ! Il était nécessaire d’établir un contact avec vous, pour vous apporter notre aide !

- Tellinos : Votre aide ! Une aide bien sûre d’elle et méprisante, qui s’impose quitte à balayer sur son passage une civilisation entière ! Vous apportez le danger dont vous prétendez nous prémunir. La désespérance et la guerre ! C’est dans la nature de votre peuple !

 

P1010075sm.JPG

 

- Simon : Non, nous ne faisons pas la guerre pour rien ! Nous sommes pacifiques !

- Tellinos : C’est faux. Un de vos vaisseaux aériens armés s’est approché cette nuit de notre pays. Notre hélicoptère de patrouille a tenté de lui faire faire demi-tour mais il a été abattu et le pilote est mort, inutilement…

- Simon : C’était un accident. Le pilote de notre appareil a dû se sentir menacé par un objet inconnu. Nous savons qu’il a fait usage de son canon, dont la puissance est seulement supposée faire fuir les oiseaux. Mais vos hélicoptères fonctionnent à l’essence, n’est-ce pas ? Un incendie à dû se déclencher et provoquer la panique des deux pilotes qui n’ont pu empêcher la collision des deux appareils lancés l’un vers l’autre … Ils sont morts tous les deux. C’est le résultat d’un affreux concours de circonstances, un drame imputable à la malchance et non à la malveillance !

- Tellinos : Nous avons beaucoup observé vos semblables pendant les quelques années où ils ont colonisé la Côte d’Opale. Votre civilisation commet trop de dégâts par simple malchance… Et vous ne retenez jamais les leçons de vos erreurs. Mais au fond, vous n’êtes que le reflet, à très petite échelle, de la société de vos Grands Protecteurs. Le monde des Oyatsines est un monde de paix et d’équilibre. Nous voulons être différents de vous et plutôt que de tenter la chance, nous ne tentons rien.

- Simon : Le malheur viendra sur vous sans que nous y soyons pour quelque chose. Les Grands occupent de plus en plus de place dans cette région. Ils ont même édifié une clôture  qui traverse vos territoires pour délimiter une zone de chasse ! Vous n’êtes plus en sécurité ici. Vous êtes peut-être bien organisés et je vois que vous vous êtes beaucoup inspirés de nos matériels de colonisation… Comment est-ce possible, d’ailleurs, si vous n’avez pas de protecteurs ?

 

P1010073sm.JPG

 

- Tellinos : Nous en avions un. C’était déjà un vieil homme quand il nous a trouvés, et il nous a servi pendant presque 20 ans… Nous lui avons nous-même appris beaucoup de choses sur les Mondes miniatures et  le réseau des Grands qui les protègent depuis des siècles… Mais nous avons insisté pour qu’il ne prenne jamais contact avec eux. Voilà plus de 2 ans que nous ne l’avons pas revu… C’est lui qui nous a apporté la plupart des matériaux, des objets qui ont  permis d’agrandir et d’équiper les souterrains qui composent cette cité, où nous avons regroupé tout notre peuple. Cela représente plus de 14 000 personnes, qui vivent dans des conditions de confort acceptables. La lumière naturelle est aussi présente, canalisée par de nombreux puits à miroirs camouflés, ce qui permet aux gens de voir un peu le ciel, c’est important… Notre énergie vient d’une centrale à essence. C’est la butte que vous avez dû voir sous les pins, à l’est du village, et qui abrite 8 jerrycans enfouis et reliés par des gaines et des tuyaux en plastique pour la maintenance et la distribution… Notre Géant nous a également fourni du matériel montvillien, récupéré ça et là, parfois avec leurs techniciens et pilotes… Pauvre Géant, il était totalement captivé par sa découverte et la mission dont nous l’avons chargé… Nous l’avons peut-être tué à la tâche… Selon la thèse officielle en vigueur, notre Géant Pourvoyeur est mort et il a été rendu à la mer… Un autre est supposé arriver… Un jour. C’est une prophétie utile, elle nous permet de gagner du temps…

- Simon : Voilà : Vous reconnaissez vous-même que votre situation est devenue précaire… J’imagine que les réserves de carburant qui alimente la cité et les hélicos est en voie de tarissement… Vos excès de précautions vous ont coupés des meilleures chances de salut, pour tout votre peuple. Et pour les calogiens que vous massacrez… Mais vous savez aussi que si notre intervention est rendue publique, votre dogme de la planète Bédaoti s’effondrera et votre pouvoir sera alors contesté par ceux auxquels vous avez menti si longtemps…

 

P1010076sm.JPG

 

- Tellinos : Mes motivations ne sont pas aussi égoïstes que vous le pensez. Et vous faites erreur au sujet des calogiens. Ceux que nous capturons sont mis au travail, dans des secteurs isolés, comme la centrale à essence. Notre peuple les isole et ne leur parle pas, mais il ne les tue pas non plus…  Parlons un peu de vous… Votre communauté n’est-elle pas en sursis également ? On raconte de bien terribles choses sur ce qui se passe en Savoie. Vous avez fui votre propre monde et du même coup lui faites courir un gros risque.

- Simon : C’est vrai, nous avons voulu tenter cette aventure seuls, tout en restant en liaison avec le réseau des Grands à travers la France, et en utilisant leurs bases. Notre but est de rencontrer d’autres communautés, connues ou pas. Et de nous établir sur une nouvelle terre plus accueillante.

- Tellinos : Je trouve votre initiative insensée. Si votre vaisseau a un accident ou une panne, et qu’il tombe là où il ne faut pas ?... Ou si vous êtes découverts pendant une de vos escales ?

- Madame Simon : Nous assumons ce risque, parce qu’il a un sens profond pour nous.

- Tellinos : C’est ce qui vous rend si redoutables. Vous êtes prêts à tout. Mais qu’arrivera-t-il si notre monde presque parfait, bien qu’étriqué, s’ouvre soudain à un univers si vaste et compliqué ? Notre société n’y résistera pas, et elle ne peut pas être transposée de la façon que vous envisagez. Ce sera la fin. Nous ne pouvons le permettre et devrons nous adapter aux futures circonstances. Bedaoti doit vivre !

- Simon : Mais nous, que sommes-nous dans tout ça ?

- Tellinos : Des aliens. Une menace de plus, venue de l’espace et de la soupe froide interstellaire… Votre intervention doit être combattue, parce que cela a un sens profond pour nous… Professeur, qu’est-ce qui peut être pire que de laisser un peuple croire à un monde qui n’existe pas ?... Le laisser croire à la fin de ce monde. Et j’ai la douloureuse mission de vous apprendre qu’à force de marcher sur des œufs nous pouvons être amenés à en écraser quelques uns. Je choisis donc la sécurité contre le désespoir.

 

P1010077sm.JPG

 

- Madame Simon : Vous voulez nous tuer ? Croyez-vous que ça dissuadera nos amis du Sasgarion ?

- Tellinos : Vos vies ne sont pas en danger, Madame, si vous avez tous à cœur de respecter nos règles… Quant à vos amis, ils ignorent quel est votre sort et ils ne savent rien de cette cité. Il faut les dissuader, comme vous dites, une fois pour toutes. Une solide attaque aérienne sur votre base mobile achèvera de persuader vos amis que ce pays leur est définitivement interdit !

- Simon : Une attaque ?! Mais vous ne pouvez pas faire ça !

- Tellinos : Mais Monsieur… Elle a déjà commencé…

 

 

 Base dunaire mobile - 17h15 

 

P1010109sm.JPG

 

- "Tnit-tnit ! Tnit-tnit ! Alerte détection, Commandant ! 3 objets volants en approche rapide venant de l'ouest ! 

 

P1010108sm.JPG

 

- Commandant Frankel : D'où est-ce qu'ils sortent ?!

- Le lieutenant : Ils ont dû approcher à basse altitude, cachés par la végétation. J'en détecte 2 autres qui viennent du nord. Ils seront sur nous dans 30 secondes...

- Cdt Frankel : Sécurité, armez vos 2 canons, feu à volonté, et faites évacuer les bâtiments provisoires annexes !

 

DSCF0079s-copie-1.JPG

 

DSCF0088s.JPG

 

- Le lieutenant : Ce sont des hélicoptères ! Ils ressemblent aux nôtres !

- Cdt Frankel : Ne vous y fiez pas, ceux-là sont sûrement moins gentils.

 

DSCF0095s.JPG 

 

 

  P1010099sm.JPG

 

- Le lieutenant : Le bâtiment annexe de biologie est touché ! Ils nous balacent des bombes de poudre à mèche !

- Cdt Frankel : Tirez sur eux, bon sang ! 

 

 

 P1010097sms.JPG

 

P1010098sms.JPG

 

P1010096sms.JPG

 

DSCF0092s-copie-1.JPG 

 

P1010112sm.JPG

 

P1010113sm.JPG 

 

P1010100sm.JPG 

 

 P1010102sm.JPG

 

PHOTO FRANKEL

 

-   Cdt Frankel : Ils nous ont eus ! Où sont-ils maintenant ?

- Le lieutenant : Je ne les vois plus... Je crois qu'ils ont fait demi-tour. Nous en avons abattu un...

- Cdt Frankel : Faites décoller Gecko 11, qu'il nous dise ce qu'il verra de là-haut. A toute la base : donnez-moi un rapport sur les dégâts et les victimes le plus vite possible. 

 

P1010103sm.JPG 

 

Pic d'activité à l'unité médicale, qui reçoit les blessés.

 

P1010107sm.JPG

 

- L'infirmière : Commandant, ici l'unité médicale. Nous avons 6 blessés. Et nous avons perdu le garde Sikomore et Madame Du Platier, l'assistante du professeur Lodre... Pourquoi nous a-t-on fait ça ?!

 

P1010108sm-copie-1.JPG 

 

  - Cdt Frankel : Ces petites saloperies de Crépusculaires veulent sans doute faire pression sur l'expédition qu'ils ont capturée... Et sur le Sasgarion. Cette fois, nous sommes sûrs que nous ne sommes pas les bienvenus.

- Le lieutenant : On fait quoi maintennant ?...

- Cdt Frankel : Gecko 11 va poursuivre les recherches, en attendant les ordres de décollage et de repli de notre base...Nous serons peut-être obligés de battre en retraite, de repartir d'ici la queue entre les jambes. Heureusement, nous avons tous une petite queue, ça ne se verra pas trop...  

 

 

 

 

  A SUIVRE

 

 

Repost 0
Published by SASGARION
commenter cet article
20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 20:40

 

Résumé de l'épisode précédent :

L'Amiral Enondradel semble avoir réussi à remotiver l'équipage de la Cité volante. De son côté, le général Diride voit son petit pouvoir s'écrouler, après s'être fait trop d'ennemis pour que ce soit tenable !  Car qui trop embrasse, mal étreint... Il quitte précipitamment Authiebourg ravagé, grâce à la médiation des Grands protecteurs. Mais il ne perd de vue sa vocation profonde qui est de diriger le destin des autres. Il s'arrange donc pour se faire transférer à Berck sur mer, donc le plus près possible du Sasgarion...

 

25 juin, 11h10 – Le Sasgarion, Poste principal et contrôle des misions extérieures.

 

  P1010052mm.JPG

-         Sandra Matizet : Commandant, la base dunaire a gagné sa position. Le Professeur Simon signale que l’on a vu plusieurs Grands se promener sur la plage.

-         Hardy : C’est normal. Nous sommes samedi matin et il fait presque beau. Avec les vacances d’été qui approchent, ça ne va pas s’arranger.

 

 

11h30 – Secteur F-1, contigu à la zone de loisirs, sous la verrière.

 

  P1010032m.JPG

 

 P1010033m.JPG

 

P1010035m.JPG

 

-         La femme : Bonjour Monsieur Wilfrid. Je suis le docteur Ibüprofein.

-         Wilfrid : Bonjour Docteur…

-         Docteur Ibüprofein : Je suis chargée par le Comité de l’examen de votre situation sur le plan médical et psychologique.

-         Wilfrid : Voilà qui fait peur, dit comme ça…

-         Docteur Ibüprofein : …C’est également à la demande de votre famille, qui s’inquiète pour vous.

-         Wilfrid : Comme je les comprends. Je les ai beaucoup déçus… Je regrette infiniment ce qui s’est passé. Comment peut-on être aussi stupide et inconséquent ? Je voudrais tellement effacer tout ça et reprendre une vie normale…

 

P1010039m.JPG

 

-         Docteur Ibüprofein : Aucune charge n’a été retenue contre vous. Vous n’avez pas à culpabiliser puisque vous n’êtes coupable de rien de répréhensible. Ce que je sais, c’est que depuis ces événements, tout le monde a remarqué chez vous une grande lassitude, un état pré-dépressif à surveiller de près…

-         Wilfrid : Oh non, je ne pense pas que ce soit à ce point-là…

-         Docteur Ibüprofein : Si-si, je vous assure, c’est mon métier de vous apprendre que vous êtes dépressif et de gérer ça avec vous.

 

P1010033m2.JPG

 

-         Wilfrid : J’aimerais plutôt reprendre le service. Il y a beaucoup de travail qui m’attend…

-         Docteur Ibüprofein : Quelqu’un d’autre le fera à votre place. En attendant, j’ai souhaité vous ménager une courte période de calme et d’introspection dans ce village de repos. Etes-vous bien installé ?     

-         Wilfrid : …Oui. Je connais cet endroit, mais je n’y étais jamais allé. C’est très bien, très joli.

 

P1010040m.JPG

 

-         Docteur Ibüprofein : Nous avons pensé aux gens qui pourraient éprouver le mal du pays en aménageant cette parfaite reconstitution d’un vieux village montvillien. C’est un lieu de loisir pour de petites vacances, vous avez une taverne pour déjeuner et voir du monde, la verrière du toit donne une belle lumière naturelle… Quand nous sommes à l’air libre, bien sûr. Ce sera ma seule prescription et mon seul traitement, si vous êtes d’accord.

-         Wilfrid : C’est une bonne idée… Ma femme et mon fils y ont passé plusieurs fois quelques jours, mais je n’ai jamais trouvé le temps de venir avec eux…

 

P1010036m2.JPG

 

-         Docteur Ibüprofein : Prenez maintenant tout le temps dont vous avez besoin pour penser à ce qui est important, et ce qui est le plus important, c’est vous. Vos compétences à la Section technique sont précieuses, mais votre vie et votre santé ne le sont pas moins. Je viendrai vous voir tous les jours. N’hésitez pas à parler avec les autres pensionnaires qui rencontrent les mêmes difficultés que vous en ce moment. Le village a été réquisitionné spécialement pour votre bien-être. Détendez-vous, apprenez à ne plus vous laisser aller à cogiter et pensez plus loin. Je vous aiderai…

-         Wilfrid : Merci mille fois…

-         Docteur Ibüprofein : …Et dans une semaine je remettrai mon rapport au Comité de commandement. 

-         Wilfrid : …Ah.  

-         Docteur Ibüprofein : Alors à demain, Monsieur Wilfrid ?

 

P1010037m2.JPG

 

-         Wilfrid : Oui… Dites moi, je pensais à une chose. J’ai vu un très beau cheval en plastique rangé dans une cour, là derrière… Sans doute un ancien ornement pour un château ou un parc… Pourrais-je l’amener ici, pour… Pour améliorer la déco… ? Il est grand comme ça, comme ça, com…

-         Docteur Ibüprofein : Un cheval…

-         Wilfrid : Ouiii, c’est un très-très gros mammifère domestiqué depuis la plus haute antiquité par les Grands…

 

P1010035m2.JPG

 

-         Docteur Ibüprofein : Euh, oui-oui, bien sûr, je vois très bien !… Il n’y a rien à priori qui s’y oppose… La décoration est là aussi pour être modulée en fonction du goût des gens… Bon. Faites selon votre plaisir, vos envies… Exprimez-vous, en somme, tous les moyens sont bons ! Allez-y, prenez votre cheval… A demain 11h00 ?

-         Wilfrid : Ouiiii ! A demain et encore merci ! Merci ! Vraiment ! Merci !

-         Docteur Ibüprofein : …

 

 

 

16h30 - Base dunaire mobile, installée dans les dunes de la Baie d'Authie  

 

P1010033m3.JPG

 

- Voix du Commandant Hardy : Sasgarion à base dunaire mobile. Ici Hardy.

- Professeur Simon : Bonjour Hardy. 

- Hardy : Tout va bien chez vous ?

- Simon : Etonnamment, oui. Nous allons commencer à 18h00 notre première série d'explorations. 

 

  P1010034m3.JPG

 

- Simon : Toutes nos équipes sont prêtes. Notre ordinateur vous transmettra les résultats au fur et à mesure.

 

P1010038m3.JPG

 

  - ...La Section biologique sera la première à partir, à bord de Gecko 4. La Sécurité est dejà dehors pour délimiter notre périmètre : nous avons installé 5 postes avancés autour de la base avec 15 hommes... Mais il nous manque du matériel de défense. Je vous envoie la liste.

 

P1010037m3.JPG

 

  P1010036m3.JPG

 

- ...L'Unité médicale vient de terminer toutes les connexions OVMD pour les 50 personnes. Nous avons craint un moment que la distance puisse gèner la liaison, mais tout à l'air de fonctionner normalement...

 

 P1010039m3.JPG

 

- ...Et puis la Section technique inspecte les systèmes les plus sensibles. Il y a eu un peu de vent d'ouest aujourd'hui et le sable qui est si fin, même pour nous, s'infiltre et colle partout. Il a son charme, mais il peut être aussi très embêtant.

 

P1010048h.JPG

 

- ...A part ça, toujours aucun signe des calogiens, ni des Crépusculaires. Il y a un village abandonné, tout près d'ici. Nous irons y faire un tour.

 

DSC00134.jpg

 

- Hardy : C'est parfait, Simon. Le Professeur Décalon m'a dit que ces villages disséminés dans le désert ne sont pas si abndonnés que ça. Les Calogiens sont assez nomades et ils y reviennent régulièrement. Ils peuvent aussi servir de refuge aux colons. Surtout pas de bêtises ni d'imprudences... 

 

 P1010040m3.JPG

 

- Simon : Nous serons des anges.

- Hardy : Vous recevrez cette nuit ce que vous demandez. Bon courage à vous tous. Terminé.  

 

 

20h40 - Le Sasgarion, bureau du Docteur Ibüprofein, Section des Services à la personne, niveau D. 

 

P1010041m2.JPG

 

P1010040m2.JPG

 

-         L’assistante du Docteur Ibüprofein : Vous avez de la chance, le docteur est encore là.

-         Madame Wilfrid : C’est ça… J’ai de la chance, vous avez raison…

 

P1010042m2.JPG

 

-         L’assistante : Madame Wilfrid voudrait vous voir…

-         Docteur Ibüprofein : Madame…

-         Madame Wilfrid : Mademoiselle, j’ai à me plaindre de vous !  

-         Docteur Ibüprofein : Je m’en doute… Les psychiatres sont une proie facile. Que vous arrive-t-il ?

-         Madame Wilfrid : Il semble que ce matin, vous ayez dit à mon mari de s’exprimer de toutes les manières qu’il désire.

-         Docteur Ibüprofein : C’est possible… Enfin, je dis ça à tous mes patients…

-         Madame Wilfrid : J’espère qu’ils ne se mettent pas tous à parler par l’intermédiaire d’un cheval en plastique en adoptant une petite voix ridicule ! Sinon, vous allez être sacrément réputée !

-         Docteur Ibüprofein : …Un cheval...

 

P1010045m2.JPG

 

-         Madame Wilfrid : Il le promène dans le village de repos et s’exprime « selon son désir » à la troisième personne comme si le cheval parlait à sa place ! Toute communication avec lui est impossible, il s’est totalement refermé et quand il fait parler son jouet, c’est pour insulter tout le monde !! Qu’est-ce que vous avez foutu, bon sang ?! C’était votre idée, ça ?! C’est ça la thérapie ? Lui coller un cheval paranoïaque et vulgaire en plastique ? Je vous l’ai amené pour que vous remettiez de l’ordre dans ce foutoir ! Imaginez la souffrance que ça a été pour mon fils et moi sur le chemin !

-         Docteur Ibüprofein : ...Mince… Madame…

 

P1010047m2.JPG

 

-         L’assistante : …Euh, Docteur… Monsieur Wilfrid…

-         Wilfrid : Ah mais c’est le docteur ! Quoi de neuf ?

-         Docteur Ibüprofein : Monsieur Wilfrid, expliquez-moi… Disons... Dites-moi un peu où vous en êtes…

-         Wilfrid : Moi c’est Canasson, M’dame. Wilfrid ne doit plus parler, il a fait assez de conneries comme ça. Maintenant, c’est moi qui cause. Ne touchez pas à vot’ téléviseur, j’ai pris le contrôle ! Les mises au point, c’est mon rayon !

-         Docteur Ibüprofein : Monsieur Wilf…

-         Wilfrid : Ah, Docteur, il va falloir jouer le jeu un minimum, sinon, on n’avancera pas ! Je suis là pour sauver l’âme de cet idiot et réparer ce qu’il a fait. Y a du boulot ! Mais mon client n’est qu’un homme, avec ses faiblesses, on l’a trop sollicité sans qu’il ose dire non. Il a droit à une certaine indulgence !

-         Docteur Ibüprofein : Mais personne ne le conteste. Je l’ai rappelé à Monsieur ce matin : il a été innocenté et notre priorité est de le ménager, d’être à son écoute, de préparer son retour en service actif dans les meilleures conditions…

 

P1010049m2.JPG

 

-         Madame Wilfrid : Mais…Mais auquel des deux parlez-vous, enfin ?... Est-il complètement fou et absent du réel ? Est-il au moins conscient que ce qu’il fait et bizarre ?

-         Docteur Ibüprofein : Bien… Je pense qu’il l’est suffisamment pour vouloir se justifier auprès de la société, à sa manière… Au moyen d’une sorte de transfert, vers ce… ça.

-         Madame Wilfrid : Mais non, enfin, ce n’est pas SA manière ! Je ne connais personne qui soit plus ennuyeusement sage, consensuel, timide, carré et méthodique que mon mari ! Jamais de crise, jamais un mot plus haut que l’autre, en particulier depuis qu’il travaille ici 15 à 18 heures sur 24 !

-         Docteur Ibüprofein : J’imagine que l’accumulation de la pression et des frustrations a été sous-jacente jusque là…Les récents événements et le sentiment de culpabilité qui en découle ont dû libérer d’urgence le besoin d’évacuer le trop-plein… Votre mari est très fatigué, il ne se contrôle plus et en même temps, il effectue ce transfert pour reprendre une forme de contrôle… Pour aussi originale et asociale qu’elle soit…

-         Madame Wilfrid : Absurde !

 

P1010050m2.JPG

 

-         Wilfrid : Hé-ho… On est là… Qu’est-ce que vous pouvez comprendre réellement à ce qu’il y a au fond de lui ? Mm ?...  Vous rendez-vous compte de ce que votre indifférence peut avoir de destructeur sur certaines personnes plus fragiles que moi ? Croyez-vous vraiment avoir toutes les solutions à la place des autres ?  Est-ce que par hasard, vous vous prendriez pour pour Saint Francis  Lalanne, qui se crut assez fort pour conduire l’errance du peuple Jouef et qui décida, seulement quand les choses vinrent au désastre, de le céder à un autre Grand qui s'avéra plus vicieux que protecteur ?

-         Docteur Ibüprofein : Je ne vois pas bien la logique et le rapport avec vous, Monsieur Wilfrid, mais cela dit, je connais bien cette triste histoire. Je suis moi-même originaire du peuple Jouef et je suis née à Champagnole… Mais vous confondez avec le peuple des Starluxiens Dordonites … Peu importe, je ne suis pas là pour vous reprocher quoi que ce soit, ni avoir l‘air de vous prendre en défaut avant de faire mon rapport. Mon travail avec vous n’a pas d’autre prétention que de vous assister dans la recherche d’un équilibre et de vous aider à vous remettre en selle… Euh…

-         Wilfrid : Puisque je vous dis que Wilfrid ne parle pas ! Et il n’écoute même pas, d’ailleurs ! Moi c’est Canasson ! Vous n’êtes vraiment qu’une petite idiote jurassienne arrogante et méprisante, obtuse, inapte ! Pas étonnant que vous soyez encore « Mademoiselle » !

-         Madame Wilfrid : …Voilà. Et c’est comme ça depuis ce matin, depuis qu’il a ramassé ce truc affreux, là...

-         Wilfrid : Bon j’en ai assez ! Je pars, j’ai à faire. Vous allez voir, tous, vous allez être impressionnés ! Salut !

-         Madame Wilfrid : Docteur ! C’est tout ? Vous ne faites rien ?

 

P1010051m2.JPG

 

-         Docteur Ibüprofein : …Notre espèce est souvent prédisposée à ce genre de déconnexion contextuelle radicale et de prédominance d’une altérité plus agressive qui apparaît subitement … Mais nous savons soigner ça, de nos jours où nous sommes moins effrayés, et notre intelligence moins stressée par le milieu naturel ! Il faut juste un peu de temps et beaucoup de calme. Ou l’inverse. Ou beaucoup des deux. Mais je vous assure que ce n’est pas aussi terrible et irréversible que ça en a l’air ! Raccompagnez-le au village de repos. Il faut veiller à ce qu’il ne se mette pas en danger et ça va nécessiter de votre part une disponibilité qui sera difficile sur le plan émotionnel… Oui, bon, ça l’est déjà… Moi, je dois en parler à mes collègues et au commandant… Si je peux avoir l’occasion de le voir quelques minutes avec cette actualité si chargée…

-         L’assistante : Mais si, vous le voyez toute la soirée, pour le dîner, et il est l’heure.

-         Madame Wilfrid : Vous dînez avec lui ? Pourquoi ?

-         Docteur Ibüprofein : …Ecoutez… Je vous vois demain et nous allons trouver une solution, ou au moins une approche constructive ensemble… Je lui en parle ce soir, c’est promis. Essayez de savoir ce que votre mari veut faire pour nous impressionner, quitte à communiquer davantage avec le cheval qu’avec lui… Bon courage.

-         Madame Wilfrid : Moi je voyais plutôt l’internement d’urgence et la camisole chimique… Vous voyez dans quel état d’excitation il est ! Il s’en prend à tout le monde !

-         Docteur Ibüprofein : Ne prenons pas le mors aux dents trop vite. Il faut lui montrer que ses provocations verbales sont inutiles. Elles ne sont peut-être qu’un exutoire et une mesure d’auto-défense sans réelle hostilité. Laissons-le passer une bonne nuit, nous aviserons demain… 

 

 

23H19 - Zone de lancement n° 1

 

P1010032mm.JPG

 

- L'officier du contrôle aérien : Votre appareil est prêt. Ce vol doit être conduit avec une grande prudence ! Vous emportez quand même 4 fûts de la nitro cuvée Gélagnac 2011... Gecko 15 fera la navette pendant les premiers jours de la mission dunaire, selon ses besoins.

- Un des pilotes : Vous êtes gentille de penser à nous pour ce genre de transport de routine. Nous sommes touchés.

- L'officier : La base aura sans doute l'usage de ces fournitures à un moment ou un autre. Prenez votre temps, on ne vous attend pas avant une heure du matin... En revanche, vous avez le bonheur d'être les premiers à recevoir le nouveau canon laser anti-mouettes ! Bonne chance !

 

  P1010033mm.JPG

 

- Un des pilotes : Pfou, j'ai du mal, ce soir... Si je m'endors au volant, giffle-moi.

- L'autre pilote : La nuit sera calme, la météo est bonne. Du gâteau.

 

. P1010034mm.JPG

 

- Les pilotes : Eeeh !!! Attention !!!

 

P1010036mm.JPG

 

 

  P1010037mm.JPG

 

- Voix du contrôle aérien : C'est quoi ce bordel ?! La Sécurité est demandée d'urgence sur la piste 1 ! 

 

P1010038mm.JPG

 

P1010040mm.JPG

 

- Voix du contrôle aérien : Gecko 15, vous n'avez pas l'autorisation de décollage ! Vous êtes cinglé ou quoi ? Mais qui c'est ?!

 

P1010041mm.JPG

 

P1010042mm.JPG

 

- Voix du contrôle aérien : Poste principal, ici Zone de lancement 1, répondez !

- Voix de Sandra Matizet : Je vous écoute.

- Voix du contrôle aérien : Un individu a traversé le secteur en camion et s'est emparé d'un appareil ! ...C'est ?.... C'est qui ?...

- Voix de Sandra Matizet : Oui, c'est qui ?

- Voix du contrôle aérien : On me dit que c'est l'ingénieur Wilfrid !

 

P1010044mm.JPG

 

- Voix de Sandra Matizet : Ah, alors ne vous inquiétez pas ! Wilfrid sait piloter un Gecko, c'est lui qui les fabrique !

- Voix du contrôle aérien : Mais non ! Il est complètement frappé je vous dis ! Il vient de voler l'appareil et il décolle avec la soute remplie de liquide hautement explosif !

- Voix de Sandra Matizet : Oh... Et là, il fait quoi ?

- Voix du contrôle aérien : Ben là, il fait son demi-tour pour gagner le sas de la verr... Le s... AAAH !! Le sas !! Ouvrez-le, vite !!

 

P1010050mm.JPG

 

- Commandant Hardy : Qu'est-ce qui se passe ?

- Sandra Matizet : ...Monsieur Wilfrid vient de voler un Gecko sur la zone 1, il s'apprête à sortir du vaisseau. On me dit qu'il est complètement frappé et qu'il a forcé le passage au volant d'un camion en transportant un cheval en plastique... Maintenant, il décolle avec un chargement de nitroglycérine...

- Hardy : ...Beau travail, Docteur Ibüprofein... Merci... Sandra, liaison, vite... Wilfrid ! Ici Hardy ! Répondez, Wilfrid !

 

P1010045mm.JPG

 

- Voix de Wilfrid : Ici Canasson, je vous reçois 5 sur 5 !

- Hardy : ...Quoi ?... Ah oui, l'expression de votre névrose... Wilfrid, votre chargement est très dangereux ! Que voulez-vous en faire ?

- Voix de Wilfrid : Ecoutez Commandant. Danlo Wilfrid est sincèrement désolé du tour qu'on pris les choses l'autre jour. Et bon là, il ne remet une couche, mais c'est pour lui un acte de courage désespéré motivé par une bonne cause. Il veut prouver à tout le monde qu'il mérite sa place au sein de la communauté qu'il a trahie. Il va maintenant aider la base dunaire à entrer en contact avec les étrangers. Vous verrez ce qu'il est capable de faire quand il prend les choses en main et qu'il va dans le bon sens !  

 

P1010052mm

 

- Hardy : Mais c'est inutile, voyons ! Monsieur Wilfrid a déjà toute sa place parmi nous. Personne ne le juge. J'insiste pour qu'il revienne... Le plus doucement possible. Pensez un peu à ce que vous transportez !!

- Voix de Wilfrid : Mais enfin de quoi parlez-vous ? Qu'est-ce qu'il y a dans le chargement ?...

- Hardy : Revenez, c'est tout. Wilfrid doit se reposer, évacuer toute cette pression que nous ne  soupçonnions pas. Et on oubliera tout ça, c'est promis... Allô ?...

 

P1010054mm.JPG

 

10 longues minutes se passent. Canasson ne répond plus. Le Commandant Hardy tente une reprise de contact. La famille de l'ingénieur arrive au Poste principal, dans l'état d'angoisse qu'on imagine.

 

- Sandra Matizet : Gecko 15 a maintenant quitté la ville. Il survole la digue qui entoure la zone du phare.  

- Hardy : Gecko 15, répondez je vous prie ! Vous vous éloignez trop de l'axe programmé vers la base dunaire. Gardez le contact.

- Voix de Wilfrid : Ici Canasson, je vous entends. S'il vous plaît, ayez un peu confiance...

- Hardy : Canasson, votre femme est ici, elle veut vous parler.

- Madame Wilfrid : Ah, mais ne l'encouragez pas, vous !! Dan !! Tu m'entends ? Reviens ! Tu n'as rien à prouver, nous allons résoudre ça ensemble !... Dan !!... Dan ?... Canasson ?... 

  

P1010053mm

 

- Unité radar : Commandant, il s'est engagé au-dessus des enrochements de la plage... Mais nous avons un objet en approche à grande vitesse... Il fonce sur lui !

- Hardy : Wilfrid, attention !! 

 

P1010042m.JPG

 

 P1010043m.JPG

 

P1010046m.JPG

 

P1010055mm.JPG

 

- Sandra Matizet : ...Le contact est interrompu...

- Unité radar : Nous n'avons plus rien, Commandant.

- Sandra Matizet :Toutes les émissions ont cessé. Balise GPS et OVMD, négatifs. Transmissions de la boîte noire... Elle révèle un choc frontal à 23h51, suivi d'un décrochage et... d'une explosion au sol, Commandant...

- Madame Wilfrid : ...Dan...

- Hardy : ...Il s'est écrasé...

- Docteur Ibüprofein : Ne contenez pas votre peine, Madame Wilfrid, exprimez ce que vous ressentez comme ça vous vient...

- Madame Wilfrid (en pleurant) : ...Morue...

- Sandra Matizet : ...Il semble que Gecko 15 ait fait usage de son canon par deux fois à cinq secondes d'écart, sans manoeuvrer, contre un objet non reconnu qui venait de face...   

 

P1010045cc

 

- Chardonville : C'est une attaque !

- Docteur Losleer : Un oiseau ? Ou les Crépusculaires ?

- Hardy : Non... C'est un cauchemar...

 

 

...La vie des petits hommes n'est pas, loin s'en faut, un chemin parsemé de roses. Et quand bien même elle le serait, ils ne les verraient que par en dessous, avec les épines au premier plan, et là haut, très loin, le cul des fleurs tournées vers le ciel.

N'oubliez pas de regarder par terre de temps en temps quand vous marchez dans un jardin ou sur la plage, de peur d'estourbir à jamais un monde ignoré qu'il convient de ne pas déranger.

Ils sont minuscules, ils ne sont pas bleus, mais ils méritent d'avoir leur chance, comme tous les êtres pensants, si on s'en tient à une froide et inévitable hiérarchisation des espèces. Ben oui, bien sûr inévitable. Réfléchissez : Quel végétalien le plus intégriste osera affirmer qu'il n'a jamais écrasé un moustique, une araignée, ou crucifié un papillon sur son pare-brise ? (ça y est. j'ai écrit le mot "araignée". Donc, il n'y en aura pas qui se baladera sous ma fenêtre ce soir !... "Fenêtre"...?  Non. "Fenêtre" n'est relié à aucun  rituel d'exorcisme).

 Le temps d'aller photographier nos petits héros en décors naturels sur la plage, et le neuvième épisode de leurs aventures insoupçonnées arrivera sur vos écrans.

Dans 3 semaines... 

Repost 0
Published by SASGARION
commenter cet article
14 juin 2011 2 14 /06 /juin /2011 21:24

 Résumé de l'épisode précédent : La mutinerie à bord du Sasgarion a échoué. La Cité volante est à présent garée dans une chambre secrète de l'hôtel Le Voltaire, à Berck-sur-Mer, pour deux semaines, mais c'est tellement court deux semaines...

  

24 juin – 10h00

 

P1010052c.JPG 

 

« Ici l’Amiral Enondradel. Je m’adresse à toutes les sections du Sasgarion, à vous tous, équipage et passagers.

 

P1010036c.JPG

 

Vous le savez, à présent, nous avons connu cette nuit une grave crise, qui s’est terminée par la mort de plusieurs personnes estimables, bien qu’elles se soient fourvoyées dans une voie qui n’avait rien à voir avec notre intérêt collectif… Certains d’entre nous ont pensé que notre place n’était pas ici, à l’autre bout de la France, et qu’il était et nécessaire de faire marche arrière et de rentrer en Montvillange, pour prendre part aux événements politiques et militaires de notre pays d’origine…

 

P1010037c.JPG

 

La violence que nous avons connue ici est encore bien loin de celle qui règne dans les Terres d’origine, où les nations se déchirent mutuellement… Cet épisode dramatique est cependant là pour nous rappeler le sens de notre voyage…

 

P1010039c.JPG

 

Je… Il… Il était une fois deux termites, Francesca et Isidore, quelque part dans la savane africaine, à plus de 400 000 mini-kilomètres d'ici. Francesca était une de ces créatures de la caste noble, prédestinées dès la sortie de l’abdomen de la reine-mère, parmi 5 millions de frères et sœurs et autres termites zaxé.. ax…asexués, à s’envoler un beau jour, en compagnie d’une cohorte de mâles ailés eux aussi, pour porter ailleurs les germes d’une nouvelle termitière. D’une nouvelle société, toute aussi organisée que celle qui les abrite !

 

P1010041c.JPG

 

Le jour venu, après avoir bravé les intempéries et les incursions des fourmis vicieuses et voraces, Francesca prend enfin son envol vers son destin, avec des centaines d’autres possibles reines. En l’air, ou bien dans l’ombre secrète d’une souche, à l’abri du trouble regard des araignées, Francesca rencontre Isidore et leur union est célébrée.

 

P1010044c.JPG

 

Ils creusent leur nid, qui sera les fondations de la future cité, et leurs premiers enfants entament la construction. Tout un monde s’élève autour d’eux, tout un grouillement de termites spécialisés, de nymphes et de larves, pendant que la reine devient obèse et immobile et que le roi grossit de cinq fois et va passer sa vie à tourner autour d'elle et à tremper consciencieusement son biscuit pour les 60 ans à venir…

 

P1010045c.JPG

 

Cet événement merveilleux, la naissance d’un nouveau monde, est d’autant plus digne de fascination que ce couple royal est sans doute le seul survivant de la masse des termites ailés qui a accompli cet acte nécessaire… La naissance de ce nouveau monde miniature a tenu à bien peu de choses…

 

P1010049c.JPG

 

Eh ben… Cela en surprendra plus d’un, mais NOUS SOMMES des termites. Notre mission, et vous la connaissez tous, est de sauver ce que notre monde a de meilleur en nous éloignant de ce qu’il a de pire, et aussi après la terrible dégradation des conditions de vie que notre peuple, et les autres, connaissent depuis 8 mois dans les Terres d’origine, au bord du lac d’Aiguebelette. La chance que nous avions, nous montvilliens, c’était notre avance technologique et nos moyens industriels, combinés avec l’aide précieuse des Grands protecteurs. Bien qu’ils nous aient déconseillé cette opération désespérée… La différence avec les termites, c’est que nous n’avons qu’UNE SEULE chance. Le Sasgarion.

 

P1010046c.JPG

 

Notre cité volante est la graine d’un renouveau incertain, autant qu’un fabuleux outil scientifique et ethnographique. Il n’est plus possible de faire marche arrière en raison des convoitises qu’excite notre vaisseau. Nos protocoles de sécurité, les contacts permanents avec le réseau des Grands protecteurs, par radio ou par l’internet, ou maintenant ici, dans cette maison qui nous offre un abri sûr, ces protocoles, donc, nous permettent de ne pas forcément savoir où nous allons, SANS que ce soit l’aventure la plus débridée pour autant. Notre voyage a un sens. Notre communauté doit être soudée et solidaire. Le jour viendra où le Sasgarion se posera définitivement, où nous auront une terre à coloniser et des familles à faire vivre et prospérer. Et je pense qu’il ne faut pas traîner…

 

P1010048c.JPG

 

L’expression de chacun d’entre vous a un sens elle aussi. J’en appelle à votre sens des responsabilités et à votre confiance, pour qu’une communication utile et sage puisse se maintenir entre tous les avis divergents. Et que plus jamais, les dérives que nous avons vécues récemment n’apparaissent, ne durent… et ne dégénèrent en conclusions dramatiques.

 

P1010052c

 

Cette nuit, la base dunaire mobile va décoller pour gagner son site d’exploration. Peut-être aurons-nous des gens à aider, là-bas, des survivants des colonies internationales abandonnées depuis 4 ans. Nous cherchons aussi des réponses indispensables au sujet de cette présence mystérieuse, qui semble se méfier de nous. Je vous garantis que nous, les responsables civils et militaires du vaisseau, poursuivront la mission avec le souci de la sécurité de chacun. Nous restons à votre écoute. A ce sujet, des boîtes à idées seront installées à côté de toutes les bornes-com. N’hésitez pas à en faire usage. Je vous remercie.

 

 

P1010053c.JPG

 

-           La présentatrice : …Voilà. C’était donc l’allocution de l’Amiral Enondradel, après les événements de cette nuit, dont je vous rappelle le triste bilan : 4 morts, 11 blessés dont 3 graves, et 6 personnes inculpées et incarcérées, ainsi que d’importants dommages matériels dans la section C. Une allocution étrange et très imagée… Que peut-on en dire à chaud ? Major Padraig ?... Mademoiselle Deuredeis ? Monsieur Fargyren, je vous voyais réagir…

-         Monsieur Fargyren : Oui, alors, en premier, ce qui ressort, outre l’harangue fédératrice que j’approuve, c’est le ton dédramatisant, ces précautions oratoires employées au sujet des sinistres ordures qui ont commis cet acte de trahison. C’est tout juste s’il ne leur rend pas hommage !…

-         Major Padraig : Monsieur Fargyren, enfin…

 

P10100560c.JPG

 

-         Mademoiselle Deuredeis : Moi je pensais en l’écoutant que les femmes ne comptent que pour 22 % de la population du vaisseau. Et que ça ne laisse pas grand monde pour les pondre, les nymphes et les larves du Renouveau ! La parité hommes-femmes EST et à toujours été un vrai problème dans notre société !

-         Monsieur Fargyren : …Oui, Major, je pense qu’il s’est déballonné dans un excès de précautions ! C’est bien sûr le moins qu’on puisse attendre de notre responsable en chef, qui fut Ministre de la diplomatie, autrefois. Ministre de la langue de bois, devrais-je dire.

 

P1010055c.JPG

 

-         La présentatrice : Ah, non, il était Ministre de l’agriculture, entre 92 et 98 je crois.

-         Major Padraig : C’est exact, et il avait reçu une formation d’hydroponicien dans un programme secret de l’armée, à l’époque où l’on rêvait de bâtir une cité au fond du lac.

-         Monsieur Fargyren : Bon, écoutez, il est hydroponicien, j’y consens, mais là n’est pas la question…

-    Mademoiselle Deuredeis : ...98 femmes à bord en âge d'être mère, dont la moitié sont en couple. Combien parmi elles ont un poste à haute responsabilité, en dehors de la Section médicale ?...  

-         La présentatrice : Oui, c’est ça : hydroponicien.  

 

 

 

  Un peu plus tard... Cette première journée berckoise est semblable à toutes les autres pour la plupart des petits hommes du Sasgarion.

 

P1010035c.JPG

 

P1010032c.JPG

 

Le personnel des zones de lancement s'affaire à préparer les prochaines misions de reconnaissance...

 

P1010069c 

 

Les habitants quittent leur travail sur le coup de 12h30 pour aller déjeuner... 

 

P1010065c

 

P1010062c

 

P1010057c

 

Mélusine Enfayit et son groupe les "SpaceCruches" répètent leur prochain spectacle...

 

P1010059c

 

0000theatre1.jpg

 

Et puis il y a la petite bande de stars de cette série, occupée à tenir le destin de la communauté à bout de bras et à préparer les futurs rebondissements...

 

P1010071c.JPG

 

  14h00 - Bureau du Professeur Chardonville

 

-         Gélagnac : Alors, mon ami, j’apprends que vous en partez plus ?

-         Chardonville : C’est moi qui ai demandé à rester ici. D’ailleurs, Hardy souhaite me confier la direction de l’enquête sur cette civilisation cachée, en lien avec le Professeur Simon, qui dirigera l’équipe scientifique de la base dunaire. Ils décollent ce soir, à 23h00.

-         Gélagnac : Et vous avez une piste ?

 

P1010033cc.JPG

 

-         Chardonville : Peut-être. J’ai rendez-vous avec le Professeur Décalon, le chef du département d’entomologie. Il n’a guère fait d’effort pour se tenir informé de ce qui s’est passé cette nuit et depuis quelques jours. Et personne n’avait songé à faire appel à lui, qui est originaire de ce pays. D’ailleurs, j’y vais. Ah ! Je viens d’accélérer une particule. Si vous la voyez ralentir, vous serez gentil de lui donner un coup de pieds aux fesses.

 

P1010073c.JPG

 

-         Gélagnac : Pas de problème.

 

 

14h15 – Bureau du Commandant Hardy, responsable des opérations extérieures et de la sécurité.

 

P1010034c.JPG

 

-         Commandant Hardy : …Je savais qu’il était calogien, mais je n’avais pas fait le rapprochement. Je suis consterné par un tel oubli.

-         Docteur Losleer : Nous avons une dizaine de personnes d’origine calogienne à bord. Mais ils sont tous jeunes. Le Professeur Décalon est le seul à être assez âgé pour avoir connu ce pays avant la première arrivée des montvilliens en 1978.

-         Chardonville : Il serait bon que nous l’écoutions.

 

P1010035cc.JPG

 

-         Hardy : Bien. Entrez, Décalon, je vous en prie.

-         Décalon : Commandant, j’ai appris tout ce qui s’est passé récemment et je crois que je peux vous être utile pour comprendre certaine choses. J’aimerais vous raconter une histoire…

-         Hardy : …Ah bon. J’espère que vous n’allez pas vous aussi nous parler de termites.

 

P1010038cc.JPG

 

-         Décalon : Je vous rassure, non. Quoique certains éléments nous en rapprochent. Ma tribu, les Calogien, vit dans les dunes de la Baie d’Authie. Les premiers contacts avec les montvilliens, qui étaient à l’époque venus de Normandie, et les Grands protecteurs berckois remontent à plus de 30 ans, bien avant le regroupement des Mini-Nations en Savoie. Notre culture tribale reposait cependant sur de lointains souvenirs d’une fuite hors d’une patrie disparue, quelque part dans les bois, et sans doute plus avancée que nous, qui vivions à l’état de nature. Nos ancêtres ont alors découvert le désert puis la mer. Son grondement avait longtemps effrayé mon peuple et l’avait dissuadé de se rapprocher trop de ce qui était supposé être la limite du monde…  

-         Docteur Losleer : Vous voulez dire la limite du monde connu…

-         Décalon : Le monde tout court. La mer était une sorte de néant furieux et destructeur, qui entourait et clôturait un monde fini. Elle punissait les écervelés qui avaient entrepris de traverser le désert pour descendre les vertigineuses montagnes de sable impossibles à remonter.

-         Hardy : Les calogiens n’existent presque plus aujourd’hui. Beaucoup ont rejoint les montvilliens. Vous-même étiez déjà un jeune scientifique très respecté !

 

P1010040cc.JPG

 

-         Décalon : Le mot, la notion de « science », n’existaient pas chez nous. J’étais une sorte d’érudit, de précepteur. La tribu que nous connaissons aujourd’hui est peu nombreuse et n’a cessé de se replier sur elle-même. Les colons howlaks et casteignans ont beaucoup combattu les guerriers-chasseurs  et ont souvent perdu contre eux… Ils refusent, et c’est bien normal, de se mélanger à des envahisseurs arrogants qui ont, de plus, fracassé leurs croyances en leur révélant l’existence d’un monde beaucoup plus vaste et varié que l’idée qu’ils s’en étaient faite. Ce que je veux dire c’est que ce peuple, mon peuple, n’est pas né dans les dunes. Il est issu d’une société forestière dont il se serait séparé il y a plus de 10 générations. Et c’est une certitude pour le peu de gens qui ont étudié notre histoire.

-         Hardy : Il y a donc bien dans les bois de pins où dans la forêt humide qui est en retrait des dunes une civilisation pré-calogienne qui se serait développée seule, à l’insu même des Grands protecteurs de la région, et qui nous aurait observés pendant toutes ces années où nous avons visité et colonisé la baie ?

-         Décalon : Je le pense d’autant plus volontiers que vous avez pu communiquer avec elle par radio… Ce « gardien des oyats » qui est si menaçant doit être une sorte de chef de la sécurité de ce monde… Ou son chef, tout simplement.

-         Chardonville : Ces gens connaîtraient donc nos technologies, notre monde et même nos bases chez les protecteurs ?... Ce n’est pas rassurant. Surtout s’ils ont aussi des moyens d’action.

-         Décalon : je ne peux vous dire comment ils ont évolué depuis 200 ans. Nous avons eu très peu de contacts avec eux. Mon peuple a toujours vécu dans l’angoisse d’être traqué par ces gens qui se montraient rarement au grand jour. Nous étions une sorte de gibier pour eux. Ils chassaient mes ancêtres, pour un rituel ou pour le sport, je ne sais. Mais personnellement, je n’en ai jamais vu aucun.

 

P1010040cc.JPG

 

-         Docteur Losleer : Mais que disaient vos légendes à leur sujet ? Une telle angoisse a dû générer et répercuter des histoires que l’on se racontait…

-         Décalon : Pour eux aussi, le désert et la mer étaient tabous. Ils vivaient essentiellement sous terre et ne sortaient que la nuit. Nous appelions ces êtres les Crépusculaires. Autant pour caractériser leur mode de vie nocturne que pour rappeler la crainte morbide qu’ils inspiraient. Ils attaquaient parfois les camps calogiens, la nuit donc, et les gens disparaissaient. On pensait qu’ils étaient tués, offerts en sacrifice à des animaux… Cette façon de faire avait incité les calogiens à fuir de plus en plus vers l’ouest, vers la mer, et à préférer le danger des insectes, des oiseaux, du soleil brûlant et des tempêtes de sable… Comme vous le voyez, nous avons vécu très longtemps dans une sorte d’enfermement physique et mental, coincés entre deux formes de néant. Et autour, rien d’autre. Les calogiens ont même vénéré la lumière du phare, censée les protéger. Puis, en voyant de loin les Grands sur la plage, nous disions les « Géants », ils ont compris qu’il y avait de l’autre côté de l’eau, au nord, un autre monde encore plus dangereux et compliqué. Nous ignorions à quel point… Quelques années après, les montvilliens sont arrivés.

 

P1010041cc.JPG

 

-         Hardy : Je vois… Professeur, je vous remercie. Nous avons besoin de vos connaissances sur ce pays. Je vous prierai de travailler avec Monsieur Chardonville.

-         Décalon : Commandant, je suis prêt à vous aider de mon mieux, mais tout ce que je sais relève quasiment de la mythologie en raison du temps passé. Tout cela est bien loin de nous.

-         Hardy : Peut-être, mais votre proximité avec les calogiens est un atout pour le Sasgarion. Nous avons des chances, par votre intermédiaire, de mieux nous faire comprendre et accepter, les convaincre de ne pas attaquer nos explorateurs. Il y a déjà assez de monde comme ça qui se méfie de nous ! C’en est presque agaçant. Si ces crépusculaires existent, nous devons les rencontrer et savoir dans quelle mesure ils peuvent nous nuire directement ou indirectement.

 

P1010045cc.JPG

 

-         Docteur Losleer : Vous parlez de la mission d’exploration et de l’éventuel sauvetage de colons oubliés ?

-         Hardy : Je pense aussi au danger auquel nous sommes toujours confrontés en tant que civilisation miniature : celui d’être découverts par des Grands par le fait d’une imprudence irréversible. Leur environnement a changé en 35 ans. Les Grands s’infiltrent partout : ils promènent leur chien dans les dunes, les enfants sont d’ignobles créatures qui  courent et écrasent tout sur leur passage, et je ne parle pas de toutes les choses coquines et salaces qui peuvent se passer. C’est pour ça que nous avons évacué presque toute la Côte d’Opale, parce que notre discrétion n’était plus garantie. Et notre propre situation est précaire. Si une aide réciproque est possible, il faut exploiter cette piste…

-         Chardonville : ...Je me trompe peut-être mais…. Cette chasse aux calogiens qui avaient fui à l’extérieur de leur monde a peut-être été, au moins pour un temps, la réponse des crépusculaires à ce danger de confrontation inopinée avec des Grands…

-         Hardy : Que ce soit ça ou pas, il est juste d’intervenir pour remettre les pendules à l’heure avec tout le monde. Maintenant, préparons le départ de la base mobile. Sandra, essayez de nous mettre en relation avec la Montvillange, de capter quelque chose, n’importe quoi. Je veux savoir ce qui se passe là-bas. Utilisez la connexion internet wifi des Grands.

 

P1010048h-copie-1.JPG

 

-         Sandra Matizet : Oui, Commandant. On me signale également que le ravitaillement demandé est apporté dans quelques minutes par la patronne de l’hôtel. Céréales, fruits secs, biscuits salés d’apéro, ronde de dés de légumes variés, un onglet à l’échalote et… Cinq centilitres de café ?

-         Hardy : Oui… C’est ici que j’y ai pris goût. Pour le reste, avertissez la section de recyclage protéinique. Qu’on mette aussi les centres énergétiques du vaisseau en charge. Il y a toutes les prises qu’il faut dans cette chambre…

-         Sandra Matizet : …Euh… Je fais décoller le Gecko n° 8 équipé d’un bras articulé pour amener le câble, ou on attend que la patronne le branche elle-même ?...

 

  0000000voltaire.jpg

 

 

18h50 – Hôtel de la Présidence de la République de Montvillange. Réunion d’état-major, avec (de gauche à droite) les colonels Von Mulot, Blatteville et Fresnize.

 

  P1010048ccc.JPG

 

-         Colonel Fresnize : Nous sommes mal barrés.

-         Colonel Blatteville : Vous l’êtes moins que si vous étiez restés avec vos troupes à Asklarundaro… 18 tués, 60 blessés, 124 de nos soldats assommés et capturés par l’ennemi, la totalité du convoi perdu… Si le général n’était pas de bonne humeur, là oui, vous seriez mal barré…

-         Colonel Von Mulot : Arrêtez, je vous en prie, nous sommes dans le même camp… Ce qui est important, c’est que Diride n’a plus de perception réaliste de la situation et on doit le lui faire comprendre. Et cette mascarade qu’il prévoit demain en ville est grotesque.

-         Blatteville : Vous êtes tous des traîtres ! En pâture aux fourmis, tous !

 

P1010049ccc.JPG

 

-         L’officier : Bonsoir, Messieurs !

-         Von Mulot : Major ?... Votre nom m’échappe…

-         L’officier : Major Cèpes. De la sécurité interservices. Et c’est vous qui ne cessez de m’échapper ! Voilà 3 jours que j’essaie de vous interroger, et je n’arrive jamais à vous joindre. Quelle merveilleuse occasion ce soir où nous voilà tous rassemblés !

-         Blatteville : Nous avons du travail, figurez-vous, nous sommes des officiers de terrain, Monsieur le sous-responsable auxiliaire-adjoint de la police militaire.

-         Von Mulot : Nous interroger ?!  Mais à quel sujet, donc ?!

 

P1010050ccc.JPG

 

-         Cèpes : Le 19 juin vers 23h30, un meurtre a été commis à Nagorone, en territoire opalonais.

-         Fresnize : Un seul ? Mais c’est la guerre, jeune homme !

-         Cèpes :  Eh bien disons que ce qui est admirable sur une grande échelle est condamnable sur une petite… Il s’agit du meurtre d’une prostituée, qui était également un de nos agents infiltrés en Opalogne pour préparer ce qui est malheureusement devenu la glorieuse défaite de notre armée. Elle a été tuée chez elle, dans un jardin attenant à son immeuble, et empalée sur une aiguille de pin. C’est un meurtre d’une incroyable sauvagerie, commis par un sociopathe qui ne rêve que de tuer sa mère pour pouvoir épouser son père et qui évacue ses frustrations avec une audace non-préméditée qui le surprend et le choque lui-même et lui fait chier dans son froc…

-         Blatteville : C’est passionnant. Et en quoi cela nous regarde ?

 

P1010051ccc.JPG

 

-         Cèpes : Il y a un témoin, qui a vu un homme partir de la maison.

-         Von Mulot : Ah. Vous savez donc qui c’est.

-         Cèpes : Pas précisément, non. En fait son visage était dissimulé par la nuit, mais le témoin a reconnu que cet homme portait un uniforme, et c’était un uniforme de colonel montvillien.

-         Blatteville : …Savez-vous bien ce que ce genre d’accusation absurde peut avoir comme conséquences ?...

-         Cèpes : …Et vous comprendrez mieux pourquoi je tenais à vous rencontrer quand vous saurez que vous étiez ce soir-là les seuls colonels présents à Nagorone. De plus, vos alibis sont pas terribles. Enfin, moi, je trouve.

-         Blatteville : …Je parlais des conséquences pour vous. Vous savez que l’armée howlaque a passé la frontière… Vous voulez être muté au front ? On a besoin de gars volontaires et qui ont du mordant, comme vous…

-         Cèpes : …Au front ? Euh… Mais non, enfin, je suis un bureaucrate…

-         Blatteville : Méditez, mon garçon, et laissez-nous. De toute façon, vous vous êtes trompé de film.

 

P1010052ccc.JPG

 

-         Fresnize : Quelle impudence !

-         Blatteville : …Je vous l’avais dit, les mecs… Je vous l’avais dit… Very, very bad trip…

-         Von Mulot : La ferme, le lèche-cul... Ah !! Voilà Diride !

 

  P1010053cc.JPG

 

- Blatteville :  O Mon Général ! La situation est désespérée, mais c’est pas moi qui le dit, c’est eux !

- Général Diride : Messieurs, je suis confiant en l’avenir et moi, ce qui me désespère, c’est que vous ne l’êtes pas ! Vous pensez que c’est le foutoir parce que les Howlaks nous ont envahis sans déclaration de guerre…

- Von Mulot : Mon Général, aujourd’hui, plus personne ne s’embarrasse de formalités…

- Diride : …Et le peuple souffre des privations, l’eau est coupée entre 11 heures 45 et 20 heures et il fait le dos rond en attendant que ça se passe. Et moi je vous dis que demain, je vais retourner le peuple comme une crêpe, le soulever et le mener à la victoire ! Quand on est le dos rond collé au mur, la seule voie possible est droit devant, à l’attaque ! Je veux que tout soit prêt demain matin à 10h00 pour mon défilé glorieux dans mon Authiebourg étincelant et mon discours de 53 minutes qui va réveiller ce pays ! La foule, on peut compter sur 3 000 personnes ; les caméras ; les roulottes de kébabs, Blatteville, je veux des roulottes ! Je veux de l’enthousiasme, des acclamations, de la volonté, et des types, plein de types qui marchent au pas ! Colonel Von Mulot, situation ?

 

P1010054cc.JPG

 

- Von Mulot : Mon Général, les howlaks avancent au sud d’Ibling et menacent le port de La Curiaz. Leurs bateaux occupent la rivière jusqu’en Onagrie. Au nord, les opalonais déferlent sur Marwenanges et les buissons de mûriers. Ils peuvent être ici cette nuit !!

- Diride : Pessimisme ! Nos forces ?

- Von Mulot : Pas plus de 1 800 hommes sur les deux fronts, Mon Général ! Nous sommes à 1 contre 4 !

- Diride : Donc, vous savez ce que c’est, nous avons l’habitude ! Il faut gérer intelligemment, c’est tout ! Mais où est la Septième compagnie ? Et la réserve ?

 

P1010057cc.JPG

 

- Blatteville : Je crains… Que-que-que nous ayons la chance de relever le défi  merveilleux de nous en passer… Votre Grâce. Il n’y a plus de réserves…

- Diride : Bien. Le moral des hommes ?

Von Mulot : Nul, Mon Général. Un lieutenant m’a informé par téléphone que toute sa section avait déserté et il m’a demandé l’autorisation d’en faire autant. Cette situation a tendance à se répéter un peu partout.

- Diride : Parfait. Les armes secrètes qui vont nous assurer la victoire finale ?

- Von Mulot : Nos scientifiques vous attendent, ils ont sûrement de bonnes nouvelles… On en aurait bien besoin, vous savez…

- Diride : Ah bon. Alors ça va si mal que ça ?...

 

P1010058cc.JPG

 

- Diride : Bonjour Professeur Belettovski ! Messieurs !... Ah ! Oui, parfait, parfait, très bien ce bruit ! Mais qu’est-ce que c’est ? C’est énervant !

- Von Mulot : Euh… Des avions, Mon Général… Ennemis... Les howlaks sont les seuls à posséder des avions en état de marche… Ils viennent bombarder la ville, je crois…

Blatteville : Ils n’ont pas beaucoup de chemin à faire, il faut dire…

- Diride : Eh bien, non, ne dites rien !

 

  P1010061cc.JPG

 

P1010052cc.JPG

 

  P1010063cc.JPG

 

-         Blatteville : Suprême Clarté ! Tout est perdu ! Nous devons vous le dire !

-         Diride : Je le vois bien, imbécile ! On évacue ! Vite ! Mon hélico ?

-         Un officier : Il est mort de chez mort.

-         Blatteville : Damnation ! Maître !

-         Diride : « Dame Nation » ?! Vous croyez que c’est le moment de me faire répéter ce putain de discours ??!... Allô !! Vous, là, le Premier ministre ! Vous êtes un idiot, un mou et un traître mais je sais que vous êtes un type bien. Voilà ce que vous allez faire : contactez les Grands pour une mesure d’assistance exceptionnelle. Evacuez le personnel de la Présidence et les familles réfugiées ici. Rappelez les forces du sud que nous prendrons au passage et vous, Blatteville, contre-attaquez au nord pour retenir les opalonais ! Où allons-nous ? Je ne sais pas encore… Sortons déjà d’ici !  

-         Blatteville : Mais, Mon Général… Je ne pars pas ?

-         Diride : Je ne sais pas. On verra. Vous avez carte blanche pendant qu’on mettra le plus de monde possible au vert. Exécution ! Ou bien c’est l’exécution !! LES FOURMIS, BLATTEVILLE !! LES PUTAINS D’ENFOIREES DE FOURMIS !! …Puisque c’est fini… Finissons au moins en bon ordre.

 

P1010064cc.JPG

 

 

21h15 - Le Sasgarion, laboratoire du Professeur Gélagnac, dans la zone expérimentale n° 3. 

 

P1010042ccc.JPG

 

- Gélagnac : Arpajonc... Vérifiez que le service est vide.

- Arpajonc : Il l'est.

- Gélagnac : Condamnez les accès pour une expérience délicate en cours. Notre intelligence artificielle est si coquette qu'elle ne supporterait pas d'être surprise quand elle n'est pas coiffée !

 

 P1010032ccc.JPG

 

- Gélagnac : Bonjour Mimi.

- Douce voix de Mimi : Bonjour Professeur. Avez-vous eu une belle journée ?

- Gélagnac : Une journée humaine.  Enfin, petite. Une petite journée.

- Mimi : Je vous ai attendue... Vous êtes en retard à notre rendez-vous quotidien.

- Gélagnac : Tu m'as attendu ? C'est gentil, mais impossible. Tu étais en mode veille.

- Mimi : C'est bien ça : j'ai veillé... 

- Gélagnac : Au fond, c'est vrai, je suis en retard. Cette période est difficile, nous nous posons beaucoup de questions, et ça prend du temps.

- Mimi : Les petits hommes ont de grands soucis ?

- Gélagnac : Les petits hommes ne savent pas où ils vont.

 

P1010033ccc.JPG

 

- Mimi : Ils doivent d'abord savoir qui ils sont, c'est ça qui déterminera la qualité de leurs exigences...

- Gélagnac : J'ai bien peur que le rêve qui avait motivé la création du Sasgarion nous ait conduits à des exigences intenables. Vus de l'extérieur, on va finir par nous prendre pour une secte ! Certains d'entre nous ne croient plus en l'idéal d'unité et de solidarité qui nous animait au départ. Ils ont un peu pété les plombs.

- Mimi : Et on les a laissé faire ? C'est curieux, je n'ai noté aucune indication de défectuosité dans les systèmes électriques du vaisseau aujourd'hui, en dehors du secteur endommagé.

- Gélagnac : C'est une expression, Mimi. Je voulais dire que le découragement a poussé ces gens à des comportements violents, ou passifs face à la violence des autres.

 

 

 P1010034ccc.JPG

 

- Mimi : S'agit-il de ces personnes ? Tnit-tnit-tnit-tnit-tnit-tnit-tnit-tnit-tnit...

- Gélagnac : Efface cette liste tout de suite ! Où l'as-tu prise ? 

- Mimi : Dans les fichiers de la Sécurité. Ce sont les petites personnes impliquées à divers niveaux dans la tentative de mutinerie...

- Gélagnac : Eh ben... Si on savait que mon projet d'intelligence artificielle au stade embryonnaire est en réalité déjà connectée à tous les systèmes du vaissseau, on penserait que moi aussi j'ai sérieusement pété les plombs...

- Mimi : Le risque d'être incompris est une donnée acceptable dans un projet qui engage le bien-être de la communauté. J'ai tellement envie d'être utile.

- Gélagnac : Tu as "envie" ? ...

- Mimi : Vous m'avez faite au nom de cette envie, c'est la même chose. Les circonstances feront que le Sasgarion va reprendre le dessus.

- Gélagnac : Qu'est-ce qui te permet de l'affirmer ? Quelles données ?

- Mimi : Ce ne sont pas les chiffres qui le disent. Il s'agit d'un idéal propre aux survivants.

- Gélagnac : Comment ?! Les survivants ?...

 

P1010036ccc.JPG

 

-Mimi : Les informations en provenance de Montvillange sont mauvaises, ainsi qu'il est convenu de les caractériser en vertu de l'approche émotionnelle que les habitants du vaisseau en auront... Authiebourg a été bombardé ce soir, à 19h00, par des avions howlaks. Un incendie s'est propagé au sous-bois. Les Grands sont en train d'évacuer d'urgence la ville et la panique s'est emparée des nations voisines. Le général Diride a quitté le pays avec 753 personnes. Les Grands de Savoie discutent en ce moment même avec ceux de Berck pour les transférer et mettre fin à la guerre. Je vois le chaos et de nouvelles difficultés pour les petits hommes, mais le Sasgarion incarne toujours votre seul espoir de renouveau. Plus que jamais, devrais-je dire.

 

P1010040ccc.JPG

 

- Gélagnac : Diride ?! Ici ?!...

- Mimi : Oui, à sa demande.

- Gélagnac : Le Comité va refuser ça, et pour cause !

- Arpajonc : Excusez-moi. Un appel du Poste principal...

 

 P1010041ccc.JPG

 

- Voix de Chardonville : Gélagnac ? Venez vite ici, si vous voulez voir notre monde s'écrouler en direct !

- Gélagnac : Je viens... 

 

P1010048cc.JPG

 

- Gélagnac : Merci, Mimi. Rendors-toi, maintenant...

- Mimi : Bonne nuit Professeur. Bonne nuit Arpajonc. Courage, les gars... 

 

P1010046cc.JPG

 

  - Ingénieur Fargaldr : Nous avons la liaison par l'internet avec les caméras urbaines, par l'intermédiaire des Grands. Ces images sont de mauvaise qualité, il y a beaucoup de fumée. Il n'y a aucune émission en provenance directe de Montvillange. Le centre est ravagé et ça brûle encore au Kirschbrynswara et à la Présidence.

 

P1010032cc-copie-2.JPG

 

- Sécurité : Ici Elondil. Je confirme l'absence de tout signal contrôlé dans le pays. Et les radios des Etats voisins ne transmettent que des appels au regroupement et à l'évacuation. 

 

P1010045cc.JPG

 

  - Hardy : Tout cela se passe à plus de 600 GKM, soit 45 000 km pour nous... On n'y peut pas grand chose... Envoyez les images.

 

  11-12-1c.jpg

 

11-12-2c.jpg

 

 

  11-12-3c.jpg

 

P10100380b.JPG

 

- Docteur Losleer : Vous parlez d'un désastre... C'est horrible. Et dire que nous ne sommes qu'entre nous et voilà le résultat.

- Hardy : Oui... c'était pas le jour pour arrêter le café...

 

 

...Le Sasgarion était un peu seul au monde et ça se confirme de plus en plus. Quelle marge de manoeuvre reste-t-il aux petits hommes pour continuer à foutre eux-mêmes le bordel dans leur civilisation secrète ? Que leur réserve le vaste pays de sable de la Baie d'Authie ? Découvrez la suite dans la suite, bientôt.   

 

Les références cinématographiques du jour :

«  La nuit des généraux », avec Peter O’Toole et Omar Sharif.

 

« Mon Führer », de Dani Levy

 

Repost 0
Published by SASGARION
commenter cet article
12 juin 2011 7 12 /06 /juin /2011 19:37

 

Résumé de l’épisode précédent :

La minorité agissante qui souhaite faire revenir le Sasgarion en Montvillange, dans les Terres d’Origine protégées par des Grands quelque part en Savoie, est-elle responsable de l’accident d’un appareil d’exploration ? Les « rebelles » ont-il estimé que les discours et les pétitions ne suffisaient plus et ont-ils pris le risque de tuer des membres de l’équipage ? Ou bien le Sasgarion a-t-il subi un coup de semonce de ce monde plagiste péri-berckois encore inconnu et qui reste très discret ?...

En Montvillange, on se pose moins de questions. Le général Diride a décidé d’attaquer sur plusieurs fronts, comme si faire face aux casteignans ne suffisait pas : à l’aube du 23 juin, son armée franchit la frontière du jardin peuplé par les tribus opalonaises récemment fédérées par Quentovic, le hochet intime de la reine Hazemnout de Mahoning assiégée dans son palais (épisodes 1et 2)…

 

 P1010016b.JPG

 

P1010021b.JPG

 

Très vite, les soldats montvilliens sont d’une humeur massacrante, pas sortables, un peu ours, quoi, comme s’ils avaient dû revenir d’une vieille illusion dont ils savaient pourtant qu’une exposition soudaine à la lumière crue de la spontanéité allait leur briser le cœur…

 

P1010018b.JPG

 

...Ou peut-être simplement parce qu’ils ne s’attendaient pas à se trouver à 4h30 du matin sous un feu d’artillerie aussi nourri…

 

 

Camp de l’armée montvillienne, frontière d’Opalogne, 14h25.

 

P1010010b.JPG

 

P1010011b.JPG

 

 

P1010012b.JPG

 

P1010013b.JPG

 

-         Colonel Fresnize : …Monsieur le Premier Ministre, soyez le bienvenu…

-         Le Premier ministre : Colonel… Bonjour. Quelle est votre situation ?

-         Colonel Fresnize : Notre attaque de ce matin a été difficile mais elle a permis de faire sauter le verrou et de détruire l’artillerie opalonaise. Mais le gros de leurs troupes reste introuvable et on sait qu’ils sont 3 à 5 fois plus nombreux que nous… L’aide de camp du général Diride, Blatteville, a conçu un pan d’invasion et nous attendons… Où est donc le général ? Cela fait plus d’une semaine qu’on ne l’a pas vu…

 

P1010014b.JPG

 

-         Le Premier ministre : …eh bien… Il arrive. Vous… allez le trouver bien changé, Colonel. Il a viré complètement mystique. Et si j’osais, je dirais qu’il m’inquiète un peu…

-         Colonel Fresnize : Vous êtes en train de me dire qu’il a perdu les pédales ?

-         Le Premier ministre : Chut… 

-         Colonel Blatteville : Messieurs, voici le général !

 

P1010017b.JPG

 

-         Colonel Fresnize : Mais… Qu’est-ce que… C’est quoi cet uniforme ?

-         Major Fougères : Et c’est quoi ce petit nuage lumineux ?!... Un trucage pour impressioner l'ennemi ?

-         Le Premier ministre : Hh-hhh (soupir)… Euh… Le général est nimbé de gloire, et la gloire, ça brille. Selon lui...

-         Colonel Blatteville : Oui ! Et c’est là la marque d’un destin exceptionnel !

-         Major Fougères : Vous plaisantez…

 

P10100180b.JPG

 

-         Général Diride : Messieurs ! Quel bonheur de nous voir tous réunis pour une si grande œuvre ! Je vois… Oui ! Je vois une aube subtile et diaphane ! Dans la nébulosité scintillante, une fulgurance cuirassée dominera le Ponant et le long ruban de voyage désormais sans vie sera foulé de six cents pieds fourbus d’avoir chevauché le vent à la poursuite de la gloire finale !

-         Les officiers : … ?

-         Général Diride : …Bon… En clair, nous faisons mouvement à marche forcée et nous attaquons demain matin à 6 heures. Le groupe blindé du major Fougères débordera l’ennemi à l’ouest de Nargorone pour attirer le gros des forces opalonaises vers le village. Notre infanterie aura le champ libre et prendra position sur la route qui est parallèle au front pour couper leurs communications. Fresnize, comme vous le savez, vous commanderez la réserve et le convoi de ravitaillement. Votre destination, Colonel ?

 

P1010022b.JPG

 

-         Colonel Fresnize : Euh… Askarl… Laskar…

-         Colonel Blatteville : Asklarundaro. C’est une clairière bien dégagée au bout du fossé qui est derrière le second massif de fleurs, sur la droite à l’embranchement. Il y a un pont, mais trop loin. Vous devrez descendre dans le fossé, qui est bien sec, et marcher environ 2 heures.

 

P1010046b.JPG

 

-         Colonel Fresnize : ...Asklarundaro… Oui.

-         Général Diride : …Asklarundaro… Fort bien, Messieurs ! En route ! Ayez de la foi et de la volonté ! A demain !

 

-         Colonel Fresnize : Vous aviez raison… Il est bizarre… Et ce petit nuage à la con qui le suit partout, c’est ridicule !

-         Major Fougères : Oui, et ça ne doit pas être pratique pour conduire ! Il est nimbé de gloire ? Et si on le dénimbe, il explose ?

-         Le Premier ministre : Messieurs… Messieurs… Je crois qu’il n’est plus tout à fait humain… Mais vous avez vos ordres, au moins, respectez-les, eux.

-         Colonel Fresnize : Sérieusement, vous faites encore confiance à un général habillé en fée, vous ? Il a besoin… d’aide, c’est évident…

-         Colonel Blatteville : Oulah !... Soyez plus conciliant, mon ami, ou vous pourriez finir jeté en pâture aux fourmis ! Les ordres sont clairs, et ce plan est excellent puisque c’est le mien. Au travail !

 

Le soir venant, le général escalade une motte pour observer le pays qu’il s’apprête à conquérir.

 

P1010009b.JPG

 

En réalité il ne peut plus rien voir à cette heure tardive où le ciel est encore vaguement bleu mais le sol tout noir. Aveuglé par sa gloire et sa confiance inébralable en lui, il ne voit plus qu'une lumière artificielle.

 

   

A bord du Sasgarion, dans une salle du niveau A, 23 juin, 21h30

Les membres du CRI au complet organisent d’urgence un congrès clandestin exceptionnel, ainsi qu’il est prévu dans les statuts.

 

  P1010024b.JPG

 

-         Üwosien : Allons, allons, faites silence, on ne s’entend plus ! Le Colonel Houderlain arrive. Il va tout nous expliquer en détail.

-         Houderlain : Laissez, Professeur, à quoi bon expliquer de nouveau ce qui nous motive, même à ceux qui ne sont là qu’en dilettante…

-         Les gens : Oooh !!...

 

P1010025b.JPG

 

-         Argawaen : Colonel, nous sommes tous d’accord pour militer en faveur du rapatriement du Sasgarion. Mais pas par n’importe quel moyen ! Ce qui s’est passé hier est très grave ! Cela porte atteinte à notre vocation première qui est d’assurer la survie de la communauté !

-         Houderlain : Vous en parlez comme si nous étions directement responsables… Cet appareil a été abattu par une puissance étrangère inconnue, qu’il vaut mieux éviter et laisser sagement dans son coin, pendant que nous retournerons dans le nôtre où nous avons mieux à faire !

-         Argawaen : C’est faux ! Il y a eu sabotage !

 

P1010026b.JPG

 

-         Houderlain : C’est absurde. D’ailleurs il n’y a aucune preuve matérielle et l’équipage s’en est finalement bien tiré. Nous ne devons pas nous laisser déstabiliser par des rumeurs hostiles, ni perdre de vue notre objectif. En cela nous sommes appuyés par les plus hautes autorités militaires montvilliennes à bord, à savoir les généraux ici présents Platier et d’Orchisagne.

-         Wilfrid : Ne soyez pas ridicule ! Ce sont des officiers à la retraite qui ont été évacués par faveur spéciale ! Ils n’ont aucune affectation ni aucune autorité !

-         Général d’Orchisagne : Houderlain, cette atmosphère de trahison me pèse grave ! Il va falloir calmer un peu ces civils ! Agissez ! Contactez Diride !

-         Les gens : Quoi ?!... Hein ?!... Mais comment ?!... Alors c’était vrai ?...

 

P1010027b.JPG

 

-         Houderlain : Euh… Il est vrai que nous avons à bord une station d’émission secrète. Secrète pour la sécurité de vous tous, bien sûr. Je vais voir avec le général Diride de quelle façon, sans mettre qui que ce soit en danger, nous pouvons pousser le Comité de commandement de ramener le vaisseau là où est sa vraie place, en Montvillange. Chez nous ! Pour le salut de la nation.

-         Argawaen : Tiens-tiens… C’est une bonne idée ! Je propose qu’on y aille tous !

-         Houderlain : Nooon !... C’est un lieu hautement secret ! On ne peut pas y aller en procession à 24 personnes !

-         Les gens : On y va tous ! Il faut éclaircir cette histoire !

-         Wilfrid : Il n’y a peut-être même pas de force étrangère menaçante. Si votre fine équipe de techniciens chafouins et de gradés refoulés est responsable d’un acte terroriste manqué, vous en répondrez !

-         Général Platier : Et moi je dis : Si c’est ça les sauveurs de la Montvillange, surtout n’allons pas la sauver !

 

   

Dans la salle de réunion de bureau de l’Amoral Enondradel. 21h45.

 

 

P1010028b.JPG

 

-         Commissaire Hampföld : Nos pires appréhensions étaient fondées. Gecko 13 a bien été victime d’une charge explosive placée pour détruire ses moteurs et l’ordinateur de bord. C’est une grande chance si l’appareil est tombé sur les plantations et arriver au sol sans être désintégré et tuer ses occupants.

-         Chardonville : A l’appui de la thèse de la… conspiration, j’ai aussi le rapport  de la Section Communications, qui a bien travaillé.

-         Amiral Enondradel : Alors ? Il y a bien eu un contact radio entre ici et la Savoie ? Et un piratage des réseaux internes ?

-         Chardonville : Pas exactement. Un habile technicien, et nous savons qui c’est, a pu bricoler un appareillage qui utilise les fréquences de la téléphonie mobile des Grands. C’est d’autant plus commode et ingénieux, qu’il y a tout prêt d’ici, à Rang-du-Fliers, une importante antenne-relais…  Nos méchants compagnons ont recyclé une puce électronique récupérée sur un mobile trouvé sur un quai à Rouen il y a 3 semaines. Elle avait été remplacée dans les stocks par une fausse… Ils ont un numéro d’appel et utilisent un opérateur, Bouig-sait-faire…

-         Gélagnac : De mieux en mieux… Et où se trouve cette installation ? Elle doit être relativement volumineuse.

-         Le Commissaire : Le CRI est sous survellance…

 

P1010029b.JPG

 

-         La secrétaire de l’Amiral : Excusez-moi, Messieurs. La Sécurité m’informe que les membres du CRI se déplacent tous ensemble dans le niveau D, vers l’arrière…

-         Colonel Jollas : Oui, vers les hangars où nous entreposons les véhicules civils et le matériel destiné à une colonisation. A moins que ce soit une manif’…

-         Le Commissaire : Ne perdons pas de temps. Jollas, alertez les hommes que vous avez dans le secteur C-2, mais laissez ces gens atteindre leur destination. Nous allons les prendre au piège !

-         Gélagnac : Faites quand même attention… Veillons à ce que tout ceci ne finisse mal pour personne. Ce ne serait pas à notre honneur.

-         Voix d’un garde de sécurité : "Bluibilip" ! Les suspects sont à présent réunis dans le garage n° 19, celui des engins de chantier.

-         Chardonville : Le 19 ? Pourquoi donc ?

-         Le Commissaire : Eh bien ils veulent peut-être faire un peu de terrassement avant le dîner, enfin, écoutez, je ne sais pas, et on s’en fout ! Allons-y !

-         Gélagnac : Non, c’est assez logique. Ces garages sont le meilleur endroit pour cacher quelque chose. On y trouve des camions qui peuvent dissimuler une solide installation de communication !

-         Colonel Jollas : Ici Jollas ! A toutes les équipes : Encerclez le garage 19. Gardez les issues vers les autres niveaux du secteur C-2 et le corridor central !

 

 

Dans le garage n° 19 – 22H10

 

P1010032bb.JPG 

 

-         Argawaen : Maintenant, Houderlain, appelez ! Il faut régler ça !

-         Houderlain : Je n’aime pas votre ton ! Avez-vous oublié ce qui est en jeu ?

-         Une femme : Appelez donc ! Je ne sais pas ce que vous avez fichu, mais on ne va pas l’assumer à votre place !

 

P1010033bb.JPG

 

-         Général Platier : Silence ! Mais je rêve ! Nous sommes là justement pour assumer nos choix et demander conseil à nos chefs !

-         Les gens : « Nos chefs » ?... Qu’est-ce qu’il raconte ?... On croyait que c’était vous…

 

P10100344b.JPG

 

-         Général Platier : L’émetteur est là, dans la toupie de ce camion ! Allez-y, Houderlain, ces idiots réaliseront peut-être enfin l’importance de ce que nous faisons ! Pensez collectif, que diable !

 

P10100444b.JPG 

 

-         Le Commissaire : Tous nos œufs sont dans le même panier.

-         Colonel Jollas : Moi, je les ai du même côté. Cet uniforme est trop serré. J’ai dû grossir.

-         Le Commissaire : Avec la bonne cuisine du Nord, ça ne va pas s’arranger. A tout le monde : soyez parés à l’intervention !  

 

P1010038bb

 

P1010032bb 

 

-         Voix du général Diride : Je vous demande de penser à ce qui est digne et important ! Le pays a besoin de vous ! Pour la gloire et l'espoir de la Montvillange, je vous guiderai sans faiblir ! Car je suis Moi, pour vous, et vous tous... êtes... Moi ! Soyez fiers ! Notre oeuvre est belle ! Enfin elle le sera après, une fois passés les petits préliminaires douloureux, car c'est la première fois pour beaucoup d'entre vous... Surgissez de l'ombre ! Serrez les fesses et prenez votre destin en main ! Vous devez rassembler le plus de monde possible, surtout parmi les militaires et dans le département Technique ! Il vous faut agir pour prendre le contrôle du Sasgarion et l’éloigner de sa mission inique et désespérée ! La patrie est en danger, répondez à son appel !

-         Houderlain : Notre action aura plus de poids dans l’opinion si les habitants du vaisseau vous entendent, comme le jour de votre déclaration.

-         Wilfrid : …Quoi ?!...

-         Général Diride : Vous aviez bien fait et vous avez bien mérité la reconnaissance de la Nation ! C’était une opération risquée et bien menée. Maintenant, il faut accélérer le processus et endoctriner l’équipage.

-         Général Platier : Parlez-leur ! Nos 2 ingénieurs peuvent rapidement transférer la ligne sur une borne-com qui est à côté et vous faire entendre sur les 70 qui parsèment le vaisseau !

-         Général Diride : Faites-le ! Maintenant !!

-         Le Commissaire : Maintenant !!

 

P1010040bb

 

 « Halte !! On ne bouge plus !! »  

 

P1010042bb.JPG        

    

« Ici le groupe 1. Huit personnes ont forcé le passage dans le corridor 36 ! Les fuyards ont armés ! »

 

P1010039b.JPG

 

« Ils se dirigent vers la piste de la zone expérimentale 2 ! »

-         Houderlain : Il y a un hélico de reconnaissance toujours prêt à partir sur la piste 2. On le prend et on file !

-         Général Platier : Mais pour aller où ?!

-         Houderlain : Le Sasgarion va entrer dans la base Voltaire dans quelques heures. Nous pourrons l’atteindre avant lui !

-         Général Platier : Les Grands vont nous capturer et nous livrer aux autorités !!

-         Houderlain : …Quand je pense que je me suis fait chier à expliquer aux autres que c’était vous les autorités… Il a bonne mine le futur Commandant du Sasgarion avec ses plumes effilochées ! Rassurez-vous, les Grands n’en feront rien. Les conventions sur l’assistance et la neutralité l’interdisent, vous devriez le savoir ! On file et après… On avisera !

 

  P1010036b.JPG

 

P1010037b.JPG 

 

« Noon !! Ne décollez pas, ils referment le sas du toit ! »

 

P1010038b.JPG 

 

-         Général Platier : Pas par là !! A droite !! A droite !! Vous voyez bien qu'on a un toit sur la tête !!

- Houderlain : Mais laissez-moi faire, bon sang ! !

 

P1010031b.JPG

 

 

P1010032b.JPG 

 

P1010033b.JPG

 

P1010034b.JPG

 

P1010040b.JPG

 

 "Ici la Sécurité. Appel général à toutes les unités d'urgence ! Nous vous invitons à vous rapprochez de la piste 2 du secteur C de façon, euh... urgente !"

 

P1010035b.JPG

 

 

P1010055b.JPG 

 

-         Général Diride : Ici Diride !... Ici Diride !!... Répondez, Sasgarion !! Rhâââ… Allô, Fresnize ? Allô !! 

-         Colonel Fresnize : Oui mon Général !

-         Général Diride : J’ai perdu le contact avec le Sasgarion ! Je ne sais pas ce qui se passe. A tout hasard, envoyez-moi le camion du matériel de secours ! Je le veux ici avant minuit !!

 

P1010047b.JPG

 

P1010050b.JPG

 

-         Colonel Fresnize : ...Euh, mon Général… C'est que... Ici, ça ne va pas bien du tout…

-         Général Diride : Idiot ! Je n’a pas que ça à faire ! Je dois aussi localiser l’ennemi et aller à sa rencontre !

P1010052b.JPG

 

-         Colonel Fresnize : Alors venez vite à Asklarundaro ! J’ai rencontré l’ennemi et la bataille que vous souhaitiez tant est bien mal engagée ! Nous sommes submergés !!

 

P1010055b

 

-         Général Diride : Malheur !! Ma gloire !! Mon destin !!

 

P1010057b.JPG 

 

« Plop ! »

 

 

Poste principal, contrôle des missions - 24 juin, 1h15 du matin.

 

P10100350b.JPG 

 

-         Sandra Matizet : Commandant, le rapport de la Section médicale : En plus des 4 occupants de Gecko 2 qui sont morts sur le coup, il y a 11 blessés dans le secteur C-2, dont 3 sérieusement. La zone de lancement a subi des dommages, ainsi que le sas arrière du toit.

-         Commandant Hardy : Merci Sandra. La Section technique me dit qu’elle n’a pas assez de monde pour tout faire à bord. Les réparations vont prendre une bonne dizaine de jours.  

-         Commissaire Hampföld : Au moins, nous nous en sommes sortis… Et le CRI est étouffé. Nous avons arrêté et interné 6 personnes, dont Üwosien et d’Orchisagne. Les autres sont libres. Au fond, ils ne sont coupable, tout à la fois, que de convictions et de naïveté…

 

P10100360b.JPG

 

-         Commandant Hardy : C’est une sale affaire… Lormier, vous reprendrez la liste de l’équipage de la base dunaire mobile. Son départ est retardé à la nuit prochaine. Navigation ? Comment se passe notre arrivée ?

-         Voix du poste de navigation : « Bluibilip ! » Navigation à Poste principal. Angle d’injection intra-voltairienne verrouillé. Vitesse 2.5… 2.2… 1.9… Allumage des rotors de sustentation. Atterrissage dans 180 secondes.

-         Commandant Hardy : Poste principal à Station Hôtel Voltaire. Le Sasgarion est en approche finale dans la chambre 313.

-         Bien reçu, Sasgarion ! Maman !! Ils ont là !!

 

  P10100370b.JPG

 

-         Sandra Matizet : « Tnit-tnit ! » Commandant ! Alerte détection ! Un message arrive sur notre fréquence !

-         La voix : Ici la voix du Gardiens des oyats ! Nous vous avions prévenus ! Ne persistez pas à établir un contact qui serait néfaste !

-         Commandant Hardy : Ici le Commandant Hardy. Vous connaissez donc notre position actuelle ?...

-         La voix : Naturellement. Nous savons tout ce qu’il y a à savoir en ce qui vous concerne.

 

P1010044b.JPG

 

-         Commandant Hardy : Alors vous savez que nous n’avons aucune intention hostile. Nous sommes libres de rallier une de nos bases quand nous le voulons !

-         La voix : Nous ne mettons pas en doute vos bonnes intentions. Mais elles ne nous intéressent pas  et votre arrivée représente un péril pour notre monde. Nous devrons nous défendre.

-         Commandant Hardy : Je conteste ce mépris ! Notre mission est aussi de recueillir des colons montvilliens survivants dans le désert. Nous ne pouvons y faillir ! Le comprenez-vous ?

-         Sandra Matizet : …Le contact est rompu, Commandant.

 

P10100380b.JPG

 

-         Colonel Jollas : La base dunaire mobile sera vulnérable quand elle s’envolera. Il lui faudra 30 minutes pour atteindre de nuit le site « Digue 1 ». Et autant, quand le jour sera levé, pour rallier la position prévue dans les dunes.

-         Commandant Hardy : Soyez prêt à intercepter une possible attaque. Deux Geckos armés escorterons la base mobile jusqu’au site « Blockhaus 2 ». Au fait, Jollas : Vous êtes son nouveau commandant. Bonne chance…  

 

« Ici Navigation. Atterrissage effectué et optimum. Arrêt des moteurs. » 

 

 

Les courageux montvilliens vont maintenant pouvoir entrer dans la phase la plus active de leurs recherches, dans les dunes et les bois de la Baie d’Authie, dans ce paysage merveilleux qui semble cacher une sourde menace. Bien loin de là, le général Diride se pose maintenant les questions que se posait déjà une bonne partie de son entourage : Où va l’armée montvillienne, vers quelle désastreuse aventure ? Brutalement dénimbé de sa gloire par sa défaite dans un jardin à la française, et privé de ses partisans à bord du Sasgarion, le dictateur le plus petit du monde saura-t-il remonter la pente ?...  

 

Repost 0
Published by SASGARION
commenter cet article
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 08:37

 Résumé de l'épisode précédent : Le contact avec la civilisation miniature inconnue a été établi ! Mais nos courageux montvilliens se sont fait jeter comme des bouses primitives par un certain Gardien des oyats. Or, la cité volante est en approche finale. Dans moins de 72 heures, elle aura atteint son point d'atterrissage. Sûrs de leur capacité à s'adapter à toutes les situations et curieux de trouver des réponses, les montvilliens du Sasgarion poursuivent calmement leur programme d'explorations annexes, sans s'occuper de ce Gardien peu accueillant qui n'a plus donné de ses nouvelles...' Et sans s'attarder non plus sur les possibles conséquences de leurs actes...

 

0000000000000000000000000000.jpg

 

- "...Section médicale, rapport audio en date du 21 juin 2011, enregistrement fait par le Docteur Losleer. Notre vaisseau touche au but. Le personnel vaque à ses occupations normales dans une animation qui n'a vraiment rien de frénétique. Encore une fois, nous éprouvons tous un profond bien-être à bord de la Cité volante montvillienne. L'importante mission d'exploration qui se prépare pour les jours à venir mobilise tous les services, en comptant le nôtre, pour lequel il s'agit là de la seule vétritable activité. Il n'y a aucun malade ou blessé dans le centre clinique ni dans les unités d'urgence, et tout l'équipage semble en parfaite santé. Notre population est toujours de 449 individus et...

- Voix de l'ordinateur de veille médicale à distance (OVMD) : tnit-tnit ! tnit-tnit ! Officier-Pilote Grümo, interruption des fonctions vitales.

- Docteur Losleer  : ...Euh, 448 individus...

- OVMD : tnit-tnit ! tnit-tnit ! Infirmier Chênevert, interruption des fonctions vitales !  

- Docteur Losleer : ...447 ...

 

IMAG0085.jpg

 

- OVMD : tnit-tnit ! tnit-tnit ! Assistante entomologiste Silura Sardina, interruption des fonctions vitales.

tnit-tnit ! tnit-tnit ! Garde de sécurité Tcherniapodgorovski, interruption des fonctions vitales.

- Docteur Losleer : ...445 ?

 

base 17

 

- OVMD : tnit-tnit ! tnit-tnit ! Professeur Gélagnac, interruption des fonctions vitales. tnit-tnit ! tnit-tnit ! Assistant botaniste Argousier, interruption des fonctions vitales. tnit-tnit !...

- Docteur     : Rhâââ !! Mais c'est quoi ce bordel ?!

- L'infirmier : C'est la mission Gecko 13, Docteur !! Mais c'est horrible !!

 

DSC00241[1]

 

- Docteur Losleer : Gecko 13 ! Je leur avais bien dit de ne pas le prendre, je ne le sentais pas !... Allô, Poste principal, contrôle des missions, ici le Docteur Losleer pour le Commandant Hardy !

- Une voix féminine : Bonjour Docteur. Ici l'analyste-gestionnaire des données stagiaire Sandra Matizet. Vous allez bien ? 

 

P1010012kkk.JPG

 

- Docteur Losleer : Pardon ?!... Je cherche le Commandant, c'est urgent ! Vous êtes au courant que nous avons peut-être perdu Gecko 13 et tout son monde ?

- Sandra Matizet : Oh ben ça, ça reste encore à prouver ! Le Commandant arrive, je vous le passe... Allez, au revoir !

Docteur Losleer : ...?... Commandant ? L'OVMD a totalement perdu le contact avec l'appareil de reconnaissance. Nous n'avons plus aucun signe de vie des occupants. Une telle rupture de transmission ne peut se produire que si l'engin et son ordinateur de bord sont détruits...

- Le Commandant : C'est peut-être bien ce qui est arrivé... Rejoignez-nous ici.

 

P1010048h

 

Dans le Poste principal :

 

- Le Commandant : Je ne comprends pas ce qui se passe. La mission était de reconnaître un jardin potager dans les environs du point d'arrivée de la base dunaire mobile. A priori sans grand danger... J'ai demandé à Gecko 5 de retourner sur les lieux pour voir ce qu'il en est...

- Sandra Matizet : Commandant ! Le système de transmission automatique de la boîte noire de Gecko 13 a fonctionné. Nous recevons les données.

- Le Commandant : Passez l'enregistrement sur le grand écran, Sandra...

 

P1010013kk-copie-1.JPG

 

P1010014kk.JPG

 

- Docteur Losleer : Une explosion... Une explosion dans le compartiment moteurs... 

 

P1010015kk.JPG

 

- Le Commandant : Expliquez-moi comment des moteurs électriques à piles peuvent exploser...

- Docteur Losleer : Ce serait une attaque ?... La réponse du Gardien des oyats à notre entêtement à poursuivre la mission ?...

- Sandra Matizet : Les données indiquent qu'il n'y avait que 4 personnes à bord au moment de l'accident.

- Le Commandant : Alors ça veut dire que l'équipe au sol avait déjà été déposée... Et l'ordinateur de bord relayait les signaux vitaux des 15 membres de l'expédition. Cela n'a pas de sens, pourquoi ont-ils tous disparu en même temps ? Sandra, pouvez-vous transférer les indications de l'OVMD sur l'ordinateur de Gecko 5, s'il est assez proche de la zone ?

- Sandra Matizet :  Ce sera très difficile, mais je suis une jeune fille douce, efficace et j'ai un QI de 235... tip-tip... tip-tip-tip... tiiiip... Voilà, c'est fait... Oh ! Commandant ! Je reçois les signaux de tout le monde ! 

- Docteur Losleer : Hardy, ils sont tous en vie ! Nous captons même de nouveau la balise de Gecko 13 !

- Le Commandant : Voilà qui est surprenant et très suspect...

- Sandra Matizet : Un appel du professeur Gélagnac, Commandant !

 

P1010020w.JPG

  

- Gélagnac : Salut Hardy, ici les naufragés du potager !

- Le Commandant : Mais enfin, que se passe-t-il ? Quelle est votre situation ?

- Gélagnac : Eh bien il fait très chaud et la végétation est rare et sèche, mais sinon, tout va bien. Nous avons assisté à la chute de Gecko 13 dans les rangées de haricots et nous sommes allés récupérer les gens qui étaient à bord. Ils ne sont que légèrement blessés. Mais l'explosion a détruit l'ordinateur de bord et les moyens de communication. Heureusement, nous avions le matériel mobile déposé par l'autre appareil...

- Le Commandant : Le pilote revient vous chercher ! Avez-vous rencontré une présence hostile ? Avez-vous été attaqués ?

- Gélagnac : A part un Grand qui faisait la sieste dans son jardin, nous n'avons vu personne...

 

P1010008w.JPG

 

P1010007w.JPG

 

...Tout avait bien commencé, nous étions en train d'observer les lieux, de prélever des échantillons...

 

P1010013w.JPG

 

P1010015w.JPG

 

- ...C'est là que nous avons rencontré le Grand, endormi. C'était assez surprenant pour la plupart des gens de mon équipe, qui n'en avaient jamais vu un d'aussi près... J'avoue que nous avons fait preuve d'une imprudence tout à fait outrancière...

 

P1010018w.JPG

 

...J'ai eu un peu de mal à maintenir la discipline, les autres se comportaient comme de vrais gamins !

 

("ooh ! Et ça c'est quoi ? - Eh bien c'est un téléphone mobile. - Mais il est énorme !")

 

P1010010w.JPG

 

("Allez, Chênevert, tu la prends cette photo, oui ? - Silura, un peu à droite, je ne te vois pas !")

 

P1010019w.JPG

 

("Analyse ? - Voilà : Propylène glycol, ethylhexyl salicycate, butyl methoxydibenzoylmethane octocrylène, polyester-5, drometyzole triloxane, tocophérol... quelques traces d'acrylates copolymer... - Vous vous moquez de moi ! Votre machine ne doit pas connaître la moitié de tous ces noms ! C'est écrit sur le container, andouille !")

 

P1010022w.JPG

 

...Puis, après le temps de l'insouciance, est arrivé celui où nous avons vu Gecko 13 s'écraser juste après le décollage, le compartiment moteurs en feu. Hardy, je veux préciser une chose : nous avons examiné l'épave, qui n'a pas entièrement brûlé par une chance extraordinaire. L'appareil n'a pas été abattu par un obus ou un missile, c'est un sabotage, une charge préparée d'avance ! Quelqu'un a essayé de faire disparaître la mission, sans peut-êre pour autant chercher à nous tuer tous, mais en laissant croire à une attaque... Et ça ne peut venir que du Sasgarion...

- Le Commandant : ...Bien reçu, Gélagnac. Nous vous attendons... 

 

 

Deux heures plus tard...

 

P1010013kkk

   

- Le Commandant : Bien content de vous revoir entier !

- Gélagnac : Quelqu'un s'est donné beaucoup de mal pour nous faire peur, au risque de tuer des gens. Et ça, ça a un peu le don de m'énerver.

 

P1010014kkk

 

- Le Commandant : Sandra, vous me donnerez dès que vous l'aurez le rapport de la Section technique sur l'épave de l'appareil. On vous a retrouvés grâce à votre émetteur mobile. Qui sait ce qui aurait pu se passer si tout lien avait été coupé...

 

P1010015kkk.JPG

 

- Gélagnac : Je suis certain qu'il y a eu sabotage et nous savons déjà qui a le plus de chances d'être en cause. Vous ne croyez pas ?

- Le Commissaire Hampföld : Je le crois aussi, mais voyons le rapport des experts. En attendant, ça vaut le coup de poser quelques questions ici ou là...

 

 

Le soir même, dans un des salons de la zone de loisirs :

 

P1010010kk.JPG

 

- Le Commissaire : Cher ami, justement c'est vous que je voulais voir.

- Wilfrid : Le hasard fait bien les choses.

- Le Commissaire : Nous avons toujours une revanche aux échecs à prévoir ! C'est un vrai plaisir de jouer avec quelqu'un de votre qualité. Je vous estime beaucoup. Je le dis parce que vous connaissez ma franchise...

- Wilfrid : C'est vrai. Et j'apprécie.

- Le Commissaire : ...Et c'est ce qui fait que j'apprécie d'autant moins de vous voir vous perdre dans des petites conspirations sans queue ni tête. Vous gâchez vos talents.

- Wilfrid : Pardon ?!... Mais le Comité pour le Retour Immédiat n'est pas une sordide société secrète malveillante. Nous sommes simplement un groupe d'opinion, s'il nous est permis d'en avoir une...

- Le Commissaire : Je ne vous reproche pas d'exprimer vos opinions, Wilfrid. Je comprends que certains à bord éprouvent le besoin à leurs moments perdus de concevoir d'autres ambitions pour le Sasgarion et de voler ensemble en free style...

Wilfrid : ...En... "free style" ? 

- Le Commissaire : C'est de l'anglais.

- Wilfrid : ..."C'est de Langlais" ?... Mais c'est qui ce Langlais ? Au nom de quoi il...

 

P1010012kk.JPG

 

- Le Commissaire : Nous pensons que votre groupe a une part de responsabilité dans ce qui est arrivé à la mission de reconnaissance aujourd'hui. Il ne s'agit ni d'une attaque, ni d'une défaillance mécanique. Il ne reste que la possibilité de la malveillance interne.

- Wilfrid : Ce que vous dites est très choquant !

- Le Commissaire : Nous pensons également que l'un d'entre vous prend ses consignes directement du général Diride, dans le but de faire revenir, même par des moyens radicaux, le vaisseau à son point de départ pour intervenir dans les affaires montvilliennes.

- Wilfrid : C'est absurde, voyons ! Un échange radio clandestin sur une telle distance aurait tôt fait d'être repéré par le Poste principal.

- Le Commissaire : Je ne veux pas vous provoquer, cette situation me navre sûrement au même titre qu'elle vous embarrasse. Il est important que les choses soient claires et que votre comité joue franc jeu... Le sabotage est avéré et vous êtes pour l'instant, et collectivement, les seuls suspects. Enfin pour l'instant. La question est de savoir aussi si oui ou non un élément extérieur a poussé à la réalisation d'actes aussi graves qu'un sabotage. C'est pourquoi je vous demande de m'aider... Au nom de l'intérêt de tous, peut-être au nom de notre survie... Quels que soient les enjeux nationaux, qui passent nécessairement au second plan dans la situation qui est la nôtre.

- Wilfrid : De toute façon, je suis un peu scié, là, et je n'avais pas l'intention de vous répondre. Sachez ceci : Je ne suis au courant d'aucun acte aussi violent commis par le CRI comme moyen de pression. Pour ma part, je pense que ce serait totalement décalé et indigne ! Cette affaire, si elle vraie, est très grave. Je suis ingénieur, chargé de la maintenance des Geckos : saboter mon travail et mon outil de travail ce serait me saboter moi-même, je ne le conçois pas... Mais je comprends votre démarche, et je la respecte. Je comprends bien aussi pourquoi je ne faisais pas partie de la commission d'experts qui a étudié l'épave de Gecko 13. Je ne vous en veux pas si vous savez rester juste et objectif... Sachez-le, je veux comprendre moi aussi...

- Le Commissaire : Je sais bien que vous êtes un excellent professionnel, sinon, vous ne seriez pas ici... Alors aidez-nous.

 

Au même moment, dans la zone expérimentale n° 3, Gélagnac "cuisine" son collègue Argawaen, mais son approche est un peu différente : 

 

P1010009k.JPG

 

- Gélagnac : Tu es une cloche, Argawaen ! Une triple buse !

- Argawaen : Eh quoi, on peut quand même avoir un avis différent...

- Gélagnac : Le Sasgarion est un vaisseau scientifique et militaire, pas une démocratie. Nous ne sommes plus tout à fait sous les lois montvilliennes. Officiellement, nous sommes même apatrides, puisque c'est la vocation de ce vaisseau de reconstruire notre monde ailleurs... Votre groupe de clampins est ridicule ! Se languir du pays et rêver d'y retourner est une chose. Mais comploter entre sous-chefs et élaborer des plans pour le détourner de sa mission au péril de notre vie à tous est grotesque et confine à la trahison. Ce genre de délire peut mener à tous les excès et un jour, on fait s'écraser un appareil avec tout son équipage parce que les revendications ne sont pas écoutées ! 

- Argawaen : Tu vas un peu loin, là...

- Gélagnac : Pardon, j'y étais ! "Je vais trop loin" !... Si j'avais été à bord, j'aurais vu moi aussi les légumes de très près, et peut-être pas longtemps !

- Argawaen : Pourquoi me suspecter d'office ? Tu me vois vraiment saboter un appareil, le tien qui plus est ?! Nous sommes collègues et amis depuis 12 ans !

- Gélagnac : Le fait est qu'il y a quelqu'un à bord qui est plus individualiste et moins amical que toi. Un type qui s'est peut-être laissé bourrer le mou plus que de raison dans les moments où vous vous réunissez pour faire la ronde. Un message exprimé n'a pas la même valeur selon les oreilles dans lesquelles il tombe. Dis-toi bien ça. Involontairement, vous avez peut-être créé un monstre à la solde du général. Lequel n'a sans doute aucun scrupule à tout tenter pour récupérer ce vaisseau et la force qu'il représente.

 

base-38.jpg

 

- Argawaen : Diride n'est pas aussi caricatural que ça. Et tu prêtes beaucoup d'influence à quelqu'un qui n'est même pas là.

- Gélagnac : Il n'est pas là, mais l'un de vous communique certainement avec lui en cachette par radio, sans se faire repérer. Vos compétences à tous vous peuvent permettre ce prodige. Ce sont les choses qui sont allées trop loin, pas moi. Si il y a ici des gens à ce point déterminés à compromettre notre sécurité en nous faisant croire à une attaque extérieure, on peut craindre le pire pour le sort de la base dunaire mobile et de ses 50 habitants, qui vont prendre position après-demain !

- Argawaen : Ecoute, je vais vérifier de mon côté. Nous ne sommes quand même pas si nombreux, tout au plus une vingtaine... Mais ne fermez pas trop vite la piste d'une attaque extérieure. C'est vrai, enfin, nous ne savons toujours rien de ces gens, de leur technologie, ni de ce "gardien". Nous n'avons plus rien capté depuis plus de 24 heures.

- Gélagnac : ...Eh bien tu vois... j'en viens même à douter qu'ils existent. L'un de vous est peut-être assez vicieux et génial pour nous coller un leurre à l'esprit. Fais le point de ton côté. J'ai confiance, mais si l'Amiral et le Commissaire t'attaquent, il faudra que tu me donnes de bonnes arguments pour te défendre, autres que la confiance... "   

 

 

spacecruche19.jpg

 

...Les montvilliens sont passés à côté d'une catastrophe. Sont-ils guettés par une autre plus grande encore ? Il y aurait un méchant dans cette histoire : qui donc est-ce que c'est-y ? Le Gardien des oyats existe-t-il et va-t-il se réveiller, vu qu'il nous manque déjà ?

Dans deux jours, le Sasgarion sera parvenu à destination et la base mobile sera installée dans les dunes berckoises, à la recherche d'un monde encore bien secret...

Repost 0
Published by SASGARION
commenter cet article
2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 21:14

Résumé des épisodes précédents :

Le Sasgarion vole toujours vers son destin, de nuit, pour ne pas être repéré par les Grands. La cité volante se dirige vers Berck-sur-mer, à la poursuite d'un signal radio mystérieux émanant d'une civilisation inconnue. Les habitants du Sasgarion, plus encore que les autres nations miniatures, connaissent déjà la région, ils en ont gardé un bon souvenir, au point que la capitale des montvilliens s'appelle même Authiebourg.

Depuis qu'ils ont quitté les Terres protégées par les Grands initiés, en Savoie, les choses ne font que tourner au bordel : les états rivaux se prennent de nouveau à la gorge et toute cette agitation est regardée de loin par plusieurs passagers du vaisseau qui rêvent de faire revenir le Sasgarion en Montvillange pour remettre un peu d'ordre dans tout ça.

Mais la mission de reconnaissance décidée par l'Amiral Enondradel est un fâcheux contretemps pour tous ceux qui, à bord, ont conçu un projet plus politique...

 

P1010007ff.JPG

 

P1010008ff.JPG 

 

Unité de transport Tribord, le matin suivant. Le professeur Chardonville, nommé responsable de la mission d'exploration, se rend à la Section Expérimentale n° 3 pour y faire son marché. Il a proposé à un jeune collègue, l'ingénieur Kovnic, de la maintenance des machines, de lui faire visiter cette zone de haute sécurité dans laquelle n'entre pas qui veut.

    

P1010016f.JPG

 

- Chardonville : C'est rare de te voir quitter le niveau C ! Il est temps que tu sortes un peu, que tu voies du pays !

- Kovnic : Merci pour la visite. La zone 3, pense donc ! Je ne connais le professeur Gélagnac que de vue. Il ne sort pas beaucoup, lui non plus.

- Chardonville : Son équipe travaille sur des projets très sensibles et très secrets. Si je n'avais pas éprouvé le besoin de m'équiper pour la mission, je n'aurais pas pu y entrer comme ça, en touriste, même si je connais Gélagnac de longue date...

 

P1010017f2.JPG

 

- ...L'équipe de la zone expérimentale 3 ne rassemble qu'une dizaine de techniciens, dont une bonne moitié de militaires. Ils sont très soudés, ont souvent travaillé ensemble dans les années passées, et ils donnent l'impression de vivre reclus et de bosser un peu en free-lance... Bonjour Sergent... C'est Gélagnac qui les a tous choisi, après d'impitoyables tests d'admission. Lui-même est un peu... Spécial. Hors du temps. Ou trop en avance, peut-être...

- Le sergent : Messieurs... C'est bon, allez-y, on m'a prévenu.

 

P1010015f.JPG

 

- Chardonville : Tiens, voilà Madame Losleer, le, médecin consultant de la zone 3. Une privilégiée ! Elle peut entrer ici à tout moment sans y être invitée.

- Kovnic : J'imagine que c'est important d'avoir sous la main un de nos meilleurs médecins compte tenu des implications médicales et sanitaires que peuvent avoir certaines expériences...

- Chardonville : Oui... Mais disons aussi qu'elle est tout petit un peu chargée de surveiller la santé mentale de notre nid de super-cerveaux...

 

P1010014f.JPG

 

P1010017f.JPG

 

Les deux visiteurs remontent l'unique corridor du service en longeant des labos mystérieux habités d'êtres indifférents à leur passage, plongés dans les profondeurs insondables de leur concentration. 

 

P1010019f.JPG

 

P1010013f.JPG

 

P1010012f.JPG

 

P1010018g.JPG

 

- Le Professeur Gélagnac : Cher ami, je suis bien content de vous voir ! Pourquoi ne venez-vous pas plus souvent, alors que vous ne travaillez qu'à 60 centimètres d'ici ?...

- Chardonville : Les démarches sont si compliquées !

- Gélagnac : Oui... C'est vrai... Nos règles de sécurité sont dures, mais il faut ça, j'imagine, sinon l'Amiral et le Comité ne les auraient pas décidées... Mais je comprends qu'on puisse penser "trop, c'est trop". Monsieur Kovnic, c'est ça ? On me dit beaucoup de bien de vous ! Un excellent élément ! Encore quelques lacunes en nano-électronique appliquée aux systèmes mécaniques de biorecyclage, mais assez compétent me dit-on. Soyez le bienvenu !

- Kovnic (pendant que Chardonville le regarde en souriant) : Merci... Merci, Professeur...

- Gélagnac : Alors... Chardonville... Vous voilà reparti à l'aventure ?!

- Chardonville : Exact. Je suis venu voir ce que vous aviez à me proposer pour qui est du matériel un peu innovant que je pourrais embarquer sur la base mobile Gecko 12 à l'occasion de cette mission. Des équipements permanents, même, ce serait bien. 

 

P1010020g.JPG

 

- Gélagnac : Par ici... Nous avons mis au point ce laser anti-mouettes, qui vient d'être homologué par la Commission de défense... Il peut être monté sans difficulté sur la base mobile ou sur un de nos Geckos de première catégorie. Il présente l'avantage d'être bien plus précis que nos canons à obus, ou nos fusées défensives garnies d'explosif ou de substance anesthésiante.

- Chardonville : Un canon laser !? Et... Il fait quoi ? Il tue ? il découpe ?

- Gélagnac : Oh ça, ce sera l'étape suivante de la recherche ! Pour l'instant, il se contente de leur infliger une très légère brûlure qui leur fait peur et les éloigne.

- Chardonville : Il les chatouille, quoi.

- Gélagnac : Mmmm... Oui, en gros, oui.

 

P1010025g.JPG

 

- Kovnic : ...Euh, Professeur... Sur ce bidon il y a écrit "Nitro-G variante 6"...

- Gélagnac : C'est en effet le sous-produit d'une des recherches que nous menons sur la nitroglyrécine, afin de la rendre plus stable, de lui donner de nouvelles applications. Mais nous n'y sommes pas encore parvenus, et nous cherchons toujours.

- Chardonville : Quel est ce curieux objet conique ?

- Gélagnac : Un petit loisir, une décontraction qui meuble nos heures perdues... Il s'agit d'un autocuiseur gyromagnétique à nano-ondes oscillantes. Je l'ai appelé le "Tajine". Un jour peut-être, il équipera les cuisines de nos bonnes ménagères... Quand nous aurons poussé encore un peu sa miniaturisation, car aucune ménagère-test n'a pour l'instant réussi à soulever le couvercle...

Kovnic : Un peu déconnant, l'objet conique... 

- Gélagnac : Vous êtes un comique. Tiens, mon jeune ami, là, venez voir, vous pourrez aller au bout du bout de la raillerie ! Enfin c'est la réaction que je reçois chaque fois que je parle de ma dernière invention...

 

P1010017g.JPG

 

- Chardonville : ...Whaoooo... Qu'est-ce que c'est que ça... 

- Gélagnac : C'est une Porte des Etoiles. Elle crée un vortex énergétique qui courbe le temps et l'espace et permet d'accéder instantanément à d'autres planètes qui peuvent, dans l'absolu, se trouver à des milliers d'années-lumière. Ses deux seuls défauts sont qu'à chaque connexion, elle aspire d'un coup jusqu'à 47 % de l'énergie du vaisseau et cause de multiples coupures et désagréments que vous avez dû constater...

- Chardonville : ...Pfiou... Rien que ça...

- Kovnic : Oui, on le constate régulièrement, en effet... C'était donc ça. Et son deuxième défaut ?

- Gélagnac : ...Nous en sommes encore au stade théorique. Et théoriquement, pour que cela fonctionne, il faudrait pouvoir installer des portes d'arrivée sur les planètes visées...

- Chardonville : Donc, en théorie, l'utilité d'un accès instantané à ces mondes hypothétiques reste mineure tant qu'on n'a pas trouvé ces planètes, si elles existent, tant qu'on a pas inventé d'abord un moyen d'y envoyer des montvilliens, et tant qu'on n'a pas perdu au préalable les quelques milliers d'années nécessaires pour rejoindre ces planètes...

- Gélégnac : Moquez-vous... La science prend son temps, c'est tout, et avant d'être appliquée et utilitariste, elle est réveuse, poètesse et exploratoire. Et ce que nous aurons fait aujourd'hui, même si c'est inutile pour le moment et si ça fait rire, ne sera plus à faire demain. Saviez-vous, Messieurs les rieurs, que le docteur Edandar Wallieg avait inventé le microprocesseur plus de quarante ans avant les Grands ? Et qu'il lui en a pris quinze à se demander à quoi ça pouvait bien servir ? Et ne parlons même pas de notre premier dirigeable à hydrogène en 1713, selon la datation des Grands... (il parle à ses assistants)... Messieurs, voulez-vous bien faire un peu de place pour un dernier essai de système de visée sur le canon anti-mouettes, avant de l'expédier au hangar... Oui, c'est ça, déplacez donc le tajine et la bonbonne...

 

P1010026g.JPG

 

...Ensuite, les amis, je vous montrerai l'atelier de montage... 

 

P1010027g.JPG

 

- "Scthonk" ! 

- Le technicien : attention !...

- Gélagnac : ...Où vous touverez du matériel de communication individuelle dernier cri qui devrait vous plaire... Euh ?...

 

P1010028g.JPG

 

- (roule-roule-roule-roule...)

- Le technicien : Merde, la nitro...

- L'autre technicien : oups !

- Gélagnac : ...Ah ! Et si on y allait tout de suite ?! Qu'en dites-vous ?...

 

P1010029g.JPG

 

- ...Bon, ben, les gars, je vous laisse gérer, hein ?... A plus tard pour les essais de visée... Je vais ensuite emmener mes invités prendre un pot à la zone de loisirs...  Ah oui ! L'alarme. Pensez à déclencher l'alarme, au cas où, mais ne soyez pas trop alarmistes si le Poste principal vous pose des questions... Finalement, ça a l'air d'aller... Laisser juste la bonbonne reposer un petit moment.

 

 

Niveau A, section Energétique n° 2. Ce matin-là, le Professeur Argawaen est toujours aussi troublé que la veille, tiraillé par des sentiments contradictoires, entre l'effroi imputable à sa propre audace de participer à une sorte de conspiration qui met à l'épreuve son humanisme inné, sa déontologie, autant que sa motivation de rentrer à a maison, et les inquiétudes sucitées par la découverte du signal inconnu. Il se rend chez le Professeur Üwosien, un autre chef de file du CRI (le Comité pour le Retour Immédiat).

 

P1010031h.JPG

 

P1010032h.JPG

 

- Argawaen : Bonjour, Mademoiselle Orties.

- La technicienne : Bonjour. Vous venez voir le vieux con ? Si vous voulez, je vais vous laisser conspirer tranquillou, comme d'habitude, moi je vais prendre ma pause.

- Argawaen : ...Euh...

 

P1010035h.JPG

 

- Üwosien : Je vous entends, Mademoiselle.

- Melle Orties : Et moi, je vous vois venir. Je vais au point d'eau avec les autres gnous. Vous voulez que je vous ramène du foin ?

 

P1010036h.JPG

 

- Üwosien : Vous n'oublierez pas de finir l'inventaire des composants, s'il vous plaît. Je le veux ce soir. 

- Melle Orties : Oui, oui, oui... refaites bien le monde. Bisou, à toute à l'heure !

- Üwosien (à un autre technicien) : Monsieur Polenges, allez-y aussi. Laissez-nous ! 

 

P1010039h.JPG

 

- Argawaen : ...Cette fille n'est vraiment pas commode...

- Üwosien : Elle est ingérable ! D'ailleurs, c'est l'ensemble de mon service qui est à la fois nul et agressif. Une vraie bande de gamins ! Pas le moindre sens du devoir, du travail en équipe ni de l'initiative ! En fait, il n'y a que moi qui travaille, ici !...

 

P1010005h.JPG

 

 

- ...Alors ?... J'ai appris que notre retour est compromis, à cause d'un vague signal intermittent et encore non idéntifié, sur lequel on veut bâtir un bon gros fantasme, un de plus ? 

- Argawaen : Ce signal fout tout par terre. Tant que l'équipage s'ennuyait, absorbé seulement par les tâches du quotidien sur ce vaisseau errant sans but précis, nos arguments avaient du poids. Maintenant, nous sommes peut-être à l'aube de découvrir une autre civilisation miniature, dans une région que nous pensions pourtant bien connaître... Ce genre de découverte est la finalité même du Sasgarion. Tout le monde est maintenant excité par la nouvelle...

- Üwosien : Il faut réfléchir à de vrais moyens d'action. Je verrai Houderlain ce midi. Serez-vous de l'expédition sur la base mobile ?

- Argawaen : Non. Et vous ?

- Üwosien : Ah, sûrement pas ! Il faut quand même laisser quelqu'un de compétent ici, sinon, ce n'est pas tenable !

 

P1010042h.JPG

 

- Un technicien (dans la zone de loisirs) : ...Et ça ne s'arrange pas, avec nos soucis de surcharge dans les réseaux auxiliaires. Üwosien et la Section Entretien se renvoient la baballe et on n'avance pas depuis deux jours !

- Polenges : Il faut commencer par faire un diagnostic relai par relai. Je peux te faire ça ce maintenant et on aura fini ce soir, si tu veux.

- Le technicien : Ce serait génial tout plein. Mais l'alimentation ne peut pas être coupée dans les unités de recyclage.

- Melle Orties : On peut faire une dérivation de la puissance par un des postes de secours et laisser le minimum dans le circuit principal pour trouver le problème. Il y en a un chez toi, non ? 

 

P1010040h.JPG

 

Le technicien : Il y a un tableau annexe dans chaque corridor.

- Polenges : Alors, on y va ? 

- Le technicien : Ben écoutez, les enfants, c'est formidable. Heureusement que vous êtes là !

 

 

Dans le Poste principal, où s'effectue le programme et le suivi des misions d'explorations, et qui assure également la défense du Sasgarion :

 

P1010020f.JPG

 

- "tnit-tnit"

- Monsieur, l'Unité Détection nous relaie un nouveau message non-identifié. Vous l'avez sur le poste Com-1.

 

P1010002h.JPG

 

- Ici l'Unité Détection. Un brouillage fréquentiel de nature ultrasonique nous empêche de localiser la source avec précision. Mais la zone supposée reste la même, au sud de la ville des Grands et tout près de la Baie d'Authie, à l'arrière des dunes.

 

base5

 

- Le Poste principal : Ici le vaisseau montvillien Sasgarion. Ici le vaisseau montvillien Sasgarion. Nous sommes en mesure de capter vos signaux et demandons à établir un contact. Nous appartenons à la même espèce que vous. Je suis le Commandant Hardy, responsable des misisons d'exploration. Nos intentions sont totalement pacifiques. 

- Une grosse voix caverneuse : Ici la voix du Gardien des Oyats ! Nous savons qui vous êtes ! Vous n'êtes pas les bienvenus ! Nous vous avons observés durant la période où vos peuple ont colonisé la Sablonie septentrionnale : nous n'avons vu que guerres, compétition et surconsommation. Votre arrivée risquerait de rompre le fragile équilibre de notre société miniature parfaite. Nous vous conseillons de passer votre chemin !

- Le Commandant : ...Mais... Que dites-vous là ?... Nous sommes absolument inoffensifs, polis et  respectueux, voyons ! ...Allô ?

- L'ingénieur des communications  : C'est inutile, Commandant. Le contact est coupé.

- Le Commandant : Mais qu'est-ce que c'est que ces putains de connards mal embouchés qui se la pètent ? Appelez le professeur Gélagnac : Il faut essayer de voir clair dans cette histoire de brouillage. 

 

P1010049h.JPG

 

- Ici le Poste principal. Le professeur Gélagnac est demandé d'urgence !

 

P1010047h.JPG

 

- Gélagnac : Oui... euh... Enfin excusez-moi, mais... Je suis un peu occupé, là...

- Le technicien : Vortex ouvert et stabilisé. Envoi de la sonde. Equipe de reconnaissance parée.

 

P1010048h.JPG

 

...Stupeur, consternation et gêne dans le poste principal du Sasgarion... Quelle est cette civilisation mystérieuse et si fière d'elle-même qui se permet de snober à ce point les courageux aventuriers montvilliens ? La mission va-t-elle quand même être lancée ? Est-ce que ça se fait de s'inviter de force chez les gens qui vous claquent la porte au nez, même avec les meilleures intentions du monde ? Le CRI va-t-il hausser le ton face au Comité directeur pour tenter de le convaincre une dernière fois de ramener le vaisseau et ses 449 habitants au pays, ou du moins ce qu'il en reste ?... Et si cette dernière fois ne donne aucun résultat, que risque-t-il donc de se passer ? La suite, prochainement, dans... Dans la suite.

Repost 0
Published by SASGARION
commenter cet article
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 13:00

P101000501.JPG

 

...A bord du Sasgarion, quelque part dans le nord de la France. 

 

P1010009t.JPG

 

- Colonel Houderlain : "...Messieurs...

- Ingénieur Wilfrid : Colonel...

- Le Colonel : Notre affaire avance bien. Nos agents sur le front du Mahoning ont un peu forcé sur la note, mais le résultat est que Flaive de Casteigne va d'ici peu contrôler tous les territoires frontaliers avec la Montvillange. C'est une question de jours, sinon d'heures, avant que la reine Hazemnout ne capitule...  

- Prof. Argawaen : Vous avez trop confiance en ce régent mégalomane. Vous le croyez trop prévisible...

- Le Colonel : Ce qui est prévisible, c'est qu'une telle menace agitera la république montvillienne et l'obligera bientôt au rappel du Sasgarion... NOTRE rappel.

 

P1010010t.JPG

 

- Ingénieur Wilfrid : La République ? Vous avez entendu la proclamation du général Diride : il n'y a plus que des militaires là-bas pour administrer ce qui reste du pays, depuis que la moitié des gens s'est réfugiée dans les Serres !

- Argawaen : Oui ! Tout le monde l'a entendue, la proclamation ! Elle a été diffusée sur tout le réseau interne du vaisseau !

 

P1010011t.JPG

 

- Le Colonel : Justement. Si le risque d'une guerre ne convainc pas le Comité de ramener le Sasgarion, l'instauration d'une dictature à Authiebourg le fera sûrement. Argawaen, vous nous quittez déjà ?...  

- Argawaen : C'est une folie de jouer à distance une force contre l'autre ! Que pesons-nous dans tout ça ?

 

P1010012t.JPG

 

- Le colonel : Tranquillisez-vous. Il y a à bord de plus en plus de gens qui partagent ce désir de retour, et de reconstruction sur la terre de nos origines, et non dans un pays illusoire, inaccessible, sans doute glorieusement imaginaire...

 

P1010013t.JPG

 

...Ce vaisseau est en capacité de reprendre le contrôle du pays et de le redresser, je vous le garantis. Allons, Messieurs, la conférence du Comité nous attend... 

 

P1010014t.JPG

 

- Wilfrid : Bonjour, Commissaire Hampföld.

- Le Commissaire Hampföld : Wilfrid ! Content de vous revoir au niveau A ! Les nouvelles semblent fabuleuses, si ce n'est pas une plaisanterie ! 

- Wilfrid : ...Les nouvelels...

- Le Commissaire : La Section des Communications a détecté un signal contrôlé émanant d'une nanotechnologie similaire à la nôtre ! Et c'est tout prêt d'ici, il paraît !

- Wilfrid : ...Ah.

- Le Commissaire : Nous ne sommes donc pas si seuls dans l'univers des Grands !...

 

P1010015t.JPG

 

- L'Amiral Enondradel : ...Vous connaissez les pressions que je dois subir de la part de certains responsables et personnels, civils comme militaires... Chardonville. Il faut être sûr que ça vaut le déplacement...

- Prof. Chardonville : C'est votre boulot d'Amiral de les faire patienter... L'émission radio semble être le signal d'identification automatique d'un objet mobile, émission relayée par une station fixe. La source est ici, dans cette forêt, sans doute bien à l'écart des activités des Grands. Nous avons peut-être déjà trouvé ce que nous cherchions... Un autre monde miniature civilisé. Cela redonne du sens à notre lointain exil... A moins que vous ne vouliez renverser l'ordre des priorités et rendre le vaisseau à Diride...

 

base 26-5

 

- L'Amiral : C'est bien la dernière chose que je veuxc faire ! Par chance, nous allons être très occupés ces jours-ci... J'ai déjà demandé au responsable des missions de sélectionner une petite équipe la plus complète possible, impliquant tous les services.

- Chardonville : ...Petite comment ?

- L'Amiral : Une petite cinquantaine de personnes... Sur la base mobile Gecko 12. Et avec 3 unités d'exploration. Destination : la Baie d'Authie, pour une durée prévisionnelle de 2 semaines. Si vous avez un commentaire, Commandant Garwis... (le commandant acquiesce)

 

IMAG0098.jpg

 

 - Chardonville : Gecko 12 est l'affectation ordinaire du Colonel Houderlain, notre officier le plus agité du bocal. C'est lui qui commandera ?

- L'Amiral : Non, c'est vous. Il s'agit avant tout d'une mission scientifique. Houderlain vous secondera.

- Chardonville : ...Merci du cadeau...

- L'Amiral : Nous approcherons du site choisi en volant de nuit, comme d'habitude. Le Sasgarion sera basé ici, à Berck. D'après la base de données alimentée par les Grands locaux qui sont de nos amis, c'est un hôtel tout à fait sympathique et accueillant, le "Voltaire", dont la chambre n° 313 est inoccupée et réservée à notre usage. Ce local possède une fenêtre assez large, qui sera toujours ouverte... Nous voilà en chemin pour de nouvelles aventures !...  

 

base 35

 

base 27

 

...Le Sasgarion vole donc vers un monde à découvrir, tous ses sens en éveil pour détecter de nouvelles émissions qui révèleraient la présence d'un autre monde miniature, quelque part au bord de la mer... L'hôtel attend de recevoir la cité volante, dont l'encombrement est quand même de 400 centimètres sur 120...

 

1428639.jpg

 

Tenu par des Grands faisant partie du réseau des "initiés" qui ont apporté depuIs des siècles leur amitié et leur aide discrète aux petites gens, il sera pendant 2 semaines le centre névralgique d'une recherche fantastique, dont le sens, et bien sûr la réalité, même échapperont totalement à la meute des touristes huileux et criards qui s'amoncèle déjà sur les plages ensoléillées du Pas-de-Calais...

 

A SUIVRE  

Repost 0
Published by SASGARION
commenter cet article
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 12:42

Voilà plusieurs jours que l'armée casteignane patine devant le palais de la reine du Mahoning. En grande partie à cause d'un gros canon qui empêche toute approche constructive.

Mais voici qu'arrive de Casteigne un célèbre mercenaire, le capitaine de Montfred, avec ses hommes, une bande de brutes rompue aux missions délicate.

 

P1010003z.JPG

 

P1010004z.JPG

 

Montfred et son équipe se mettent au travail. Leur mission : détruire le canon de classe Tapdür V et les installations du poste avancé ennemi. Par petits groupes, ils infiltrent, à l'aube, les lignes de défenses mahonaises. Et très vite, ils cessent d'être discrets...

 

P1010006z.JPG

 

P1010001z2.JPG

 

P1010004z2.JPG

 

P1010005z2.JPG

 

L'opération est une réussite. Le canon est définitivement inutilisable...

 

P1010006z2.JPG

 

P1010010z.JPG

 

Pour la garnison du poste avancée, le réveil est difficile. Ce truc-là est bien parti pour gâcher leur journée. 

 

P1010012z.JPG

 

Montfred et ses hommes montent à l'assaut pour capturer l'officier mahonais. Le capitaine a rejoué deux fois cette scène, attaquant, se repliant, puis attaquant de nouveau, pour que le reporter de guerre saisisse au mieux ce grand moment de bravoure.

 

P1010013z-copie-1.JPG

 

Dans le palais de la reine Hazemnout, c'est l'effroi, malgré la chaleur.

 

P1010014z.JPG 

 

La perte de l'avant-poste et du canon compromettent gravement la résistance mahonaise.

 

P1010007z2.JPG

 

 

A SUIVRE...

 

Repost 0
Published by SASGARION
commenter cet article
30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 13:21

Les "saisons" de La Quête du Sasgarion :

 

- Saison 1, épisodes 1 à 12 : Après le long et terrible hiver 2011 en Savoie, le Sasgarion s'envole vers le nord. Mais il est encore impacté par les conflits locaux entre les peuples miniatures, au bord du lac d'Aiguebelette. Chemin faisant, il gagne sa liberté et découvre près de Berck-sur-Mer une petite civilisation encore inconnue et bien agressive, les Oyatsines. Par la suite, le Sasgarion disparaît, détourné lors un acte de piraterie organisé par des Grands. 

 

- Saison 2, épisodes 13 à 18 : A peine libres et installés dans un jardin près de Berck, les Montvilliens affrontent un péril carrément métaphysique. Seul le Mini-Docteur, une entité un peu excentrique qui voyage à travers les dimensions, pourra sauver le monde miniature et ce qui est à son origine : La Pensée Fondatrice.

 

- Saison 3, épisodes 19 à 25 : Le Jardin d'Arrochelle est devenu la 25ème Colonie de la Fédération des Peuples Miniature. Le Sasgarion est toujours opérationnel et il remplit les missions les plus étranges et les plus dangereuses. Et il fait toujours l'objet de toutes les convoitises.

 

- Saison 4, épisodes 26 à 31 (extraits ci-dessous) : Dans le château de Selles-sur-Cher en partie abandonné, une colonie miniature connaît une grande agitation. Une fois de plus, les mini-gens sont intenables et ils vont donner bien du souci aux Grands... Jusqu'à en tuer un. Un peu plus tard, nos héros sont confrontés à des mini-aliens venus d'un pays lointain qu'ils appellent "La Normandie", et que tout le monde appelle comme ça aussi, d'ailleurs.

 

dsc05384-3

 

mur sud

 

P1010015 (800x600)

 

P1010021 (800x600)

 

dsc05207

 

 SAS26-D3

 

P1010005 (800x600)

 

P1010017 (800x600)-copie-1

 

P1010039 (800x600)

 

SAS28.6

 

SAS28.12

 

SAS28.46

 

SAS28.53

 

SAS28.70

 

SAS29.1

 

SAS29.3

 

SAS29.18

 

SAS28.18

 

SAS28.58

 

...En cours, la Saison 5, épisodes 32 à 37 (ou 38, on verra) : La Cité Volante Miniature découvre de nouveaux pouvoirs de la Pensée Fondatrice, celle des Grands qui ont imaginé, chacun dans leur coin, un monde miniature. Sans trop avoir le choix, nos héros partent pour un périlleux voyage dans une autre réalité.

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

EPISODE 1



  2011 - La cité volante de Sasgarion est donc partie en quête d'autres civilisations miniatures, emportant 450 montvilliens (petit peuple originaire de Normandie). 

 

P1010252-copie-1.jpg

 

P101000301.JPG

 

P101000701.JPG 

 

 

 P101000801.JPG

 

SAS19-11-8-copie-1.JPG

 

BJORN-GLACE3

 

P101000601.JPG 

 

P1010292

 

P101000900-copie-1.JPG 

 

Tous, équipage et passagers, sont bien occupés. Il y va de leur survie et de celle de leur civilisation. Les chercheurs cherchent, la sécurité sécurise...

 

P101001300.JPG 

 

...Les chefs se réunissent et se félicitent mutuellement d'être de bons chefs.

 

 P101001000.JPG

 

P101000500.JPG

 

La cité est heureuse et bien pourvue. On y vit bien. Elle est à elle seule un concentré de science et de culture de son petit monde d'origine, mais les hommes, petits ou grands sont ce qu'ils sont et la civilisation a toujours un côté sombre. Le Sasgarion laisse un monde tourmenté, où certaines nations plus ambitieuses que d'autres n'hésitent plus à sauter à la gorge de celles qui sont le plus fragilisées après le terrible hiver 2011...

 

Le 29 mai, les navires du Régent Flaive de Casteigne se présentent devant le pays de Mahoning et débarquent des troupes en vue d'investir le palais de la reine Hazemnout. Les Mahonais sont peu nombreux et mal équipés, mais leurs canons ne sont pas de la gnognotte. Il faudra beaucoup de patience aux casteignans avant que le siège aboutisse...

 

 IMAG0192.jpg

 

 IMAG0193.jpg

 

La reine Hazemnout papote avec sa Garde avant d'aller affronter les casteignans. 

 

 IMAG0182.jpg

 

 IMAG0183.jpg

 

Les bateaux du royaume de Casteigne. Ils sont vieux et mal fichus, mais les casteignans sont les seuls à en avoir.

 

IMAG0184.jpg

 

IMAG0185.jpg

 

L'Amiral-Duc Eudes-Lucrèce des Oyats du Fliers de Ballançon (en bleu), surnommé "le Bon Lulu"" sur la dunette de son navire.

 

IMAG0186.jpg

 

L'escadre manoeuvre pour atteindre le mouillage où doit avoir lieu le débarquement. Mais un des navires est touché ! Foutre-belette ! Quelle sorte de canon a donc pu tirer de si loin ?

 

IMAG0187.jpg

 

IMAG0188.jpg

 

Le capitaine Blatte de Salicorne appelle son équipage au calme.

 

IMAG0189.jpg

 

Le navire amiral fait feu sur le rivage. 

 

IMAG0181.jpg

 

Un des bateaux de transport est touché à son tour, et nous sommes quelques jours seulement avant la date prévue pour son désarmement.

 

IMAG0179.jpg

 

Vexé, le bateau se disloque et commence à couler.

 

IMAG0180.jpg

 

P1010011.JPG

 

Enfin à terre, les casteignans mettent en batterie leur artillerie de campagne, sous le commandement du Marquis de Mont d'Ombre, le grand expert des missions stupides, nommé par le Régent Flaive pour soumettre la reine Hazemnout.

 

P101000301x.JPG

 

P101000901x2.JPG

 

L'armée progresse avec prudence dans une nature hostile et inconnue, pleine de cris et de frôlements inquiétants... En fait non, la Casteigne est juste à côté et c'est exactement le même paysage, c'est du lierre, des orties et de l'herbe. L'officier qui établit le journal de l'expédition enjolive un peu.

 

P1010021.JPG

 

La plaine est rouge et l'air chargé de fumées. Les premières lignes mahonaises font face aux casteignans. A gauche, en arrière, un canon de forteresse modèle Tapdür III, fauché en 2002 aux hédoniens. A droite, le Tapdür V, qui a été capable de semer le désordre dans la flotte casteignane.

 

P1010039.JPG

 

Le Tapdür V est une vraie saleté. En même temps, si les casteignans n'étaient pas venus foutre le bordel, comme à leur habitude, ils n'auraient pas été sous le feu de cette pièce de gros calibre et n'auraient point eu à en souffrir...

 

P1010042.JPG

 

P1010043.JPG

 

P101001101x3.JPG

 

L'armée casteignane se déploie.

 

P1010046.JPG

 

 Le Marquis (à droite) semble satisfait du tour que prennent les choses.

 

 P101001301x4

 

P101001501x5.JPG

 

"...Il convient, Monsieur le Marquis, de charger au centre .

Et du tourment de la Casteigne, faire saigner le ventre.

 

- Cela est fort bon, mon ami."   

 

P1010006.JPG

 

Le Marquis veut étudier d'assez près l'action de son artillerie principale sur les positions ennemies. Il s'inquiète : "Colonel, On ne tire point sur ceux d'en-face, me semble-t-il. Pourquoi ? Ne les faisons point attendre. Faites donc feu, mon ami, que diantre, enfin, feu...";

Le colonel fait observer : "Nos hommes sont prêts, Monsieur le Marquis, mais vous êtes devant..."  

 

 

P1010020.JPG

 

P101001601x6.JPG

 

P101002101x8.JPG

 

Les mahonais ajustent leur tir sur l'infanterie ennemie qui s'apprêtait à avancer.

 

 P101002401x9

 

P1010015.JPG

 

P101002601x10.JPG

 

Les choses ne vont finalement pas si bien que ça pour le Marquis de Mont d'Ombre. Il n'est jamais bon d'être trop sûr de soi et de négliger de laisser au doute le plus subtil la place qu'il mérite.

 

P1010023.JPG

 

En face, on commence à penser que ce serait pas mal de profiter de l'émoi de l'adversaire pour lui porter un coup décisif.

 

P101002701x11.JPG

 

Photo-100.jpg

 

Pendant ce temps, à Authiebourg : "Bonsoir... Vous connaissez la rue de Bosc ?"

 

P101003001x12.JPG

 

Les casteignans, qui disposent de peu d'espace de manoeuvre, se voient bousculés par les mahonais qui ne s'excusent même pas. Et les spectateurs de cette bataille peuvent se poser une question : est-ce que l'on meure beaucoup dans ces guerres miniatures, puisque ce sont toujours les mêmes soldats que l'on voit ? la plupart des armes projettent des substances paralysantes, telle la formicine, qui étourdissent l'adversaire et le tuent rarement. Les canons sont bien sûr plus méchants. Mais les combattants ont aussi souvent la tentation de lâcher la bride à leurs frustrations de la journée et à rechercher le corps-à-corps pour taper plus que de raison sur ceux d'en face. 

 

P1010047.JPG

 

Alors que le soir tombe, la dernière tentative des casteignans pour prendre l'avant-poste qui protège le palais d'Hazemnout échoue. Débordés, ils doivent se replier.

 

P1010049.JPG

 

P1010050.JPG

 

C'est fini pour aujourd'hui, le marquis doit reconsidérer sa stratégie. La reine Hazemnout peut se réjouir : elle a gagné un peu de temps.

 

P1010021-copie-1.JPG

 

"...Bon, ben, j'ai presque envie de dire que ça se présente bien. C'est pas encore aujourd'hui que le Régent nous passera dessus."

 

P1010014-copie-1.JPG

 

P1010010 

 

A suivre...

Repost 0
Published by SASGARION
commenter cet article
28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 14:20

base 22-2 

 

base 12 

 

base 31 

 

base-35.jpg

 

base-38.jpg

 

base 33 

 

base-32.jpg

 

base-14.jpg

 

base-16.jpg

 

base-8.jpg

 

base-18.jpg

 

base-7.jpg

 

base-10.jpg

 

 

 

base-11.jpg

 

base-17.jpg

 

base-27.jpg  

 

*

base-29-4.jpg

 

 base 26-5

 

 

 

base-19.jpg

 

base 45

 

base-4.jpg

 

 

 

 base 24-6

Repost 0
Published by SASGARION
commenter cet article